Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Covid-19: au moins 708.236 décès dans le monde    La confrérie Tidjanie joue un rôle important dans la propagation des valeurs de l'Islam et de la paix    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Des messages de soutien et propositions d'aides au Liban    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    Explosions au Liban: 137 morts et 5.000 blessés    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    La bataille du siège entre au tribunal    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Le désert agraire    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Deux Algériens légèrement blessés    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    Le message de condoléances et de compassion du président Tebboune    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    La fille des Aurès    Le phénomène prend de l'ampleur à Relizane    L'infrangible lien...    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les élues démocrates répondent à Trump
Etats-Unis
Publié dans Le Midi Libre le 18 - 07 - 2019

Les quatre élues démocrates issues de minorités attaquées par DonaldTrump dans une série de tweets xénophobes ont répondu au Présidentaméricain,
Les quatre élues démocrates issues de minorités attaquées par DonaldTrump dans une série de tweets xénophobes ont répondu au Présidentaméricain,
lors d'une conférence depresse commune à Washington."On ne nous fera pas taire", a affirmél'élue noire du MassachusettsAyanna Pressley, qui a accuséDonald Trump de manquer "de la grâce, de l'empathie, de la compassionet de l'intégrité qu'exigent lafonction" présidentielle. Egalement visée par les tweets, Ilhan Omar, a accusé de son côté Trump, auteur, selon elle, d'une "attaque ouvertement raciste à l'encontre de quatre élues de couleur", de promouvoir les idées des nationalistes blancs.
"Nous avons un président qui a mis sur le même plan les néo-nazis et ceux qui manifestaient contre eux de Charlottesville. Nous avons un président qui a ouvertement violé la valeur même que notre pays aspire à porter : l'égalité dans la loi, la liberté religieuse, l'égalité de protection et la protection face à la persécution", a-t-elle dit. "Nous avons le choix: nous pouvons continuer de laisser ses pouvoirs à ce président et parler de toutes les ordures qui sortent de sa bouche, ou bien nous pouvons le porter responsable de ses délits (...)
Il est temps pour nous d'arrêter ce président qui se moque de notre Constitution. Il est temps pour nous de destituer ce président", a poursuivi Ilhan Omar, premièrefemme musulmane élue au Congrès américain avec Rashida Tlaib.
lors d'une conférence depresse commune à Washington."On ne nous fera pas taire", a affirmél'élue noire du MassachusettsAyanna Pressley, qui a accuséDonald Trump de manquer "de la grâce, de l'empathie, de la compassionet de l'intégrité qu'exigent lafonction" présidentielle. Egalement visée par les tweets, Ilhan Omar, a accusé de son côté Trump, auteur, selon elle, d'une "attaque ouvertement raciste à l'encontre de quatre élues de couleur", de promouvoir les idées des nationalistes blancs.
"Nous avons un président qui a mis sur le même plan les néo-nazis et ceux qui manifestaient contre eux de Charlottesville. Nous avons un président qui a ouvertement violé la valeur même que notre pays aspire à porter : l'égalité dans la loi, la liberté religieuse, l'égalité de protection et la protection face à la persécution", a-t-elle dit. "Nous avons le choix: nous pouvons continuer de laisser ses pouvoirs à ce président et parler de toutes les ordures qui sortent de sa bouche, ou bien nous pouvons le porter responsable de ses délits (...)
Il est temps pour nous d'arrêter ce président qui se moque de notre Constitution. Il est temps pour nous de destituer ce président", a poursuivi Ilhan Omar, premièrefemme musulmane élue au Congrès américain avec Rashida Tlaib.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.