Tebboune autorise la réouverture progressive des mosquées et des plages    4 ans de prison ferme requis à l'encontre de Drarni, Belarbi et Hamitouche    Décès de Saïd Amara: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Constantine: saisie de 90 000 comprimés psychotropes    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    Le combat douteux du syndicat    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Hirak toujours en marche
22e vendredi de manifestations
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 07 - 2019

Le 22e vendredi de mobilisation a été semblable aux précédents, en ce sens que beaucoup de monde est sorti manifester et dire haut et fort sa soif de changement. En effet, les Algériens ne semblent pas décidés à abandonner les marches et rassemblements, pour exiger le changement radical du système.
Le 22e vendredi de mobilisation a été semblable aux précédents, en ce sens que beaucoup de monde est sorti manifester et dire haut et fort sa soif de changement. En effet, les Algériens ne semblent pas décidés à abandonner les marches et rassemblements, pour exiger le changement radical du système.
Hier encore, à l'occasion du 22e vendredi de suite de manifestations, ilsse sont aussi mobilisés pour fairemontre, de leur inébranlable déterminationà atteindre les objectifs pour lesquels ilssont sortis dans les rues en masse, depuis la première marche du 22 février dernier. En effet, malgré la chaleur caniculaire quisévit pratiquement sur l'ensemble du
territoirenational, les Algériens continuent d'investir les places publiques, traditionnels fiefs du Hirak à travers les villesd'Algérie. AAlger, les citoyens ont afflué comme de tradition vers le Centre ville, à la Grande Poste et à la Place Audin, notamment.Dans ces deux lieux symboliques, la trèsforte présence policière a été, comme c'était le cas vendredi dernier, assez visible.Selon plusieurs sources médiatiques,
lesforces de l'ordre ont interpellé quelquesmanifestants. Ces derniers ont ainsi scandé pratiquement les mêmes slogans. Ils sontainsi revenus à la charge, s'agissant du départ des symboles du système, notamment le chef du gouvernement, Nouredine Bedoui, et ce comme préalable au dialogue. Ils ont de même demandé plus de libertés, l'instauration d'un Etat de droit et une République civile. "Dawla madaniya machi 3askariya" ( Etat civil et non militaire) "Klitou lebled ya al sarakine"
( vous avez pillé le pays voleurs) ou encore "Djazaïr Horra dimocratiya" (Algérie libre et démocratique) étaient, come de coutume, les slogans les plus scandés par les manifestants. Les manifestants ont mis en avant, encore une fois, le caractère pacifique du mouvement populaire, en scandant "silmiya, silmiya ". Affaibli par sa grève de la faim, entamé ily'a dix jours déjà et se déplaçant sur un fauteuil roulant, l'avocat Salah Debouz a salué la foule venue le soutenir et lui témoigner sa solidarité. Des bus devant transporter les supporteurs de l'ENB de football pour voir le match de la finale de la CAN au stade du 5 juillet, étaient bondés par les manifestants qui ont refusé de monter à bord.
A Béjaia, plusieurs milliers de manifestants ont scandé "La hiwar la chiwar errahil obligatoire", en allusion aux symboles de l'ancien régime. À Tizi-Ouzou, le slogan "Etat civil et non militaire" a dominé les slogans scandés et les pancartes et banderoles brandies par les manifestants, durant la manifestation hebdomadaire. Les manifestants ont, à Oran, entonné l'Hymne national Kassamen à la place Ahmed Zabana d'Oran. Depuis Mostaganem, les manifestants ont rappelé que "L'armée est notre armée". Les manifestants ont scandé depuis Constantine, "Djeich echaab khawa khawa" et "Dawla madania machi aassekaria". Notons que dans plusieurs villes, les manifestants ont appelé à la libération des détenus et, notamment, le moudjahid Lakhdar Bouragaa.
Hier encore, à l'occasion du 22e vendredi de suite de manifestations, ilsse sont aussi mobilisés pour fairemontre, de leur inébranlable déterminationà atteindre les objectifs pour lesquels ilssont sortis dans les rues en masse, depuis la première marche du 22 février dernier. En effet, malgré la chaleur caniculaire quisévit pratiquement sur l'ensemble du
territoirenational, les Algériens continuent d'investir les places publiques, traditionnels fiefs du Hirak à travers les villesd'Algérie. AAlger, les citoyens ont afflué comme de tradition vers le Centre ville, à la Grande Poste et à la Place Audin, notamment.Dans ces deux lieux symboliques, la trèsforte présence policière a été, comme c'était le cas vendredi dernier, assez visible.Selon plusieurs sources médiatiques,
lesforces de l'ordre ont interpellé quelquesmanifestants. Ces derniers ont ainsi scandé pratiquement les mêmes slogans. Ils sontainsi revenus à la charge, s'agissant du départ des symboles du système, notamment le chef du gouvernement, Nouredine Bedoui, et ce comme préalable au dialogue. Ils ont de même demandé plus de libertés, l'instauration d'un Etat de droit et une République civile. "Dawla madaniya machi 3askariya" ( Etat civil et non militaire) "Klitou lebled ya al sarakine"
( vous avez pillé le pays voleurs) ou encore "Djazaïr Horra dimocratiya" (Algérie libre et démocratique) étaient, come de coutume, les slogans les plus scandés par les manifestants. Les manifestants ont mis en avant, encore une fois, le caractère pacifique du mouvement populaire, en scandant "silmiya, silmiya ". Affaibli par sa grève de la faim, entamé ily'a dix jours déjà et se déplaçant sur un fauteuil roulant, l'avocat Salah Debouz a salué la foule venue le soutenir et lui témoigner sa solidarité. Des bus devant transporter les supporteurs de l'ENB de football pour voir le match de la finale de la CAN au stade du 5 juillet, étaient bondés par les manifestants qui ont refusé de monter à bord.
A Béjaia, plusieurs milliers de manifestants ont scandé "La hiwar la chiwar errahil obligatoire", en allusion aux symboles de l'ancien régime. À Tizi-Ouzou, le slogan "Etat civil et non militaire" a dominé les slogans scandés et les pancartes et banderoles brandies par les manifestants, durant la manifestation hebdomadaire. Les manifestants ont, à Oran, entonné l'Hymne national Kassamen à la place Ahmed Zabana d'Oran. Depuis Mostaganem, les manifestants ont rappelé que "L'armée est notre armée". Les manifestants ont scandé depuis Constantine, "Djeich echaab khawa khawa" et "Dawla madania machi aassekaria". Notons que dans plusieurs villes, les manifestants ont appelé à la libération des détenus et, notamment, le moudjahid Lakhdar Bouragaa.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.