Issad Rebrab placé sous mandat de dépôt    En l'absence de Bensalah: Une conférence vidée de politique et des interrogations    Trafic d'influence, détournement de foncier, transferts de fonds vers l'étranger...: Les frères Kouninef et Rebrab présentés au procureur    Selon Djilali Hadjadj: Près de 60 milliards de dollars détournés en Algérie en 15 ans    Tizi-Ouzou - Victime d'un accident: Un supporter du MCO succombe à ses blessures    USM Annaba: C'est la chute libre    Football - Ligue 2: Qui accompagnera l'USMB et le RCK en DNA ?    Alger: Cinq morts dans un effondrement    Constantine - Sit-in de demandeurs de logements devant la wilaya    Erosion, déversements des eaux, pollution, accès difficile...: Une plage «artificielle»... avec des problèmes «réels»    L'exception algérienne    Hi-Tech : Samsung pourrait devenir fournisseur d'Orange en 5G    Coopération bilatérale : La Russie et la France s'allient pour créer un réseau de maisons de retraite    Le GNL russe bat des records en Europe : Un moment éphémère ou nouvelle tendance ?    Sri Lanka : Des attentats font plus de 160 morts le jour de Pâques    La contestation suspend les discussions avec l'armée    Libye: Tripoli toujours sous la menace armée, avancée des troupes du GNA    Washington met fin aux exemptions    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    Un député FLN démissionne pour rejoindre le Hirak    Création d'une instance indépendante chargée d'organiser les élections : Début de la rencontre de concertation sur les mécanismes    Corruption : Report pour la semaine prochaine de l'affaire du sénateur Boudjouher Malik    Hazard au Madrid, c'est déjà fait!    Le Barça vole au secours de Coutinho    Yacine Chalel à la 5e place    Sport : Quand le vent du "Hirak" souffle sur le sport algérien    Championnats d'Afrique U18 et U20 : 13 médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Le bal des hypocrites    La rue applaudit les décisions    Le baril "accompagne" le Hirak    Des débuts prometteurs    Plus de peur que de mal    Ça chauffe à Aïn Berda    Tizi-Ouzou : Réhabilitation de la station climatique de Tala Guilef    Huawei innove dans la gestion des flux de passagers    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    Un documentaire sur le royaume de Numidie en réalisation    Bouchetta Soulimane expose "El Djazair"    Retrait du permis de conduire : détails de la nouvelle procédure    La nouvelle Cupra Formentor sera produite dans l'usine Seat à Martorell    Qui succédera à Ould Abbès    L'Algérie a atteint 1,5 % en 2018    Victoire à la présidentielle du comédien Volodymyr Zelenskiy    La semaine de la langue espagnole    Cinéma à Alger.. L'Onci récupère trois salles    Evocation du séjour à Oran de Cervantès    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Colère contre Benghabrit
Ponctions sur salaires
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 03 - 2019

Les différents syndicats de l'Education sont montés au créneau, pour dénoncer les dernières décisions de Benghabrit. Cette dernière aurait instruit les directions de l'Education à une ponction de 5 jours de salaires, suite aux grèves de février dernier.
Les différents syndicats de l'Education sont montés au créneau, pour dénoncer les dernières décisions de Benghabrit. Cette dernière aurait instruit les directions de l'Education à une ponction de 5 jours de salaires, suite aux grèves de février dernier.
Cette décision a jeté de l'huile sur le feu, dans un contexte mal choisipour une telle décision. En effet, laministre, qui a décidé d'une ponction sursalaires et de la prime de rendement desgrévistes, a été très mal digérée par lessyndicats. La plupart des grévistes, qui ontentamé leur mouvement de débrayage les26 et 27 février, se sont vus signifier dessanctions qui ne devaient pas se faire,selon le communiqué de la Snapest et de laSNTE. Le porte-parole du Cnapest,Messaoud Boudiba, a assuré dans unedéclaration publique, que "toucher à laprime de rendement des enseignants et travailleursde l'éducation est un dépassementqui ne s'inscrit pas dans la loi".
