Assassinat de Ali Tounsi: Chouaïb Oultache condamné à la prison à perpétuité    Référendum d'autodétermination: la cause sahraouie s'appuie à une base "juridique solide"    Un journaliste marocain appelle à un procès contre le régime marocain pour grave violation des droits de l'Homme    Zones d'ombre: les programmes de développement dénotent d'une approche visionnaire    La pensée de Feraoun victime de la censure des autorités coloniales    RND: nécessité de renforcer le front interne pour l'édification de l'Algérie nouvelle    Annaba: une délégation sahraouie pour évoquer l'évolution de la situation au Sahara occidental    Manchester City: les effets de la folie Mahrez en Algérie !    Bayern Munich: une offre de 45 M€ pour Koulibaly ?    OPEP+: maintien des volumes, l'Arabie saoudite prolonge ses coupes, la Russie et le Kazakhstan épargnés    Saadi: l'organisation d'élections locales et législatives le même jour difficile sur le plan pratique    Festival du court-métrage d'Imedghassen: les meilleures œuvres primées    Liverpool: Klopp ne veut pas d'excuses    Terrorisme et déchéance de la nationalité    L'accident d'hélicoptère est survenu à cause du « mauvais temps »    Levées d'alertes au tsunami après des évacuations massives à travers le Pacifique    Les Etats-Unis ne retrouveront pas le plein emploi en 2021    Les Etats-Unis déterminés à résoudre la crise au Yémen    Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    Covid-19: six nouveaux cas du variant britannique découverts en Algérie    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    La victoire ou l'élimination    Mouassa s'en va déjà    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    Mahrez, étincelant    Tebboune reçoit les présidents de trois partis politiques    Le Front Polisario invite la Minurso à l'impartialité    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    L'ambassade de France s'explique    Démantèlement d'un réseau activant à Tipasa    "Les élections ne sont pas une priorité"    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Améliorer d'abord les conditions de vie    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    La dépendance au pétrole se confirme    La mafia du foncier dénoncée    Beldjoud insiste sur le principe de l'égalité    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    L'Algérie tend la main à sa diaspora    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie, une "puissance de paix et d'équilibre"
Jean-Yves le drian ;
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 01 - 2020

L'Algérie est une "puissance d'équilibre et de paix, fermement attachée au respect de la souveraineté des Etats et au dialogue politique".
L'Algérie est une "puissance d'équilibre et de paix, fermement attachée au respect de la souveraineté des Etats et au dialogue politique".
C'est ce qu'a indiqué hier le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. "La France et l'Algérie ont une convergence de vues et notre concertation est primordiale. L'Algérie est une puissance d'équilibre et de paix, fermement attachée au respect de la souveraineté des Etats et au dialogue politique. Elle est écoutée et respectée et sur ces bases là, nous pouvons avoir ensemble une relation extrêmement forte", a déclaré M.
Le Drian à la presse à l'issue de son entretien avec le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum. Le président de la République a rappelé à partir de Berlin où il a participé au sommet pour la résolution de la crise libyennela disponibilité de l'Algérie à abriter un dialogue entre les partis du conflit dans le pays voisin. L'invitation au dialogue du Président Tebboune a fait réagir le porteparole du ministère des Affaires étrangères libyen, Mohamed El Kablaoui. "L'Algérie est un pays frère et voisin qui parraine cette initiative de réunir les libyens loin de toutes autres ingérences négatives", a-t-il, ainsi, déclaré au micro de la Radio nationale. Selon le porte parole du MAE libyen, la crédibilité de l'Algérie, son poids diplomatique ainsi que sa neutralité permet la réussite de cette initiative.
« Cette annonce de l'Algérie signifie beaucoup pour nous d'autant plus qu'elle est totalement neutre dans ce conflit » a, d'ailleurs, poursuivi le responsable libyen. De son coté, le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, a réitéré la position commune de l'Afrique en soutien à un cessez-le-feu "complet et sans conditions" préalables en Libye et au respect de l'embargo des Nations unies sur les armes dans ce pays. M. Faki, qui a participé à la Conférence internationale sur la Libye dimanche à Berlin, a mis l'accent, dans un communiquépublié lundi sur le site de l'UA, sur l'impératif essentiel de mettre en oeuvre "un cessez-le-feu complet et sans conditions, le respect de l'embargo de l'Onu sur les armes et la nécessité de poursuivre en justice les contrevenants". M. Mahamat a appelé, une nouvelle fois, au "retour d'un processus politique inclusif mené et contrôlé par les Libyens et qui comprenne un mécanisme de suivi efficace", selon le communiqué de l'UA publié dans la foulée de la Conférence de haut niveau sur la Libye à Berlin, la capitale de l'Allemagne.
