Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Le confinement partiel reconduit jusqu'au 13 juin en Algérie    Foot-Coronavirus: Zetchi prend part à une réunion FIFA-UNAF-WAFU    DGF: quelque 3000 incendies ont dévasté plus de 21.000 h en 2019    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Message sur Twitter du MAE espagnole supprimant le drapeau sahraoui: le Polisario proteste officiellement    Le Président Tebboune reçoit le moudjahid Othmane Belouizdad    Foot: "l'enregistrement sonore n'est pas un faux", se défend Saâdaoui    Covid-19: l'affaire de l'organisation d'une soirée à Oran devant le juge d'instruction    Sahara occidental: une ONG dénonce les pratiques illégales des multinationales qui nourrissent l'occupation    Covid19: 140 nouveaux cas, 148 guérisons et 7 décès en Algérie durant les dernières 24h    Théâtre d'Oran: "Qitar Eddounia", nouvelle production pour enfants    Programmes télévisés français: le PLJ soutient la décision de l'Algérie de rappeler son ambassadeur en France    Foot : réunion du Bureau Fédéral de la FAF dimanche en visioconférence    Documentaire sur le Hirak: la presse nationale dénonce une campagne haineuse contre l'Etat algérien et ses institutions    Palestine/Covid-19: les portes d'Al-Aqsa ouvriront dimanche prochain    Le harcèlement des activistes continue    Le moudjahid Ramdane Leftissi inhumé hier à Skikda    Biskra, la Mitidja du Sud    l'Algérie poursuivra l'utilisation du protocole thérapeutique à base de chloroquine    CANADA : à 14 ans, elle est élue jeune ministre de l'Environnement à Pointo    Argentine : le nord subit une sécheresse majeure    Sept défenseurs de la nature récompensés aux Oscars de l'Environnement    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    Rapatriement: Arrivée mercredi à Alger de 300 Algériens bloqués à Londres    Mascara: 6 malades guéris du Covid-19 quittent l'hôpital    Une fillette tombe du 3ème étage d'un immeuble    Pouvoir et géopolitique - Hirak : jeux et enjeux    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Pour non-respect des mesures de confinement: 8.237 personnes interpellées durant le mois de Ramadhan    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Le Snapo suggère l'utilisation de masques en tissu    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les habitants de la cité Makhat protestent    Les pêcheurs de Mostaganem comptent faire le plein    L'ADE promet de l'eau H24 pour Sétif    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Le renouvellement de Sayoud, une priorité    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Elan de solidarité avec Bilda, la confinée
Lutte contre le covid-19
Publié dans Le Midi Libre le 28 - 03 - 2020

Les Algériens ne sont pas insensibles à l'épreuve que traversent les Blidéens. Même si tout le est touché par l'épidémie de coronavirus et l'inquiétude et les contraintes n'épargnent aucun foyer, la ville des roses et ses environs sont durement éprouvés
Les Algériens ne sont pas insensibles à l'épreuve que traversent les Blidéens. Même si tout le est touché par l'épidémie de coronavirus et l'inquiétude et les contraintes n'épargnent aucun foyer, la ville des roses et ses environs sont durement éprouvés
C'est à Blida que les premiers cas de contamination ont été enregistrés (hormis le ressortissant italien diagnostiqué positif à Ouargla), et cette ville est depuis en tête du triste classement. La ville des Roses, à seulement une quarantaine de kilomètres d'Alger, est le foyer principal, l'épicentre de l'épidémie en Algérie. C'est un émigré installé en France -le premier d'ailleurs à être diagnostiqué positif-, qui a apporté le virus, contaminant dans un premier temps l'entourage familial, puis progressivement des membres d'autres familles, d'autres quartiers et maintenant de toute la wilaya. Quotidiennement, les rumeurs les plus folles sont partagées, quant au nombre réel de décès et de contaminations ou au débordement des hôpitaux de la ville, heureusement vite démenties.
Dans un premier temps, et en dépit des statistiques, la région n'a pas fait exception en matière de mesures. Celles qui ont été décidées, comme la fermeture des écoles, ont concerné l'ensemble du territoire national. Mais, pas depuis ce lundi 23 mars lorsque le Haut conseil de sécurité a décrété un confinement total et général, de toute la wilaya. La population d'Alger est elle aussi confinée, mais partiellement. Les Algérois sont tenus de rester chez eux de 19h à 7h, mais pendant la journée, ils sont libres, ou presque, de leurs mouvements même si tous les commerces sont fermés, hormis ceux d'alimentation et les pharmacies. À Blida, l'épreuve est double. En plus de l'angoisse de contracter le virus, de perdre un proche, les habitants doivent subir, pendant au moins dix jours si la mesure n'est pas reconduite, un confinement total. Les sorties ne sont autorisées que pour nécessité absolue et sur autorisation des autorités. Dans une autre conjoncture, cela relèverait de la sanction, de la punition. "Blida, la perle de l'Algérie, ne saurait être punie", lâche le président de la RépubliqueAbdelmadjid Tebboune, ce mercredi sur Twitter. Le confinement de Blida, et peutêtre bientôt d'autres régions, est un mal nécessaire, et ça, les Blidéens et tous les Algériens l'ont compris.
