BECHAR : Installation du nouveau chef de sûreté de wilaya    SIDI OTHMANE (SAYADA) : Les citoyens dénoncent les coupures d'électricité    UNITES INDUSTRIELLES POLLUANTES A ORAN : 15 usines déjà mises en demeure    CEM ‘' MOHAMED LAKHAL ‘' DE KHARROUBA : Les enseignants dénoncent la surcharge des classes    MORTS PAR NOYADE ET PAR MONOXYDE DE CARBONE : Huit personnes décédées en 24 heures    PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT : Plus de 60 tonnes de déchets collectés à Oran    Ansu Fati marque l'histoire du Barça    Messi reprend l'entraînement, Dembélé partiellement    La JSK prend option pour la qualification    Ultime dérogation pour Cherif El-Ouazzani    Les Espagnols sur le toit du monde    L'homme qui a raté le "navire" de Karim Younès    Zerouati ordonne l'installation de filtres pour la cimenterie de Béni-Saf    Mise sous mandat de dépôt de 22 manifestants    Plus de 600 millions DA pour le développement du secteur des ressources en eau    L'Algérie n'est pas à l'abri    Plaidoyer pour une loi sur l'acquisition de tableaux    Sortir ...sortir ...sortir ...    Bull, portrait d'une Amérique à l'abandon, couvert de récompenses    Pour des mesures urgentes en matière d'éducation    Le rockeur américain Eddie Money décède à l'âge de 70 ans    Naissance des "Scouts libres"    CRB : Coupe de la CAF, le plus dur reste à faire à Alger    Mohamed Charfi à la tête de l'Autorité des élections    Concertation à Béjaïa pour un appel à une grève générale    JSK : Il a réussi son premier match international… : Mebarki s'affirme !    Le chef Raoni proposé au prix Nobel de la paix    Kagame veut éjecter l'Afrique du Sud des instances de l'UA    De l'envol à la faillite d'Aigle Azur : Les raisons d'un crash    Logement : la situation empire, comment y remédier ?    Faible taux de participation et indécision totale    Sous le signe de l'amitié algéro-italienne    Des habitations sous la menace d'un éboulement: Des habitants de Kouchet El Djir interpellent le wali    Le parti de Benflis: La présidentielle est «la voie la plus réaliste»    Suppression de la règle 51/49: Le débat est lancé    Selon le FFS: La crise a «atteint un stade dangereusement critique»    Mohamed Chorfi à la tête de l'Autorité de surveillance des élections    Football - Ligue 2: Le DRBT rejoint le duo de tête    Conclave wali-chefs de daïras et P/APC: Des mesures urgentes pour parer à d'éventuelles inondations    Intempéries au centre: Des inondations et des coupures d'eau et d'électricité    L'absence de liberté et de souveraineté persiste    La guerre en Syrie tire à sa fin    Poissons morts découverts aux abords du barrage de Taksebt    De mal en pis !    L'Algérie avait bien avant tiré la sonnette d'alarme…    Rencontres photographiques de Bamako    Analyse: Invitée au G7… L'Afrique n'a-t-elle vraiment fait que de la figuration ?    Les Houthis revendiquent une attaque de drones    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des experts mettent en garde
Climat des affaires en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 03 - 2019

Depuis quelques jours, des appels émanant de milieux inconnus incitent à observer une grève et à geler, troisjournées durant, des activités économiques dans le pays,notamment celles de secteurs stratégiques liés à l'exploitationde sites énergétiques. Des appels qui ne font pas, loin s'enfaut, l'unanimité tant des voix multiples s'élèvent pour mettreen garde contre les conséquences néfastes sur l'économienationale.
Depuis quelques jours, des appels émanant de milieux inconnus incitent à observer une grève et à geler, troisjournées durant, des activités économiques dans le pays,notamment celles de secteurs stratégiques liés à l'exploitationde sites énergétiques. Des appels qui ne font pas, loin s'enfaut, l'unanimité tant des voix multiples s'élèvent pour mettreen garde contre les conséquences néfastes sur l'économienationale.
S'exprimant, hier dimanche, à l'émission l'invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio algérienne,le professeur Mohamerd CherifBenmihoub considère que le pays setrouve face à une situation "délicate", qu'ilimpute à l'émergence d'une crise politiquequi mature, "depuis déjà quelques mois".Commentant la situation de crise àlaquelle est actuellement confrontéel'Algérie, cet analyste en économieestime, qu'il est vital de passer par unepériode de transition politique, "la pluscourte possible", en utilisant les ressourcesde la Constitution, "quitte à revoircette dernière plus tard", afin d'éviter
aupays de se trouver dans l'impasse. S'ilreconnaît la légitimité des revendications populaires, M. Benmihoub n'en abonde
pas moins, par ailleurs, vers l'idée quecette transition se fasse de façon organiséesinon, prévient-il, "nous risquons d'allervers le chaos".Cet analyste en économie déclare, d'autrepart, craindre qu'à partir du moment où lasituation n'est pas claire sur le plan institutionnel,les opérateurs économiques"soient à minima"et provoquent du mêmecoup, un arrêt des investissements durantune période indéterminée. Déjà, relève-t-il,que ce climat des affaires n'était pas bon,du fait de la corruption, de la bureaucratie,de l'instabilité juridique ou de la difficultéd'accès au crédit, "il risque de se dégrader davantage". Face au climat de mécontentement populaire et des tentatives de porter atteinte aux finances du pays, M.
