Logements AADL: Nasri ordonne la finalisation des projets programmés    Côte d'Ivoire/représentation diplomatique au Sahara occidental: une violation de l'acte constitutif de l'UA    Défauts de conformité des immeubles: la commission technique présente ses résultats au ministre de l'Habitat    Pharmacie-clinique : Les conséquences de l'accès au résidanat sans concours    Université Badji Mokhtar Annaba : Workshop sur le Master professionnel en maintenance    La faille nord-sud à l'étude    Maghreb : Pourquoi il faut avoir peur du conflit libyen    Le président Kaïs Saïed hausse le ton    Commentaire : La grève des joueurs et l'intégrité de la compétition    LFP/Sanctions : Cinq entraîneurs suspendus    USM Alger : Fin de la spirale des défaites    Le Président Tebboune reçoit le Directeur du département Moyen-Orient, Afrique du Nord et Asie centrale au FMI    Vers l'élaboration d'un plan national de prise en charge des enfants autistes    Tipasa : Stratégie incohérente et absence de communication    Boumerdès : Un projet d'AEP pour Keddara    Danger, intolérance    Université d'Alger 2 : Le Wati club organise la première compétition d'orthographe    Mohand Ouramdane Sadaoui : Hommage à un baroudeur    Dortmund : Haaland fait mieux que Benzema    Les 5 bienfaits du gainage quotidien    L'échec du professionnalisme dans le football: L'ASM Oran, un cas d'école    Football - Ligue 2 : L'ASMO coule à Boussaâda, le RCA troisième    USM Bel-Abbès: Une véritable bouffée d'oxygène    Le ministre de la Communication: Pas de soutien financier à la presse écrite en difficulté    Amnesty Algérie: Le Hirak, une mobilisation «exceptionnelle»    Air Algérie a annulé 40% des vols en deux jours: Pagaille dans les aéroports    Industrie automobile: Les étrangers ne seront pas obligés de s'associer à un partenaire local    Blida: 15.400 logements en construction à Meftah    El-Bayadh - Projets en retard : des responsables mis en demeure    Des marchés de proximité toujours fermés    Tiaret: Des distributeurs automatiques hors service    La mobilisation estudiantine se poursuit    Procès de Kaddour Chouicha à Oran: Verdict le 3 mars    Tlemcen: Une caravane pas comme les autres dans les écoles    Les âmes trouées    Un charnier découvert dans la Ghouta orientale    L'Algérie applique le principe de réciprocité    Rezig s'en prend de nouveau aux laiteries    Tebboune relence le débat sur lamémoire    Contrôle sanitaire en pleine radew    "Je ne suis pas mort"    Amar Belhimer annonce prochainement un encadrement juridiquement    L'armée syrienne sur le point de reprendre tout Alep    Arrestation d'un groupe d'extrême droite qui visait des mosquées    Karim Younès nommé médiateur de la République    Il était une fois, la halqa et la waâda    ACTUCULT    En bref…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les syndicats de l'Education se remobilisent
Un ultimatum à la mi-février pour Benghebrit
Publié dans Le Midi Libre le 30 - 01 - 2019

Les syndicats de l'Education qui n'ont cessé de protester depuis le début de l'année comptent maintenir leurmouvement de grève, en un délai jusqu'à la mi-février pour la ministre de l'Education. Un délai suffisant pour transmettre leurs doléances au gouvernement.
Les syndicats de l'Education qui n'ont cessé de protester depuis le début de l'année comptent maintenir leurmouvement de grève, en un délai jusqu'à la mi-février pour la ministre de l'Education. Un délai suffisant pour transmettre leurs doléances au gouvernement.
