Gouasmia, nouveau commandant de la gendarmerie    L'eau, le feu, l'argent et les enquêtes    Mutualisation des compétences et passage de témoin    Niveau «yet'karkar» !    Lancement officiel de la commercialisation de produits de finance islamique    Pas d'Algériens parmi les victimes des explosions survenues à Beyrouth    Le nouveau SUV Enyaq iV se dévoile    Un SUV pour les pays émergents    Premiers essais de Vision-S    Sit-in des supporters pour réclamer la 2e place au classement    Réunion du bureau fédéral lundi prochain    Manchester United et l'Inter : objectif «Final 8»    Un pays à déconfiner    3 649,5 hectares du massif forestier et arbres fruitiers partis en fumée    Les modalités restent à fixer    2 employés morts dans l'effondrement partiel d'un tunnel minier à Chaâba-el-Hamra    Black is King, le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    La pandémie joue les trouble-fêtes    Controverse sur la «grande Albanie» : Dua Lipa dit avoir été mal comprise    La famille Bouchaoui sans acte de propriété    L'infrangible lien...    Infantino "respectera toute décision" de la commission d'éthique    "Des mesures inadaptées", selon le Game    L'ex-roi d'Espagne Juan Carlos serait en République dominicaine    17 morts dans des inondations dans le Nord    Charbel Wehbé, nouveau ministre des Affaires étrangères    "La pandémie exige de repenser l'acte pédagogique"    La crise des déchets persiste à Constantine    Les walis sommés de transmettre les registres de doléances à la Présidence    L'aide humanitaire ne suffit pas    Signature de conventions de partenariat    La fille des Aurès    Se reconstruire après la tragédie    "Aucun échec n'est une mort définitive"    Karim Younes se livre    Histoire. Lutte du peuple algérien pour l'Indépendance : 1958, une année charnière    Décès du Pr Jean-Paul Grangaud : Condoléances du ministre de la Santé    Explosions au port de Beyrouth: Message de condoléances et de compassion du Président Tebboune à son homologue libanais    Décès du khalife général Médina Baye (Sénégal): Condoléances du Président Tebboune    USTOMB et Tosyali Holding Algérie: Vers la mise en place de formations professionnalisantes    Ghardaïa: Sept blessés graves dans une collision    Lobbyiste américain engagé par Haddad: Le parquet général ouvre une enquête    WA Tlemcen: Le Widad retrouve la place qui lui sied    Tiaret: La ville n'aura pas son tramway    Pénurie de plus de 200 médicaments    Les clubs ne savent plusà quel saint se vouer    "Sonatrach n'est pas impliquée dans l'affaire du fuel frelaté au Liban"    Ce que prévoit la loi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le pari difficile de l'opposition
L'enjeu de la présidentielle s'anime de plus en plus
Publié dans Le Midi Libre le 03 - 02 - 2019

Après que l'Alliance présidentielle ait signifié son soutien total à la candidature du Président Bouteflika,l'opposition reste dispersée sur la question électorale. Ni candidat de consensus ni convergence de vue autour d'une stratégie électorale commune.
Après que l'Alliance présidentielle ait signifié son soutien total à la candidature du Président Bouteflika,l'opposition reste dispersée sur la question électorale. Ni candidat de consensus ni convergence de vue autour d'une stratégie électorale commune.
ContenuTrois mois à peine avant le rendezvous de la présidentielle, l'opposition reste toujours divisée sur laquestion de sa participation ou pas auxélections.L'Alliance présidentielle, qui se soudeautour de la candidature du Président sortant,réduit à néant le bloc de l'oppositionqui cultive les hésitations et les demimotssur l'élection du 18 avril prochain.Le FFS, qui a déjà opté pour le boycott,sera suivi certainement par le RCD quidevra trancher sur la question.Il est évident que les observateurs de lascène politique s'accordent à dire que leparti de Mohcen Bellabas ne sera pas de lapartie. Autre formation politique quiconditionne la participation par des garantiesest le
PT qui joue au - trouble-fête -pendant que sa présidente multiplie lessorties fracassantes. Chaque camp tente defaire valoir ses considérations partisanesau détriment d'une alliance qui a donné parle passé un semblant de consensus surtoutes les questions politiques.Où est donc la plateforme de Mazafran quiavait scellé une entente cordiale entre lespartis de l'opposition ? Il n'en demeureplus que le texte fondateur sans ses partisansqui ne semblent pas unir leurs effortspour présenter un candidat unique issud'un large consensus. Chacun fait cavalierseul dans l'aventure électorale dont ilespère récolter les dividendes. Ali Benflis, qui vient d'annoncer sa candidature pour la magistrature suprême, n'a pas eu besoin de consulter ses pairs.
