L'Algérie au coeur d'un ouvrage de référence paru à Washington    Hydrocarbures: l'Algérie possède des capacités importantes de production    Zaalane appelle à accorder “la priorité absolue” à l'entretien des routes    Deux casemates pour terroristes détruites par l'ANP à Chlef et Boumerdès (MDN)    Brexit: Que va-t-il se passer après le rejet de l'accord par le parlement britannique?    Le pays est surendetté et en état de faillite : La contestation sociale gagne le Zimbabwe    La CPI lave de tout soupçon l'ex-président ivoirien : Laurent Gbagbo acquitté    Le retour de Boudiaf    Nouvel an amazigh 2969 : La tradition perpétuée en Kabylie    Expositions, conférences et ateliers à Bouira    La journée du «doute»    Selon des syndicats de l'Education: La grève du 21 janvier inévitable    Statut particulier, hausse des salaires, formation: Les imams satisfaits des discussions    Grippe saisonnière: Le ministère de la Santé rappelle la nécessité de se faire vacciner    Ballon carré    Football - Mercato d'hiver: Une transhumance aux résultats incertains    LFP - Réunion demain pour présenter le nouveau SG    L'Alliance présidentielle dans l'expectative    Baghdad Bounedjah élu ballon d'or Algérien 2018    Ligue des champions (2e J/ Gr.D) Al-Ahly du Caire : Forfait de cinq joueurs égyptiens face à la JS Saoura    Tahrat gravement touché au genou    Priorité de tous : le bien-être du peuple    10èmes Journées internationales du Marketing Touristique : La "destination Algérie"… le défi de 2019    Le nœud syrien sera-t-il dénoué sans les USA?    Algérie -Afrique du Sud : Signature d'une feuille de route pour renforcer la coopération économique et commerciale    En visite à Alger : Bedoui appelle à la création de délégations au niveau des nouvelles circonscriptions administratives    Fièvre aphteuse-peste des petits ruminants : Aucun impact sur les bêtes de sacrifice de l'Aïd El Adha    Un crime odieux pour 200 euros !    Des responsables limogés    Le président du Parlement libéré après avoir été brièvement détenu    M. Mohamed Ayadi à propos de la Transsaharienne : "Pour un meilleur développement des liens économiques entre les pays qui y seront reliés"    L'usine mise sous audit    6 productions en compétition    «Retrait américain» et repositionnement des autres acteurs    Un aboutissement de la revendication identitaire    Pour l'institution d'un prix «Si Muhend U Mhand»    MASCARA : Découverte de 15 bombes artisanales à Maoussa    TIERS PRESIDENTIEL : Report de l'installation des nouveaux sénateurs    11 janvier 1992-11 janvier 2018 : La fable criminelle de la sauvegarde de la démocratie    FFS : vers le rejet de la présidentielle    Choc à Constantine, derby au centre    Makri candidat ?    Anniversaire ... en prison    Lettre aux Français du président : «Je ne vous ai pas compris !»    L'énigme Hamrouche    Cortesse, un pan d'histoire à l'abandon    CAN-2019 : Le tirage au sort de la phase finale début avril    Le Hic en mini-tournée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Nos hôpitaux sont noyés de maladies cardio-vasculaires"
Le professeur Djamel-Eddine nibouche alerte;
Publié dans Le Midi Libre le 15 - 12 - 2018

L'éminent spécialiste des maladies cardio-vasculaires, le professeurDjamel- EddineNibouche, était de passageavant-hier sur les ondes de laRadio nationale.
L'éminent spécialiste des maladies cardio-vasculaires, le professeurDjamel- EddineNibouche, était de passageavant-hier sur les ondes de laRadio nationale.
L'occasion pour le Chef du servicecardio de l'hôpital NafissaHamoud, d'aborder une pathologieen passe de devenir unfléau rampant à gros dangerpour la santé publique."Les hôpitaux algériens sontnoyés de maladies cardio-vasculaires"alerte-t-il dans cetteveine, rappelant d'abord quedepuis une vingtaine d'années,on assistait à une augmentationsans cesse de maladiesgraves, notamment coronariennes.Le Professeur Niboucheexplique :
"Avant, notre paysétait préoccupé par les maladiesdu sous- développement, quenous avons pratiquement rayésde l'Algérie.Cependant, il fallait se préparerà cette transition, qui est depasser des maladies de lamisère vers les maladies dudéveloppement", fait-il remarquer.Son constat est amer : "Ce quitue, actuellement, le plus dans les maladies cardio-vasculaires,c'est l'insuffisance cardiaque,qui nécessite une hospitalisationqui prend un temps assezlong", dira-t-il, prévenant que cela "va automatiquement provoquerun disfonctionnement du service". D'où la nécessité, à ses yeux, qu'il faille "absolument"
à réfléchir à recourir au modeambulatoire, "pour éviter une telle situation" préconise-t-il, appelant à adopter "une autre stratégie en créant des centres àl'intérieur des hôpitaux qui sont destinés à prendre encharge en ambulatoire les malades, mais aussi penser à faire de l'hospitalisation à domicile", a conclu l'invité dela réaction de la chaine 3.
L'occasion pour le Chef du servicecardio de l'hôpital NafissaHamoud, d'aborder une pathologieen passe de devenir unfléau rampant à gros dangerpour la santé publique."Les hôpitaux algériens sontnoyés de maladies cardio-vasculaires"alerte-t-il dans cetteveine, rappelant d'abord quedepuis une vingtaine d'années,on assistait à une augmentationsans cesse de maladiesgraves, notamment coronariennes.Le Professeur Niboucheexplique :
"Avant, notre paysétait préoccupé par les maladiesdu sous- développement, quenous avons pratiquement rayésde l'Algérie.Cependant, il fallait se préparerà cette transition, qui est depasser des maladies de lamisère vers les maladies dudéveloppement", fait-il remarquer.Son constat est amer : "Ce quitue, actuellement, le plus dans les maladies cardio-vasculaires,c'est l'insuffisance cardiaque,qui nécessite une hospitalisationqui prend un temps assezlong", dira-t-il, prévenant que cela "va automatiquement provoquerun disfonctionnement du service". D'où la nécessité, à ses yeux, qu'il faille "absolument"
à réfléchir à recourir au modeambulatoire, "pour éviter une telle situation" préconise-t-il, appelant à adopter "une autre stratégie en créant des centres àl'intérieur des hôpitaux qui sont destinés à prendre encharge en ambulatoire les malades, mais aussi penser à faire de l'hospitalisation à domicile", a conclu l'invité dela réaction de la chaine 3.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.