Le président de la Commission de l'UA a aussi souligné que la position de l'organisation panafricaine sur la Libye était "claire : aucune solution militaire ne peut résoudre ce conflit et chaque solution doit inclure un processus politique mené par la Libye et comprenant un dialogue inclusif". Le Comité de haut niveau de l'UA sur la Libye, qui a été créé en 2011 peu après le déclenchement de la crise libyenne, devrait organiser le 30 janvier une réunion de suivi dans la capitale de la République du Congo Brazzaville. La réunion devra évaluer l'évolution de la situation en Libye en amont du prochain Sommet des chefs d'Etat et de gouvernement africains, qui aura lieu les 9 et 10 février au siège de l'UA dans la capitale éthiopienne Addis- a indiqué l'UA.
C'est ce qu'a indiqué hier le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. "La France et l'Algérie ont une convergence de vues et notre concertation est primordiale. L'Algérie est une puissance d'équilibre et de paix, fermement attachée au respect de la souveraineté des Etats et au dialogue politique. Elle est écoutée et respectée et sur ces bases là, nous pouvons avoir ensemble une relation extrêmement forte", a déclaré M.
Le Drian à la presse à l'issue de son entretien avec le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum. Le président de la République a rappelé à partir de Berlin où il a participé au sommet pour la résolution de la crise libyennela disponibilité de l'Algérie à abriter un dialogue entre les partis du conflit dans le pays voisin. L'invitation au dialogue du Président Tebboune a fait réagir le porteparole du ministère des Affaires étrangères libyen, Mohamed El Kablaoui. "L'Algérie est un pays frère et voisin qui parraine cette initiative de réunir les libyens loin de toutes autres ingérences négatives", a-t-il, ainsi, déclaré au micro de la Radio nationale. Selon le porte parole du MAE libyen, la crédibilité de l'Algérie, son poids diplomatique ainsi que sa neutralité permet la réussite de cette initiative.
« Cette annonce de l'Algérie signifie beaucoup pour nous d'autant plus qu'elle est totalement neutre dans ce conflit » a, d'ailleurs, poursuivi le responsable libyen. De son coté, le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, a réitéré la position commune de l'Afrique en soutien à un cessez-le-feu "complet et sans conditions" préalables en Libye et au respect de l'embargo des Nations unies sur les armes dans ce pays. M. Faki, qui a participé à la Conférence internationale sur la Libye dimanche à Berlin, a mis l'accent, dans un communiquépublié lundi sur le site de l'UA, sur l'impératif essentiel de mettre en oeuvre "un cessez-le-feu complet et sans conditions, le respect de l'embargo de l'Onu sur les armes et la nécessité de poursuivre en justice les contrevenants". M. Mahamat a appelé, une nouvelle fois, au "retour d'un processus politique inclusif mené et contrôlé par les Libyens et qui comprenne un mécanisme de suivi efficace", selon le communiqué de l'UA publié dans la foulée de la Conférence de haut niveau sur la Libye à Berlin, la capitale de l'Allemagne.
Le président de la Commission de l'UA a aussi souligné que la position de l'organisation panafricaine sur la Libye était "claire : aucune solution militaire ne peut résoudre ce conflit et chaque solution doit inclure un processus politique mené par la Libye et comprenant un dialogue inclusif". Le Comité de haut niveau de l'UA sur la Libye, qui a été créé en 2011 peu après le déclenchement de la crise libyenne, devrait organiser le 30 janvier une réunion de suivi dans la capitale de la République du Congo Brazzaville. La réunion devra évaluer l'évolution de la situation en Libye en amont du prochain Sommet des chefs d'Etat et de gouvernement africains, qui aura lieu les 9 et 10 février au siège de l'UA dans la capitale éthiopienne Addis- a indiqué l'UA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.