Justice : Mandat de dépôt contre Saïd Bey et mandat d'arrêt contre Habib Chentouf    Le bal des hypocrites    La rue applaudit les décisions    Un député FLN démissionne pour rejoindre le Hirak    Création d'une instance indépendante chargée d'organiser les élections : Début de la rencontre de concertation sur les mécanismes    Corruption : Report pour la semaine prochaine de l'affaire du sénateur Boudjouher Malik    Argent détourné en Algérie : M. Djillali Hadjadj chiffre à près de 60 milliards de dollars les sommes détournées    Le baril "accompagne" le Hirak    Huawei innove dans la gestion des flux de passagers    Le fromage Bouhezza en fête    Hi-Tech : Samsung pourrait devenir fournisseur d'Orange en 5G    Coopération bilatérale : La Russie et la France s'allient pour créer un réseau de maisons de retraite    Sri Lanka : Des attentats font plus de 160 morts le jour de Pâques    La contestation suspend les discussions avec l'armée    Libye: Tripoli toujours sous la menace armée, avancée des troupes du GNA    Washington met fin aux exemptions    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    Hazard au Madrid, c'est déjà fait!    Le Barça vole au secours de Coutinho    Yacine Chalel à la 5e place    Sport : Quand le vent du "Hirak" souffle sur le sport algérien    Championnats d'Afrique U18 et U20 : 13 médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Des débuts prometteurs    Istimara et recours, quelle issue?    Plus de peur que de mal    Tizi-Ouzou : Réhabilitation de la station climatique de Tala Guilef    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    Un documentaire sur le royaume de Numidie en réalisation    Bouchetta Soulimane expose "El Djazair"    Les frères Kouninef arrêtés    L'Algérie a atteint 1,5 % en 2018    Bensalah maintient le cap    L'horreur à Alger !    Retrait du permis de conduire : détails de la nouvelle procédure    Qui succédera à Ould Abbès    Victoire à la présidentielle du comédien Volodymyr Zelenskiy    La nouvelle Cupra Formentor sera produite dans l'usine Seat à Martorell    La semaine de la langue espagnole    Championnat d'Allemagne.. Belfodil 6e meilleur buteur    Effondrement d'un immeuble à la Casbah.. Quatre morts et des blessés    Course au titre.. L'USMA toujours maitre de son destin mais…    Cinéma à Alger.. L'Onci récupère trois salles    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 196 interventions en 72 heures !    Treize médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Célébration du Mois du patrimoine à Médéa    Evocation du séjour à Oran de Cervantès    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les professionnels dénoncent le statu quo
Le secteur de la santé va mal
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 03 - 2019

Des acteurs de la santé publique ont dénoncé lasituation de malaise que vit lesecteur. Lors d'unrassemblement entreprofesseurs et chefs deservice de CHU à Alger, cesprofessionnels ont vivementcritiqué le marasme danslequel vit la santé publique.
Des acteurs de la santé publique ont dénoncé lasituation de malaise que vit lesecteur. Lors d'unrassemblement entreprofesseurs et chefs deservice de CHU à Alger, cesprofessionnels ont vivementcritiqué le marasme danslequel vit la santé publique.
Après la lettre du professeur Kamel Bouzid où il dénonce la situationdes cancéreux, c'est autour d'autresresponsables médicaux de lui emboîter lepas. En effet, lors d'un rassemblement auCHU Mustapha-Pacha, des professeurs,docents et médecins généralistes, ont unanimementdéclaré que "la santé publique reste un secteur sinistré, où la mauvaisegestion et l'incohérence des politiquespubliques révèlent toutes leurs tares". Leprofesseur Cherchali, du service de cardiologiede Bejaia, a estimé que "la loi sur lasanté qui vient d'être adoptée est certesintéressante,
mais certains de ces articlessont flous". C'est le cas pour la prise encharge des soins des pathologies lourdes,où cette loi ne fait que consacrer des généralitésque tout le monde connaît. Le professeurTouil du CHU de Constantine,déplore que "les hôpitaux publics sontdevenus des enceintes où tout se fait, alorsque leur fonction universitaire a été mise àl'écart". Les problèmes de soins à l'étranger,les promotions de grade, le financementdes structures publiques de santé, ontété revisités avec des propos virulents àl'endroit de la tutelle.
Ces professionnelsont regretté que "les budgets indigentsconsacrés à la santé publique ne suffisentplus"et la majorité de ces subventions estabsorbée par "les salaires des médecins etparamédicaux". Ils ont crié leur colèrecontre la suspension de certains projets d'hôpitaux qui devaient voir le jour cette année et qui ont été gelés sans raison. "Le gouvernement doit prendre ses responsabilité pour le financement de ces structures indispensables pour les malades".
"Le manque d'équipements comme les scanners et autres appareils de radiographie, ainsi que les médicaments indispensables pour les malades opérés, doivent interpeller la tutelle sur les graves carences qui affectent la santé publique". Les professionnels qui ont décidé d'élargir leurs rangspour inclure les responsables et gestionnaires de la santé publique, comptent saisir le prochain gouvernement dés qu'il sera nommé sur ces questions. Le prochain conclave se déroulera dans une autre ville du pays, ont conclu les praticiens de la santé publique qui ne veulent plus s'enfermer dans les revendications corporatistes et souhaitent de véritables réformes, d'un secteur aussi vital pour tous les citoyens.
Après la lettre du professeur Kamel Bouzid où il dénonce la situationdes cancéreux, c'est autour d'autresresponsables médicaux de lui emboîter lepas. En effet, lors d'un rassemblement auCHU Mustapha-Pacha, des professeurs,docents et médecins généralistes, ont unanimementdéclaré que "la santé publique reste un secteur sinistré, où la mauvaisegestion et l'incohérence des politiquespubliques révèlent toutes leurs tares". Leprofesseur Cherchali, du service de cardiologiede Bejaia, a estimé que "la loi sur lasanté qui vient d'être adoptée est certesintéressante,
mais certains de ces articlessont flous". C'est le cas pour la prise encharge des soins des pathologies lourdes,où cette loi ne fait que consacrer des généralitésque tout le monde connaît. Le professeurTouil du CHU de Constantine,déplore que "les hôpitaux publics sontdevenus des enceintes où tout se fait, alorsque leur fonction universitaire a été mise àl'écart". Les problèmes de soins à l'étranger,les promotions de grade, le financementdes structures publiques de santé, ontété revisités avec des propos virulents àl'endroit de la tutelle.
Ces professionnelsont regretté que "les budgets indigentsconsacrés à la santé publique ne suffisentplus"et la majorité de ces subventions estabsorbée par "les salaires des médecins etparamédicaux". Ils ont crié leur colèrecontre la suspension de certains projets d'hôpitaux qui devaient voir le jour cette année et qui ont été gelés sans raison. "Le gouvernement doit prendre ses responsabilité pour le financement de ces structures indispensables pour les malades".
"Le manque d'équipements comme les scanners et autres appareils de radiographie, ainsi que les médicaments indispensables pour les malades opérés, doivent interpeller la tutelle sur les graves carences qui affectent la santé publique". Les professionnels qui ont décidé d'élargir leurs rangspour inclure les responsables et gestionnaires de la santé publique, comptent saisir le prochain gouvernement dés qu'il sera nommé sur ces questions. Le prochain conclave se déroulera dans une autre ville du pays, ont conclu les praticiens de la santé publique qui ne veulent plus s'enfermer dans les revendications corporatistes et souhaitent de véritables réformes, d'un secteur aussi vital pour tous les citoyens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.