Le dialogue se casse entre la ministre et les 6 syndicats de l'éducation, avec unspectre de grève qui menace de planerà l'horizon. L'intersyndicale fait savoir denouveau, que "la ministre de l'Educationdoit adopter un dialogue sérieux sur tousles dossiers transmis à son instance avecdes réponses claires". Parmi les points exigés,l'intersyndicale souligne la nécessité"de la reclassification des corps communs,la prime de zone pour les enseignantsrecrutés avant juin 2012, et le maintien dela retraite sans conditions d'âge, ainsi quela promotion des professeurs formateurs".Ces dossiers qui traînent, selon une sourcede l'intersyndicale, n'ont pas trouvé une
issue depuis des années alors que la ministreavait promis de faire mieux pour lesrégler. Cette dernière, qui a réussi momentanémentaux partenaires sociaux à surseoirà leur grève durant ce mois, évoquedans sa dernière déclaration à une chaîne deTV privée, que "son département oeuvre àun dialogue, selon un protocole établi parles deux parties". Réponse non convaincantepour les syndicats qui veulent inscrireleurs doléances au-delà du cadre socioprofessionnel.Les 6 syndicats veulent eneffet, que d'autres points pédagogiquessoient traités dans l'ensemble des revendications.Il s'agit entre autres, de la"l'amélioration du contenu pédagogiquepour le cycle primaire, la promotion de laqualité de la formation et la réduction des volumes horaires, pour les enseignants à tous les paliers". Les syndicalistes, qui veulent rompre avec l'aspect revendicatif corporatiste, veulent inscrire les soucis de l'école comme un enjeu principal, dans un contexte politique où l'Institution éducative traverse sa pire crise. Au moment même où le gouvernement est préoccupé par le contexte électoral, la ministre del'Education exhorte les syndicats à prendre en considération cet aspect, sans renier à un dialogue qui se fera dans les prochainsjours. Mais, pour les partenaires sociaux, c'est maintenant le tout ou rien. Une position qui se radicalise de plus en plus, suite aux promesses non tenues depuis au moins un an.
Et suite à laquelle, les syndicats ont failli paralyser l'école, en optant pour la grève illimitée, et menaçant même de la reconduire pendant les périodes de scolaires. Une telle option n'est à écarter, si le gouvernement resteaphone à l'endroit de la corporation éducative. Il est à craindre qu'ellesoit autantet déborde de son cadre, alors quele gouvernement tient à valider la paix sociale comme approche, pour solutionnerles problèmes
Le dialogue se casse entre la ministre et les 6 syndicats de l'éducation, avec unspectre de grève qui menace de planerà l'horizon. L'intersyndicale fait savoir denouveau, que "la ministre de l'Educationdoit adopter un dialogue sérieux sur tousles dossiers transmis à son instance avecdes réponses claires". Parmi les points exigés,l'intersyndicale souligne la nécessité"de la reclassification des corps communs,la prime de zone pour les enseignantsrecrutés avant juin 2012, et le maintien dela retraite sans conditions d'âge, ainsi quela promotion des professeurs formateurs".Ces dossiers qui traînent, selon une sourcede l'intersyndicale, n'ont pas trouvé une
issue depuis des années alors que la ministreavait promis de faire mieux pour lesrégler. Cette dernière, qui a réussi momentanémentaux partenaires sociaux à surseoirà leur grève durant ce mois, évoquedans sa dernière déclaration à une chaîne deTV privée, que "son département oeuvre àun dialogue, selon un protocole établi parles deux parties". Réponse non convaincantepour les syndicats qui veulent inscrireleurs doléances au-delà du cadre socioprofessionnel.Les 6 syndicats veulent eneffet, que d'autres points pédagogiquessoient traités dans l'ensemble des revendications.Il s'agit entre autres, de la"l'amélioration du contenu pédagogiquepour le cycle primaire, la promotion de laqualité de la formation et la réduction des volumes horaires, pour les enseignants à tous les paliers". Les syndicalistes, qui veulent rompre avec l'aspect revendicatif corporatiste, veulent inscrire les soucis de l'école comme un enjeu principal, dans un contexte politique où l'Institution éducative traverse sa pire crise. Au moment même où le gouvernement est préoccupé par le contexte électoral, la ministre del'Education exhorte les syndicats à prendre en considération cet aspect, sans renier à un dialogue qui se fera dans les prochainsjours. Mais, pour les partenaires sociaux, c'est maintenant le tout ou rien. Une position qui se radicalise de plus en plus, suite aux promesses non tenues depuis au moins un an.
Et suite à laquelle, les syndicats ont failli paralyser l'école, en optant pour la grève illimitée, et menaçant même de la reconduire pendant les périodes de scolaires. Une telle option n'est à écarter, si le gouvernement resteaphone à l'endroit de la corporation éducative. Il est à craindre qu'ellesoit autantet déborde de son cadre, alors quele gouvernement tient à valider la paix sociale comme approche, pour solutionnerles problèmes


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.