PARQUET GENERAL PRES LA COUR D'ALGER : Les dossiers de 12 personnalités remis à la Cour Suprême    PRESIDENTIELLE : 2 candidatures déposées au Conseil constitutionnel    AADL 1 : Plus de 4 750 logements attribués au niveau national    ORAN : 590 surveillants de baignade pour les 34 plages autorisées    Quatre narcotrafiquants arrêtés à Tlemcen    Le président insiste sur son départ, l'ère Hyproc loin de commencer    Le projet de loi sur les hydrocarbures finalisé    La Palme d'or pour le «Parasite» de Bong Joon-ho    Man City : Un milieu belge pour remplacer David Silva ?    Une bande de malfaiteurs neutralisée    Campagne sur les risques liés à la saison estivale    Barça : Bartomeu prévoit des arrivées mais également des départs    Ligue 1 Mobilis: Le programme des rencontres de la 30ème journée    Trump relativise les tirs de missiles nord-coréens    La police diffuse de nouvelles photos du suspect    Les raisons d'une visite    Lotfi Cheriet retournera-t-il à l'Arav ?    Sahli et Belaïd se retirent de la course    Transition : la mort de l'article 102    Flambée des cours et tension sur les devises en vue    Belaïli et l'EST se rapprochent du sacre    Les itinéraires-bis vers la capitale, les impers noirs ou gris et tous les chemins qui ne mènent pas à Achgabat !    Benflis : "Bensalah et Bedoui sont disqualifiés"    Grève de deux jours à partir de mardi    Venezuela: Guaido refuse tout "faux dialogue" avec Maduro    Galettes de légumes    5 224 élèves aux examens de 5e    Sachez que…    Téhéran dénonce la surenchère américaine    Le public algérois renoue avec le fado    Baâziz enflamme le public à Dar Abdeltif    Le retour de Kamel Ferrad    Le pessimiste, cet ennemi du bonheur    Un éveil populaire pour une Algérie disruptive (Partie 1)    Skikda : Prison ferme pour cinq douaniers    Tlemcen: Un cinquième groupe de soutien à Daech démantelé    Le RCD demande à la justice de convoquer Abdelaziz Bouteflika    Tiaret: Des travailleurs sans salaire depuis 30 mois    Volley-ball - Coupe d'Algérie messieurs: Le GSP sans problème    Lâche agression d'une fonctionnaire    Le président Trump effectue une visite au Japon    Des adoptions dans un climat délétère    Asselah offre le maintien à son équipe    L'activité en baisse de 85%    La liste s'allonge    Tahar Djaout était assassiné    2019: l'Année de l'Algérie à Cannes    Abdelkrim Tazaroute lui consacre une biographie Vibrant hommage à Brahim Izri    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Etats-Unis embarassés
Soudan
Publié dans Le Midi Libre le 14 - 04 - 2019

Washington avait entamé ces dernières années un dégel de ses relations avec le Président déchu du Soudan, longtemps désigné comme l'un de ses pires ennemis.
Washington avait entamé ces dernières années un dégel de ses relations avec le Président déchu du Soudan, longtemps désigné comme l'un de ses pires ennemis.
Après son renversementpar l'armée, ledépartement d'Etat américain a discrètement salué un« moment historique » et semontre plus timide qu'à l'accoutumée. Le département d'Etat américainmasque en effet difficilement son embarras et secontente d'appeler les autoritésmilitaires à former un
« gouvernementinclusif et représentatif,dirigé par des civils », après lerenversement d'Omar el-Béchir. Alors que l'armée soudanaiseannonce une transitionmilitaire de deux ans, le porteparolede la diplomatie américainea simplement répondu,jeudi 11 avril, que
« cela doit sefaire plus rapidement ».Une timidité plutôt inhabituellede la part d'une administrationTrump habituée aux positionsdiplomatiques tranchées. Mais, après des années de sanctions économiques en raison de son soutien à Oussama Ben Laden et des crimes commis auDarfour,Washington avait finalement amorcé sous Barack Obama un rapprochement avec le régime de Khartoum. Unestratégie poursuivie sous Donald Trump, au nom notamment de la lutte antiterroriste.Omar el-Béchir était à la têted'un régime génocidaire.
Il a persécuté ses opposants. Il leur a fait la guerre. Il a violé les droits de l'homme. Pour ces raisons, il a été inculpé par la Cour pénale internationale. Son pays a fait l'objet de sanctions internationales et américaines. En même temps, les Etats-Unisont dû collaborer avec lui sur des questions de sécurité régionale. Donc, sur ces sujets-là, il a fallu coopérer avec lui.
Après son renversementpar l'armée, ledépartement d'Etat américain a discrètement salué un« moment historique » et semontre plus timide qu'à l'accoutumée. Le département d'Etat américainmasque en effet difficilement son embarras et secontente d'appeler les autoritésmilitaires à former un
« gouvernementinclusif et représentatif,dirigé par des civils », après lerenversement d'Omar el-Béchir. Alors que l'armée soudanaiseannonce une transitionmilitaire de deux ans, le porteparolede la diplomatie américainea simplement répondu,jeudi 11 avril, que
« cela doit sefaire plus rapidement ».Une timidité plutôt inhabituellede la part d'une administrationTrump habituée aux positionsdiplomatiques tranchées. Mais, après des années de sanctions économiques en raison de son soutien à Oussama Ben Laden et des crimes commis auDarfour,Washington avait finalement amorcé sous Barack Obama un rapprochement avec le régime de Khartoum. Unestratégie poursuivie sous Donald Trump, au nom notamment de la lutte antiterroriste.Omar el-Béchir était à la têted'un régime génocidaire.
Il a persécuté ses opposants. Il leur a fait la guerre. Il a violé les droits de l'homme. Pour ces raisons, il a été inculpé par la Cour pénale internationale. Son pays a fait l'objet de sanctions internationales et américaines. En même temps, les Etats-Unisont dû collaborer avec lui sur des questions de sécurité régionale. Donc, sur ces sujets-là, il a fallu coopérer avec lui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.