APN : Loukal met en avant l'importance de l'amendement de la loi organique relative aux lois de Finances    Belmadi : «Cela fait un bon moment que je suis le parcours de Spano-Rahou, Halaïmia et Zorgane»    Man City : Mahrez toujours remonté contre Leicester    Belmadi évoque le retour de Soudani en sélection    Crise en Bolivie: Morales se réfugie au Mexique, une présidentielle avant le 22 janvier    Asphyxie au monoxyde de carbone à Constantine: hausse du nombre d'interventions des secours    10e Fica : trois courts métrages projetés à Alger    FP: les recommandations comme feuille de route pour améliorer la performance des établissements    CNAC de Sétif: financement depuis janvier dernier de 122 projets    L'UE prolonge les sanctions contre le gouvernement de Maduro    L'UE octroie 55 millions d'euros d'aide humanitaire    Les états de l'OCI saisissent la Cour internationale de justice    Présidentielle : les soutiens encombrants de Tebboune    Le portrait du président Chadli parmi les objets jetés    Chlef: affectation d'un quota supplémentaire de 1.000 logements    Le docteur Mohamed Boughlali de retour chez les Verts    Les Chipolopolo à pied d'œuvre à Alger    Où se jouera le derby MCA-CRB ?    Une femme se plaint d'y être inscrite à son insu    La Turquie commence à renvoyer des terroristes étrangers    Les écoles primaires paralysées hier    Quelques conseils pour garder longtemps vos ongles de reine    Trois Palestiniens tués et 470 blessés en octobre    Réquisitoire imparable contre l'amnésie officialisée    Ateliers de formation cinématographique    De précieux manuscrits médiévaux divisent l'Islande et le Danemark    Une année de réclusion avec 6 mois de sursis à l'encontre de 21 détenus pour atteinte à l'unité nationale    Festival international de danse contemporaine: l'Algérie, l'Egypte, le Maroc et la Tunisie à l'honneur    Mascara: Deux frères tués dans un accident de la route    Le boulimique penchant de l'exécutif Bedoui à s'attaquer aux sensibles dossiers    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed: Ouverture du procès des 42 détenus du Hirak    Contrôle des changes: La note de la Banque d'Algérie fait toujours jaser    DTN : nouveaux staffs des sélections nationales de jeunes: De surprenantes désignations    Bouira: Une bouteille de gaz butane explose, un blessé grave    26 wilayas au salon des arts plastiques    Le courroux des producteurs    Marché pétrolier international Le panier de l'Opep établi à 61,98 dollars le baril    Les équilibres généraux et l'organisation de l'économie Des contraintes et des exigences pour la prochaine étape de développement    Le directeur général d'"Al Salam Bank " affirme : " Des prêts bancaires " Halal " seront accordés aux souscripteurs du programme LPA "    Plusieurs axes routiers fermés à la circulation    Projet de loi sur les hydrocarbures Sonatrach continuera à développer le conventionnel    Les manifestations se poursuivent    Para-athlétisme/Mondiaux-2019: L'Algérie provisoirement 5e au classement    Elections législatives : L'Espagne retourne aux urnes dans un climat crispé    Six mois de prison requis contre "Spécifique"    Création d'un fichier national des hooligans    Cinéma : 10e Fica: projection de "Fatwa", un film dénonçant la montée de l'extrémise en Tunisie    Oum El Bouaghi : signature d'accord pour la gestion de deux salles de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le pari difficile de l'opposition
L'enjeu de la présidentielle s'anime de plus en plus
Publié dans Le Midi Libre le 03 - 02 - 2019

Après que l'Alliance présidentielle ait signifié son soutien total à la candidature du Président Bouteflika,l'opposition reste dispersée sur la question électorale. Ni candidat de consensus ni convergence de vue autour d'une stratégie électorale commune.
Après que l'Alliance présidentielle ait signifié son soutien total à la candidature du Président Bouteflika,l'opposition reste dispersée sur la question électorale. Ni candidat de consensus ni convergence de vue autour d'une stratégie électorale commune.