Benmihoub préconise, par ailleurs, de prendre en urgence des mesures de sauvegardesur les réserves de change, en les plaçant sous la supervision d'un comité adhoc et non pas "entre les seules mains de la Banque d'Algérie", pour éviter de les voir "s'évaporer en partie".Pour ce qui concerne la gestion des comptes publics du Trésor, il y note une "dégradation" en raison, explique-t-il, de l'actionnement de la planche à billets dontil affirme qu'elle a produit, à ce jour, 6.500.000 milliards de dinars, "alors que les banques se trouvent en surliquidités", ce qui constitue un paradoxe. De son coté, l'ancien P-dg de Sonatrach, Abdelmadjid Attar, affirme que les événements que connaît l'Algérie ont eu un impact sur les relations de partenariat externes. Pour ceux en cours, M.
Attar explique qu'ils "fonctionnent de manière ordinaire", mais "tout ce qui était encore en route, notamment les projets en cours de signature ou en négociations, les partenaires étrangers tirent le frein à main, pour l'instant, et essayent de comprendre si le pays va rester stable à l'avenir", a-t-il indiqué hier sur les ondes de Radio M. Pour l'ancien P-dg de Sonatrach, les facilitations accordées par le nouveau management de Sonatrach aux investisseurs, ne peuvent décider les potentiels partenaires à venir en Algérie. Tous sont dans l'expectative, face à la situation exceptionnelle que vit actuellement l'Algérie. AbdelmadjidAttar souligne, à cet effet, que le premier est lié au maintien ou non de leurs interlocuteurs à Sonatrach, mais aussi à "la stabilité durable ou non du pays". "Il y a une certaine dynamique qui a été introduite dans l'activité des hydrocarbures, mais maintenant elle dépend de l'évolution" de la situation, explique l'expert.
L' 'ancien ministre de l'Energie avait qualifiéla suspension par ExxonMobil de la signature d'un accord préliminaire avec Sonatrach, en raison de la situation politique actuelle de l'Algérie, de fait "pas grave". ExxonMobil, relève-t-il, fait partiedes entreprises qui hésitent, en raison de la crise politique que traverse l'Algérie, à s'engager dans de nouveaux projets et qui temporisent pour voir l'évolution de lasituation dans le pays.
S'exprimant, hier dimanche, à l'émission l'invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio algérienne,le professeur Mohamerd CherifBenmihoub considère que le pays setrouve face à une situation "délicate", qu'ilimpute à l'émergence d'une crise politiquequi mature, "depuis déjà quelques mois".Commentant la situation de crise àlaquelle est actuellement confrontéel'Algérie, cet analyste en économieestime, qu'il est vital de passer par unepériode de transition politique, "la pluscourte possible", en utilisant les ressourcesde la Constitution, "quitte à revoircette dernière plus tard", afin d'éviter
aupays de se trouver dans l'impasse. S'ilreconnaît la légitimité des revendications populaires, M. Benmihoub n'en abonde
pas moins, par ailleurs, vers l'idée quecette transition se fasse de façon organiséesinon, prévient-il, "nous risquons d'allervers le chaos".Cet analyste en économie déclare, d'autrepart, craindre qu'à partir du moment où lasituation n'est pas claire sur le plan institutionnel,les opérateurs économiques"soient à minima"et provoquent du mêmecoup, un arrêt des investissements durantune période indéterminée. Déjà, relève-t-il,que ce climat des affaires n'était pas bon,du fait de la corruption, de la bureaucratie,de l'instabilité juridique ou de la difficultéd'accès au crédit, "il risque de se dégrader davantage". Face au climat de mécontentement populaire et des tentatives de porter atteinte aux finances du pays, M.
Benmihoub préconise, par ailleurs, de prendre en urgence des mesures de sauvegardesur les réserves de change, en les plaçant sous la supervision d'un comité adhoc et non pas "entre les seules mains de la Banque d'Algérie", pour éviter de les voir "s'évaporer en partie".Pour ce qui concerne la gestion des comptes publics du Trésor, il y note une "dégradation" en raison, explique-t-il, de l'actionnement de la planche à billets dontil affirme qu'elle a produit, à ce jour, 6.500.000 milliards de dinars, "alors que les banques se trouvent en surliquidités", ce qui constitue un paradoxe. De son coté, l'ancien P-dg de Sonatrach, Abdelmadjid Attar, affirme que les événements que connaît l'Algérie ont eu un impact sur les relations de partenariat externes. Pour ceux en cours, M.
Attar explique qu'ils "fonctionnent de manière ordinaire", mais "tout ce qui était encore en route, notamment les projets en cours de signature ou en négociations, les partenaires étrangers tirent le frein à main, pour l'instant, et essayent de comprendre si le pays va rester stable à l'avenir", a-t-il indiqué hier sur les ondes de Radio M. Pour l'ancien P-dg de Sonatrach, les facilitations accordées par le nouveau management de Sonatrach aux investisseurs, ne peuvent décider les potentiels partenaires à venir en Algérie. Tous sont dans l'expectative, face à la situation exceptionnelle que vit actuellement l'Algérie. AbdelmadjidAttar souligne, à cet effet, que le premier est lié au maintien ou non de leurs interlocuteurs à Sonatrach, mais aussi à "la stabilité durable ou non du pays". "Il y a une certaine dynamique qui a été introduite dans l'activité des hydrocarbures, mais maintenant elle dépend de l'évolution" de la situation, explique l'expert.
L' 'ancien ministre de l'Energie avait qualifiéla suspension par ExxonMobil de la signature d'un accord préliminaire avec Sonatrach, en raison de la situation politique actuelle de l'Algérie, de fait "pas grave". ExxonMobil, relève-t-il, fait partiedes entreprises qui hésitent, en raison de la crise politique que traverse l'Algérie, à s'engager dans de nouveaux projets et qui temporisent pour voir l'évolution de lasituation dans le pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.