Les forces de sécurité répriment un rassemblement pacifique à Constantine    Liverpool : Van Djik encense Firmino    Grandiose marche à Kherrata    L'Opep et ses alliés sur le gril    La démocratie en ballotage    Qui succédera à Essebsi en Tunisie ?    Le Kremlin en faveur d'une relance des discussions    Nouveaux tirs sur l'aéroport de Mitiga    «Cela ne favorise pas l'apaisement»    La FTF a défalqué six points au Club Africain    Les Académiciens face à l'expérience sfaxienne    Le Real se régale puis se relâche avant Paris    Inscriptions au master    Le bilan s'est alourdi à 7 morts    Saisie de 12 000 comprimés de psychotropes    Un homme de 53 ans trouve la mort par électrocution à Oued R'Hiou    Le Prix d'alphabétisation de l'Unseco décerné à l'Algérie    Ali-Ramzi Ayad et Redouane Benzehra lauréats de la 7e édition    Les lauréats participeront au Comic-Con de San Diego en 2020    CAF Football Awards : Les 10 candidats connus en octobre    Football professionnel : Une AGEx mardi pour adopter un nouveau système de compétition    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    Washington confirme la mort de Hamza Ben Laden    Entrepreneuriat: Des mesures en faveur des start-up    Tlemcen: La Casnos veut ratisser large    Faute de vision globale: Des classes toujours surchargées    Arrêtés vendredi à Alger: Une quinzaine de manifestants devant la Justice    Coupe de la CAF : PAC - CS Sfaxien, aujourd'hui à 20 h 45: Mission ardue pour les Pacistes    Ils avaient subtilisé l'arme d'un policier: Un individu tué et deux autres blessés près d'Azeffoune    Deux textes de loi adoptés avec célérité: Voie ouverte pour la présidentielle    Mort des tribus, naissance des tribalismes (III)    Résoudre rapidement, par une élection présidentielle transparente, la crise politique ou la régression    Lancement du concours international de la photographie sous-marine de la corniche jijelienne    Le niveau des eaux pluviales a atteint 40 cm au niveau de plusieurs communes    «Boudaoui est bourré de talent»    Bomare Company mise à l'honneur dans le magazine allemand de l'IFA Berlin    Le Mouvement El Bina prêt à s'engager dans l'élection présidentielle    Appel à hâter la désignation d'un nouvel envoyé personnel du SG de l'ONU    Aigle Azur (SNLP) : Le Comité d'entreprise soutient deux offres de redressement    Prochaine édition du Festival national de la littérature et du cinéma de la femme    Il fête ses 50 ans de carrière à Alger    De nouvelles taxes sur les véhicules ?    Le président de Microsoft se positionne aux côtés de Huawei    L'Algérie réaffirme sa position    Ahmet Davutoglu quitte l'AKP pour créer un mouvement rival    Un individu abattu à Tizi-Ouzou    Bedoui exprime sa "gratitude" à l'ANP    Deux films algériens en compétition officielle au festival international d'Elgouna en Egypte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Karim Younes rugit
Contre ceux qui refusent le dialogue
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 08 - 2019

Le coordinateur de l'Instance de dialogue et de médiation, Karim Younes, a affirmé hier dimanche à Alger, que l'Instance "accordera une chance de dialogue à toutes les franges de la société, en vue de trouver des solutions à la crise politique que vit le pays".
Le coordinateur de l'Instance de dialogue et de médiation, Karim Younes, a affirmé hier dimanche à Alger, que l'Instance "accordera une chance de dialogue à toutes les franges de la société, en vue de trouver des solutions à la crise politique que vit le pays".
Lors d'une rencontre avec des jeunes du Hirak populaire, issus des wilayas de Guelma, Souk Ahras, Batna, Tébessa et Khenchela, M. Karim Younes aindiqué que l'instance veillait à "accorder une chance de dialogue à toutes lesfranges de la société algérienne, notamment aux jeunes, à travers l'ensemble du territoire national, en vue de trouver dessolutions à la crise politique actuelle".Il a, d'autre part, tenu à rappeler quel'Instance de dialogue et de médiation "neparle pas au nom du peuple algérien, niau nom du Hirak populaire ou du pouvoir". Mais Karim Younes s'est aussiattaqué, et c'est une première, aux adversairesdu dialogue politique mis sur railpar l'Instance dont il est le coordinateurnational.
