Tottenham : Une offre pour En-Nesyri ?    [Vidéo] La déferlante Casbah-Bab El Oued en puissance    Sous le signe de solidarité avec les pompiers à Bouira    Prix littéraire Méditerranée 2021 : Boualem Sansal lauréat    Législatives du 12 juin: Ennahda appelle les citoyens à se rendre massivement aux urnes pour choisir leurs représentants    Football / Coupe de la Ligue : USMA-MCA éclipse tout    La stabilité de la région tributaire du respect par le Maroc de ses frontières internationales    LE 8 MAI 1945, LE 8 MAI 2021, UN MÊME MOT D'ORDRE : RENDEZ-NOUS L'ALGERIE !    V 116 : Le Hirak change d'itinéraire    Coronavirus: 219 nouveaux cas, 142 guérisons et 8 décès    Equipe nationale de football : Algérie - Mauritanie le 3 juin à Blida    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    Insistance sur la nécessaire implication dans le processus électoral    Elaboration d'une feuille de route relative à l'enseignement de Tamazight    La journée de la mémoire "n'est pas exclusive aux seules massacres du 8 mai 1945"    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    Covid-19: des autorisations d'exportation de masques "prochainement délivrées"    Les réserves d'eau du pays "suffisantes jusqu'à l'automne prochain"    Massacres du 8 mai 1945: Des films sur la résistance et la révolution programmés à Sétif    Juanfran pas tendre avec Neymar : "Il est insupportable"    Mahrez: "difficile de remporter la ligue des champions si..."    Un jeudi apocalyptique à M'sila    Coopération : lancement officiel du projet de création d'un Conseil d'affaires algéro-mozambicain    La recherche de solutions aux différentes revendications doit se faire dans le cadre d'une approche progressive    Mahrez a mis Paris à ses pieds    Messaoudi (JSS) maintient le cap    L'opposition conteste la prise de pouvoir par les militaires    Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye    2 personnes trouvent la mort sur la RN 47    Tajine de poulet sucré-salé    Les pompiers exigent la réintégration de leurs collègues    Relâchement généralisé et persistant    Les prix se consolident    L'ouverture de bureaux de change n'est pas envisageable    La Cnas lance une application au profit des femmes enceintes    Algérie-Libye : une position ferme et réaliste (1re partie)    Le Parlement adopte l'amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle    Inexistant au centre-ouest du pays : Le projet de CHU relancé à Chlef    563 LSP à Souidania : Le projet en stand-by    Les démarches de sa prise en charge engagées    Les candidats retiennent leur souffle    Les agents agréés de l'Otan aux abois    L'armée hausse le ton    L'UA condamne les attaques terroristes au Burkina-Faso, Mali et Niger    Un policier tué dans une attaque jihadiste sur des puits de pétrole    «Nous voulons la vérité des faits sans complexes»    Appel à l'exploitation économique du patrimoine culturel    Le roman de Salim Bachi parait aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Loukal rassure
Risque de baisse des liquidités bancaires
Publié dans Le Midi Libre le 07 - 10 - 2019

La liquidité bancaire de l'Algérie a "enregistré une hausse de 37,31 % à la fin août 2019 par rapport à la fin décembre 2018", a indiquéà l'APS le ministre des Finances, Mohamed Loukal.
La liquidité bancaire de l'Algérie a "enregistré une hausse de 37,31 % à la fin août 2019 par rapport à la fin décembre 2018", a indiquéà l'APS le ministre des Finances, Mohamed Loukal.
