L'Histoire "jugera" l'Arabie saoudite et la Russie    Le FNDC dénonce des violences après le double scrutin de dimanche    Belfodil partira en finde saison    Le gouvernement précise les conditions de circulation des personnes et des marchandises    Le président Tebboune salue les efforts des professionnels du secteur de la santé    Elan de solidarité avec Bilda, la confinée    Le journaliste Drareni arrêté et transféré dans un poste de police    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Incendie d'un puits à Hassi-Messaoud: le feu complètement circonscrit    GROUPE PHARMACEUTIQUE SAIDAL : Distribution d'un million d'unités de paracétamol à travers le pays    ETABLISSEMENT PUBLIC DE TELEVISION (EPTV) NATIONAL : Lancement d'une sixième chaîne de télévision    Le P-DG d'Algérie Télécom démis de ses fonctions !    LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS EN ALGERIE : Extension de la mesure de confinement partiel à 9 wilayas    CORONAVIRUS EN ALGERIE : 409 cas confirmés dont 26 décès    COVID 19 : Vers le report des Jeux Méditerranéens d'Oran    Sous la pandémie couve le nouveau monde    LES CONTROLES SE POURSUIVENT : SUSPICION DE CORONAVIRUS : Saisie d'importantes quantités de produits alimentaires à Mostaganem    La fin d'un monde    L'économie mondiale est désormais entrée en récession    Barça : De Jong raconte une anecdote sur Abdelhak Nouri    Real Madrid: la Juve relance la piste Marcelo !    Sonelgaz met en œuvre un plan de prévention contre coronavirus    Le chef de file de l'opposition enlevé dans le centre du Mali    Pas de trêve sanitaire en Libye    Covid-19/Sahel: attaques terroristes et conflits,une "trêve sanitaire" au second plan    Covid-19 : L'équipe de virologues chinois arrive cet après-midi à Alger    Coronavirus: Madoui appelle au rapatriement des Algériens établis en Arabie saoudite    Le ministère des Affaires étrangères suit de près la situation des Algériens bloqués à l'étranger    Illustration d'activités gouvernementales: les médias instruits d'"éviter" les archives    Covid-19 : l'APN appelle à faire prévaloir l'esprit d'initiative et de solidarité    Covid-19: Chorfi appelle les citoyens au respect des règles de prévention    Cherki: «Quel club me fait rêver excepté l'OL ? Le Real »    COVID-19: Plus d'un millier de colons marocains quittent le Sahara occidental et retournent dans leur pays    Procès de Karim Tabou: précisions du Parquet général    Automobile : le service après-vente au ralenti    La Cour d'Alger confirme le jugement de première instance    Tabbou : le procès qui fait scandale    Trois leçons pour l'après-corona    Le coronavirus et nous    Pour Karim Tabbou    QUAND LA VIE ET LA MORT SE PRENNENT LE BRAS    Quelques réflexions sur la norme et ses avatars    Exégètes amateurs et autres experts cathodiques : faites-les taire, monsieur Louber (*) !    L'Institut Cervantès assure les cours à distance    L'Onel soutient les populations en confinement    Karim Tabou victime d'un AVC    Ghardaïa: démantèlement d'un réseau de déplacement de migrants clandestins du Sud vers le Nord    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Colère contre Benghabrit
Ponctions sur salaires
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 03 - 2019

Les différents syndicats de l'Education sont montés au créneau, pour dénoncer les dernières décisions de Benghabrit. Cette dernière aurait instruit les directions de l'Education à une ponction de 5 jours de salaires, suite aux grèves de février dernier.
Les différents syndicats de l'Education sont montés au créneau, pour dénoncer les dernières décisions de Benghabrit. Cette dernière aurait instruit les directions de l'Education à une ponction de 5 jours de salaires, suite aux grèves de février dernier.
Cette décision a jeté de l'huile sur le feu, dans un contexte mal choisipour une telle décision. En effet, laministre, qui a décidé d'une ponction sursalaires et de la prime de rendement desgrévistes, a été très mal digérée par lessyndicats. La plupart des grévistes, qui ontentamé leur mouvement de débrayage les26 et 27 février, se sont vus signifier dessanctions qui ne devaient pas se faire,selon le communiqué de la Snapest et de laSNTE. Le porte-parole du Cnapest,Messaoud Boudiba, a assuré dans unedéclaration publique, que "toucher à laprime de rendement des enseignants et travailleursde l'éducation est un dépassementqui ne s'inscrit pas dans la loi".