ContenuTrois mois à peine avant le rendezvous de la présidentielle, l'opposition reste toujours divisée sur laquestion de sa participation ou pas auxélections.L'Alliance présidentielle, qui se soudeautour de la candidature du Président sortant,réduit à néant le bloc de l'oppositionqui cultive les hésitations et les demimotssur l'élection du 18 avril prochain.Le FFS, qui a déjà opté pour le boycott,sera suivi certainement par le RCD quidevra trancher sur la question.Il est évident que les observateurs de lascène politique s'accordent à dire que leparti de Mohcen Bellabas ne sera pas de lapartie. Autre formation politique quiconditionne la participation par des garantiesest le
PT qui joue au - trouble-fête -pendant que sa présidente multiplie lessorties fracassantes. Chaque camp tente defaire valoir ses considérations partisanesau détriment d'une alliance qui a donné parle passé un semblant de consensus surtoutes les questions politiques.Où est donc la plateforme de Mazafran quiavait scellé une entente cordiale entre lespartis de l'opposition ? Il n'en demeureplus que le texte fondateur sans ses partisansqui ne semblent pas unir leurs effortspour présenter un candidat unique issud'un large consensus. Chacun fait cavalierseul dans l'aventure électorale dont ilespère récolter les dividendes. Ali Benflis, qui vient d'annoncer sa candidature pour la magistrature suprême, n'a pas eu besoin de consulter ses pairs.
Longtemps réfugié dans son silence, l'ex-chef de gouvernement a toujours nourri son leadership surune opposition fracturée et émiettée par les divergences. Les autres porte-voix qui se sont rassemblées dans le bloc de Mouwatana se réduisent à une poignée de militants qui ne lâchent pas prise en tirant sur le pouvoir en place. L'agitation médiatique dont ils se prévalent, les place dans un camp de partisansde la radicalité, du tout ou rien. Ils dénoncentà cors et à cris le jeu fermé la moindreinitiative qui élargirait leur rassemblement.L'homme providentiel tant recherché n'est plus l'apanage de l'oppositiond'autant que chaque parti avait tenté de soutenir un candidat qui devrait être issu uniquement de ses rangs.
C'est le cas pour le MSP qui a mis en selle un Makri fortdu soutien de son parti et de quelques -amis -. Les islamistes restent aussi divisés du fait que ni Djaballah ni Douibi n'ont tenté de s'unir autour d'un candidat unique. Amoins d'une surprise de dernière minute, l'opposition reste ainsi dispersée et naviguant à vue sans trop nourrir l'espoir de se voir jouer les premiers rôles sur la scène politique nationale.
ContenuTrois mois à peine avant le rendezvous de la présidentielle, l'opposition reste toujours divisée sur laquestion de sa participation ou pas auxélections.L'Alliance présidentielle, qui se soudeautour de la candidature du Président sortant,réduit à néant le bloc de l'oppositionqui cultive les hésitations et les demimotssur l'élection du 18 avril prochain.Le FFS, qui a déjà opté pour le boycott,sera suivi certainement par le RCD quidevra trancher sur la question.Il est évident que les observateurs de lascène politique s'accordent à dire que leparti de Mohcen Bellabas ne sera pas de lapartie. Autre formation politique quiconditionne la participation par des garantiesest le
PT qui joue au - trouble-fête -pendant que sa présidente multiplie lessorties fracassantes. Chaque camp tente defaire valoir ses considérations partisanesau détriment d'une alliance qui a donné parle passé un semblant de consensus surtoutes les questions politiques.Où est donc la plateforme de Mazafran quiavait scellé une entente cordiale entre lespartis de l'opposition ? Il n'en demeureplus que le texte fondateur sans ses partisansqui ne semblent pas unir leurs effortspour présenter un candidat unique issud'un large consensus. Chacun fait cavalierseul dans l'aventure électorale dont ilespère récolter les dividendes. Ali Benflis, qui vient d'annoncer sa candidature pour la magistrature suprême, n'a pas eu besoin de consulter ses pairs.
Longtemps réfugié dans son silence, l'ex-chef de gouvernement a toujours nourri son leadership surune opposition fracturée et émiettée par les divergences. Les autres porte-voix qui se sont rassemblées dans le bloc de Mouwatana se réduisent à une poignée de militants qui ne lâchent pas prise en tirant sur le pouvoir en place. L'agitation médiatique dont ils se prévalent, les place dans un camp de partisansde la radicalité, du tout ou rien. Ils dénoncentà cors et à cris le jeu fermé la moindreinitiative qui élargirait leur rassemblement.L'homme providentiel tant recherché n'est plus l'apanage de l'oppositiond'autant que chaque parti avait tenté de soutenir un candidat qui devrait être issu uniquement de ses rangs.
C'est le cas pour le MSP qui a mis en selle un Makri fortdu soutien de son parti et de quelques -amis -. Les islamistes restent aussi divisés du fait que ni Djaballah ni Douibi n'ont tenté de s'unir autour d'un candidat unique. Amoins d'une surprise de dernière minute, l'opposition reste ainsi dispersée et naviguant à vue sans trop nourrir l'espoir de se voir jouer les premiers rôles sur la scène politique nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.