FC Barcelone: Guardiola répond sèchement au Barça !    Décès de Jean Daniel: le Président Tebboune rend hommage à un "ami de la révolution algérienne"    Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Consécration du 22 février Journée nationale, un acquis pour le peuple et pour l'Algérie    Foot/ L2 (boycott des clubs): le Bureau fédéral refuse le report de la 20e journée    Etiquetage des produits originaires du Sahara occidental : les clarifications de la nouvelle Commission européenne    USMA : Ardji ou Yaïche pour remplacer Zouari    MCA: La confiance sera renouvelée à Toual    Tribunal de Bir Mourad Raïs : le Directeur général du groupe Ennahar placé en détention provisoire    Le Galaxy Z Flip, le premier écran en verre pliable de Samsung    Opticharge, une nouvelle application mobile pour le transport de marchandises    Une expulsion et des interrogations    Plaidoyer pour un cadre juridique en faveur des start-up    La BM plaide pour un nouveau contrat social    HIRAK : quo vadis ?    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Le Président Tebboune accorde des entrevues à des médias nationaux et etrangers    Tunisie: Ennahdha soutient le gouvernement Fakhfakh, vote de confiance la semaine prochaine    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Erdogan menace la Syrie d'une opération à Idleb    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    «Par quelle main retenir le vent»    Karim Younès au rang de ministre d'Etat    Le PAD engagera de larges consultations avec les anti-pouvoir    "Le centre de décision ne se trouve pas chez le pouvoir formel"    Madar joue la carte des «primes »    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    Erling Haaland, naissance d'un géant    Le virus de l'argent en quarantaine !    Être radieuse, c'est possible !    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les corps communs en grève les 23 et 24 février    13,4 milliards DA d'investissement en 2019    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    Le message poignant De nos frères blessés    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    "Et si je les tuais tous, Madame", le monologue des silences bavards    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Que serait le 7e art sans les artistes ?!    Chakib Khelil et Amar Ghoul bientôt devant la Cour suprême !    Berraf dénonce un 'montage'    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les professionnels dénoncent le statu quo
Le secteur de la santé va mal
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 03 - 2019

Des acteurs de la santé publique ont dénoncé lasituation de malaise que vit lesecteur. Lors d'unrassemblement entreprofesseurs et chefs deservice de CHU à Alger, cesprofessionnels ont vivementcritiqué le marasme danslequel vit la santé publique.
Des acteurs de la santé publique ont dénoncé lasituation de malaise que vit lesecteur. Lors d'unrassemblement entreprofesseurs et chefs deservice de CHU à Alger, cesprofessionnels ont vivementcritiqué le marasme danslequel vit la santé publique.
Après la lettre du professeur Kamel Bouzid où il dénonce la situationdes cancéreux, c'est autour d'autresresponsables médicaux de lui emboîter lepas. En effet, lors d'un rassemblement auCHU Mustapha-Pacha, des professeurs,docents et médecins généralistes, ont unanimementdéclaré que "la santé publique reste un secteur sinistré, où la mauvaisegestion et l'incohérence des politiquespubliques révèlent toutes leurs tares". Leprofesseur Cherchali, du service de cardiologiede Bejaia, a estimé que "la loi sur lasanté qui vient d'être adoptée est certesintéressante,
mais certains de ces articlessont flous". C'est le cas pour la prise encharge des soins des pathologies lourdes,où cette loi ne fait que consacrer des généralitésque tout le monde connaît. Le professeurTouil du CHU de Constantine,déplore que "les hôpitaux publics sontdevenus des enceintes où tout se fait, alorsque leur fonction universitaire a été mise àl'écart". Les problèmes de soins à l'étranger,les promotions de grade, le financementdes structures publiques de santé, ontété revisités avec des propos virulents àl'endroit de la tutelle.
Ces professionnelsont regretté que "les budgets indigentsconsacrés à la santé publique ne suffisentplus"et la majorité de ces subventions estabsorbée par "les salaires des médecins etparamédicaux". Ils ont crié leur colèrecontre la suspension de certains projets d'hôpitaux qui devaient voir le jour cette année et qui ont été gelés sans raison. "Le gouvernement doit prendre ses responsabilité pour le financement de ces structures indispensables pour les malades".
"Le manque d'équipements comme les scanners et autres appareils de radiographie, ainsi que les médicaments indispensables pour les malades opérés, doivent interpeller la tutelle sur les graves carences qui affectent la santé publique". Les professionnels qui ont décidé d'élargir leurs rangspour inclure les responsables et gestionnaires de la santé publique, comptent saisir le prochain gouvernement dés qu'il sera nommé sur ces questions. Le prochain conclave se déroulera dans une autre ville du pays, ont conclu les praticiens de la santé publique qui ne veulent plus s'enfermer dans les revendications corporatistes et souhaitent de véritables réformes, d'un secteur aussi vital pour tous les citoyens.
Après la lettre du professeur Kamel Bouzid où il dénonce la situationdes cancéreux, c'est autour d'autresresponsables médicaux de lui emboîter lepas. En effet, lors d'un rassemblement auCHU Mustapha-Pacha, des professeurs,docents et médecins généralistes, ont unanimementdéclaré que "la santé publique reste un secteur sinistré, où la mauvaisegestion et l'incohérence des politiquespubliques révèlent toutes leurs tares". Leprofesseur Cherchali, du service de cardiologiede Bejaia, a estimé que "la loi sur lasanté qui vient d'être adoptée est certesintéressante,
mais certains de ces articlessont flous". C'est le cas pour la prise encharge des soins des pathologies lourdes,où cette loi ne fait que consacrer des généralitésque tout le monde connaît. Le professeurTouil du CHU de Constantine,déplore que "les hôpitaux publics sontdevenus des enceintes où tout se fait, alorsque leur fonction universitaire a été mise àl'écart". Les problèmes de soins à l'étranger,les promotions de grade, le financementdes structures publiques de santé, ontété revisités avec des propos virulents àl'endroit de la tutelle.
Ces professionnelsont regretté que "les budgets indigentsconsacrés à la santé publique ne suffisentplus"et la majorité de ces subventions estabsorbée par "les salaires des médecins etparamédicaux". Ils ont crié leur colèrecontre la suspension de certains projets d'hôpitaux qui devaient voir le jour cette année et qui ont été gelés sans raison. "Le gouvernement doit prendre ses responsabilité pour le financement de ces structures indispensables pour les malades".
"Le manque d'équipements comme les scanners et autres appareils de radiographie, ainsi que les médicaments indispensables pour les malades opérés, doivent interpeller la tutelle sur les graves carences qui affectent la santé publique". Les professionnels qui ont décidé d'élargir leurs rangspour inclure les responsables et gestionnaires de la santé publique, comptent saisir le prochain gouvernement dés qu'il sera nommé sur ces questions. Le prochain conclave se déroulera dans une autre ville du pays, ont conclu les praticiens de la santé publique qui ne veulent plus s'enfermer dans les revendications corporatistes et souhaitent de véritables réformes, d'un secteur aussi vital pour tous les citoyens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.