La preuve, les autorités n'ont trouvé aucune peine à l'imposer. Ce sont même les citoyens qui ont appelé les premiers à décréter une telle mesure. Les gens sont confinés chez eux et la ville est coupée du reste du pays, personne n'y entre ni n'en sort. Longée par l'autoroute Est-ouest, Blida est un passage obligé vers l'Ouest et le Sud du pays. La circulation sur l'autoroute est maintenue, mais les accès à la ville sont coupés. Sur les réseaux sociaux, beaucoup d'Algériens expriment leur empathie. Les hashtags de soutien se multiplient et beaucoup expriment leur inquiétude pour les familles modestes, celles qui n'ont pas eu le temps ou les moyens de se constituer des réserves suffisantes de produits alimentaires, de médicaments, même si les autorités ont assuré que toutes les dispositions ont été prises. La situation est inédite, en ce sens que lesAlgériens sont tenus d'observer, impuissants, une région entière vivre le calvaire.
Dans le tweet de ce mercredi du président Tebboune, il y a comme une reconnaissance, devant la dignité des Blidéens face à la terrible épreuve. "Mes hommages à nos concitoyens de Blida, pour leur patience devant le confinement imposé par le coronavirus. Ce n'est nullement une punition. Blida, la perle de l'Algérie, ne peut être punie. Dieu et l'Etat sont avec vous et avec toute l'Algérie. Nous triompherons de l'épidémie et, si Dieu le veut, ce ne sera pas long", a écrit le chef de l'Etat qui se justifie presque d'avoir décrété le confinement : "Nous devons tous nous conformer mesures préventives".
C'est à Blida que les premiers cas de contamination ont été enregistrés (hormis le ressortissant italien diagnostiqué positif à Ouargla), et cette ville est depuis en tête du triste classement. La ville des Roses, à seulement une quarantaine de kilomètres d'Alger, est le foyer principal, l'épicentre de l'épidémie en Algérie. C'est un émigré installé en France -le premier d'ailleurs à être diagnostiqué positif-, qui a apporté le virus, contaminant dans un premier temps l'entourage familial, puis progressivement des membres d'autres familles, d'autres quartiers et maintenant de toute la wilaya. Quotidiennement, les rumeurs les plus folles sont partagées, quant au nombre réel de décès et de contaminations ou au débordement des hôpitaux de la ville, heureusement vite démenties.
Dans un premier temps, et en dépit des statistiques, la région n'a pas fait exception en matière de mesures. Celles qui ont été décidées, comme la fermeture des écoles, ont concerné l'ensemble du territoire national. Mais, pas depuis ce lundi 23 mars lorsque le Haut conseil de sécurité a décrété un confinement total et général, de toute la wilaya. La population d'Alger est elle aussi confinée, mais partiellement. Les Algérois sont tenus de rester chez eux de 19h à 7h, mais pendant la journée, ils sont libres, ou presque, de leurs mouvements même si tous les commerces sont fermés, hormis ceux d'alimentation et les pharmacies. À Blida, l'épreuve est double. En plus de l'angoisse de contracter le virus, de perdre un proche, les habitants doivent subir, pendant au moins dix jours si la mesure n'est pas reconduite, un confinement total. Les sorties ne sont autorisées que pour nécessité absolue et sur autorisation des autorités. Dans une autre conjoncture, cela relèverait de la sanction, de la punition. "Blida, la perle de l'Algérie, ne saurait être punie", lâche le président de la RépubliqueAbdelmadjid Tebboune, ce mercredi sur Twitter. Le confinement de Blida, et peutêtre bientôt d'autres régions, est un mal nécessaire, et ça, les Blidéens et tous les Algériens l'ont compris.
La preuve, les autorités n'ont trouvé aucune peine à l'imposer. Ce sont même les citoyens qui ont appelé les premiers à décréter une telle mesure. Les gens sont confinés chez eux et la ville est coupée du reste du pays, personne n'y entre ni n'en sort. Longée par l'autoroute Est-ouest, Blida est un passage obligé vers l'Ouest et le Sud du pays. La circulation sur l'autoroute est maintenue, mais les accès à la ville sont coupés. Sur les réseaux sociaux, beaucoup d'Algériens expriment leur empathie. Les hashtags de soutien se multiplient et beaucoup expriment leur inquiétude pour les familles modestes, celles qui n'ont pas eu le temps ou les moyens de se constituer des réserves suffisantes de produits alimentaires, de médicaments, même si les autorités ont assuré que toutes les dispositions ont été prises. La situation est inédite, en ce sens que lesAlgériens sont tenus d'observer, impuissants, une région entière vivre le calvaire.
Dans le tweet de ce mercredi du président Tebboune, il y a comme une reconnaissance, devant la dignité des Blidéens face à la terrible épreuve. "Mes hommages à nos concitoyens de Blida, pour leur patience devant le confinement imposé par le coronavirus. Ce n'est nullement une punition. Blida, la perle de l'Algérie, ne peut être punie. Dieu et l'Etat sont avec vous et avec toute l'Algérie. Nous triompherons de l'épidémie et, si Dieu le veut, ce ne sera pas long", a écrit le chef de l'Etat qui se justifie presque d'avoir décrété le confinement : "Nous devons tous nous conformer mesures préventives".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.