Annoncée par Bensalah pour demain.. La conférence de concertation aura-t-elle lieu ?    Commémoration du printemps berbère et du printemps noir.. Imposante marche contre l'oubli et le déni à Bouira    Rassemblement des militants et cadres du RND pour exiger son départ.. Ouyahia charge Chihab    Elles sont de l'ordre de 17 %.. Les recettes douanières en hausse    Ouyahia et Loukal convoqués par le tribunal de Sidi Mhamed d'Alger    ETRHB Haddad à Tizi Ouzou.. Incertitude et angoisse des travailleurs    FAC.. L'AG élective fixée au 27 avril    Championnats d'Afrique U18 et U20 d'athlétisme.. Médaille d'or pour l'Algérien Ameur    Championnat de France de natation.. Médaille de bronze pour Sahnoune sur le 100m    Annaba.. 26 kg de drogue saisis    Lutte contre la criminalité.. Interpellations à Tlemcen, Tébessa, et Aïn defla    Célébration du mois du patrimoine à Tizi-Ouzou.. Pour la sauvegarde du patrimoine amazigh    Le président américain motive le maréchal Haftar.. Washington soutient la guerre en Libye    TLEMCEN : Du chocolat fourré aux psychotropes !    France.. Les protestations continuent    PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE : Le DG des douanes, Farouk Bahamid limogé !    TLEMCEN : Plus de 400 kg de kif saisis en 90 jours !    PROCHAINE SAISON ESTIVALE A ORAN : Trois nouvelles plages autorisées à la baignade    AEROPORT DE TUNIS : Saisie de plus de 100.000 euros sur un Algérien    Près de 223 000 cas suspects de choléra signalés en 2019    Damas mise sur le tourisme après la restauration de ses sites historiques    Laskri appelle les militants à resserrer les rangs    Les travailleurs décrètent 3 jours de grève dès le 28 avril    Début du référendum sur une révision constitutionnelle    «Je ne laisserai personne détruire ce que nous construisons»    Mois du patrimoine    Des atouts non exploités !    Le parcours scientifique du penseur Abdelkrim Bekri mis en exergue    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    Sous le signe de «dégage !»    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    En bref…    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Oum El Bouaghi : 5 morts dans un accident de la route    El Braya: Un homme mortellement poignardé    Mascara: Plus de 30 dealers arrêtés    Football - Ligue 2: Une journée explosive    Affaire NCM-MCS: Le président Bennacer accuse Medouar de vengeance    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Nabni: Pour un système électoral anti-fraude en six mois    Tizi Ouzou: Des maires marchent pour refuser l'encadrement de la présidentielle    Les marches se poursuivent: Les Algériens exigent des comptes    La date sera fixée dimanche    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le 5e mandat divise les patrons
Fissures au sein du FCE
Publié dans Le Midi Libre le 04 - 03 - 2019

Les Associations patronales, qui soutiennent la candidature de Bouteflika, traversentun vent de contestation. Après ladémission de Laid Benamor de son postede vice-président du Forum des chefs d'entreprises(FCE) et le gel de HassanKhlifati de son appartenance
Les Associations patronales, qui soutiennent la candidature de Bouteflika, traversentun vent de contestation. Après ladémission de Laid Benamor de son postede vice-président du Forum des chefs d'entreprises(FCE) et le gel de HassanKhlifati de son appartenance
à la mêmeorganisation, d'autres patrons pourraientsuivre le pas dans les autres structures. Le FCE, qui reste la premièreOrganisation patronale en termes d'adhérents,traverse une "crise" au sein de ces rangs. Les démissions en cascades de deux"grands industriels" sont le chant du cygnequi vont probablement annoncer ces joursci,des surprises.Pour Laid Benamor, industriel notoiredans l'agro-alimentaire, sa décision estirrévocable.
Dans sa page Facebook, ilannonce que "Ma décision est motivée parle fait que l'organisation s'est écartée de labase alors que par le passé, elles a joué un rôle clé dans la construction de l'économienationale". Et de poursuivre : "Je reste convaincu que la diversité de l'économie requiert une stabilité qui ne doit pas avoirune couleur idéologique". Dans la mêmeveine, le patron d'Alliance assurance,Hassen Khlifati et Mohamed ArezkiAberkane patron de Sogemetal, ont claquéla porte du FCE, sans trop de commentaires.Hakim Soufi, président du syndicatservices au sein de la Confédération syndicale du FCE, n'a pas emboité le pas à ces deux pairs du FCE. "Je vais être très clair, je ne suis ni un opportuniste, ni un suiveur, je ne me dirige pas où va le vent", écrit le patron de Macir Vie sur sa page Facebook, en précisant qu'il reste au FCE. Il apparaît ainsi une fissure au sein de cette organisation qui va certainement se poursuivre, du fait des positions intransigeantes de son président Ali Haddad.
