Real Madrid: contre Galatasaray, Zidane joue gros...    Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Une coordination internationale de la diaspora installée le 1er novembre    Les avocats dénoncent les nouvelles taxes    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Londres demande officiellement le report du Brexit    La police disperse les manifestants à Hong Kong    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Le rendez-vous de Benflis    Le football local victime de bricolage    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    D'autres actions des supporters en vue    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Esquisse d'une subversion plombée par la justification    Le mouvement littéraire en Algérie affecté par l'absence de critique    Participation du Crasc d'Oran avec la présentation de 4 nouvelles publications    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    Le PDG d'Air Algérie à l'APS: La sécurité des avions, les prix des billets et la réduction des effectifs    En dépit du déficit: «Le système de sécurité sociale n'est pas en faillite»    Tizi Ouzou: Un mort et un blessé dans une fusillade    La convergence se dessine entre le politique et le syndical    Près de 240 nouveaux cas depuis le début de l'année: Campagne de sensibilisation sur le dépistage du cancer du sein    «Papicha» ou le drame de la censure?    L'enseignement religieux : Une pratique séculaire dans les ksour et oasis de Ghardaïa    Syrie: Paix toujours fragile au deuxième jour de la trêve entre Turcs et Kurdes    Grand prix Chantal Biya de cyclisme au Cameroun : L'Algérien Azzedine Lagab toujours en tête    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    L'euro et le yuan remplaceront-ils le dollar pour les prêts extérieurs de la Russie en 2020?    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    Des milliers de manifestants à Londres pour un second référendum    Recul de la facture d'importation    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le ministère s'explique
Importation de véhicules d'occasion
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 09 - 2019

Les conditions d'importation par des particuliers de véhicules de moins de trois ans d'âge sont l'objet de vifs débats au sein de la société, certains nationaux jugeant que "le pays n'a pas à servir de déversoir aux rebuts des pays", d'autres craignant que l'achat d'une automobile ayant déjà roulée ne "nécessite des coûts abusifs que les moins nantis parmi eux ne pourraient supporter".
Les conditions d'importation par des particuliers de véhicules de moins de trois ans d'âge sont l'objet de vifs débats au sein de la société, certains nationaux jugeant que "le pays n'a pas à servir de déversoir aux rebuts des pays", d'autres craignant que l'achat d'une automobile ayant déjà roulée ne "nécessite des coûts abusifs que les moins nantis parmi eux ne pourraient supporter".
Passant outre ces préoccupations, le ministre du Commerce, Saïd Djellab, signale que, "sous certaines conditions, les véhicules d'occasion ne sont pas interdits à l'importation", dans le monde. S'exprimant, hier, à un journaliste de la chaîne 3 de la Radio algérienne, celui-ci déclare à propos des véhicules montés en Algérie, que se pose la question de leur coût. Pour lui, en "autorisant l'importation d'automobiles ayant déjà roulé on crée un marché concurrentiel", laissant le choix aux citoyens, soit d'en acquérir un qui a déjà roulé, soit de faire l'acquisition d'un véhicule neuf monté localement. Il explique que la décision prise par le gouvernement d'ouvrir le pays aux véhicules d'occasion ramenés de l'étranger, l'a été pour inciter l'industrie automobile en Algérie à se placer "dans la chaîne des valeurs mondiales".
Pour autant, tient-il à préciser, il n'est pas question "d'importer n'importe quoi", rappelant que les voitures importées doivent, en plus de présenter les conditions de sécurité maximum, rouler à l'essence et être adaptables au GPL. Le représentant d'une associatio de protection des droits des consommateurs, Hassan Menouar, observe d'emblée que l'ouverture du marché de l'automobile d'occasion "n'apportera rien à l'économie nationale". Pour lui, si l'Etat est parti sur des investissements de l'industrie de montage de véhicules, "il faut qu'il continue" sur cette voie et non pas qu'il "retourne en arrière et peine" ainsi les investisseurs. Selon lui, l'accès à un véhicule d'occasion n'est pas rentable sachant, déclare-t-il, "qu'il ne pas coûter moins de 10.000 euros" et qu'outre son prix d'achat il nécessitera le paiement de frais pour son transport et celles de taxes douanières. L'auteur de cette enquête rappelle, par ailleurs, que "l'importation des véhicules d'occasion est prévue dans le projet de Loi de finances de 2020 lequel est appelé à être prochainement discuté au sein de l'APN".
Passant outre ces préoccupations, le ministre du Commerce, Saïd Djellab, signale que, "sous certaines conditions, les véhicules d'occasion ne sont pas interdits à l'importation", dans le monde. S'exprimant, hier, à un journaliste de la chaîne 3 de la Radio algérienne, celui-ci déclare à propos des véhicules montés en Algérie, que se pose la question de leur coût. Pour lui, en "autorisant l'importation d'automobiles ayant déjà roulé on crée un marché concurrentiel", laissant le choix aux citoyens, soit d'en acquérir un qui a déjà roulé, soit de faire l'acquisition d'un véhicule neuf monté localement. Il explique que la décision prise par le gouvernement d'ouvrir le pays aux véhicules d'occasion ramenés de l'étranger, l'a été pour inciter l'industrie automobile en Algérie à se placer "dans la chaîne des valeurs mondiales".
Pour autant, tient-il à préciser, il n'est pas question "d'importer n'importe quoi", rappelant que les voitures importées doivent, en plus de présenter les conditions de sécurité maximum, rouler à l'essence et être adaptables au GPL. Le représentant d'une associatio de protection des droits des consommateurs, Hassan Menouar, observe d'emblée que l'ouverture du marché de l'automobile d'occasion "n'apportera rien à l'économie nationale". Pour lui, si l'Etat est parti sur des investissements de l'industrie de montage de véhicules, "il faut qu'il continue" sur cette voie et non pas qu'il "retourne en arrière et peine" ainsi les investisseurs. Selon lui, l'accès à un véhicule d'occasion n'est pas rentable sachant, déclare-t-il, "qu'il ne pas coûter moins de 10.000 euros" et qu'outre son prix d'achat il nécessitera le paiement de frais pour son transport et celles de taxes douanières. L'auteur de cette enquête rappelle, par ailleurs, que "l'importation des véhicules d'occasion est prévue dans le projet de Loi de finances de 2020 lequel est appelé à être prochainement discuté au sein de l'APN".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.