Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Amar Ghoul placé en détention provisoire à la prison d'El Harrach    L'état de santé de Lakhdar Bouregâa inquiète ses avocats    Sonelgaz recourt à l'emprunt international    «Les pays émergents doivent leur essor au secteur privé producteur de richesses»    Trump accusé de racisme par le Congrès    13 personnalités proposées pour le dialogue    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    «La SPA Soprovi est le seul opérateur agréé dans le montage des véhicules en Algérie»    La France se dote d'un commandement de l'espace    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La campagne lancée à la veille du match de la finale de la CAN    Des personnalités conduiront le processus    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    LE JUSTE MILIEU    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Le calvaire des usagers    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La société civile dévoile son projet
Initiative pour la transition démocratique
Publié dans Le Midi Libre le 16 - 06 - 2019

Les acteurs de la société civile, réunis hier à Alger en conférence nationale, ontappelé à l'accélération de latransition démocratique fluideconformément à un processusélectoral concrétisant "la rupture" et garantissant l'édification d'institutionscrédibles.
Les acteurs de la société civile, réunis hier à Alger en conférence nationale, ontappelé à l'accélération de latransition démocratique fluideconformément à un processusélectoral concrétisant "la rupture" et garantissant l'édification d'institutionscrédibles.
ContenuL'initiative annoncée, lors de cette conférence réunissant trois dynamiques,à savoir la Confédération dessyndicats autonomes, le Forum civil pour lechangement et le Collectif de la société civile qui compte plusieurs associations et organisationsde droits de l'Homme, met en avant lanécessité de "l'accélération de la transitiondémocratique fluide conformément à un processus électoral concrétisant la rupture avecles systèmes de tyrannie et de corruption etgarantissant l'édification d'institutions légitimeset crédibles".Les acteurs de la société civile, réunis hier àAlger en conférence nationale, ont appelé àl'accélération de la transition démocratique fluide conformément à un processus électoralconcrétisant "la rupture" et garantissant l'édificationd'institutions crédibles.
Une transition de 6 mois à un an, une instanceprésidentielle ou une personnalité de consensusnational et un gouvernement de compétencesnationales sont au coeur des propositionsde sortie de crise contenues dans la feuille deroute consensuelle adoptée par la conférencenationale des dynamiques de la société civile. Réunis au siège du Cnapeste hier, les participantsà ladite conférence ont adopté une feuillede route couronnant quatre mois de réunionsmarathoniennes. L'initiative ne se limite pas à avancer une durée pour la transition et qui la dirigera, elle propose aussi l'installation d'une commission indépendante pour "diriger, organiser et déclarer les résultats des élections, tout en garantissant les mécanismes de contrôle."
La conférence nationale des dynamiques de lasociété civile préconise également l'ouvertured'un "dialogue national global avec lesacteurs de la classe politique, de la société civile, des personnalités nationales et des activistes du soulèvement, portant sur la situation politique, économique et sociale du pays et les moyens de sortie de crise." Ce dialogue, explique-t-on encore, sera parachevé par une conférence nationale. La feuille de route souligne, dans ce sillage, "la nécessité de réunir les conditions indispensables à l'amorce d'une transition réelle notamment le temps et les mesures d'ouverture qui permette une rupture réelle avec le système dictatorial et corrompu et garantisse la construction d'institutions légitimes et crédibles." Pour les initiateurs de cette feuille de route, "la réussite de ce processus politique implique la préparation d'un climat général favorable à lapratique des droits, des libertés collectives etindividuelles, des droits de l'Homme. Pour se faire, des mesures d'accompagnement de l'action politique doivent être prises pour rétablirla confiance au sein des citoyens et garantir leur participation effective dans ce processus national historique".
