Le revers de trop    Dilapidation de deniers publics : Ahmed Ouyahia face à la justice    La justice "accélère" la cadence    Le général Bouazza nommé à la tête de la DSI    Les chantiers de la refondation du collectif Nabni / Chantier 2 - Rendre les urnes au Peuple Bâtir un système électoral zéro-fraude en moins de ...    Les bus de l'Etub ne circulent plus    Les réfrigérateurs Slimmed Down de LG : Plus minces et aliments plus frais    20 ans de monnaie unique dans l'UE: "L'euro, tel qu'il est aujourd'hui, n'est pas stable"    Huawei va déployer la 5G durant la CAN-2019    La Badr refuse-t-elle de payer les retraités de France?    Après la mort d'une journaliste : Arrestations et appel au calme en Irlande du Nord    Daesh revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    4 assaillants tués en attaquant un QG de la sécurité    L'Algérie fer de lance de Seat dans le monde    Conseil de la Ligue arabe : M. Sabri Boukadoum participe à la réunion consacrée à la question palestinienne    28e journée de la Ligue 2 : Statu quo en tête, l'USMH n'est plus relégable    Grève contre le retour du directeur    L'OMA en quête de financement    C'est déjà plié pour Rivaldo    Quinze wilayas sont concernées    Des enfants à sauver    4 kg de kif saisis et 4 individus arrêtés    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    13 réalisatrices au festival de Cannes 2019    Tamazight prochainement disponible sur Google traduction    De nouvelles salles de cinéma pour le Ramadhan    Session extraordinaire le 4 mai    La date fixée au 21 juin    Ouyahia, la chute d'un dinosaure    Feu vert officiel pour la mise en service    Ould Abbes dans de mauvais draps    Tizi Ouzou.. Les routes de tous les dangers    Championnat de Ligue 2.. Mobilis Le WAT et l'ASO à 3 points de l'élite    AG des fédérations sportives.. Les défis de l'heure    Il s'est mal comporté avec Bahloul à l'AG de l'UAFA.. Raouraoua déclare la guerre à la FAF    207 morts dans les attaques terroristes.. Massacre au Sri Lanka    Grippe saisonnière.. Net recul cette année    Mois du patrimoine.. Un riche programme    Lutte contre la criminalité : Près de 2900 suspects interpellés en mars dernier    Début du référendum constitutionnel en Egypte    Grandiose 20 Avril à Tizi Ouzou    Algérie-Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Trucs et astuces    Des remèdes complémentaires pour soulager une entorse de la cheville    La progression féconde    …sortir…sortir…sortir…    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Forte explosion et tirs dans le centre de Kaboul    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Banque d'Algérie dévoile la quantité d'argent créée
Planche à billets
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 06 - 2018

Contenudinars de monnaie au 31 mars 2018 dans le cadre du financement non conventionnel, communémentconnu sous la dénomination de - planche à billets -, selon les chiffres publiés parl'institution monétaire sur la situation mensuelle.
Contenudinars de monnaie au 31 mars 2018 dans le cadre du financement non conventionnel, communémentconnu sous la dénomination de - planche à billets -, selon les chiffres publiés parl'institution monétaire sur la situation mensuelle.
Les 3.585 milliards de dinars, représentantenviron 30.5 milliards de dollars américains,ont été créés sous forme de titres émis ougarantis par l'Etat algérien conformément àl'article 45 bis de l'ordonnance numéro 03-11 du 26 août 2003 relative à la monnaie et au créditcomplétée par la loi numéro 17-10 du 11octobre 2017. L'article stipule que "la Banque d'Algérie procède à titre exceptionnel et durantune période de cinq années, à l'achat directementauprès du Trésor, de titres émis par celuici"à l'effet de participer à "la couverture desbesoins de financement du Trésor, au financementde la dette publique interne, ainsi qu'aufinancement du Fonds national d'investissement".
Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, chiffrait le 22 octobre 2017 les besoinsdu Trésor public en matière de financement à570 milliards de dinars en 2017, à 1815 milliardsen 2018 et à 580 milliards en 2019. 2185 milliards de dinars avaient été créés au 30 novembre 2017. "Ils ont chargé la barque, mais l'argent n'estpas injecté dans l'économie", explique un économisteinterrogé par TSA. "L'argent est encore dans le compte courant du Trésor. Ce dernier puise de cet argent sans demander l'autorisation de la Banque d'Algérie", avertitilcependant.
"Le Trésor a besoin de puiser 100milliards par mois. Il peut donc tenir douzemois sansrelancer la planche à billets",affirme lespécialiste. "Les besoins pourraient néanmoins être plus élevés si les dépensesdérapent ou si le prix du baril diminue", analyse-t-il. "Il faut aussi redonner de l'argent au FNI ou à Sonatrach ou aux banques qui ont des créances sur les entreprises publiques commeSonelgaz", estime-t-il par ailleurs.Le 26 septembre2017, le vice-gouverneur de laBanque d'Algérie, Saïd Maherzi, a affirmé que le financement non conventionnel ne devrait pas se répercuter par une explosion de l'inflation. Ce "qui serait inquiétant n'est pas le principede recourir à ce financement mais le fait d'y recourir de manière abusive et démesurée", avait-il affirmé.
Les 3.585 milliards de dinars, représentantenviron 30.5 milliards de dollars américains,ont été créés sous forme de titres émis ougarantis par l'Etat algérien conformément àl'article 45 bis de l'ordonnance numéro 03-11 du 26 août 2003 relative à la monnaie et au créditcomplétée par la loi numéro 17-10 du 11octobre 2017. L'article stipule que "la Banque d'Algérie procède à titre exceptionnel et durantune période de cinq années, à l'achat directementauprès du Trésor, de titres émis par celuici"à l'effet de participer à "la couverture desbesoins de financement du Trésor, au financementde la dette publique interne, ainsi qu'aufinancement du Fonds national d'investissement".
Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, chiffrait le 22 octobre 2017 les besoinsdu Trésor public en matière de financement à570 milliards de dinars en 2017, à 1815 milliardsen 2018 et à 580 milliards en 2019. 2185 milliards de dinars avaient été créés au 30 novembre 2017. "Ils ont chargé la barque, mais l'argent n'estpas injecté dans l'économie", explique un économisteinterrogé par TSA. "L'argent est encore dans le compte courant du Trésor. Ce dernier puise de cet argent sans demander l'autorisation de la Banque d'Algérie", avertitilcependant.
"Le Trésor a besoin de puiser 100milliards par mois. Il peut donc tenir douzemois sansrelancer la planche à billets",affirme lespécialiste. "Les besoins pourraient néanmoins être plus élevés si les dépensesdérapent ou si le prix du baril diminue", analyse-t-il. "Il faut aussi redonner de l'argent au FNI ou à Sonatrach ou aux banques qui ont des créances sur les entreprises publiques commeSonelgaz", estime-t-il par ailleurs.Le 26 septembre2017, le vice-gouverneur de laBanque d'Algérie, Saïd Maherzi, a affirmé que le financement non conventionnel ne devrait pas se répercuter par une explosion de l'inflation. Ce "qui serait inquiétant n'est pas le principede recourir à ce financement mais le fait d'y recourir de manière abusive et démesurée", avait-il affirmé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.