Plusieurs exposés ministériels au menu    "Nous assisterons à des révoltes sociales" selon Mebtoul    La voie à suivre pour les autres wilayas    Les opérations de rapatriement de et vers l'Algérie se multiplient    Les critiques des inspecteurs de l'Education    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La défense de Karim Tabbou refuse de plaider à distance    Des dérogations pour la diaspora algérienne ?    Le Maroc rapatrie ses ressortissants bloqués en Algérie    Rush sur les plages de Palm-Beach et d'El-Djamila    Plus de 1300 infractions au confinement partiel enregistrées    Distribution de 60 000 bavettes    L'Algérie représentée au festival Docu-Med    Le théâtre, une thérapie libératrice de la peur et du stress    Jeux méditerranéens : échange de vues "constructif" autour d'Oran-2022    RECONDUCTION DU CONFINEMENT : Les autorisations exceptionnelles de circulation prolongées    Coronavirus: 133 nouveaux cas, 127 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Washington Times prédit une riposte médiatique contre l'Algérie    CC du FLN : le favori bloqué et accusé d'avoir le Coronavirus    Le Président de la République présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    Le centre de torture de Touggourt : une des sombres pages de la présence coloniale française    Crimes du 17 octobre 1961 à Paris : un des plus grands massacres de civils en Europe au 20è siècle    Confrontation Halfaya – Saâdaoui lundi    La maquette du projet immobilier «JSK Tower» dévoilée    L'Algérie sur le podium    Ahmad Ahmad : "Nous ne pouvons pas encore nous prononcer"    Détention préventive pour le propriétaire d'une laiterie    Politique industrielle : Ferhat Aït Ali décline les nouvelles règles à l'Assemblée nationale populaire    Relance de plusieurs chantiers à Blida    Décès de Abderrahmane El Youssoufi : une étoile du Grand Maghreb s'éteint    Les talibans revendiquent une première attaque    Après la mort d'un homme noir aux mains de la police : Des manifestations à Minneapolis et un commissariat incendié    6 morts dans l'explosion d'une centrale hydroélectrique    La famille d'un passeur tue 30 migrants en Libye    La colère sociale embrase plusieurs villes tunisiennes    "Kamel-eddine était sincère, franc et courageux"    Polémique entre la défense et la Cour de Tipasa    De nouvelles négociations en cours : L'OPEP veut prolonger les réductions jusqu'à fin 2020    Il y a 27 ans, Tahar Djaout était assassiné : L'homme, l'écrivain, le journaliste    Rencontres Cinématographiques de Béjaia : Appel a films au RCB 2020    «Il est très important de préserver au-delà des frontières notre beau patrimoine musical andalou»    Le Fifog reporte une partie de son édition à l'automne    Le rationnement de l'eau du robinet est de retour: Une nouvelle plage horaire de 18 heures dès demain    Les mercenaires cathodiques    PETITE PRESSION, GRAND CHANTAGE    Football - Affaire de l'enregistrement audio: Ce qu'il faut savoir sur le dossier    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le parti de Bechir rejette des critiques américaines
ELECTIONS GENERALES AU SOUDAN
Publié dans L'Expression le 21 - 04 - 2010

Lundi soir, un porte-parole du département d'Etat américain a déclaré que les élections au Soudan n'étaient «ni justes ni équitables».
Le parti du président soudanais Omar El Bechir a rejeté hier des déclarations américaines selon lesquelles les élections soudanaises n'avaient pas été «libres et équitables», mais s'est félicité de la main tendue par Washington pour le maintien de relations entre les deux pays. «L'un des critères les plus importants concernant les normes internationales est de savoir si les élections sont libres et équitables. Or, nous avons rempli ce critère», a affirmé Ibrahim Ghandour, haut responsable du Parti du congrès national (NCP) du président Bechir. Lundi soir, un porte-parole du département d'Etat américain a déclaré que les élections au Soudan n'étaient «ni justes ni équitables». «Ces élections n'ont pas répondu aux normes internationales», a poursuivi Philip Crowley, selon une transcription officielle.
Les observateurs de l'Union européenne et de la Fondation Carter avaient conclu le week-end dernier que les premières élections -législatives, régionales et présidentielle- multipartites depuis 1986 au Soudan ne répondaient pas aux «normes internationales». Devant la presse, ils avaient souligné ne pas utiliser la terminologie de «libre et juste» pour décrire un processus électoral, et préférer le critère plus large de «normes internationales». Pour le parti présidentiel, en affirmant que les élections avaient répondu en partie à ces normes, les observateurs internationaux ont reconnu leur caractère «libre et juste». La Fondation Carter et la mission de l'UE ont fait état de problèmes logistiques (bulletins de vote envoyés dans les mauvais bureaux de vote, noms d'électeurs absents des listes électorales, etc...), mais aussi de problèmes politiques (atteintes aux libertés fondamentales) et de sécurité (intimidation). Le Soudan, plus vaste pays d'Afrique, est toujours dans l'attente des résultats de ce scrutin qui devrait reconduire le président Bechir, au pouvoir depuis 1989 et un coup d'Etat soutenu par les islamistes. Malgré ses critiques envers ces élections, le département d'Etat a souligné lundi soir vouloir poursuivre ses relations -longtemps troublées et toujours délicates- avec Khartoum. Les Etats-Unis vont continuer de travailler avec le gouvernement au Nord (gouvernement central) et le gouvernement au Sud (Sud-Soudan semi-autonome), et ce malgré les «irrégularités», a noté Philip Crowley. «Nous voulons aller de l'avant dans la mise en oeuvre de l'ensemble de l'accord de paix global (ayant mis fin en 2005 à 22 ans de guerre civile entre le Nord et le Sud) et des référendums de janvier» sur le statut de la région contestée d'Abyei et de la sécession du Sud-Soudan, a-t-il ajouté. Le NCP du président Bechir accueille favorablement cette volonté de poursuivre la coopération bilatérale, a réagit M.Ghandour. Le Soudan reste l'objet de sanctions américaines en place depuis 1997. Prises au départ en rétorsion contre les pays soutenant le terrorisme (le pays avait offert l'asile à Oussama Ben Laden), elles ont été renforcées pour faire pression contre Khartoum sur le Darfour (ouest), en proie à la guerre civile.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.