Après l'ONM et l'UGTA, il a rencontré la direction de l'UNPA.. Sellal défend le «projet» du Président-candidat    Filière apicole.. Création d'un conseil national interprofessionnel    Résolution des affaires criminelles à El Tarf.. Hausse de 80%    Formation professionnelle.. 1000 nouveaux inscrits à Tizi Ouzou    Championnat arabe de boxe.. Huit médailles dont 3 en or pour l'Algérie    Coupe d'Algérie.. La double confrontation CRB-NAHD officiellement au 5 juillet    Ligue des champions.. Sergio Ramos s'explique après la polémique concernant son carton jaune    Grand succès de «Nathan le sage» à Alger.. Le théâtre pour unir les humains    Première forte mobilisation dans la rue contre le 5e mandat    Salon international de défense «IDEX-2019».. Gaid Salah à Abou Dhabi    Grand concours «Cirta Science» de Constantine.. 550 lycéens aux épreuves préliminaires    Le jeune arrête à BBA libéré    INTERSYNDICALE : L'éducation perturbée par une grève le 26 février    UN VEHICULE VOLE A MOSTAGANEM, RETROUVE A RELIZANE : Les 04 voleurs placés sous les verrous    PRESIDENTILLE 2019 : Le PT tranchera prochainement sur sa participation    PREPARATIFS DE L'ELECTION PRESIDENTIELLE : 8 nouveaux centres de vote créés    REVISION DE LA LOI RELATIVE AU MOUDJAHID ET AU CHAHID : Prise en charge médicale optimale pour les Moudjahidine    Ernesto Valverde prolongé    La justice refuse la libération d'un ex-ministre mozambicain    Les faux dilemmes de Benflis et Hanoune    Les assurances de Temmar    La Russie, la Turquie et l'Iran s'engagent à aider Damas à réaliser des réformes constitutionnelles    «La coupe de cheveux reflète inéluctablement notre idole»    Quelques vieilles saloperies jamais vraiment enterrées au cimetière de Boothill !    Gare routière est : Un policier assassiné dans un bus    Zone de Bellara, à El Milia (Jijel) : Lancement des travaux de viabilisation    Coupe arabe des clubs. Al-Merreikh – MCA : Mission difficile pour le Doyen à Omdurman    LFP – sanctions : Huis clos pour le MOB, un an pour Harkabi    MO Béjaïa : Accord trouvé avec Bouzidi    Chambre de commerce : Une délégation américaine en visite à Oran    Le ministre du Travail l'affirme: Plus d'un demi million de nouveaux chômeurs diplômés chaque année    Chlef: Le vol de câbles téléphoniques inquiète    Bilan financier 2018: Ooredoo Algérie compte 13,8 millions d'abonnés    Coupe d'Algérie: La double confrontation CRB - NAHD au 5-Juillet    59ème anniversaire des essais nucléaires français en Algérie    Plus de 100 000 bébés meurent annuellement en raison des guerres    Le réseau internet exposé aux attaques de l'exterieur du pays    Des avions français bombardent des civils à l'extrême Est    Deux terroristes se font exploser à Sidi Bouzid    Trois éléments de soutien aux terroristes arrêtés à Oran et des armes saisies à Skikda    «Les Yeux de Mansour» de Ryad Girod    Générale de Saha l'artiste    Manselkouch.. Manselkouch en ouverture    "Les masques sont tombés" : Moscou répond au journaliste de la BBC sur "l'attaque" à Douma    La dette publique des USA bat un nouveau record: en quoi Trump est-il différent d'Obama?    Abdelkader Kara Bouhadba installé dans ses nouvelles fonctions    Accord de pêche Maroc-UE : Le Tribunal européen ordonne à l'UE de respecter le droit international    Cameroun : L'opposant Maurice Kamto et ses partisans inculpés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Banque d'Algérie dévoile la quantité d'argent créée
Planche à billets
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 06 - 2018

Contenudinars de monnaie au 31 mars 2018 dans le cadre du financement non conventionnel, communémentconnu sous la dénomination de - planche à billets -, selon les chiffres publiés parl'institution monétaire sur la situation mensuelle.
Contenudinars de monnaie au 31 mars 2018 dans le cadre du financement non conventionnel, communémentconnu sous la dénomination de - planche à billets -, selon les chiffres publiés parl'institution monétaire sur la situation mensuelle.
