DEPASSEMENTS DANS LA SOUSCRIPTION DES SIGNATURES : Les coordinateurs des Délégations instruits d'enquêter    SIDI BEL ABBES : Un mort et 7 blessés dans une collision    Une douzaine d'églises fermées à Tizi Ouzou    Zetchi : «Il y aura un France-Algérie dans un futur proche»    Foot/Algérie - Colombie : les Verts séduisent avant les choses sérieuses en novembre    Convention entre le ministère de l'Agriculture et celui de l'Enseignement professionnels    Le Conseil de sécurité se réunit aujourd'hui    "La véritable révolution qui reste encore à faire est économique"    Le RAV4 se métamorphose    La nouvelle Golf 8 se précise    Saïd Boudour sous mandat de dépôt    Bouregâa : "Je refuse ma libération sans celle des autres détenus"    L'affaire MCA-USMA divise le BF    Mellal : "La JSK va se ressaisir"    Les Verts à la croisée des chemins !    Petite défaite face aux Pharaons    Un nul sépare les deux Corées, le choc historique    Gaïd Salah maintient le cap du 12 décembre    La rue gronde toujours    Les syndicats en renfort à Béjaïa    4 aliments à mettre dans votre assiette    Masque de gingembre pour accélérer la pousse des cheveux    L'espagnol Cepsa se retire de Medgaz    11e Fcims: La Suède, la Russie et le Japon sur la scène de l'Opéra d'Alger    La Canadienne Margaret Atwood et l'Anglo-Nigériane Bernardine Evaristo lauréates du Booker Prize    Joker va-t-il battre Batman ?    ...Sortir... Sortir ...Sortir    Micro-crédit : 67 % des bénéficiaires âgés de moins de 40 ans    Dahmoun souligne la nécessité de la politique de prospective dans les secteurs vitaux    Alors que 435 cas de méningite ont été diagnostiqués à l'est : Les services sanitaires rassurent    Quadruple crime à Sidi Lahcen (Sidi Bel Abbès) : Le présumé meurtrier se suicide    Des logements alimentés en énergie solaire    S'adressant aux tenants du pouvoir: Des personnalités appellent à «satisfaire les revendications du Hirak»    34ème marche du mardi: Les étudiants toujours au rendez-vous    Université Sétif 2 : L'écrivain Mouna Srifak décroche le prix Katara Prize for Arabic Novel    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    ROYAUME-UNI : La Reine Elizabeth II s'exprime sur le Brexit    Gestion d'actifs: L'investissement ESG s'épanouit dans les fonds infrastructures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    L'heure de mettre en valeur la solidarité nationale et le partage du patriotisme    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Le ministère de la Santé rassure    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les syndicats de l'Education se remobilisent
Un ultimatum à la mi-février pour Benghebrit
Publié dans Le Midi Libre le 30 - 01 - 2019

Les syndicats de l'Education qui n'ont cessé de protester depuis le début de l'année comptent maintenir leurmouvement de grève, en un délai jusqu'à la mi-février pour la ministre de l'Education. Un délai suffisant pour transmettre leurs doléances au gouvernement.
Les syndicats de l'Education qui n'ont cessé de protester depuis le début de l'année comptent maintenir leurmouvement de grève, en un délai jusqu'à la mi-février pour la ministre de l'Education. Un délai suffisant pour transmettre leurs doléances au gouvernement.
