Révision des listes électorales et dépôt de candidatures    Tliba en prison à El Harrach    Adaptation de la loi des hydrocarbures de 2013 et urgence d'un nouveau management stratégique de Sonatrach    Exportation de 30.000 tonnes de rond à béton vers le Canada    Ooredoo présente ses offres et solutions innovantes aux professionnels de la santé    29.000 cibles terroristes detruites par l'aviation russe dans 9.500 sorties    Les Algériens à pied d'oeuvre à Berkane    Probable forfait de Ferhat face à Amiens    «Ma préoccupation, c'est le niveau des joueurs locaux»    Un mort et quatre blessés dans un accident de la route    Arrestation de 5 trafiquants de faux billets en dinars    La «harga» vers l'Europe, la malédiction qui accable la plèbe !    L'oralité dans la culture traditionnelle africaine    L'Algérie est-elle le nouveau «berceau de l'humanité» ?    Tipasa : « libérez nos enfants détenus »,    Biskra : « Non à la zizanie, les Kabyles sont nos frères »    Jijel : » Il n'y aura pas de vote ! «    RETRAIT DE TEBBOUNE DE LA COURSE ELECTORALE : Mohamed Lagab dément    BORDJ BADJI MOKHTAR : Découverte d'une cache d'armes et de munitions    LEVEE D'IMMUNITE DE ALI TALBI ET AHMED OURAGHI : La Commission juridique du Sénat examine les procédures    ECOLE SUPERIEURE DES DOUANES D'ORAN : Sortie de 81 officiers de brigade dont neufs femmes    MAHDIA (TIARET): Une présumée liste des bénéficiaires de logements provoque la colère    SIDI BEL ABBES : Le 58ème anniversaire du 17 octobre 61 commémoré à Dhaya    ADRAR : Saisie de yaourt et de fromage avariés    MOSTAGANEM : 1000 tonnes de pomme de terre bientôt déstockées    Chakib Khelil sera sur le devant de la scène    Liverpool: Van Dijk n'est pas obnubilé par le titre    Real Madrid: Zidane réagit au report du Clasico    Officiel: le Clasico reporté    Le véritable maître de DAESH    Bedoui en Russie    De nouvelles charges contre Donald Trump    «On peut faire encore plus mal»    Constantine : quelle scolarisation pour nos enfants ?    Les députés exigent la démission de la cheffe de l'Exécutif    3 morts et une vingtaine d'enfants blessés dans un attentat    ACTUCULT    "Derb Cinéma" lance l'appel à candidatures jusqu'au 15 novembre    Tout en excluant la trêve : Ankara exhorte les Kurdes de Syrie à déposer les armes    Boukhalfa : Huit blessés dans un accident de la circulation    Corée du Sud, Italie, Turquie et Autriche à l'honneur    Selon le MSP: « Les autorités responsables de l'échec de la transition démocratique »    Rachid Sekak: Le redressement économique passe par le règlement de l'équation politique    Pompiers en colère à Paris : tensions avec la police, au moins 6 interpellations    5ème édition du Prix littéraire " Katara ": Le talent algérien brille de nouveau dans le ciel de Katara    Belmadi et les Verts sur leur lancée    Les chrétiens d'Algérie dénoncent    La France garde le secret    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les professionnels dénoncent le statu quo
Le secteur de la santé va mal
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 03 - 2019

Des acteurs de la santé publique ont dénoncé lasituation de malaise que vit lesecteur. Lors d'unrassemblement entreprofesseurs et chefs deservice de CHU à Alger, cesprofessionnels ont vivementcritiqué le marasme danslequel vit la santé publique.
Des acteurs de la santé publique ont dénoncé lasituation de malaise que vit lesecteur. Lors d'unrassemblement entreprofesseurs et chefs deservice de CHU à Alger, cesprofessionnels ont vivementcritiqué le marasme danslequel vit la santé publique.
