La mobilisation populaire demeure intacte    "La corruption est une atteinte aux droits de l'Homme"    Le marché de voitures toujours fermé    L'AEP des communes de la daïra de Sidi Naâmane renforcée    Les employés de l'EPMC investissent la rue    Pénurie de véhicules    Une production record de tomate industrielle    «La Caisse pourrait revoir le seuil des remboursements actuels des soins médicaux»    L'ONU craint une escalade    Le Premier ministre tunisien délègue ses pouvoirs    Reprise des violences autour de Tripoli    Guenina et Meftahi de la partie face au WAT    Kadri : "Nous visons une victoire au Khroub"    L'ombre du passé    Un accord européen pour répartir les 356 migrants    Alger rit, Algérie pleure    Qui en est responsable ?    "La création doit s'inspirer de la question identitaire"    Deux grands rendez-vous à Aïn Témouchnent    Monarchie de juillet / 1re République (1830-1842)    L'acteur espagnol Javier Bardem appelle à protéger les océans    Compétitions africaines des clubs : Mission difficile pour les Canaris    MC Oran : Les Hamraoua à l'assaut de l'Aigle sétifien    Coupe arabe : La JSS contrainte de gagner face au CA Bizerte    Al Merreikh - JSK (aujourd'hui à 18h30) : Velud : «J'ai déjà battu Al Merreikh mais les matchs ne se ressemblent pas»    Oued R'hiou (Relizane) : Saisie d'armes à feu et d'un drone    Réhabilitation des hôtels publics à Tizi Ouzou : Trois structures livrées en novembre    «Book Exchange» au jardin botanique du Hamma, à Alger : Echangez vos livres contre d'autres    Dialogue: Sofiane Djilali pose ses conditions    5 morts et 32 blessés à Alger: Un concert vire au drame    Douanes: Plusieurs marchandises soumises à l'autorisation de circuler    Chlef: Installation du président et du procureur général de la Cour    Bouira: 19 têtes bovines et 30 moutons volés    Relizane, Naâma, Tlemcen: Des armes et plus de 280 kg de kif saisis    Tiaret: L'affichage des listes des logements sociaux reporté    Plus de 1 300 réfugiés rapatriés en l'espace de 24 heures    Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Découverte du cadavre d'un jeune homme à El Matmar    Medane n'est plus manager général de la sélection    Les manoeuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région    La maison traditionnelle Kabyle célébrée à Tazerouts    "Possibilité de ne pas recourir à l'importation du blé"    Hanni débute fort    Le Hirak, acte 27    Bensalah nomme de nouveaux ambassadeurs    La police veut démanteler le Mouvement islamique    Tayeb Louh en prison    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Hirak toujours en marche
22e vendredi de manifestations
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 07 - 2019

Le 22e vendredi de mobilisation a été semblable aux précédents, en ce sens que beaucoup de monde est sorti manifester et dire haut et fort sa soif de changement. En effet, les Algériens ne semblent pas décidés à abandonner les marches et rassemblements, pour exiger le changement radical du système.
Le 22e vendredi de mobilisation a été semblable aux précédents, en ce sens que beaucoup de monde est sorti manifester et dire haut et fort sa soif de changement. En effet, les Algériens ne semblent pas décidés à abandonner les marches et rassemblements, pour exiger le changement radical du système.
Hier encore, à l'occasion du 22e vendredi de suite de manifestations, ilsse sont aussi mobilisés pour fairemontre, de leur inébranlable déterminationà atteindre les objectifs pour lesquels ilssont sortis dans les rues en masse, depuis la première marche du 22 février dernier. En effet, malgré la chaleur caniculaire quisévit pratiquement sur l'ensemble du
territoirenational, les Algériens continuent d'investir les places publiques, traditionnels fiefs du Hirak à travers les villesd'Algérie. AAlger, les citoyens ont afflué comme de tradition vers le Centre ville, à la Grande Poste et à la Place Audin, notamment.Dans ces deux lieux symboliques, la trèsforte présence policière a été, comme c'était le cas vendredi dernier, assez visible.Selon plusieurs sources médiatiques,
lesforces de l'ordre ont interpellé quelquesmanifestants. Ces derniers ont ainsi scandé pratiquement les mêmes slogans. Ils sontainsi revenus à la charge, s'agissant du départ des symboles du système, notamment le chef du gouvernement, Nouredine Bedoui, et ce comme préalable au dialogue. Ils ont de même demandé plus de libertés, l'instauration d'un Etat de droit et une République civile. "Dawla madaniya machi 3askariya" ( Etat civil et non militaire) "Klitou lebled ya al sarakine"
( vous avez pillé le pays voleurs) ou encore "Djazaïr Horra dimocratiya" (Algérie libre et démocratique) étaient, come de coutume, les slogans les plus scandés par les manifestants. Les manifestants ont mis en avant, encore une fois, le caractère pacifique du mouvement populaire, en scandant "silmiya, silmiya ". Affaibli par sa grève de la faim, entamé ily'a dix jours déjà et se déplaçant sur un fauteuil roulant, l'avocat Salah Debouz a salué la foule venue le soutenir et lui témoigner sa solidarité. Des bus devant transporter les supporteurs de l'ENB de football pour voir le match de la finale de la CAN au stade du 5 juillet, étaient bondés par les manifestants qui ont refusé de monter à bord.
