Le taux de participation au niveau du consulat de Paris est "appréciable et de régulier" (ANIE)    Banques : installation du nouveau P-dg de la BEA    Loi de finances 2020: de légères augmentations d'impôts, une nouvelle taxe sur les véhicules    Un décret présidentiel portant création d'une agence nationale de développement du numérique (JO)    Les populations nomades de Laghouat et Béchar accomplissent leur devoir    Belmadi : «Le Sénégal Champion d'Afrique ? Ce sera le jour où je ne serai plus là, peut-être en 2030 (Rires)»    Gattuso est arrivé à Naples    LFP : une réunion "prochainement" avec les représentants des clubs pour solutionner les problèmes financiers    Les actes d'accusation votés au Congrès d'ici la fin de semaine    Subsistance de divergences    Le président annonce des mesures d'apaisement    Du renouveau pour C3 Aircross    Le père du «low cost» s'en va    Imposante mobilisation des campus    Des personnalités appellent à éviter les dépassements    Le bouleversement technologique, un facteur amplificateur    Un programme chargé pour les Canaris    Coupe d'Algérie de Football : JSM Béjaia - ES Sétif en 1/32es de finale    L'EN sacrée meilleure équipe, Mahrez meilleur joueur    Centre Anti-Cancer : Le scanner en panne depuis plusieurs mois    Mobilisation de 150 000 hectares pour la céréaliculture    36 nouveaux bus affectés aux communes    Setif : le secteur de la formation accuse un déficit    Rétention d'eau    Khatini, une nouvelle pièce sur les planches    ACTUCULT    La Maison de la culture de Aïn Témouchent rebaptisée    L'œuvre du ciseleur des mots revisitée    Ettiki !    Tribunal de Sidi M'hamed: le Parquet publie les jugements prononcés    Enième effondrement partiel au 1, Rue Mezouar Mohamed: Des familles en danger de mort interpellent le wali    Benflis dénonce une «cabale»    Alger: Les étudiants toujours mobilisés    Le tribunal de Sidi M'hamed rend son verdict: 15 ans de prison pour Ouyahia et 12 pour Sellal    Ligue des champions d'Europe: Duels à distance pour la seconde place    Chlef: Du nouveau à la Caisse de retraite    LA COULEE DE LAVE    Equipementier automobile : Valeo vise plus de 15% de marge avec l'électrification et les ADAS    Maroc : Visite du secrétaire d'état américain au Maroc    Les conditions d'inscription fixées    Qualifications Afro-paralympiques-2020 de handi-basket: L'Afrique du Sud obtient l'organisation du tournoi    Gita Gopinath, conseillère économique auprès du FM "Les réformes dans les pays émergents et les pays en développement sont plus efficaces ...    Selon Ghania Eddalia, ministre de la Solidarité " Près de 900 000 bénéficiaires de micro-crédits jusqu'en octobre dernier"    Ghardaïa: L'étude d'aménagement de la wilaya d'El-Menea présentée aux autorités locales    Banques De nouveaux P-DG à la tête de la BEA et de la BNA    Arabie-Saoudite : Quels enjeux concernant le plan Vision 2030 ?    La mosquée de Sidi Ghanem à Mila : Un centre de rayonnement de l'Islam et un haut lieu de la mémoire    Manifestations du 11 décembre 1960/Mouvement populaire 2019 : 59 ans après, la soif de l'indépendance est toujours vive    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tebboune professe ses convictions
Intité hier de la radio nationale
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 11 - 2019

"La Société civile n'a été formatée par quiconque", juge le candidat à la présidentielle du 12 décembre prochain, Abdelmadjid Tebboune, ajoutant que c'est à cette dernière de s'impliquer pour faire de sa présence un "vrai contrepouvoir".
"La Société civile n'a été formatée par quiconque", juge le candidat à la présidentielle du 12 décembre prochain, Abdelmadjid Tebboune, ajoutant que c'est à cette dernière de s'impliquer pour faire de sa présence un "vrai contrepouvoir".
S'exprimant, hier lundi, à l'émission l'Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio algérienne, celui-ci observe que les partis politiques ne sont pas arrivés à "encadrer" la population, compte-tenu, indique-t-il, de leurs programmes. Résultat, constate-t-il, "quand la rue veut s'exprimer, elle le fait toute seule". Faut-il mettre le FLN au musée, comme le réclame une partie des Algériens ? Pour M. Tebboune, autant que pour ce qui concerne les autres partis, nul n'a le droit de dissoudre celui-ci, c'est aux citoyens, ajoute-t-il, de le décider par le biais des urnes.
De l'éventualité d'une "refonde globale de la constitution", l'intervenant déclare ne s'être jamais engagé sur cette voie, ajoutant que "pour ceux qui ont été élus", les circonstances "risquent" de déboucher sur une nouvelle constitution et une nouvelle loi électorale, mais sur la base d'une élection. S'il est élu, Tebboune promet de répondre, sur des bases constitutionnelles et juridiques, aux "exigences" populaires d'aborder une nouvelle ère. "l'Algérie de 2019 n'étant plus celle de 1988", il assure qu'il sera fidèle à ces exigences.
Reconnaissant que par le passé, les centres de décisions n'étaient pas suffisamment ouverts aux jeunes compétences, il s'engage à institutionnaliser cette ouverture à leur profit, sur la base de la parité. Déclarant, par ailleurs, être en faveur de l'élimination de l'argent de la vie politique, où les jeunes, tout comme les démunis, "n'avaient aucune chance". Il considère que l'aide que l'Etat pourrait apporter ne se résume cependant pas en un soutien financier. De la lutte contre la corruption, il répond que celle-ci a commencé et qu'il faut donc la continuer, "parce qu'elle a gangréné la société à tous les niveaux".
S'exprimant, hier lundi, à l'émission l'Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio algérienne, celui-ci observe que les partis politiques ne sont pas arrivés à "encadrer" la population, compte-tenu, indique-t-il, de leurs programmes. Résultat, constate-t-il, "quand la rue veut s'exprimer, elle le fait toute seule". Faut-il mettre le FLN au musée, comme le réclame une partie des Algériens ? Pour M. Tebboune, autant que pour ce qui concerne les autres partis, nul n'a le droit de dissoudre celui-ci, c'est aux citoyens, ajoute-t-il, de le décider par le biais des urnes.
De l'éventualité d'une "refonde globale de la constitution", l'intervenant déclare ne s'être jamais engagé sur cette voie, ajoutant que "pour ceux qui ont été élus", les circonstances "risquent" de déboucher sur une nouvelle constitution et une nouvelle loi électorale, mais sur la base d'une élection. S'il est élu, Tebboune promet de répondre, sur des bases constitutionnelles et juridiques, aux "exigences" populaires d'aborder une nouvelle ère. "l'Algérie de 2019 n'étant plus celle de 1988", il assure qu'il sera fidèle à ces exigences.
Reconnaissant que par le passé, les centres de décisions n'étaient pas suffisamment ouverts aux jeunes compétences, il s'engage à institutionnaliser cette ouverture à leur profit, sur la base de la parité. Déclarant, par ailleurs, être en faveur de l'élimination de l'argent de la vie politique, où les jeunes, tout comme les démunis, "n'avaient aucune chance". Il considère que l'aide que l'Etat pourrait apporter ne se résume cependant pas en un soutien financier. De la lutte contre la corruption, il répond que celle-ci a commencé et qu'il faut donc la continuer, "parce qu'elle a gangréné la société à tous les niveaux".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.