Longtemps réfugié dans son silence, l'ex-chef de gouvernement a toujours nourri son leadership surune opposition fracturée et émiettée par les divergences. Les autres porte-voix qui se sont rassemblées dans le bloc de Mouwatana se réduisent à une poignée de militants qui ne lâchent pas prise en tirant sur le pouvoir en place. L'agitation médiatique dont ils se prévalent, les place dans un camp de partisansde la radicalité, du tout ou rien. Ils dénoncentà cors et à cris le jeu fermé la moindreinitiative qui élargirait leur rassemblement.L'homme providentiel tant recherché n'est plus l'apanage de l'oppositiond'autant que chaque parti avait tenté de soutenir un candidat qui devrait être issu uniquement de ses rangs.
C'est le cas pour le MSP qui a mis en selle un Makri fortdu soutien de son parti et de quelques -amis -. Les islamistes restent aussi divisés du fait que ni Djaballah ni Douibi n'ont tenté de s'unir autour d'un candidat unique. Amoins d'une surprise de dernière minute, l'opposition reste ainsi dispersée et naviguant à vue sans trop nourrir l'espoir de se voir jouer les premiers rôles sur la scène politique nationale.
ContenuTrois mois à peine avant le rendezvous de la présidentielle, l'opposition reste toujours divisée sur laquestion de sa participation ou pas auxélections.L'Alliance présidentielle, qui se soudeautour de la candidature du Président sortant,réduit à néant le bloc de l'oppositionqui cultive les hésitations et les demimotssur l'élection du 18 avril prochain.Le FFS, qui a déjà opté pour le boycott,sera suivi certainement par le RCD quidevra trancher sur la question.Il est évident que les observateurs de lascène politique s'accordent à dire que leparti de Mohcen Bellabas ne sera pas de lapartie. Autre formation politique quiconditionne la participation par des garantiesest le
PT qui joue au - trouble-fête -pendant que sa présidente multiplie lessorties fracassantes. Chaque camp tente defaire valoir ses considérations partisanesau détriment d'une alliance qui a donné parle passé un semblant de consensus surtoutes les questions politiques.Où est donc la plateforme de Mazafran quiavait scellé une entente cordiale entre lespartis de l'opposition ? Il n'en demeureplus que le texte fondateur sans ses partisansqui ne semblent pas unir leurs effortspour présenter un candidat unique issud'un large consensus. Chacun fait cavalierseul dans l'aventure électorale dont ilespère récolter les dividendes. Ali Benflis, qui vient d'annoncer sa candidature pour la magistrature suprême, n'a pas eu besoin de consulter ses pairs.
Longtemps réfugié dans son silence, l'ex-chef de gouvernement a toujours nourri son leadership surune opposition fracturée et émiettée par les divergences. Les autres porte-voix qui se sont rassemblées dans le bloc de Mouwatana se réduisent à une poignée de militants qui ne lâchent pas prise en tirant sur le pouvoir en place. L'agitation médiatique dont ils se prévalent, les place dans un camp de partisansde la radicalité, du tout ou rien. Ils dénoncentà cors et à cris le jeu fermé la moindreinitiative qui élargirait leur rassemblement.L'homme providentiel tant recherché n'est plus l'apanage de l'oppositiond'autant que chaque parti avait tenté de soutenir un candidat qui devrait être issu uniquement de ses rangs.
C'est le cas pour le MSP qui a mis en selle un Makri fortdu soutien de son parti et de quelques -amis -. Les islamistes restent aussi divisés du fait que ni Djaballah ni Douibi n'ont tenté de s'unir autour d'un candidat unique. Amoins d'une surprise de dernière minute, l'opposition reste ainsi dispersée et naviguant à vue sans trop nourrir l'espoir de se voir jouer les premiers rôles sur la scène politique nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.