La société civile a exhorté, à ce propos, l'ensembledes forces agissantes à adhérer à son initiative et à oeuvrer à sa concrétisation et à sa réussite, affirmant que "l'aboutissement du processus électoral requiert la préparationd'un climat général pour l'exercice des droits et des libertés individuels et collectifs et le respect des droits de l'Homme à travers desmesures d'accompagnement du processus politiqueafin d'instaurer la confiance des citoyenset garantir une adhésion effective à ce processus". Les travaux de la Conférence de la société civile se sont poursuivis avec l'intervention denombre de représentants de syndicats, d'associationset d'organisations nationales, qui ont"valorisé" l'initiative politique proposée etsouligné unanimement que cette rencontre était "un acquis historique". Cette initiative devrait être soumise à la classe politique et à des personnalités nationales lorsd'une autre rencontre.
ContenuL'initiative annoncée, lors de cette conférence réunissant trois dynamiques,à savoir la Confédération dessyndicats autonomes, le Forum civil pour lechangement et le Collectif de la société civile qui compte plusieurs associations et organisationsde droits de l'Homme, met en avant lanécessité de "l'accélération de la transitiondémocratique fluide conformément à un processus électoral concrétisant la rupture avecles systèmes de tyrannie et de corruption etgarantissant l'édification d'institutions légitimeset crédibles".Les acteurs de la société civile, réunis hier àAlger en conférence nationale, ont appelé àl'accélération de la transition démocratique fluide conformément à un processus électoralconcrétisant "la rupture" et garantissant l'édificationd'institutions crédibles.
Une transition de 6 mois à un an, une instanceprésidentielle ou une personnalité de consensusnational et un gouvernement de compétencesnationales sont au coeur des propositionsde sortie de crise contenues dans la feuille deroute consensuelle adoptée par la conférencenationale des dynamiques de la société civile. Réunis au siège du Cnapeste hier, les participantsà ladite conférence ont adopté une feuillede route couronnant quatre mois de réunionsmarathoniennes. L'initiative ne se limite pas à avancer une durée pour la transition et qui la dirigera, elle propose aussi l'installation d'une commission indépendante pour "diriger, organiser et déclarer les résultats des élections, tout en garantissant les mécanismes de contrôle."
La conférence nationale des dynamiques de lasociété civile préconise également l'ouvertured'un "dialogue national global avec lesacteurs de la classe politique, de la société civile, des personnalités nationales et des activistes du soulèvement, portant sur la situation politique, économique et sociale du pays et les moyens de sortie de crise." Ce dialogue, explique-t-on encore, sera parachevé par une conférence nationale. La feuille de route souligne, dans ce sillage, "la nécessité de réunir les conditions indispensables à l'amorce d'une transition réelle notamment le temps et les mesures d'ouverture qui permette une rupture réelle avec le système dictatorial et corrompu et garantisse la construction d'institutions légitimes et crédibles." Pour les initiateurs de cette feuille de route, "la réussite de ce processus politique implique la préparation d'un climat général favorable à lapratique des droits, des libertés collectives etindividuelles, des droits de l'Homme. Pour se faire, des mesures d'accompagnement de l'action politique doivent être prises pour rétablirla confiance au sein des citoyens et garantir leur participation effective dans ce processus national historique".
La société civile a exhorté, à ce propos, l'ensembledes forces agissantes à adhérer à son initiative et à oeuvrer à sa concrétisation et à sa réussite, affirmant que "l'aboutissement du processus électoral requiert la préparationd'un climat général pour l'exercice des droits et des libertés individuels et collectifs et le respect des droits de l'Homme à travers desmesures d'accompagnement du processus politiqueafin d'instaurer la confiance des citoyenset garantir une adhésion effective à ce processus". Les travaux de la Conférence de la société civile se sont poursuivis avec l'intervention denombre de représentants de syndicats, d'associationset d'organisations nationales, qui ont"valorisé" l'initiative politique proposée etsouligné unanimement que cette rencontre était "un acquis historique". Cette initiative devrait être soumise à la classe politique et à des personnalités nationales lorsd'une autre rencontre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.