Les 3.585 milliards de dinars, représentantenviron 30.5 milliards de dollars américains,ont été créés sous forme de titres émis ougarantis par l'Etat algérien conformément àl'article 45 bis de l'ordonnance numéro 03-11 du 26 août 2003 relative à la monnaie et au créditcomplétée par la loi numéro 17-10 du 11octobre 2017. L'article stipule que "la Banque d'Algérie procède à titre exceptionnel et durantune période de cinq années, à l'achat directementauprès du Trésor, de titres émis par celuici"à l'effet de participer à "la couverture desbesoins de financement du Trésor, au financementde la dette publique interne, ainsi qu'aufinancement du Fonds national d'investissement".
Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, chiffrait le 22 octobre 2017 les besoinsdu Trésor public en matière de financement à570 milliards de dinars en 2017, à 1815 milliardsen 2018 et à 580 milliards en 2019. 2185 milliards de dinars avaient été créés au 30 novembre 2017. "Ils ont chargé la barque, mais l'argent n'estpas injecté dans l'économie", explique un économisteinterrogé par TSA. "L'argent est encore dans le compte courant du Trésor. Ce dernier puise de cet argent sans demander l'autorisation de la Banque d'Algérie", avertitilcependant.
"Le Trésor a besoin de puiser 100milliards par mois. Il peut donc tenir douzemois sansrelancer la planche à billets",affirme lespécialiste. "Les besoins pourraient néanmoins être plus élevés si les dépensesdérapent ou si le prix du baril diminue", analyse-t-il. "Il faut aussi redonner de l'argent au FNI ou à Sonatrach ou aux banques qui ont des créances sur les entreprises publiques commeSonelgaz", estime-t-il par ailleurs.Le 26 septembre2017, le vice-gouverneur de laBanque d'Algérie, Saïd Maherzi, a affirmé que le financement non conventionnel ne devrait pas se répercuter par une explosion de l'inflation. Ce "qui serait inquiétant n'est pas le principede recourir à ce financement mais le fait d'y recourir de manière abusive et démesurée", avait-il affirmé.
Les 3.585 milliards de dinars, représentantenviron 30.5 milliards de dollars américains,ont été créés sous forme de titres émis ougarantis par l'Etat algérien conformément àl'article 45 bis de l'ordonnance numéro 03-11 du 26 août 2003 relative à la monnaie et au créditcomplétée par la loi numéro 17-10 du 11octobre 2017. L'article stipule que "la Banque d'Algérie procède à titre exceptionnel et durantune période de cinq années, à l'achat directementauprès du Trésor, de titres émis par celuici"à l'effet de participer à "la couverture desbesoins de financement du Trésor, au financementde la dette publique interne, ainsi qu'aufinancement du Fonds national d'investissement".
Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, chiffrait le 22 octobre 2017 les besoinsdu Trésor public en matière de financement à570 milliards de dinars en 2017, à 1815 milliardsen 2018 et à 580 milliards en 2019. 2185 milliards de dinars avaient été créés au 30 novembre 2017. "Ils ont chargé la barque, mais l'argent n'estpas injecté dans l'économie", explique un économisteinterrogé par TSA. "L'argent est encore dans le compte courant du Trésor. Ce dernier puise de cet argent sans demander l'autorisation de la Banque d'Algérie", avertitilcependant.
"Le Trésor a besoin de puiser 100milliards par mois. Il peut donc tenir douzemois sansrelancer la planche à billets",affirme lespécialiste. "Les besoins pourraient néanmoins être plus élevés si les dépensesdérapent ou si le prix du baril diminue", analyse-t-il. "Il faut aussi redonner de l'argent au FNI ou à Sonatrach ou aux banques qui ont des créances sur les entreprises publiques commeSonelgaz", estime-t-il par ailleurs.Le 26 septembre2017, le vice-gouverneur de laBanque d'Algérie, Saïd Maherzi, a affirmé que le financement non conventionnel ne devrait pas se répercuter par une explosion de l'inflation. Ce "qui serait inquiétant n'est pas le principede recourir à ce financement mais le fait d'y recourir de manière abusive et démesurée", avait-il affirmé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.