«Non c'est non !»    «Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    Si Boutef m'était conté    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    Ouverture «courant 2019» de trois antennes du CRMA    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'UNPEF maintient son appel à la grève
Education nationale
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 02 - 2019

Pour le président de l'Union nationale du personnel de l'éducation et de la formation (UNPEF), Sadek Dziri, la rencontre entre les responsables du ministère de l'Education nationale et l'UNPEF, "n'était pas à la hauteur des aspirations des personnels du secteur", ajoutant que les deux parties "ne sont pas parvenues à un résultat positif, pour la résolution des questions soulevées", a-t-il affirmé.
Pour le président de l'Union nationale du personnel de l'éducation et de la formation (UNPEF), Sadek Dziri, la rencontre entre les responsables du ministère de l'Education nationale et l'UNPEF, "n'était pas à la hauteur des aspirations des personnels du secteur", ajoutant que les deux parties "ne sont pas parvenues à un résultat positif, pour la résolution des questions soulevées", a-t-il affirmé.
"La rencontre entre les syndicats et les responsables du ministèremercredi n'a pas répondu auxattentes des travailleurs relevant du secteur",a déclaré M. Dziri à l'APS.Le président de l'UNPEF a révélé que lesresponsables du ministère avaient réaffirméque "les revendications soulevées parles Syndicats relèvent des prérogatives duGouvernement", notamment en ce quiconcerne le pouvoir d'achat, la retraite, la prime du Sud et les classificationsactuelles des travailleurs du secteur.Le
président de l'UNPEF a réitéré l'attachement de son syndicat, à la grève prévueles 26 et 27 février.Le ministère de l'Education nationale aentamé des discussions avec les principauxSyndicats de l'éducation, pour désamorcerla crise du secteur après l'annonce d'unegrève prévue les 26 et 27 février, à l'appeldes Syndicat de l'éducation.
La rencontre SNAPEST-Ministère, empreinte du dialogue habituel
Le coordinateur du Syndicat national autonome des professeurs de l'enseignementsecondaire et technique (SNAPEST),Meziane Meriane, a affirmé, avant-hier àAlger, que la rencontre entre les cadres del'Education nationale et les représentantsdu syndicat, avait été "empreinte du dialogue habituel", mais n'a pas "abouti à des résultats probants".Dans une déclaration à l'APS, M. Meriane a précisé que les responsables du ministère"ont écouté les revendications du Syndicat, en lui avançant les mêmes promesses données lors de la réunion précédant la grève du 21 janvier dernier", indiquant que le Syndicat "s'est contenté seulement de corriger le procès verbal, en réitérant les revendications socioprofessionnelles soulevées auparavant".
Les responsables du ministère ont affirmé que "certaines des revendications soulevées relèvent des prérogatives du Gouvernement, notamment les dossiersrelatifs au pouvoir d'achat, à la retraite, à la prime de zone des personnels du Sud, et à la classification actuelle du personnel de l'Education", a-t-il soutenu. De son côté, le chargé de l'organisation auprès du Syndicat national des travailleurs de l`éducation (SNTE), Yahiaoui Kouider a fait savoir que la rencontre prévue mercredi avec le ministère, avait été reportée à samedi prochain, "à la demande du Syndicat, en raison de l'absence de son Secrétaire général (SG), Abdelkrim Boudjenah". Les rencontres de concertation engagées par le ministère de l'Education nationale avec les syndicats du secteur, se poursuivront, jeudi, avec le Syndicat national des travailleurs de l'éducation (SNTE) et le Conseil des lycées d'Algérie (CLA). Les revendications des Syndicats portent essentiellement, sur des aspects socio-professionnels et pédagogiques, concernant le reclassement du personnel de certains services
(économique, de l'orientation scolaire et professionnelle, des laborantins et des superviseurs...), le maintien de la retraite proportionnelle sans condition d'âge, et la mise en place de mécanismes rétablissant l'équilibre du pouvoir d'achat. Parmi les revendications, l'actualisation de la prime de zone, sur la base du nouveau salaire de base au lieu de celui de 1989, et l'accès des professeurs formés après le 03juin 2012, à une promotion au grade de professeur formateur, en valorisant leur expérience professionnelle, le respect du repos hebdomadaire et la valorisation du droit à un congé de maladie.
"La rencontre entre les syndicats et les responsables du ministèremercredi n'a pas répondu auxattentes des travailleurs relevant du secteur",a déclaré M. Dziri à l'APS.Le président de l'UNPEF a révélé que lesresponsables du ministère avaient réaffirméque "les revendications soulevées parles Syndicats relèvent des prérogatives duGouvernement", notamment en ce quiconcerne le pouvoir d'achat, la retraite, la prime du Sud et les classificationsactuelles des travailleurs du secteur.Le
président de l'UNPEF a réitéré l'attachement de son syndicat, à la grève prévueles 26 et 27 février.Le ministère de l'Education nationale aentamé des discussions avec les principauxSyndicats de l'éducation, pour désamorcerla crise du secteur après l'annonce d'unegrève prévue les 26 et 27 février, à l'appeldes Syndicat de l'éducation.
La rencontre SNAPEST-Ministère, empreinte du dialogue habituel
Le coordinateur du Syndicat national autonome des professeurs de l'enseignementsecondaire et technique (SNAPEST),Meziane Meriane, a affirmé, avant-hier àAlger, que la rencontre entre les cadres del'Education nationale et les représentantsdu syndicat, avait été "empreinte du dialogue habituel", mais n'a pas "abouti à des résultats probants".Dans une déclaration à l'APS, M. Meriane a précisé que les responsables du ministère"ont écouté les revendications du Syndicat, en lui avançant les mêmes promesses données lors de la réunion précédant la grève du 21 janvier dernier", indiquant que le Syndicat "s'est contenté seulement de corriger le procès verbal, en réitérant les revendications socioprofessionnelles soulevées auparavant".
Les responsables du ministère ont affirmé que "certaines des revendications soulevées relèvent des prérogatives du Gouvernement, notamment les dossiersrelatifs au pouvoir d'achat, à la retraite, à la prime de zone des personnels du Sud, et à la classification actuelle du personnel de l'Education", a-t-il soutenu. De son côté, le chargé de l'organisation auprès du Syndicat national des travailleurs de l`éducation (SNTE), Yahiaoui Kouider a fait savoir que la rencontre prévue mercredi avec le ministère, avait été reportée à samedi prochain, "à la demande du Syndicat, en raison de l'absence de son Secrétaire général (SG), Abdelkrim Boudjenah". Les rencontres de concertation engagées par le ministère de l'Education nationale avec les syndicats du secteur, se poursuivront, jeudi, avec le Syndicat national des travailleurs de l'éducation (SNTE) et le Conseil des lycées d'Algérie (CLA). Les revendications des Syndicats portent essentiellement, sur des aspects socio-professionnels et pédagogiques, concernant le reclassement du personnel de certains services
(économique, de l'orientation scolaire et professionnelle, des laborantins et des superviseurs...), le maintien de la retraite proportionnelle sans condition d'âge, et la mise en place de mécanismes rétablissant l'équilibre du pouvoir d'achat. Parmi les revendications, l'actualisation de la prime de zone, sur la base du nouveau salaire de base au lieu de celui de 1989, et l'accès des professeurs formés après le 03juin 2012, à une promotion au grade de professeur formateur, en valorisant leur expérience professionnelle, le respect du repos hebdomadaire et la valorisation du droit à un congé de maladie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.