Le dialogue se casse entre la ministre et les 6 syndicats de l'éducation, avec unspectre de grève qui menace de planerà l'horizon. L'intersyndicale fait savoir denouveau, que "la ministre de l'Educationdoit adopter un dialogue sérieux sur tousles dossiers transmis à son instance avecdes réponses claires". Parmi les points exigés,l'intersyndicale souligne la nécessité"de la reclassification des corps communs,la prime de zone pour les enseignantsrecrutés avant juin 2012, et le maintien dela retraite sans conditions d'âge, ainsi quela promotion des professeurs formateurs".Ces dossiers qui traînent, selon une sourcede l'intersyndicale, n'ont pas trouvé une
issue depuis des années alors que la ministreavait promis de faire mieux pour lesrégler. Cette dernière, qui a réussi momentanémentaux partenaires sociaux à surseoirà leur grève durant ce mois, évoquedans sa dernière déclaration à une chaîne deTV privée, que "son département oeuvre àun dialogue, selon un protocole établi parles deux parties". Réponse non convaincantepour les syndicats qui veulent inscrireleurs doléances au-delà du cadre socioprofessionnel.Les 6 syndicats veulent eneffet, que d'autres points pédagogiquessoient traités dans l'ensemble des revendications.Il s'agit entre autres, de la"l'amélioration du contenu pédagogiquepour le cycle primaire, la promotion de laqualité de la formation et la réduction des volumes horaires, pour les enseignants à tous les paliers". Les syndicalistes, qui veulent rompre avec l'aspect revendicatif corporatiste, veulent inscrire les soucis de l'école comme un enjeu principal, dans un contexte politique où l'Institution éducative traverse sa pire crise. Au moment même où le gouvernement est préoccupé par le contexte électoral, la ministre del'Education exhorte les syndicats à prendre en considération cet aspect, sans renier à un dialogue qui se fera dans les prochainsjours. Mais, pour les partenaires sociaux, c'est maintenant le tout ou rien. Une position qui se radicalise de plus en plus, suite aux promesses non tenues depuis au moins un an.
Et suite à laquelle, les syndicats ont failli paralyser l'école, en optant pour la grève illimitée, et menaçant même de la reconduire pendant les périodes de scolaires. Une telle option n'est à écarter, si le gouvernement resteaphone à l'endroit de la corporation éducative. Il est à craindre qu'ellesoit autantet déborde de son cadre, alors quele gouvernement tient à valider la paix sociale comme approche, pour solutionnerles problèmes
Le dialogue se casse entre la ministre et les 6 syndicats de l'éducation, avec unspectre de grève qui menace de planerà l'horizon. L'intersyndicale fait savoir denouveau, que "la ministre de l'Educationdoit adopter un dialogue sérieux sur tousles dossiers transmis à son instance avecdes réponses claires". Parmi les points exigés,l'intersyndicale souligne la nécessité"de la reclassification des corps communs,la prime de zone pour les enseignantsrecrutés avant juin 2012, et le maintien dela retraite sans conditions d'âge, ainsi quela promotion des professeurs formateurs".Ces dossiers qui traînent, selon une sourcede l'intersyndicale, n'ont pas trouvé une
issue depuis des années alors que la ministreavait promis de faire mieux pour lesrégler. Cette dernière, qui a réussi momentanémentaux partenaires sociaux à surseoirà leur grève durant ce mois, évoquedans sa dernière déclaration à une chaîne deTV privée, que "son département oeuvre àun dialogue, selon un protocole établi parles deux parties". Réponse non convaincantepour les syndicats qui veulent inscrireleurs doléances au-delà du cadre socioprofessionnel.Les 6 syndicats veulent eneffet, que d'autres points pédagogiquessoient traités dans l'ensemble des revendications.Il s'agit entre autres, de la"l'amélioration du contenu pédagogiquepour le cycle primaire, la promotion de laqualité de la formation et la réduction des volumes horaires, pour les enseignants à tous les paliers". Les syndicalistes, qui veulent rompre avec l'aspect revendicatif corporatiste, veulent inscrire les soucis de l'école comme un enjeu principal, dans un contexte politique où l'Institution éducative traverse sa pire crise. Au moment même où le gouvernement est préoccupé par le contexte électoral, la ministre del'Education exhorte les syndicats à prendre en considération cet aspect, sans renier à un dialogue qui se fera dans les prochainsjours. Mais, pour les partenaires sociaux, c'est maintenant le tout ou rien. Une position qui se radicalise de plus en plus, suite aux promesses non tenues depuis au moins un an.
Et suite à laquelle, les syndicats ont failli paralyser l'école, en optant pour la grève illimitée, et menaçant même de la reconduire pendant les périodes de scolaires. Une telle option n'est à écarter, si le gouvernement resteaphone à l'endroit de la corporation éducative. Il est à craindre qu'ellesoit autantet déborde de son cadre, alors quele gouvernement tient à valider la paix sociale comme approche, pour solutionnerles problèmes


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.