La ministreaurait justifié cette décision, par desabsences répétées des enseignants quiavaient choisi l'option de la grève. A cepropos, le représentant du Cnapest estime,que "compter les jours de grève commeune absence est intolérable et n'est qu'unedécision arbitraire". De leurs côtés, lesreprésentants de la SNTE et du Snapestabondent dans le même sens. "Les personnelsde l'éducation ont décidé de poursuivreleurs actions de contestation, devant lesdifférentes directions de l'Education pourrefuser cette décision", peut-on lire dans uncommuniqué de la SNTE. Les syndicatsprécisent, que "les primes de rendementsont soumises à une échelle d'appréciation, selon le règlement qui stipule qu'elles ne peuvent faire l'objet d'aucunealtération". Il faut rappeler, que la grèvedes syndicats les 26 et 27 février, s'inscrivaitdans le cadre d'une large contestationpopulaire qui avait débuté le 22 février. Etce n'est pas un hasard de calendrier,puisque les syndicats de l'éducation ont rejoint très vite le mouvement populaire. Les différents syndicats campent sur leur position, en demandant en parallèle à leur action, de "dégager tous les responsables de l'éducation pour leur faillite dans la gestiondu secteur".
Au-delà de l'aspect revendicatif, les syndicats veulent donner unsouffle nouveau à leur contestation, enl'inscrivant en droite ligne avec les revendications de la société civile. Laprochaine étape serait, selon une source syndicale, de continuer à observer des sitindevant les différentes Académies du pays où cette fois, il y a un risque d'embrasement si la ministre ne reviendrait pas sursa décision.
Cette décision a jeté de l'huile sur le feu, dans un contexte mal choisipour une telle décision. En effet, laministre, qui a décidé d'une ponction sursalaires et de la prime de rendement desgrévistes, a été très mal digérée par lessyndicats. La plupart des grévistes, qui ontentamé leur mouvement de débrayage les26 et 27 février, se sont vus signifier dessanctions qui ne devaient pas se faire,selon le communiqué de la Snapest et de laSNTE. Le porte-parole du Cnapest,Messaoud Boudiba, a assuré dans unedéclaration publique, que "toucher à laprime de rendement des enseignants et travailleursde l'éducation est un dépassementqui ne s'inscrit pas dans la loi".
La ministreaurait justifié cette décision, par desabsences répétées des enseignants quiavaient choisi l'option de la grève. A cepropos, le représentant du Cnapest estime,que "compter les jours de grève commeune absence est intolérable et n'est qu'unedécision arbitraire". De leurs côtés, lesreprésentants de la SNTE et du Snapestabondent dans le même sens. "Les personnelsde l'éducation ont décidé de poursuivreleurs actions de contestation, devant lesdifférentes directions de l'Education pourrefuser cette décision", peut-on lire dans uncommuniqué de la SNTE. Les syndicatsprécisent, que "les primes de rendementsont soumises à une échelle d'appréciation, selon le règlement qui stipule qu'elles ne peuvent faire l'objet d'aucunealtération". Il faut rappeler, que la grèvedes syndicats les 26 et 27 février, s'inscrivaitdans le cadre d'une large contestationpopulaire qui avait débuté le 22 février. Etce n'est pas un hasard de calendrier,puisque les syndicats de l'éducation ont rejoint très vite le mouvement populaire. Les différents syndicats campent sur leur position, en demandant en parallèle à leur action, de "dégager tous les responsables de l'éducation pour leur faillite dans la gestiondu secteur".
Au-delà de l'aspect revendicatif, les syndicats veulent donner unsouffle nouveau à leur contestation, enl'inscrivant en droite ligne avec les revendications de la société civile. Laprochaine étape serait, selon une source syndicale, de continuer à observer des sitindevant les différentes Académies du pays où cette fois, il y a un risque d'embrasement si la ministre ne reviendrait pas sursa décision.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.