Après la lettre du professeur Kamel Bouzid où il dénonce la situationdes cancéreux, c'est autour d'autresresponsables médicaux de lui emboîter lepas. En effet, lors d'un rassemblement auCHU Mustapha-Pacha, des professeurs,docents et médecins généralistes, ont unanimementdéclaré que "la santé publique reste un secteur sinistré, où la mauvaisegestion et l'incohérence des politiquespubliques révèlent toutes leurs tares". Leprofesseur Cherchali, du service de cardiologiede Bejaia, a estimé que "la loi sur lasanté qui vient d'être adoptée est certesintéressante,
mais certains de ces articlessont flous". C'est le cas pour la prise encharge des soins des pathologies lourdes,où cette loi ne fait que consacrer des généralitésque tout le monde connaît. Le professeurTouil du CHU de Constantine,déplore que "les hôpitaux publics sontdevenus des enceintes où tout se fait, alorsque leur fonction universitaire a été mise àl'écart". Les problèmes de soins à l'étranger,les promotions de grade, le financementdes structures publiques de santé, ontété revisités avec des propos virulents àl'endroit de la tutelle.
Ces professionnelsont regretté que "les budgets indigentsconsacrés à la santé publique ne suffisentplus"et la majorité de ces subventions estabsorbée par "les salaires des médecins etparamédicaux". Ils ont crié leur colèrecontre la suspension de certains projets d'hôpitaux qui devaient voir le jour cette année et qui ont été gelés sans raison. "Le gouvernement doit prendre ses responsabilité pour le financement de ces structures indispensables pour les malades".
"Le manque d'équipements comme les scanners et autres appareils de radiographie, ainsi que les médicaments indispensables pour les malades opérés, doivent interpeller la tutelle sur les graves carences qui affectent la santé publique". Les professionnels qui ont décidé d'élargir leurs rangspour inclure les responsables et gestionnaires de la santé publique, comptent saisir le prochain gouvernement dés qu'il sera nommé sur ces questions. Le prochain conclave se déroulera dans une autre ville du pays, ont conclu les praticiens de la santé publique qui ne veulent plus s'enfermer dans les revendications corporatistes et souhaitent de véritables réformes, d'un secteur aussi vital pour tous les citoyens.
Après la lettre du professeur Kamel Bouzid où il dénonce la situationdes cancéreux, c'est autour d'autresresponsables médicaux de lui emboîter lepas. En effet, lors d'un rassemblement auCHU Mustapha-Pacha, des professeurs,docents et médecins généralistes, ont unanimementdéclaré que "la santé publique reste un secteur sinistré, où la mauvaisegestion et l'incohérence des politiquespubliques révèlent toutes leurs tares". Leprofesseur Cherchali, du service de cardiologiede Bejaia, a estimé que "la loi sur lasanté qui vient d'être adoptée est certesintéressante,
mais certains de ces articlessont flous". C'est le cas pour la prise encharge des soins des pathologies lourdes,où cette loi ne fait que consacrer des généralitésque tout le monde connaît. Le professeurTouil du CHU de Constantine,déplore que "les hôpitaux publics sontdevenus des enceintes où tout se fait, alorsque leur fonction universitaire a été mise àl'écart". Les problèmes de soins à l'étranger,les promotions de grade, le financementdes structures publiques de santé, ontété revisités avec des propos virulents àl'endroit de la tutelle.
Ces professionnelsont regretté que "les budgets indigentsconsacrés à la santé publique ne suffisentplus"et la majorité de ces subventions estabsorbée par "les salaires des médecins etparamédicaux". Ils ont crié leur colèrecontre la suspension de certains projets d'hôpitaux qui devaient voir le jour cette année et qui ont été gelés sans raison. "Le gouvernement doit prendre ses responsabilité pour le financement de ces structures indispensables pour les malades".
"Le manque d'équipements comme les scanners et autres appareils de radiographie, ainsi que les médicaments indispensables pour les malades opérés, doivent interpeller la tutelle sur les graves carences qui affectent la santé publique". Les professionnels qui ont décidé d'élargir leurs rangspour inclure les responsables et gestionnaires de la santé publique, comptent saisir le prochain gouvernement dés qu'il sera nommé sur ces questions. Le prochain conclave se déroulera dans une autre ville du pays, ont conclu les praticiens de la santé publique qui ne veulent plus s'enfermer dans les revendications corporatistes et souhaitent de véritables réformes, d'un secteur aussi vital pour tous les citoyens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.