APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    Ghardaïa: Etude pour la réutilisation des eaux épurées à des fins d'irrigation agricole    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    Quand le bricolage fait des siennes    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le niveau de l'eau en baisse significative    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le marché pétrolier "équilibré, main incertain"
Mourad perure :
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 09 - 2019

L'attaque des installations de brut saoudiennes a fortement impacté le marché, occasionnant une hausse du prix du baril de plus de 10 %. Mesurant l'ampleur des dégâts occasionnés, l'expert en Energie, Mourad Preure estime, malgré tout, que le marché mondial est resté "équilibré".
L'attaque des installations de brut saoudiennes a fortement impacté le marché, occasionnant une hausse du prix du baril de plus de 10 %. Mesurant l'ampleur des dégâts occasionnés, l'expert en Energie, Mourad Preure estime, malgré tout, que le marché mondial est resté "équilibré".
S'exprimant dans l'émission l'Invité de la rédaction, celui-ci note qu'en plus de la déclaration de Trump annonçant le déstockage de réserves américaines de brut, "l'Arabie saoudite est capable de supporter, dans l'immédiat, le choc avec ses stocks de 35 jours et ses capacité inutilisée de 2 millions de barils/jour". Toutefois, nuance l'expert, "le recours aux stocks stratégiques et les difficultés de Ryad à remettre en marche ses installations objets d'attaques, va peser sur le marché. Le marché intègre aujourd'hui cette forte incertitude", affirme-t-il, prédisant qu'une "perte de production va se traduire par une hausse des prix" lesquels devraient à coup sûr "stimuler le gaz de schiste".
Le marché national a besoin d'une stabilité de la législation
Revenant sur le marché énergétique national, l'invité de la Chaîne 3 déplore, encore une fois, le changement permanent de législation qui, non seulement, fait fuir les leaders pétroliers mondiaux, pénalisant Sonatrach. Il plaide en faveur d'une législation stable, ouvrant la voie à une association de cette compagnie avec des partenaires leaders. "La puissance pétrolière de l'Algérie ne doit pas être perçue dans le niveau de ses réserves ou de sa production, mais dans la puissance de Sonatrach", insiste M. Preure qui appelle au "renforcement de cette dernière afin, dit-il, qu'elle puisse monter en puissance et attirer à elle des leaders avec lesquels elle puisse partager les risques".
Contrairement au pessimisme ambiant vis-a-vis des réserves algériennes de pétrole, l'intervenant se montre optimiste. "Les réserve de l'Algérie, rappelle- t-il, sont estimées à 12 milliards de barils. Rien que celle de Hassi Messaoud, ajoute-t-il, elles sont de l'ordre de 50 milliards de barils et nous n'en avons soutiré que 15 % avec un taux de récupération de 26 à 27 %" Pour lui, "si on arrive à augmenter les taux de récupération, on en aura pour des décennies de production.
S'exprimant dans l'émission l'Invité de la rédaction, celui-ci note qu'en plus de la déclaration de Trump annonçant le déstockage de réserves américaines de brut, "l'Arabie saoudite est capable de supporter, dans l'immédiat, le choc avec ses stocks de 35 jours et ses capacité inutilisée de 2 millions de barils/jour". Toutefois, nuance l'expert, "le recours aux stocks stratégiques et les difficultés de Ryad à remettre en marche ses installations objets d'attaques, va peser sur le marché. Le marché intègre aujourd'hui cette forte incertitude", affirme-t-il, prédisant qu'une "perte de production va se traduire par une hausse des prix" lesquels devraient à coup sûr "stimuler le gaz de schiste".
Le marché national a besoin d'une stabilité de la législation
Revenant sur le marché énergétique national, l'invité de la Chaîne 3 déplore, encore une fois, le changement permanent de législation qui, non seulement, fait fuir les leaders pétroliers mondiaux, pénalisant Sonatrach. Il plaide en faveur d'une législation stable, ouvrant la voie à une association de cette compagnie avec des partenaires leaders. "La puissance pétrolière de l'Algérie ne doit pas être perçue dans le niveau de ses réserves ou de sa production, mais dans la puissance de Sonatrach", insiste M. Preure qui appelle au "renforcement de cette dernière afin, dit-il, qu'elle puisse monter en puissance et attirer à elle des leaders avec lesquels elle puisse partager les risques".
Contrairement au pessimisme ambiant vis-a-vis des réserves algériennes de pétrole, l'intervenant se montre optimiste. "Les réserve de l'Algérie, rappelle- t-il, sont estimées à 12 milliards de barils. Rien que celle de Hassi Messaoud, ajoute-t-il, elles sont de l'ordre de 50 milliards de barils et nous n'en avons soutiré que 15 % avec un taux de récupération de 26 à 27 %" Pour lui, "si on arrive à augmenter les taux de récupération, on en aura pour des décennies de production.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.