Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Covid-19: plus de 6,7 millions de contaminations et près de 400.000 décès dans le monde    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Le monde vient de connaître son mois de mai le plus chaud jamais enregistré    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    MO Béjaïa : Zahir Attia n'est pas le «bienvenu»    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    Reprise des activités économiques et commerciales: l'ANCA salue la décision    BLIDA RESPIRE    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    D'anciens manuscrits et des bâtiments historiques en péril    Violente Amérique !    Le crime de Minneapolis    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Des températures «au-dessus de la normale» prévues cet été    Chlef: La récolte céréalière en baisse    Coronavirus Covid-19 : une maladie sans visage, un visage sans maladie !    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    Espagne: La demande insolite du FC Barcelone    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Le Brent continue sa progression    Le Consul général de France à Alger s'exprime    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les conseils de classe convoqués ce lundi    Hommage au personnel médical de l'hôpital d'El-Amria    Ghannouchi fragilisé    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les dates de leur procès fixées
Benlarbi et Boumala
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 01 - 2020

Le journaliste et activiste politique Fodil Boumala sera jugé le 9 février prochain, à l'occasion de son procès programmé officiellement au niveau du tribunal de Dar El Beida, selon son avocat Abderrahmane Salah.
Le journaliste et activiste politique Fodil Boumala sera jugé le 9 février prochain, à l'occasion de son procès programmé officiellement au niveau du tribunal de Dar El Beida, selon son avocat Abderrahmane Salah.
Pour rappel, Boumala, dont les demandes de liberté provisoire ont été à plusieurs reprises rejetées, a été placé sous mandat de dépôt par le juge du même tribunal, le 19 septembre dernier. Le juge d'instruction du tribunal de Dar El Beida a retenu contre lui les chefs d'inculpation d'"atteinte à l'intégrité du territoire national" et d'"atteinte à l'unité nationale". Auparavant, l'autre activiste politique Samir Benlarbi, arrêté lui aussi le 16 septembre dernier, sera jugé le 27 de ce mois au niveau du tribunal de Bir Mourad Rais, selon le même avocat qui fait partie du collectif de défense des détenus. Cette figure de proue du mouvement populaire devra répondre de chefs d'inculpation "d'atteinte à l'unité du territoire national", et de "diffusion de tract susceptible de porter atteinte à l'intérêt nationale".
En revanche, pour le militant politique Karim Tabbou, qui avait été, lui aussi, arrêté le 25 septembre, soit quelques jours seulement après Benlarbi et Boumala, aucune date n'est pour l'instant fixée pour la tenue de son procès. Arrêté une première fois le 25 septembre, puis libéré et arrêté une seconde fois le lendemain, Karim Tabbou, qui croupit depuis à la prison de Koléa, est accusé lui aussi d'avoir porté "atteinte à l'unité nationale", avant que le juge d'instruction du tribunal de Sidi Mhamed ne lui endosse aussi l'accusation de "porter atteinte au moral de l'armée". La famille du coordinateur d l'UDS, dont la durée de détention vient d'être renouvelée pour quatre mois (du 26 janvier au 26 avril), ne sait toujours pas s'il sera jugé d'ici là. Pour rappel, le président de la République a promis à certaines personnalités qu'il a reçues, notamment Soufiane Djilali, de faire libérer progressivement les détenus du Hirak.
Pour rappel, Boumala, dont les demandes de liberté provisoire ont été à plusieurs reprises rejetées, a été placé sous mandat de dépôt par le juge du même tribunal, le 19 septembre dernier. Le juge d'instruction du tribunal de Dar El Beida a retenu contre lui les chefs d'inculpation d'"atteinte à l'intégrité du territoire national" et d'"atteinte à l'unité nationale". Auparavant, l'autre activiste politique Samir Benlarbi, arrêté lui aussi le 16 septembre dernier, sera jugé le 27 de ce mois au niveau du tribunal de Bir Mourad Rais, selon le même avocat qui fait partie du collectif de défense des détenus. Cette figure de proue du mouvement populaire devra répondre de chefs d'inculpation "d'atteinte à l'unité du territoire national", et de "diffusion de tract susceptible de porter atteinte à l'intérêt nationale".
En revanche, pour le militant politique Karim Tabbou, qui avait été, lui aussi, arrêté le 25 septembre, soit quelques jours seulement après Benlarbi et Boumala, aucune date n'est pour l'instant fixée pour la tenue de son procès. Arrêté une première fois le 25 septembre, puis libéré et arrêté une seconde fois le lendemain, Karim Tabbou, qui croupit depuis à la prison de Koléa, est accusé lui aussi d'avoir porté "atteinte à l'unité nationale", avant que le juge d'instruction du tribunal de Sidi Mhamed ne lui endosse aussi l'accusation de "porter atteinte au moral de l'armée". La famille du coordinateur d l'UDS, dont la durée de détention vient d'être renouvelée pour quatre mois (du 26 janvier au 26 avril), ne sait toujours pas s'il sera jugé d'ici là. Pour rappel, le président de la République a promis à certaines personnalités qu'il a reçues, notamment Soufiane Djilali, de faire libérer progressivement les détenus du Hirak.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.