Groupe F : Le Cameroun sans sourciller face à la Guinée-Bissau    SELON SALIM LABATCHA, LE NOUVEAU SG : L'UGTA adhérera au Hirak    Défiant l'armada policière, les étudiants donnent une leçon de nationalisme    Bouira : Etudiants, élus et citoyens marchent pour la libération des dix-sept détenus    Plusieurs actions de protestation à Béjaïa    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    Samy Agli, nouveau président du FCE    L'union de la wilaya de Tizi Ouzou dénonce "un simulacre"    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    L'ordre des avocats dénonce une atteinte aux libertés    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Dix à quinze jours d'indisponibilité pour Salif Sané    Allik sur les traces de Benkhelifa…    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    El Khroub: 8 compteurs électriques détruits par un incendie     Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Tri et recyclage des déchets: Près de 1.024 tonnes de plastique valorisées par des entreprises en 6 mois    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    MC Oran: Une feuille de route à appliquer en urgence    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Ali Benflis au « Le Quotidien d'Oran »: «Impérieuse nécessité d'un grand compromis national»    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    L'ARBRE DESSECHE    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le parti de Bechir rejette des critiques américaines
ELECTIONS GENERALES AU SOUDAN
Publié dans L'Expression le 21 - 04 - 2010

Lundi soir, un porte-parole du département d'Etat américain a déclaré que les élections au Soudan n'étaient «ni justes ni équitables».
Le parti du président soudanais Omar El Bechir a rejeté hier des déclarations américaines selon lesquelles les élections soudanaises n'avaient pas été «libres et équitables», mais s'est félicité de la main tendue par Washington pour le maintien de relations entre les deux pays. «L'un des critères les plus importants concernant les normes internationales est de savoir si les élections sont libres et équitables. Or, nous avons rempli ce critère», a affirmé Ibrahim Ghandour, haut responsable du Parti du congrès national (NCP) du président Bechir. Lundi soir, un porte-parole du département d'Etat américain a déclaré que les élections au Soudan n'étaient «ni justes ni équitables». «Ces élections n'ont pas répondu aux normes internationales», a poursuivi Philip Crowley, selon une transcription officielle.
Les observateurs de l'Union européenne et de la Fondation Carter avaient conclu le week-end dernier que les premières élections -législatives, régionales et présidentielle- multipartites depuis 1986 au Soudan ne répondaient pas aux «normes internationales». Devant la presse, ils avaient souligné ne pas utiliser la terminologie de «libre et juste» pour décrire un processus électoral, et préférer le critère plus large de «normes internationales». Pour le parti présidentiel, en affirmant que les élections avaient répondu en partie à ces normes, les observateurs internationaux ont reconnu leur caractère «libre et juste». La Fondation Carter et la mission de l'UE ont fait état de problèmes logistiques (bulletins de vote envoyés dans les mauvais bureaux de vote, noms d'électeurs absents des listes électorales, etc...), mais aussi de problèmes politiques (atteintes aux libertés fondamentales) et de sécurité (intimidation). Le Soudan, plus vaste pays d'Afrique, est toujours dans l'attente des résultats de ce scrutin qui devrait reconduire le président Bechir, au pouvoir depuis 1989 et un coup d'Etat soutenu par les islamistes. Malgré ses critiques envers ces élections, le département d'Etat a souligné lundi soir vouloir poursuivre ses relations -longtemps troublées et toujours délicates- avec Khartoum. Les Etats-Unis vont continuer de travailler avec le gouvernement au Nord (gouvernement central) et le gouvernement au Sud (Sud-Soudan semi-autonome), et ce malgré les «irrégularités», a noté Philip Crowley. «Nous voulons aller de l'avant dans la mise en oeuvre de l'ensemble de l'accord de paix global (ayant mis fin en 2005 à 22 ans de guerre civile entre le Nord et le Sud) et des référendums de janvier» sur le statut de la région contestée d'Abyei et de la sécession du Sud-Soudan, a-t-il ajouté. Le NCP du président Bechir accueille favorablement cette volonté de poursuivre la coopération bilatérale, a réagit M.Ghandour. Le Soudan reste l'objet de sanctions américaines en place depuis 1997. Prises au départ en rétorsion contre les pays soutenant le terrorisme (le pays avait offert l'asile à Oussama Ben Laden), elles ont été renforcées pour faire pression contre Khartoum sur le Darfour (ouest), en proie à la guerre civile.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.