Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    L'ambassadeur sahraoui en Algérie salue le soutien de l'Algérie à la cause sahraouie    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    La colère de Tebboune    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    TP: nouveaux projets d'investissement sur la base de la rentabilité et de l'éfficacité    La drôle de démarche d'un syndicat    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Hausse de la production à Chlef    La défense fait appel    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    Vers l'annulation de la Coupe d'Algérie    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    La direction tente de rassurer les supporters    Sit-in des supporters pour demander une entreprise nationale    "Retour au confinement si besoin"    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    Un baccalauréat des plus atypiques des révisions chamboulées    La traque d'un "sulfureux" général    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    A partir de samedi : Réouverture de 429 mosquées    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'apolitique supplante le politique ?    El-Bayadh: Le nouveau procureur général installé    L'instit, l'obole et la révolution    495 nouveaux cas et 11 décès    JS Kabylie : Becheker, Aguieb et Hadouche en renfort    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Karim Younes rugit
Contre ceux qui refusent le dialogue
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 08 - 2019

Le coordinateur de l'Instance de dialogue et de médiation, Karim Younes, a affirmé hier dimanche à Alger, que l'Instance "accordera une chance de dialogue à toutes les franges de la société, en vue de trouver des solutions à la crise politique que vit le pays".
Le coordinateur de l'Instance de dialogue et de médiation, Karim Younes, a affirmé hier dimanche à Alger, que l'Instance "accordera une chance de dialogue à toutes les franges de la société, en vue de trouver des solutions à la crise politique que vit le pays".
Lors d'une rencontre avec des jeunes du Hirak populaire, issus des wilayas de Guelma, Souk Ahras, Batna, Tébessa et Khenchela, M. Karim Younes aindiqué que l'instance veillait à "accorder une chance de dialogue à toutes lesfranges de la société algérienne, notamment aux jeunes, à travers l'ensemble du territoire national, en vue de trouver dessolutions à la crise politique actuelle".Il a, d'autre part, tenu à rappeler quel'Instance de dialogue et de médiation "neparle pas au nom du peuple algérien, niau nom du Hirak populaire ou du pouvoir". Mais Karim Younes s'est aussiattaqué, et c'est une première, aux adversairesdu dialogue politique mis sur railpar l'Instance dont il est le coordinateurnational.
"Les parties qui refusent le dialoguecherchent à brûler le pays et à le conduire vers des situations dangereuses",accuse-t-il, tout en rappelant que"celui qui ne veut pas dialoguer est libre,nous n'obligerons personne à négocier avec nous par la force". Karim Younes, qui a haussé le ton, a parlé de "climat électrique volontairement entretenu par des parties qui cherchent à brûler le pays" et leur rappelle (à ces parties) qu' "elles sont seules responsables". "Mais ils ne nous prendront pas avec eux, nous ne voulons pas brûler notre pays, nous voulons juste le sortir de l'impasse qui risque de nous conduire vers quelque chose de très difficile pour note peuple". La rencontre a été une occasion pour ces jeunes, de formuler plusieurs propositions, dont celles de "fixer la date de la présidentielle dans les plus brefs délais, et de garantir les conditions nécessaires pour la tenue d'une élection régulière et transparente, en sus de l'installation d'une instance nationale indépendante pour la surveillance de cette élection, depuis le début des préparatifs jusqu'à l'annonce des résultats définitifs".
Ils ont insisté, en outre, sur l'importance d'éviter le vide constitutionnel, pour préserver les institutions de l'Etat, préconisant que "le Président élu procède à une révision de la Constitution et engage de profondes réformes pour l'édification de l'Etat de droit". La majorité des intervenants ont proposé de "démettre le gouvernement actuel et de le remplacer par un gouvernement technocrate, formé de compétences nationales". Ils ont également appelé, à "la libération des manifestants arrêtés lors du Hirak dans plusieurs wilayas", exigeant "d'écarter les partis pro-système et des personnes impliquées dans des affaires de corruption du dialogue national".
Lors d'une rencontre avec des jeunes du Hirak populaire, issus des wilayas de Guelma, Souk Ahras, Batna, Tébessa et Khenchela, M. Karim Younes aindiqué que l'instance veillait à "accorder une chance de dialogue à toutes lesfranges de la société algérienne, notamment aux jeunes, à travers l'ensemble du territoire national, en vue de trouver dessolutions à la crise politique actuelle".Il a, d'autre part, tenu à rappeler quel'Instance de dialogue et de médiation "neparle pas au nom du peuple algérien, niau nom du Hirak populaire ou du pouvoir". Mais Karim Younes s'est aussiattaqué, et c'est une première, aux adversairesdu dialogue politique mis sur railpar l'Instance dont il est le coordinateurnational.
"Les parties qui refusent le dialoguecherchent à brûler le pays et à le conduire vers des situations dangereuses",accuse-t-il, tout en rappelant que"celui qui ne veut pas dialoguer est libre,nous n'obligerons personne à négocier avec nous par la force". Karim Younes, qui a haussé le ton, a parlé de "climat électrique volontairement entretenu par des parties qui cherchent à brûler le pays" et leur rappelle (à ces parties) qu' "elles sont seules responsables". "Mais ils ne nous prendront pas avec eux, nous ne voulons pas brûler notre pays, nous voulons juste le sortir de l'impasse qui risque de nous conduire vers quelque chose de très difficile pour note peuple". La rencontre a été une occasion pour ces jeunes, de formuler plusieurs propositions, dont celles de "fixer la date de la présidentielle dans les plus brefs délais, et de garantir les conditions nécessaires pour la tenue d'une élection régulière et transparente, en sus de l'installation d'une instance nationale indépendante pour la surveillance de cette élection, depuis le début des préparatifs jusqu'à l'annonce des résultats définitifs".
Ils ont insisté, en outre, sur l'importance d'éviter le vide constitutionnel, pour préserver les institutions de l'Etat, préconisant que "le Président élu procède à une révision de la Constitution et engage de profondes réformes pour l'édification de l'Etat de droit". La majorité des intervenants ont proposé de "démettre le gouvernement actuel et de le remplacer par un gouvernement technocrate, formé de compétences nationales". Ils ont également appelé, à "la libération des manifestants arrêtés lors du Hirak dans plusieurs wilayas", exigeant "d'écarter les partis pro-système et des personnes impliquées dans des affaires de corruption du dialogue national".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.