La ministreaurait justifié cette décision, par desabsences répétées des enseignants quiavaient choisi l'option de la grève. A cepropos, le représentant du Cnapest estime,que "compter les jours de grève commeune absence est intolérable et n'est qu'unedécision arbitraire". De leurs côtés, lesreprésentants de la SNTE et du Snapestabondent dans le même sens. "Les personnelsde l'éducation ont décidé de poursuivreleurs actions de contestation, devant lesdifférentes directions de l'Education pourrefuser cette décision", peut-on lire dans uncommuniqué de la SNTE. Les syndicatsprécisent, que "les primes de rendementsont soumises à une échelle d'appréciation, selon le règlement qui stipule qu'elles ne peuvent faire l'objet d'aucunealtération". Il faut rappeler, que la grèvedes syndicats les 26 et 27 février, s'inscrivaitdans le cadre d'une large contestationpopulaire qui avait débuté le 22 février. Etce n'est pas un hasard de calendrier,puisque les syndicats de l'éducation ont rejoint très vite le mouvement populaire. Les différents syndicats campent sur leur position, en demandant en parallèle à leur action, de "dégager tous les responsables de l'éducation pour leur faillite dans la gestiondu secteur".
Au-delà de l'aspect revendicatif, les syndicats veulent donner unsouffle nouveau à leur contestation, enl'inscrivant en droite ligne avec les revendications de la société civile. Laprochaine étape serait, selon une source syndicale, de continuer à observer des sitindevant les différentes Académies du pays où cette fois, il y a un risque d'embrasement si la ministre ne reviendrait pas sursa décision.
Cette décision a jeté de l'huile sur le feu, dans un contexte mal choisipour une telle décision. En effet, laministre, qui a décidé d'une ponction sursalaires et de la prime de rendement desgrévistes, a été très mal digérée par lessyndicats. La plupart des grévistes, qui ontentamé leur mouvement de débrayage les26 et 27 février, se sont vus signifier dessanctions qui ne devaient pas se faire,selon le communiqué de la Snapest et de laSNTE. Le porte-parole du Cnapest,Messaoud Boudiba, a assuré dans unedéclaration publique, que "toucher à laprime de rendement des enseignants et travailleursde l'éducation est un dépassementqui ne s'inscrit pas dans la loi".
La ministreaurait justifié cette décision, par desabsences répétées des enseignants quiavaient choisi l'option de la grève. A cepropos, le représentant du Cnapest estime,que "compter les jours de grève commeune absence est intolérable et n'est qu'unedécision arbitraire". De leurs côtés, lesreprésentants de la SNTE et du Snapestabondent dans le même sens. "Les personnelsde l'éducation ont décidé de poursuivreleurs actions de contestation, devant lesdifférentes directions de l'Education pourrefuser cette décision", peut-on lire dans uncommuniqué de la SNTE. Les syndicatsprécisent, que "les primes de rendementsont soumises à une échelle d'appréciation, selon le règlement qui stipule qu'elles ne peuvent faire l'objet d'aucunealtération". Il faut rappeler, que la grèvedes syndicats les 26 et 27 février, s'inscrivaitdans le cadre d'une large contestationpopulaire qui avait débuté le 22 février. Etce n'est pas un hasard de calendrier,puisque les syndicats de l'éducation ont rejoint très vite le mouvement populaire. Les différents syndicats campent sur leur position, en demandant en parallèle à leur action, de "dégager tous les responsables de l'éducation pour leur faillite dans la gestiondu secteur".
Au-delà de l'aspect revendicatif, les syndicats veulent donner unsouffle nouveau à leur contestation, enl'inscrivant en droite ligne avec les revendications de la société civile. Laprochaine étape serait, selon une source syndicale, de continuer à observer des sitindevant les différentes Académies du pays où cette fois, il y a un risque d'embrasement si la ministre ne reviendrait pas sursa décision.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.