La charte d'éthique des pratiques électorales signée samedi    Benflis : «Les conditions sont loin d'être idéales»    Bengrina promet d'améliorer les conditions de vie du citoyen algérien    «Il faut adopter rapidement les solutions»    Le Gouvernement décide de régulariser leur situation dès novembre    Le ministre du Commerce s'entretient avec la ministre gabonaise de la Défense    SIG (MASCARA) : 4 personnes asphyxiées au monoxyde de carbone    Obésité, diabète et maladies du cœur: des spécialistes tirent la sonnette l'alarme    CAN-2021 (Eliminatoires)/Algérie-Zambie: l'équipe nationale évoluera en blanc    Mondiaux de Para-athlétisme (Poids F32) : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Etiquetage "colonies": appliquer la décision de la CJUE aux produits sahraouis    La communauté internationale exhortée à mettre fin à l'agression israélienne    Festival de danse contemporaine: une nouvelle génération de danseurs algériens émerge    EDUCATION : Vers une grève de 3 jours renouvelable dans les primaires    DIRECTION DES SERVICES AGRICOLES DE MOSTAGANEM : Vers l'ensemencement de 46112 hectares de céréales    UNE FOIS ELU A LA TETE DU PAYS : Tebboune promet l'égalité hommes-femmes    Zerouati participe jeudi et vendredi en Afrique du Sud à la Conférence ministérielle africaine sur l'environnement    Phase de Poules de la CAF : Le Paradou AC dans un groupe difficile    LFP – Sanctions : Huis clos pour le MCO et l'USMAn    Mise à jour. MC Alger – JS Kabylie : Le Mouloudia pour prendre le large    Port de l'emblème Amazigh : Le tribunal de Bab El Oued relaxe cinq jeunes détenus    Les campus au rendez-vous    Six contrats gaziers renouvelés par Sonatrach    Morales se réfugie au Mexique    Le SG de l'ONU appelle à "une coopération internationale"    Un collège fermé "à titre préventif" à Sétif    La question des réfugiés sahraouis examinée lors de la Conférence parlementaire régionale pour l'Afrique    Algérie-Chine: appel à la promotion des relations de coopération dans le domaine du tourisme    Les étudiants ont marché pour le 38e mardi    Que reste-t-il du grand clasico ?    Amrouche convoque 25 joueurs    La criminalité en hausse    Un mort et un sauvetage miraculeux de trois personnes    Rupture et montée en gamme    Vivre avec et contre le passé    Ecole de journalisme d'Alger : Quelle place pour la production amazighe dans les médias ?    Parc national du Djurdjura : Découverte d'ossements d'un ours brun    Economie: L'Algérie «dans le rouge»    Un conclave consacré aux dossiers du logement: Des instructions pour accélérer les travaux et l'affichage des listes    Lancement des Rencontres internationales du cinéma d'Oran: La phase des projections programmée pour février prochain    Tunisie : Le Premier ministre Youssef Chahed à Paris et Rome    Personnes interdites de stade : Les modalités d'établissement du fichier national fixées    Maroc-MCC : Accord de coopération pour la mise en œuvre du projet de gouvernance du foncier    Matérialisation des légitimes revendications populaires Les fondements directeurs de l'état de droit    Place aux entreprises algériennes    CONSTANTINE : Développer des approches scientifiques de protection des vestiges submergés    10e Fica : Projection de "L'envers de l'histoire", parcours d'une militante en Serbie    La situation de la femme créatrice dans le domaine de l'industrie cinématographique en débat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Refonte prochaine du système fiscal
Les impôts non collectés s'élévent à 4.582 milliards da.
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 10 - 2019

Le ministre des Finances, Mohamed Loukal, a fait état lundi à Alger devant la Commission des finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale (APN),d'une refonte prochaine du système fiscal.
Le ministre des Finances, Mohamed Loukal, a fait état lundi à Alger devant la Commission des finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale (APN),d'une refonte prochaine du système fiscal.
S'exprimant lors d'une séance consacrée aux réponses aux questions et préoccupations des membres de la commission sur le projet de loi, présidée par Tarek Tridi, président de la commission, en présence du ministère des Relations avec le Parlement, Fathi Khouil, M. Loukal a précisé que "le Gouvernement examinera, dans deux semaines, un projet de refonte du système fiscal".
