Les forces de sécurité répriment un rassemblement pacifique à Constantine    Liverpool : Van Djik encense Firmino    Grandiose marche à Kherrata    L'Opep et ses alliés sur le gril    La démocratie en ballotage    Qui succédera à Essebsi en Tunisie ?    Le Kremlin en faveur d'une relance des discussions    Nouveaux tirs sur l'aéroport de Mitiga    «Cela ne favorise pas l'apaisement»    La FTF a défalqué six points au Club Africain    Les Académiciens face à l'expérience sfaxienne    Le Real se régale puis se relâche avant Paris    Inscriptions au master    Le bilan s'est alourdi à 7 morts    Saisie de 12 000 comprimés de psychotropes    Un homme de 53 ans trouve la mort par électrocution à Oued R'Hiou    Le Prix d'alphabétisation de l'Unseco décerné à l'Algérie    Ali-Ramzi Ayad et Redouane Benzehra lauréats de la 7e édition    Les lauréats participeront au Comic-Con de San Diego en 2020    CAF Football Awards : Les 10 candidats connus en octobre    Football professionnel : Une AGEx mardi pour adopter un nouveau système de compétition    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    Washington confirme la mort de Hamza Ben Laden    Entrepreneuriat: Des mesures en faveur des start-up    Tlemcen: La Casnos veut ratisser large    Faute de vision globale: Des classes toujours surchargées    Arrêtés vendredi à Alger: Une quinzaine de manifestants devant la Justice    Coupe de la CAF : PAC - CS Sfaxien, aujourd'hui à 20 h 45: Mission ardue pour les Pacistes    Ils avaient subtilisé l'arme d'un policier: Un individu tué et deux autres blessés près d'Azeffoune    Deux textes de loi adoptés avec célérité: Voie ouverte pour la présidentielle    Mort des tribus, naissance des tribalismes (III)    Résoudre rapidement, par une élection présidentielle transparente, la crise politique ou la régression    Lancement du concours international de la photographie sous-marine de la corniche jijelienne    Le niveau des eaux pluviales a atteint 40 cm au niveau de plusieurs communes    «Boudaoui est bourré de talent»    Bomare Company mise à l'honneur dans le magazine allemand de l'IFA Berlin    Le Mouvement El Bina prêt à s'engager dans l'élection présidentielle    Appel à hâter la désignation d'un nouvel envoyé personnel du SG de l'ONU    Aigle Azur (SNLP) : Le Comité d'entreprise soutient deux offres de redressement    Prochaine édition du Festival national de la littérature et du cinéma de la femme    Il fête ses 50 ans de carrière à Alger    De nouvelles taxes sur les véhicules ?    Le président de Microsoft se positionne aux côtés de Huawei    L'Algérie réaffirme sa position    Ahmet Davutoglu quitte l'AKP pour créer un mouvement rival    Un individu abattu à Tizi-Ouzou    Bedoui exprime sa "gratitude" à l'ANP    Deux films algériens en compétition officielle au festival international d'Elgouna en Egypte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les migrants toujours bloqués à lampédusa
Italie
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 08 - 2019

espagnole Proactiva, ancré depuis jeudi matin à quelques centaines de mètres du port de Lampedusa, décrivait ce vendredi 16 août une situation « explosive » à bord.
espagnole Proactiva, ancré depuis jeudi matin à quelques centaines de mètres du port de Lampedusa, décrivait ce vendredi 16 août une situation « explosive » à bord.
Le navire et les migrants qu'il a secourus sont victimes du bras de fer imposé par Matteo Salvini en pleine crise au sein du gouvernement italien. Après le débarquement de plusieurs migrants pour raisons sanitaires, ceux qui attendent toujours à bord de l'Open Arms, depuis désormais 15 jours, menacent à présent de se jeter à l'eau pour atteindre l'île à la nage. Il n'y a pas d'obstacle à un débarquement sans délais à Lampedusa.
C'est ce que le Centre de recherche et de secours en mer, qui dépend de la garde côtières italienne, a écrit au ministère de l'Intérieur ce vendredi, en demandant une réponse d'urgence, selon la presse italienne. Par ailleurs, le parquet d'Agrigente doi aussi décider rapidement si et comment intervenir pour faire respecter la décision qui autorisait l'Open Arms à accoster. Les magistrats ont ouvert une nouvelle enquête, contre X cette fois-ci, pour séquestration et la police judiciaire s'est rendue au siège des garde côtes pour y saisir des documents. Par ailleurs, un autre tribunal saisi au sujet des 29 mineurs non accompagnés qui sont à bord leur a d'ores et déjà désigné des tuteurs.
Sur l'Open Arms, la situation est « inhumaine », « insoutenable », selon les mots du commandant Marc Reig à la télévision espagnole, qui parle de bombe à retardement, de gens épuisés psychologiquement. La côte de Lampedusa est à portée de brasse, à quelques centaines de mètres. La situation est totalement incompréhensible pour les rescapés, qui menacent de se jeter à l'eau, qu'ils sachent nager ou pas.
Le navire et les migrants qu'il a secourus sont victimes du bras de fer imposé par Matteo Salvini en pleine crise au sein du gouvernement italien. Après le débarquement de plusieurs migrants pour raisons sanitaires, ceux qui attendent toujours à bord de l'Open Arms, depuis désormais 15 jours, menacent à présent de se jeter à l'eau pour atteindre l'île à la nage. Il n'y a pas d'obstacle à un débarquement sans délais à Lampedusa.
C'est ce que le Centre de recherche et de secours en mer, qui dépend de la garde côtières italienne, a écrit au ministère de l'Intérieur ce vendredi, en demandant une réponse d'urgence, selon la presse italienne. Par ailleurs, le parquet d'Agrigente doi aussi décider rapidement si et comment intervenir pour faire respecter la décision qui autorisait l'Open Arms à accoster. Les magistrats ont ouvert une nouvelle enquête, contre X cette fois-ci, pour séquestration et la police judiciaire s'est rendue au siège des garde côtes pour y saisir des documents. Par ailleurs, un autre tribunal saisi au sujet des 29 mineurs non accompagnés qui sont à bord leur a d'ores et déjà désigné des tuteurs.
Sur l'Open Arms, la situation est « inhumaine », « insoutenable », selon les mots du commandant Marc Reig à la télévision espagnole, qui parle de bombe à retardement, de gens épuisés psychologiquement. La côte de Lampedusa est à portée de brasse, à quelques centaines de mètres. La situation est totalement incompréhensible pour les rescapés, qui menacent de se jeter à l'eau, qu'ils sachent nager ou pas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.