A Béjaia, plusieurs milliers de manifestants ont scandé "La hiwar la chiwar errahil obligatoire", en allusion aux symboles de l'ancien régime. À Tizi-Ouzou, le slogan "Etat civil et non militaire" a dominé les slogans scandés et les pancartes et banderoles brandies par les manifestants, durant la manifestation hebdomadaire. Les manifestants ont, à Oran, entonné l'Hymne national Kassamen à la place Ahmed Zabana d'Oran. Depuis Mostaganem, les manifestants ont rappelé que "L'armée est notre armée". Les manifestants ont scandé depuis Constantine, "Djeich echaab khawa khawa" et "Dawla madania machi aassekaria". Notons que dans plusieurs villes, les manifestants ont appelé à la libération des détenus et, notamment, le moudjahid Lakhdar Bouragaa.
Hier encore, à l'occasion du 22e vendredi de suite de manifestations, ilsse sont aussi mobilisés pour fairemontre, de leur inébranlable déterminationà atteindre les objectifs pour lesquels ilssont sortis dans les rues en masse, depuis la première marche du 22 février dernier. En effet, malgré la chaleur caniculaire quisévit pratiquement sur l'ensemble du
territoirenational, les Algériens continuent d'investir les places publiques, traditionnels fiefs du Hirak à travers les villesd'Algérie. AAlger, les citoyens ont afflué comme de tradition vers le Centre ville, à la Grande Poste et à la Place Audin, notamment.Dans ces deux lieux symboliques, la trèsforte présence policière a été, comme c'était le cas vendredi dernier, assez visible.Selon plusieurs sources médiatiques,
lesforces de l'ordre ont interpellé quelquesmanifestants. Ces derniers ont ainsi scandé pratiquement les mêmes slogans. Ils sontainsi revenus à la charge, s'agissant du départ des symboles du système, notamment le chef du gouvernement, Nouredine Bedoui, et ce comme préalable au dialogue. Ils ont de même demandé plus de libertés, l'instauration d'un Etat de droit et une République civile. "Dawla madaniya machi 3askariya" ( Etat civil et non militaire) "Klitou lebled ya al sarakine"
( vous avez pillé le pays voleurs) ou encore "Djazaïr Horra dimocratiya" (Algérie libre et démocratique) étaient, come de coutume, les slogans les plus scandés par les manifestants. Les manifestants ont mis en avant, encore une fois, le caractère pacifique du mouvement populaire, en scandant "silmiya, silmiya ". Affaibli par sa grève de la faim, entamé ily'a dix jours déjà et se déplaçant sur un fauteuil roulant, l'avocat Salah Debouz a salué la foule venue le soutenir et lui témoigner sa solidarité. Des bus devant transporter les supporteurs de l'ENB de football pour voir le match de la finale de la CAN au stade du 5 juillet, étaient bondés par les manifestants qui ont refusé de monter à bord.
A Béjaia, plusieurs milliers de manifestants ont scandé "La hiwar la chiwar errahil obligatoire", en allusion aux symboles de l'ancien régime. À Tizi-Ouzou, le slogan "Etat civil et non militaire" a dominé les slogans scandés et les pancartes et banderoles brandies par les manifestants, durant la manifestation hebdomadaire. Les manifestants ont, à Oran, entonné l'Hymne national Kassamen à la place Ahmed Zabana d'Oran. Depuis Mostaganem, les manifestants ont rappelé que "L'armée est notre armée". Les manifestants ont scandé depuis Constantine, "Djeich echaab khawa khawa" et "Dawla madania machi aassekaria". Notons que dans plusieurs villes, les manifestants ont appelé à la libération des détenus et, notamment, le moudjahid Lakhdar Bouragaa.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.