Si, pour l'heure, ce dernier conserve son poste, c'est que les autres membres ne se sont pas exprimés sur un sujet aussi brûlant que celui du mandat du Président.Quant aux autres Associations patronales, elles ont voté une motion de soutien au 5emandat pour le Président, il y a juste un mois. Il s'agit de la CIPA , l'UNEP (secteur public), la CAP , l'AGEA et l'UNI. Ces dernières, qui avaient signé la motion de soutien au candidat Bouteflika, avaientmotivé cette option pour "inviter le Président à poursuivre l'oeuvre d'épanouissement économique de l'Algérie". Les patrons ne voyaient aucun candidat potentiel, n'avaient pas tergiversé lorsque le candidat Bouteflika avait annoncé sa candidature.
Contrairement aux syndicats qui doivent consulter leurs bases pour prendre une telle décision, les organisations considèrent comme acquis d'avance, leurs adhérent à une démarche politique. Très prudents, ils préfèrent suivre la voie normale plutôt que les chemins escarpés. Le financement des campagnes, pour les autres candidats, posera toujours problème alors que du côté du candidat sortant, ce neseront pas les moyens qui manquent. Cela étant, il faudra faire avec les contestations de la rue face au 5e mandat, qui ne cessentde grandir. Les patrons, vont-ils effectuer un revirement ou maintenir le cap ? C'est la question qui n'a pas encore de réponsetranchée.
à la mêmeorganisation, d'autres patrons pourraientsuivre le pas dans les autres structures. Le FCE, qui reste la premièreOrganisation patronale en termes d'adhérents,traverse une "crise" au sein de ces rangs. Les démissions en cascades de deux"grands industriels" sont le chant du cygnequi vont probablement annoncer ces joursci,des surprises.Pour Laid Benamor, industriel notoiredans l'agro-alimentaire, sa décision estirrévocable.
Dans sa page Facebook, ilannonce que "Ma décision est motivée parle fait que l'organisation s'est écartée de labase alors que par le passé, elles a joué un rôle clé dans la construction de l'économienationale". Et de poursuivre : "Je reste convaincu que la diversité de l'économie requiert une stabilité qui ne doit pas avoirune couleur idéologique". Dans la mêmeveine, le patron d'Alliance assurance,Hassen Khlifati et Mohamed ArezkiAberkane patron de Sogemetal, ont claquéla porte du FCE, sans trop de commentaires.Hakim Soufi, président du syndicatservices au sein de la Confédération syndicale du FCE, n'a pas emboité le pas à ces deux pairs du FCE. "Je vais être très clair, je ne suis ni un opportuniste, ni un suiveur, je ne me dirige pas où va le vent", écrit le patron de Macir Vie sur sa page Facebook, en précisant qu'il reste au FCE. Il apparaît ainsi une fissure au sein de cette organisation qui va certainement se poursuivre, du fait des positions intransigeantes de son président Ali Haddad.
Si, pour l'heure, ce dernier conserve son poste, c'est que les autres membres ne se sont pas exprimés sur un sujet aussi brûlant que celui du mandat du Président.Quant aux autres Associations patronales, elles ont voté une motion de soutien au 5emandat pour le Président, il y a juste un mois. Il s'agit de la CIPA , l'UNEP (secteur public), la CAP , l'AGEA et l'UNI. Ces dernières, qui avaient signé la motion de soutien au candidat Bouteflika, avaientmotivé cette option pour "inviter le Président à poursuivre l'oeuvre d'épanouissement économique de l'Algérie". Les patrons ne voyaient aucun candidat potentiel, n'avaient pas tergiversé lorsque le candidat Bouteflika avait annoncé sa candidature.
Contrairement aux syndicats qui doivent consulter leurs bases pour prendre une telle décision, les organisations considèrent comme acquis d'avance, leurs adhérent à une démarche politique. Très prudents, ils préfèrent suivre la voie normale plutôt que les chemins escarpés. Le financement des campagnes, pour les autres candidats, posera toujours problème alors que du côté du candidat sortant, ce neseront pas les moyens qui manquent. Cela étant, il faudra faire avec les contestations de la rue face au 5e mandat, qui ne cessentde grandir. Les patrons, vont-ils effectuer un revirement ou maintenir le cap ? C'est la question qui n'a pas encore de réponsetranchée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.