La liquidité bancaire est "ainsi passée à 1.705,5 milliards (mds) DA à la fin août dernier contre 1.557 mds DA à la fin décembre 2018, soit une augmentation de 37,31 %", a-t-il précisé. Interrogé sur une éventuelle baisse de cette liquidité durant ces derniers mois, comme ça été rapporté par certaines sources médiatiques, M. Loukal a formellement démenti ces "informations infondées". "On ne peut pas souffrir d'un manque de liquidité bancaire alors que le taux des réserves obligatoiresest fixé à 12 % par la Banque d'Algérie (BA)", a-til argué. En plus, "les banques de la place disposent de titres souverains collatéraux qui leur permettent de se refinancer auprès de la Banque centrale, dans le cadre de l'Open market", at- il soutenu. En février dernier la BA avait relevé, de 8 % à 12 %, le taux des réserves obligatoires par rapport à l'assiette des réserves globales des banques. En janvier 2018, elle avait déjà augmenté de 4 % à 8 % le taux de ces réserves. Ainsi, les banques sont tenues de conserver 12 % des dépôts de leurs clients sans les utiliser.
Ce qui permet de réduire les réserves libres des banques et contenir la liquidité bancaire. En cas de manque de liquidités, la BA recourt systématiquement à la réduction du taux des réserves obligatoire pour permettre d'injecter plus de liquidité sur le marché. Après les baisses enregistrées en 2015 et 2016, la liquidité bancaire s'est relativement stabilisée après le lancement des opérations d'"open market d'injections de liquidités à partir de mars 2017, pour ensuite croître fortement, dès novembre 2017, après la mise en oeuvre du financement non conventionnel. La liquidité bancaire avait atteint 1.380,6 mds DA à fin 2017, soit une croissance de 68,2 % par rapport à son niveau de fin 2016 qui était de 821 mds DA. C'est en prévision de l'accumulation des liquidités bancaires, et pour prévenir t o u t e poussée inflationniste, que la BA a relevé en 2018 le taux des réserves obligatoires de 4 % à 8 %.Cette conduite de la politique monétaire a ainsi réussi à stabiliser l'encours de la liquidité bancaire.
La liquidité bancaire est "ainsi passée à 1.705,5 milliards (mds) DA à la fin août dernier contre 1.557 mds DA à la fin décembre 2018, soit une augmentation de 37,31 %", a-t-il précisé. Interrogé sur une éventuelle baisse de cette liquidité durant ces derniers mois, comme ça été rapporté par certaines sources médiatiques, M. Loukal a formellement démenti ces "informations infondées". "On ne peut pas souffrir d'un manque de liquidité bancaire alors que le taux des réserves obligatoiresest fixé à 12 % par la Banque d'Algérie (BA)", a-til argué. En plus, "les banques de la place disposent de titres souverains collatéraux qui leur permettent de se refinancer auprès de la Banque centrale, dans le cadre de l'Open market", at- il soutenu. En février dernier la BA avait relevé, de 8 % à 12 %, le taux des réserves obligatoires par rapport à l'assiette des réserves globales des banques. En janvier 2018, elle avait déjà augmenté de 4 % à 8 % le taux de ces réserves. Ainsi, les banques sont tenues de conserver 12 % des dépôts de leurs clients sans les utiliser.
Ce qui permet de réduire les réserves libres des banques et contenir la liquidité bancaire. En cas de manque de liquidités, la BA recourt systématiquement à la réduction du taux des réserves obligatoire pour permettre d'injecter plus de liquidité sur le marché. Après les baisses enregistrées en 2015 et 2016, la liquidité bancaire s'est relativement stabilisée après le lancement des opérations d'"open market d'injections de liquidités à partir de mars 2017, pour ensuite croître fortement, dès novembre 2017, après la mise en oeuvre du financement non conventionnel. La liquidité bancaire avait atteint 1.380,6 mds DA à fin 2017, soit une croissance de 68,2 % par rapport à son niveau de fin 2016 qui était de 821 mds DA. C'est en prévision de l'accumulation des liquidités bancaires, et pour prévenir t o u t e poussée inflationniste, que la BA a relevé en 2018 le taux des réserves obligatoires de 4 % à 8 %.Cette conduite de la politique monétaire a ainsi réussi à stabiliser l'encours de la liquidité bancaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.