Pour renflouer les caisses sociales déficitaires :    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    DEPOT DE DOSSIERS DE CANDIDATURE : 6 postulants ont demandé un rendez-vous    CNAS : Le système de gouvernance critiqué    PROPOS DE SAADANI SUR LE SAHARA OCCIDENTAL : Le gouvernement réagit    Drapeau amazigh : Quatre détenus devant le juge au tribunal de Sidi M'hamed    TIZI-OUZOU : Un jeune de 26 ans sauvagement assassiné à Boghni    ECOLE PRIMAIRE ‘'CHEIKH ABDERRAHMANE DISSI ‘' A MOSTAGANEM : La surcharge de deux classes irrite les parents d'élèves    GROUPEMENT DE GENDARMERIE DE MOSTAGANEM : Saisie de 7440 comprimés de psychotropes sur la RN°11    Real Madrid: contre Galatasaray, Zidane joue gros...    Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    La police disperse les manifestants à Hong Kong    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Le football local victime de bricolage    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    D'autres actions des supporters en vue    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Une coordination internationale de la diaspora installée le 1er novembre    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Londres demande officiellement le report du Brexit    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Esquisse d'une subversion plombée par la justification    Le mouvement littéraire en Algérie affecté par l'absence de critique    Participation du Crasc d'Oran avec la présentation de 4 nouvelles publications    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    Près de 240 nouveaux cas depuis le début de l'année: Campagne de sensibilisation sur le dépistage du cancer du sein    LA SANTE ENTRE L'EPICERIE ET LE MOUROIR    Le PDG d'Air Algérie à l'APS: La sécurité des avions, les prix des billets et la réduction des effectifs    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    «Papicha» ou le drame de la censure?    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Grand prix Chantal Biya de cyclisme au Cameroun : L'Algérien Azzedine Lagab toujours en tête    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    Recul de la facture d'importation    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Colère contre Benghabrit
Ponctions sur salaires
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 03 - 2019

Les différents syndicats de l'Education sont montés au créneau, pour dénoncer les dernières décisions de Benghabrit. Cette dernière aurait instruit les directions de l'Education à une ponction de 5 jours de salaires, suite aux grèves de février dernier.
Les différents syndicats de l'Education sont montés au créneau, pour dénoncer les dernières décisions de Benghabrit. Cette dernière aurait instruit les directions de l'Education à une ponction de 5 jours de salaires, suite aux grèves de février dernier.
Cette décision a jeté de l'huile sur le feu, dans un contexte mal choisipour une telle décision. En effet, laministre, qui a décidé d'une ponction sursalaires et de la prime de rendement desgrévistes, a été très mal digérée par lessyndicats. La plupart des grévistes, qui ontentamé leur mouvement de débrayage les26 et 27 février, se sont vus signifier dessanctions qui ne devaient pas se faire,selon le communiqué de la Snapest et de laSNTE. Le porte-parole du Cnapest,Messaoud Boudiba, a assuré dans unedéclaration publique, que "toucher à laprime de rendement des enseignants et travailleursde l'éducation est un dépassementqui ne s'inscrit pas dans la loi".
La ministreaurait justifié cette décision, par desabsences répétées des enseignants quiavaient choisi l'option de la grève. A cepropos, le représentant du Cnapest estime,que "compter les jours de grève commeune absence est intolérable et n'est qu'unedécision arbitraire". De leurs côtés, lesreprésentants de la SNTE et du Snapestabondent dans le même sens. "Les personnelsde l'éducation ont décidé de poursuivreleurs actions de contestation, devant lesdifférentes directions de l'Education pourrefuser cette décision", peut-on lire dans uncommuniqué de la SNTE. Les syndicatsprécisent, que "les primes de rendementsont soumises à une échelle d'appréciation, selon le règlement qui stipule qu'elles ne peuvent faire l'objet d'aucunealtération". Il faut rappeler, que la grèvedes syndicats les 26 et 27 février, s'inscrivaitdans le cadre d'une large contestationpopulaire qui avait débuté le 22 février. Etce n'est pas un hasard de calendrier,puisque les syndicats de l'éducation ont rejoint très vite le mouvement populaire. Les différents syndicats campent sur leur position, en demandant en parallèle à leur action, de "dégager tous les responsables de l'éducation pour leur faillite dans la gestiondu secteur".
Au-delà de l'aspect revendicatif, les syndicats veulent donner unsouffle nouveau à leur contestation, enl'inscrivant en droite ligne avec les revendications de la société civile. Laprochaine étape serait, selon une source syndicale, de continuer à observer des sitindevant les différentes Académies du pays où cette fois, il y a un risque d'embrasement si la ministre ne reviendrait pas sursa décision.
Cette décision a jeté de l'huile sur le feu, dans un contexte mal choisipour une telle décision. En effet, laministre, qui a décidé d'une ponction sursalaires et de la prime de rendement desgrévistes, a été très mal digérée par lessyndicats. La plupart des grévistes, qui ontentamé leur mouvement de débrayage les26 et 27 février, se sont vus signifier dessanctions qui ne devaient pas se faire,selon le communiqué de la Snapest et de laSNTE. Le porte-parole du Cnapest,Messaoud Boudiba, a assuré dans unedéclaration publique, que "toucher à laprime de rendement des enseignants et travailleursde l'éducation est un dépassementqui ne s'inscrit pas dans la loi".
La ministreaurait justifié cette décision, par desabsences répétées des enseignants quiavaient choisi l'option de la grève. A cepropos, le représentant du Cnapest estime,que "compter les jours de grève commeune absence est intolérable et n'est qu'unedécision arbitraire". De leurs côtés, lesreprésentants de la SNTE et du Snapestabondent dans le même sens. "Les personnelsde l'éducation ont décidé de poursuivreleurs actions de contestation, devant lesdifférentes directions de l'Education pourrefuser cette décision", peut-on lire dans uncommuniqué de la SNTE. Les syndicatsprécisent, que "les primes de rendementsont soumises à une échelle d'appréciation, selon le règlement qui stipule qu'elles ne peuvent faire l'objet d'aucunealtération". Il faut rappeler, que la grèvedes syndicats les 26 et 27 février, s'inscrivaitdans le cadre d'une large contestationpopulaire qui avait débuté le 22 février. Etce n'est pas un hasard de calendrier,puisque les syndicats de l'éducation ont rejoint très vite le mouvement populaire. Les différents syndicats campent sur leur position, en demandant en parallèle à leur action, de "dégager tous les responsables de l'éducation pour leur faillite dans la gestiondu secteur".
Au-delà de l'aspect revendicatif, les syndicats veulent donner unsouffle nouveau à leur contestation, enl'inscrivant en droite ligne avec les revendications de la société civile. Laprochaine étape serait, selon une source syndicale, de continuer à observer des sitindevant les différentes Académies du pays où cette fois, il y a un risque d'embrasement si la ministre ne reviendrait pas sursa décision.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.