"Les parties qui refusent le dialoguecherchent à brûler le pays et à le conduire vers des situations dangereuses",accuse-t-il, tout en rappelant que"celui qui ne veut pas dialoguer est libre,nous n'obligerons personne à négocier avec nous par la force". Karim Younes, qui a haussé le ton, a parlé de "climat électrique volontairement entretenu par des parties qui cherchent à brûler le pays" et leur rappelle (à ces parties) qu' "elles sont seules responsables". "Mais ils ne nous prendront pas avec eux, nous ne voulons pas brûler notre pays, nous voulons juste le sortir de l'impasse qui risque de nous conduire vers quelque chose de très difficile pour note peuple". La rencontre a été une occasion pour ces jeunes, de formuler plusieurs propositions, dont celles de "fixer la date de la présidentielle dans les plus brefs délais, et de garantir les conditions nécessaires pour la tenue d'une élection régulière et transparente, en sus de l'installation d'une instance nationale indépendante pour la surveillance de cette élection, depuis le début des préparatifs jusqu'à l'annonce des résultats définitifs".
Ils ont insisté, en outre, sur l'importance d'éviter le vide constitutionnel, pour préserver les institutions de l'Etat, préconisant que "le Président élu procède à une révision de la Constitution et engage de profondes réformes pour l'édification de l'Etat de droit". La majorité des intervenants ont proposé de "démettre le gouvernement actuel et de le remplacer par un gouvernement technocrate, formé de compétences nationales". Ils ont également appelé, à "la libération des manifestants arrêtés lors du Hirak dans plusieurs wilayas", exigeant "d'écarter les partis pro-système et des personnes impliquées dans des affaires de corruption du dialogue national".
Lors d'une rencontre avec des jeunes du Hirak populaire, issus des wilayas de Guelma, Souk Ahras, Batna, Tébessa et Khenchela, M. Karim Younes aindiqué que l'instance veillait à "accorder une chance de dialogue à toutes lesfranges de la société algérienne, notamment aux jeunes, à travers l'ensemble du territoire national, en vue de trouver dessolutions à la crise politique actuelle".Il a, d'autre part, tenu à rappeler quel'Instance de dialogue et de médiation "neparle pas au nom du peuple algérien, niau nom du Hirak populaire ou du pouvoir". Mais Karim Younes s'est aussiattaqué, et c'est une première, aux adversairesdu dialogue politique mis sur railpar l'Instance dont il est le coordinateurnational.
"Les parties qui refusent le dialoguecherchent à brûler le pays et à le conduire vers des situations dangereuses",accuse-t-il, tout en rappelant que"celui qui ne veut pas dialoguer est libre,nous n'obligerons personne à négocier avec nous par la force". Karim Younes, qui a haussé le ton, a parlé de "climat électrique volontairement entretenu par des parties qui cherchent à brûler le pays" et leur rappelle (à ces parties) qu' "elles sont seules responsables". "Mais ils ne nous prendront pas avec eux, nous ne voulons pas brûler notre pays, nous voulons juste le sortir de l'impasse qui risque de nous conduire vers quelque chose de très difficile pour note peuple". La rencontre a été une occasion pour ces jeunes, de formuler plusieurs propositions, dont celles de "fixer la date de la présidentielle dans les plus brefs délais, et de garantir les conditions nécessaires pour la tenue d'une élection régulière et transparente, en sus de l'installation d'une instance nationale indépendante pour la surveillance de cette élection, depuis le début des préparatifs jusqu'à l'annonce des résultats définitifs".
Ils ont insisté, en outre, sur l'importance d'éviter le vide constitutionnel, pour préserver les institutions de l'Etat, préconisant que "le Président élu procède à une révision de la Constitution et engage de profondes réformes pour l'édification de l'Etat de droit". La majorité des intervenants ont proposé de "démettre le gouvernement actuel et de le remplacer par un gouvernement technocrate, formé de compétences nationales". Ils ont également appelé, à "la libération des manifestants arrêtés lors du Hirak dans plusieurs wilayas", exigeant "d'écarter les partis pro-système et des personnes impliquées dans des affaires de corruption du dialogue national".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.