Les élus de Béjaïa répondent au porte-parole du gouvernement : «C'est vous qui êtes illégitimes»    Constantine : L'autre visage du mouvement populaire    Vox populi ou le génie du peuple algérien    Un sit-in de soutien au procureur général de la cour de Ghardaïa    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Les pongistes Azzala et Belache retenus dans l'équipe africaine    En bref…    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    A Illizi : Bordj Omar Driss est en marche    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    Belkacem Boukherouf. Enseignant-chercheur à l'université de Tizi Ouzou, militant des droits de l'homme : Le combat identitaire est le marqueur démocratique en Algérie    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Soudan, une troisième révolution ?    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Pourquoi la conduite de la transition par les 3B aboutira à une impasse    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    Les précisions du gouvernement    L'ANP veille "sans répit"    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des experts mettent en garde
Climat des affaires en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 03 - 2019

Depuis quelques jours, des appels émanant de milieux inconnus incitent à observer une grève et à geler, troisjournées durant, des activités économiques dans le pays,notamment celles de secteurs stratégiques liés à l'exploitationde sites énergétiques. Des appels qui ne font pas, loin s'enfaut, l'unanimité tant des voix multiples s'élèvent pour mettreen garde contre les conséquences néfastes sur l'économienationale.
Depuis quelques jours, des appels émanant de milieux inconnus incitent à observer une grève et à geler, troisjournées durant, des activités économiques dans le pays,notamment celles de secteurs stratégiques liés à l'exploitationde sites énergétiques. Des appels qui ne font pas, loin s'enfaut, l'unanimité tant des voix multiples s'élèvent pour mettreen garde contre les conséquences néfastes sur l'économienationale.
S'exprimant, hier dimanche, à l'émission l'invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio algérienne,le professeur Mohamerd CherifBenmihoub considère que le pays setrouve face à une situation "délicate", qu'ilimpute à l'émergence d'une crise politiquequi mature, "depuis déjà quelques mois".Commentant la situation de crise àlaquelle est actuellement confrontéel'Algérie, cet analyste en économieestime, qu'il est vital de passer par unepériode de transition politique, "la pluscourte possible", en utilisant les ressourcesde la Constitution, "quitte à revoircette dernière plus tard", afin d'éviter
aupays de se trouver dans l'impasse. S'ilreconnaît la légitimité des revendications populaires, M. Benmihoub n'en abonde
pas moins, par ailleurs, vers l'idée quecette transition se fasse de façon organiséesinon, prévient-il, "nous risquons d'allervers le chaos".Cet analyste en économie déclare, d'autrepart, craindre qu'à partir du moment où lasituation n'est pas claire sur le plan institutionnel,les opérateurs économiques"soient à minima"et provoquent du mêmecoup, un arrêt des investissements durantune période indéterminée. Déjà, relève-t-il,que ce climat des affaires n'était pas bon,du fait de la corruption, de la bureaucratie,de l'instabilité juridique ou de la difficultéd'accès au crédit, "il risque de se dégrader davantage". Face au climat de mécontentement populaire et des tentatives de porter atteinte aux finances du pays, M.
Benmihoub préconise, par ailleurs, de prendre en urgence des mesures de sauvegardesur les réserves de change, en les plaçant sous la supervision d'un comité adhoc et non pas "entre les seules mains de la Banque d'Algérie", pour éviter de les voir "s'évaporer en partie".Pour ce qui concerne la gestion des comptes publics du Trésor, il y note une "dégradation" en raison, explique-t-il, de l'actionnement de la planche à billets dontil affirme qu'elle a produit, à ce jour, 6.500.000 milliards de dinars, "alors que les banques se trouvent en surliquidités", ce qui constitue un paradoxe. De son coté, l'ancien P-dg de Sonatrach, Abdelmadjid Attar, affirme que les événements que connaît l'Algérie ont eu un impact sur les relations de partenariat externes. Pour ceux en cours, M.
Attar explique qu'ils "fonctionnent de manière ordinaire", mais "tout ce qui était encore en route, notamment les projets en cours de signature ou en négociations, les partenaires étrangers tirent le frein à main, pour l'instant, et essayent de comprendre si le pays va rester stable à l'avenir", a-t-il indiqué hier sur les ondes de Radio M. Pour l'ancien P-dg de Sonatrach, les facilitations accordées par le nouveau management de Sonatrach aux investisseurs, ne peuvent décider les potentiels partenaires à venir en Algérie. Tous sont dans l'expectative, face à la situation exceptionnelle que vit actuellement l'Algérie. AbdelmadjidAttar souligne, à cet effet, que le premier est lié au maintien ou non de leurs interlocuteurs à Sonatrach, mais aussi à "la stabilité durable ou non du pays". "Il y a une certaine dynamique qui a été introduite dans l'activité des hydrocarbures, mais maintenant elle dépend de l'évolution" de la situation, explique l'expert.
