Que se passe-t-il si vous mangez 4 amandes par jour ?    Un Boulaya des grands soirs et un Oukidja déterminant permettent à Metz de s'imposer face à Lyon    OL : Pour ses débuts, Slimani n'a pas caché sa déception    Pénétrante portuaire: Des instructions pour accélérer le projet et le livrer par tronçons    Principes et autres considérations    Troubles nocturnes, pillage et arrestations: Nuit chaotique en Tunisie    Chanegriha: Mettre en échec tous les «desseins hostiles»    LA TRITURE    Direction générale des impôts: Nouvelles modalités de radiation du registre de commerce    MC Oran: Le Mouloudia méritait mieux    JS Saoura: Une efficacité à améliorer    Volleyball - Ligue de wilaya de Sidi Bel-Abbès: Sekrane Lahcene réélu à l'unanimité    Covid-19: Des dispositions trop lourdes pourraient entraver l'opération de vaccination    Indemnisation de l'expérience professionnelle des enseignants: Vers un nouveau bras de fer entre le Snapest et l'Académie    Un homme retrouvé pendu à un olivier    Est-ce la bonne statue?    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    La colère de la classe démunie    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    Ouverture d'une période de transfert du 25 au 31 janvier pour les clubs professionnels    Trois morts et une blessée dans un accident    La Cnas de Béjaïa lance une campagne d'information    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    Chronique du grand éclat de la diplomatie algérienne    La Lamborghini des bourdes !    Les infusions et les jus pour soigner la douleur sciatique    Saviez-vous que ... ?    Relance des travaux    Le lait en sachet, une denrée rare    Chachnaq 1er, Ouyahia et la «boîte noire»    Les super-héros Marvel de retour sur petit écran en noir et blanc    Record pour un dessin de Tintin : 3,175 millions d'euros    Le schiste américain remonte la pente    300 millions de centimes dérobés    Les avocats plaident l'innocence    Situation politique et questions régionales au menu    Museveni réélu avec 58,6% des voix pour un 6e mandat    Jan Kubis, nouvel émissaire de l'ONU pour la Libye    Le SNM s'en prend à la Cour suprême et au Conseil d'Etat    Hommage à la mère et à la Kabylie    Le moudjahid Moussa Cherchali inhumé au cimetière de Sidi Yahia    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Métro d'Alger : La décision de reprise tarde à venir    Oran : Tremblement de terre de magnitude 3,5    LOURDE CHARGE    Hausse inédite des prix: Mise en garde contre la dégradation du pouvoir d'achat    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Le RCD fustige le gouvernement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le parti de Bechir rejette des critiques américaines
ELECTIONS GENERALES AU SOUDAN
Publié dans L'Expression le 21 - 04 - 2010

Lundi soir, un porte-parole du département d'Etat américain a déclaré que les élections au Soudan n'étaient «ni justes ni équitables».
Le parti du président soudanais Omar El Bechir a rejeté hier des déclarations américaines selon lesquelles les élections soudanaises n'avaient pas été «libres et équitables», mais s'est félicité de la main tendue par Washington pour le maintien de relations entre les deux pays. «L'un des critères les plus importants concernant les normes internationales est de savoir si les élections sont libres et équitables. Or, nous avons rempli ce critère», a affirmé Ibrahim Ghandour, haut responsable du Parti du congrès national (NCP) du président Bechir. Lundi soir, un porte-parole du département d'Etat américain a déclaré que les élections au Soudan n'étaient «ni justes ni équitables». «Ces élections n'ont pas répondu aux normes internationales», a poursuivi Philip Crowley, selon une transcription officielle.
Les observateurs de l'Union européenne et de la Fondation Carter avaient conclu le week-end dernier que les premières élections -législatives, régionales et présidentielle- multipartites depuis 1986 au Soudan ne répondaient pas aux «normes internationales». Devant la presse, ils avaient souligné ne pas utiliser la terminologie de «libre et juste» pour décrire un processus électoral, et préférer le critère plus large de «normes internationales». Pour le parti présidentiel, en affirmant que les élections avaient répondu en partie à ces normes, les observateurs internationaux ont reconnu leur caractère «libre et juste». La Fondation Carter et la mission de l'UE ont fait état de problèmes logistiques (bulletins de vote envoyés dans les mauvais bureaux de vote, noms d'électeurs absents des listes électorales, etc...), mais aussi de problèmes politiques (atteintes aux libertés fondamentales) et de sécurité (intimidation). Le Soudan, plus vaste pays d'Afrique, est toujours dans l'attente des résultats de ce scrutin qui devrait reconduire le président Bechir, au pouvoir depuis 1989 et un coup d'Etat soutenu par les islamistes. Malgré ses critiques envers ces élections, le département d'Etat a souligné lundi soir vouloir poursuivre ses relations -longtemps troublées et toujours délicates- avec Khartoum. Les Etats-Unis vont continuer de travailler avec le gouvernement au Nord (gouvernement central) et le gouvernement au Sud (Sud-Soudan semi-autonome), et ce malgré les «irrégularités», a noté Philip Crowley. «Nous voulons aller de l'avant dans la mise en oeuvre de l'ensemble de l'accord de paix global (ayant mis fin en 2005 à 22 ans de guerre civile entre le Nord et le Sud) et des référendums de janvier» sur le statut de la région contestée d'Abyei et de la sécession du Sud-Soudan, a-t-il ajouté. Le NCP du président Bechir accueille favorablement cette volonté de poursuivre la coopération bilatérale, a réagit M.Ghandour. Le Soudan reste l'objet de sanctions américaines en place depuis 1997. Prises au départ en rétorsion contre les pays soutenant le terrorisme (le pays avait offert l'asile à Oussama Ben Laden), elles ont été renforcées pour faire pression contre Khartoum sur le Darfour (ouest), en proie à la guerre civile.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.