Illizi: installation des nouveaux Président et Procureur général de la Cour de justice    Gouvernement-walis: poursuite à huis clos des travaux des ateliers    L'ambassadeur sahraoui en Algérie salue le soutien de l'Algérie à la cause sahraouie    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    La colère de Tebboune    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    TP: nouveaux projets d'investissement sur la base de la rentabilité et de l'éfficacité    La drôle de démarche d'un syndicat    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Hausse de la production à Chlef    La défense fait appel    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    Vers l'annulation de la Coupe d'Algérie    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    La traque d'un "sulfureux" général    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    11 décès et 495 nouveaux cas en 24 heures    Un baccalauréat des plus atypiques des révisions chamboulées    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    A partir de samedi : Réouverture de 429 mosquées    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    L'instit, l'obole et la révolution    JS Kabylie : Becheker, Aguieb et Hadouche en renfort    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les migrants toujours bloqués à lampédusa
Italie
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 08 - 2019

espagnole Proactiva, ancré depuis jeudi matin à quelques centaines de mètres du port de Lampedusa, décrivait ce vendredi 16 août une situation « explosive » à bord.
espagnole Proactiva, ancré depuis jeudi matin à quelques centaines de mètres du port de Lampedusa, décrivait ce vendredi 16 août une situation « explosive » à bord.
Le navire et les migrants qu'il a secourus sont victimes du bras de fer imposé par Matteo Salvini en pleine crise au sein du gouvernement italien. Après le débarquement de plusieurs migrants pour raisons sanitaires, ceux qui attendent toujours à bord de l'Open Arms, depuis désormais 15 jours, menacent à présent de se jeter à l'eau pour atteindre l'île à la nage. Il n'y a pas d'obstacle à un débarquement sans délais à Lampedusa.
C'est ce que le Centre de recherche et de secours en mer, qui dépend de la garde côtières italienne, a écrit au ministère de l'Intérieur ce vendredi, en demandant une réponse d'urgence, selon la presse italienne. Par ailleurs, le parquet d'Agrigente doi aussi décider rapidement si et comment intervenir pour faire respecter la décision qui autorisait l'Open Arms à accoster. Les magistrats ont ouvert une nouvelle enquête, contre X cette fois-ci, pour séquestration et la police judiciaire s'est rendue au siège des garde côtes pour y saisir des documents. Par ailleurs, un autre tribunal saisi au sujet des 29 mineurs non accompagnés qui sont à bord leur a d'ores et déjà désigné des tuteurs.
Sur l'Open Arms, la situation est « inhumaine », « insoutenable », selon les mots du commandant Marc Reig à la télévision espagnole, qui parle de bombe à retardement, de gens épuisés psychologiquement. La côte de Lampedusa est à portée de brasse, à quelques centaines de mètres. La situation est totalement incompréhensible pour les rescapés, qui menacent de se jeter à l'eau, qu'ils sachent nager ou pas.
Le navire et les migrants qu'il a secourus sont victimes du bras de fer imposé par Matteo Salvini en pleine crise au sein du gouvernement italien. Après le débarquement de plusieurs migrants pour raisons sanitaires, ceux qui attendent toujours à bord de l'Open Arms, depuis désormais 15 jours, menacent à présent de se jeter à l'eau pour atteindre l'île à la nage. Il n'y a pas d'obstacle à un débarquement sans délais à Lampedusa.
C'est ce que le Centre de recherche et de secours en mer, qui dépend de la garde côtières italienne, a écrit au ministère de l'Intérieur ce vendredi, en demandant une réponse d'urgence, selon la presse italienne. Par ailleurs, le parquet d'Agrigente doi aussi décider rapidement si et comment intervenir pour faire respecter la décision qui autorisait l'Open Arms à accoster. Les magistrats ont ouvert une nouvelle enquête, contre X cette fois-ci, pour séquestration et la police judiciaire s'est rendue au siège des garde côtes pour y saisir des documents. Par ailleurs, un autre tribunal saisi au sujet des 29 mineurs non accompagnés qui sont à bord leur a d'ores et déjà désigné des tuteurs.
Sur l'Open Arms, la situation est « inhumaine », « insoutenable », selon les mots du commandant Marc Reig à la télévision espagnole, qui parle de bombe à retardement, de gens épuisés psychologiquement. La côte de Lampedusa est à portée de brasse, à quelques centaines de mètres. La situation est totalement incompréhensible pour les rescapés, qui menacent de se jeter à l'eau, qu'ils sachent nager ou pas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.