L' 'ancien ministre de l'Energie avait qualifiéla suspension par ExxonMobil de la signature d'un accord préliminaire avec Sonatrach, en raison de la situation politique actuelle de l'Algérie, de fait "pas grave". ExxonMobil, relève-t-il, fait partiedes entreprises qui hésitent, en raison de la crise politique que traverse l'Algérie, à s'engager dans de nouveaux projets et qui temporisent pour voir l'évolution de lasituation dans le pays.
S'exprimant, hier dimanche, à l'émission l'invité de la rédaction de la chaine 3 de la Radio algérienne,le professeur Mohamerd CherifBenmihoub considère que le pays setrouve face à une situation "délicate", qu'ilimpute à l'émergence d'une crise politiquequi mature, "depuis déjà quelques mois".Commentant la situation de crise àlaquelle est actuellement confrontéel'Algérie, cet analyste en économieestime, qu'il est vital de passer par unepériode de transition politique, "la pluscourte possible", en utilisant les ressourcesde la Constitution, "quitte à revoircette dernière plus tard", afin d'éviter
aupays de se trouver dans l'impasse. S'ilreconnaît la légitimité des revendications populaires, M. Benmihoub n'en abonde
pas moins, par ailleurs, vers l'idée quecette transition se fasse de façon organiséesinon, prévient-il, "nous risquons d'allervers le chaos".Cet analyste en économie déclare, d'autrepart, craindre qu'à partir du moment où lasituation n'est pas claire sur le plan institutionnel,les opérateurs économiques"soient à minima"et provoquent du mêmecoup, un arrêt des investissements durantune période indéterminée. Déjà, relève-t-il,que ce climat des affaires n'était pas bon,du fait de la corruption, de la bureaucratie,de l'instabilité juridique ou de la difficultéd'accès au crédit, "il risque de se dégrader davantage". Face au climat de mécontentement populaire et des tentatives de porter atteinte aux finances du pays, M.
Benmihoub préconise, par ailleurs, de prendre en urgence des mesures de sauvegardesur les réserves de change, en les plaçant sous la supervision d'un comité adhoc et non pas "entre les seules mains de la Banque d'Algérie", pour éviter de les voir "s'évaporer en partie".Pour ce qui concerne la gestion des comptes publics du Trésor, il y note une "dégradation" en raison, explique-t-il, de l'actionnement de la planche à billets dontil affirme qu'elle a produit, à ce jour, 6.500.000 milliards de dinars, "alors que les banques se trouvent en surliquidités", ce qui constitue un paradoxe. De son coté, l'ancien P-dg de Sonatrach, Abdelmadjid Attar, affirme que les événements que connaît l'Algérie ont eu un impact sur les relations de partenariat externes. Pour ceux en cours, M.
Attar explique qu'ils "fonctionnent de manière ordinaire", mais "tout ce qui était encore en route, notamment les projets en cours de signature ou en négociations, les partenaires étrangers tirent le frein à main, pour l'instant, et essayent de comprendre si le pays va rester stable à l'avenir", a-t-il indiqué hier sur les ondes de Radio M. Pour l'ancien P-dg de Sonatrach, les facilitations accordées par le nouveau management de Sonatrach aux investisseurs, ne peuvent décider les potentiels partenaires à venir en Algérie. Tous sont dans l'expectative, face à la situation exceptionnelle que vit actuellement l'Algérie. AbdelmadjidAttar souligne, à cet effet, que le premier est lié au maintien ou non de leurs interlocuteurs à Sonatrach, mais aussi à "la stabilité durable ou non du pays". "Il y a une certaine dynamique qui a été introduite dans l'activité des hydrocarbures, mais maintenant elle dépend de l'évolution" de la situation, explique l'expert.
L' 'ancien ministre de l'Energie avait qualifiéla suspension par ExxonMobil de la signature d'un accord préliminaire avec Sonatrach, en raison de la situation politique actuelle de l'Algérie, de fait "pas grave". ExxonMobil, relève-t-il, fait partiedes entreprises qui hésitent, en raison de la crise politique que traverse l'Algérie, à s'engager dans de nouveaux projets et qui temporisent pour voir l'évolution de lasituation dans le pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.