Ila mis en avant l'impérative refonte de ce système, pour augmenter les recettes fiscales ordinaires, dans un climat marqué par les fluctuations de la fiscalité pétrolière et la détérioration du marché pétrolier qui, selon lui, n'est plus sensible aux développements géopolitiques après l'arrivée en force des Etats- sur le marché de la production pétrolière. Assurant que cette démarche devrait "réhabiliter l'impôt" en Algérie, le ministre des Finances a rappelé que le montant des impôts non collectés s'élevait actuellement, à 4.582 milliards DA. L'élaboration du projet de loi de Finances (PLF) 2020 intervient, poursuit-il, dans "une conjoncture difficile"
où l'Etat veille à sauvegarder le pouvoir d'achat des citoyens, d'une part, et l'accroissement des recettes fiscales et préserver la balance des paiements, d'autre part. Concernant la réduction de l'impôt sur le revenu global pour les retraités, dont le nombre dépasse les 2 millions, le ministre a indiqué que cette réduction était possible, pourvu que les recettes du budget ne soient pas touchées. Quant à la politique de subvention gouvernementale, évoquée par la majorité des membres de la commission intervenant au débat, M. Loukal a ait savoir qu'elle était en cours de révision par le gouvernement qui songe à revoir les subventions indirectes, en matière de consommation de gaz, d'électricité, d'eau et de carburant qui coûte à l'Etat quelque 1.800 milliards
DA par an, à ajouter à plus de 1.700 milliards DA de subventions directes. Le gouvernement s'oriente vers la rationalisation des subventions afin de réduire le déficit budgétaire, a-t-il soutenu. Evoquant le déficit de la Caisse nationale des retraites (CNR), M. Loukal a reconnu qu'il s'agissait d'un problème pour le gouvernement, expliquant que chaque employé aujourd'hui couvre trois (3) retraités, alors que dans les années 70, neuf (9) employés travaillaient pour un seul retraité. Ce déficit structurel n'est pas dû à l'âge de retraite, mais au taux de contribution à la CNR.
Pas de dévaluation du dinar
En réponse à une préoccupation des membres de la commission, relative à la réticence face à une éventuelle dévaluation du dinar, M. Loukal a affirmé que la monnaie nationale "ne reculera pas", mais regagnera son équilibre systématiquement face aux autres devises, suivant les cours de changes sur le marché.
Quant à l'intégration des employés de l'Agence nationale de l'emploi (ANEM) dans la fonction publique, estimé à quelque 700.000 employés majoritairement universitaires, le ministre a rassuré que le gouvernement "réfléchit à la façon d'intégrer une partie de ces jeunes, de manière graduelle". S'agissant de la finance islamique, le ministre a rappelé que dix (10) produits étaient en attente d'agrément auprès de la Banque d'Algérie (BA).
S'exprimant lors d'une séance consacrée aux réponses aux questions et préoccupations des membres de la commission sur le projet de loi, présidée par Tarek Tridi, président de la commission, en présence du ministère des Relations avec le Parlement, Fathi Khouil, M. Loukal a précisé que "le Gouvernement examinera, dans deux semaines, un projet de refonte du système fiscal".
Ila mis en avant l'impérative refonte de ce système, pour augmenter les recettes fiscales ordinaires, dans un climat marqué par les fluctuations de la fiscalité pétrolière et la détérioration du marché pétrolier qui, selon lui, n'est plus sensible aux développements géopolitiques après l'arrivée en force des Etats- sur le marché de la production pétrolière. Assurant que cette démarche devrait "réhabiliter l'impôt" en Algérie, le ministre des Finances a rappelé que le montant des impôts non collectés s'élevait actuellement, à 4.582 milliards DA. L'élaboration du projet de loi de Finances (PLF) 2020 intervient, poursuit-il, dans "une conjoncture difficile"
où l'Etat veille à sauvegarder le pouvoir d'achat des citoyens, d'une part, et l'accroissement des recettes fiscales et préserver la balance des paiements, d'autre part. Concernant la réduction de l'impôt sur le revenu global pour les retraités, dont le nombre dépasse les 2 millions, le ministre a indiqué que cette réduction était possible, pourvu que les recettes du budget ne soient pas touchées. Quant à la politique de subvention gouvernementale, évoquée par la majorité des membres de la commission intervenant au débat, M. Loukal a ait savoir qu'elle était en cours de révision par le gouvernement qui songe à revoir les subventions indirectes, en matière de consommation de gaz, d'électricité, d'eau et de carburant qui coûte à l'Etat quelque 1.800 milliards
DA par an, à ajouter à plus de 1.700 milliards DA de subventions directes. Le gouvernement s'oriente vers la rationalisation des subventions afin de réduire le déficit budgétaire, a-t-il soutenu. Evoquant le déficit de la Caisse nationale des retraites (CNR), M. Loukal a reconnu qu'il s'agissait d'un problème pour le gouvernement, expliquant que chaque employé aujourd'hui couvre trois (3) retraités, alors que dans les années 70, neuf (9) employés travaillaient pour un seul retraité. Ce déficit structurel n'est pas dû à l'âge de retraite, mais au taux de contribution à la CNR.
Pas de dévaluation du dinar
En réponse à une préoccupation des membres de la commission, relative à la réticence face à une éventuelle dévaluation du dinar, M. Loukal a affirmé que la monnaie nationale "ne reculera pas", mais regagnera son équilibre systématiquement face aux autres devises, suivant les cours de changes sur le marché.
Quant à l'intégration des employés de l'Agence nationale de l'emploi (ANEM) dans la fonction publique, estimé à quelque 700.000 employés majoritairement universitaires, le ministre a rassuré que le gouvernement "réfléchit à la façon d'intégrer une partie de ces jeunes, de manière graduelle". S'agissant de la finance islamique, le ministre a rappelé que dix (10) produits étaient en attente d'agrément auprès de la Banque d'Algérie (BA).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.