Arkab présidera samedi la 179ème réunion de la conférence de l'OPEP    Le référendum sur la révision constitutionnelle en Octobre    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    DETOURNEMENT DE 13 MILLIARDS DE CTS A L'AGENCE "MOBILIS" DE TIARET : La directrice et un cadre de la direction régionale écroués    AUTOSUFFISANCE EN CARBURANT : Arkab annonce la réalisation d'une raffinerie à Tiaret    Lotfi Nezzar dément la saisie des biens de sa famille    Libye: les pro-GNA ont pris le dernier fief de Haftar dans l'Ouest    Lenarcic : L'UE toujours engagée à soutenir les réfugiés sahraouis    104 nouveaux cas confirmés et 9 décès enregistrés en Algérie    INSOUCIANCE ET LEGERE PRISE DE CONSCIENCE CITOYENNES : La difficile adaptation au port du masque à Tissemsilt    ADRAR : 8 ans de prison et 50 millions d'amende pour un vol à la tire    OCCUPANT LEUR HABITATION DE 52 ANS : Deux familles menacées d'expulsion à Oran    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    Pétrole: l'Opep+ avance sa vidéoconférence ministérielle à samedi    Relation post-Brexit: les "progrès restent limités" dans les négociations avec l'UE    JM d'Oran-2022: réunion entre la Commission de coordination du CIJM et le COJOM-2022    Algérie : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG de l'ONU    Foot/ Algérie: " Il y a un risque de contamination en cas de reprise"    Effondrement d'un vieil immeuble à la Casbah d'Alger    Ecoles privées: début des préinscriptions sur un litige du payement des frais scolaires    Evocation du peintre Etienne Dinet dans le deuxième numéro du magazine "Inzyahat"    "Questionnement du colonialisme", ouvrage sur l'esprit d'hégémonie des anciennes colonies    Collectivités locales: la création d'associations communales à caractère caritatif et solidaire autorisée    La décision de rouvrir les mosquées relève du seul ressort du Gouvernement    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Le Care critique les choix du gouvernement    Vers un intérimaire à la tête du MPA    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    La colère des américains ne baisse pas    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Confinement total et masque pour tous"
L'avis du pr Belhocine, épidémiologiste Algérien
Publié dans Le Midi Libre le 07 - 04 - 2020

"Le confinement total reste la béquille essentielle pour le contrôlede l'épidémie" du Covid-19.
"Le confinement total reste la béquille essentielle pour le contrôlede l'épidémie" du Covid-19.
C'est là l'avis du professeur en épidémiologie Mohamed Belhocine, expert international ayant collaboré avec l'OMS dans la lutte contre le virus Ebola, membre du comité scientifique relevant du ministère de la Santé pour le suivi du Covid-19. Le professeur Belhocine est en effet formel : "Le confinement total reste la béquille essentielle pour le contrôle de l'épidémie" du Covid-19. "Il n'y aucune autre solution médicale.
Pour l'instant, nous n'avons pas de vaccin, pas de traitement, et quand bien même nous aurions un traitement - certes, nous avons beaucoup d'espoir avec le traitement de l'hydroxychloroquine -, et que ce traitement serait efficace à 100 %, rappelons-nous que l'hydroxychloroquine n'est pas un chewinggum et on ne peut pas la donner à tout le monde", a-t-il expliqué, hier, lors de son passage sur les ondes de la Chaîne 3 de la Radio nationale. Selon le professeur Belhocine, "on compte aujourd'hui plus de personnes qui n'ont aucun symptôme qui sont contagieux au Covid-19 que de gens qui sont symptomatiques ou qui ont des formes graves"
(selon lui, la seconde catégorie représente -5 % des personnes infectées). Par conséquent, a-t-il insisté, "la solution médicamenteuse n'est pas la seule solution. Ellel'est pour les personnes qui sont hospitalisées qui présentent des symptômes et qu'on espère pouvoir sauver. Mais si l'on veut casser la chaîne de transmission du virus, il faut être simplement loin les uns des autres parce que ce virus se transmet d'individu à individu. Et la meilleure façon d'être loin les uns des autres c'est de rester chez soi". Selon le professeur Belhocine, le confinement partiel peut "réussir mais ne réduit que partiellement les risques de propagation du virus". Cependant, Pr Belhocineaffirme que le "confinement total ne peut être réussi que si l'on garantit une batterie d'éléments que sont la continuité des services publics et la vie des foyers". "Lors du Sras à Hong- Kong, ce sont les autorités qui se sont chargées d'apporter un couffin à chaque foyer", a-t-il rappelé.
Et pour bien réussir cette mission, l'épidémiologiste préconise une organisation de "type militaire avec des adresses bien connues et des endroits bien ciblés", même s'il reconnait que c'est difficile à mettre en place. "Le masque pour tous" Le professeur Belhocine a insisté sur les règles d'hygiène en confinement (lavage fréquent des mains) mais aussi sur le port du masque lorsque l'on sort. L'épidémiologiste prône le masque pour tous, affirmant que les recommandations des institutions internationales, commel'OMS ou le Centre de contrôle des maladies aux Etats-Unis (CDC d'Atlanta), sont provisoires et évoluent. "La directive initiale était que les masques devaient être pour les personnels de santé – ce qui est absolument indispensable – et pour les malades qui ont des symptômes pour qu'ils ne contaminent pas les autres en toussant ou en éternuant. Il semble bien que depuis 2 ou 3 jours, la situation change puisque ces mêmes institutions recommandent maintenant des masques pour tout le monde. On peut en confectionner à la maison par soi-même pour se protéger et protéger lesautres", a-t-il détaillé.
Ayant travaillé pendant plusieurs années au sein de l'OMS sur l'épidémie d'Ebola, le professeur Belhocine estime que beaucoup de leçons peuvent être tirées de cette expérience mais aussi de l'épidémie du SRAS. Selon lui, c'est grâce au confinement total de la population que l'épidémie du Sras a pu être contenue. Mais, a-t-il souligné, "c'est avec Ebola qu'on a bien vu que la sécurité sanitaire est un élément extrêmement important, qu'il fallaitque les pays aient des plans de préparation et de lutte contre les urgences" sanitaires, notamment un système de surveillance pour détecter l'alerte précoce et organiser une riposte rapide, et éventuellement monter en cadence pour mobiliser l'ensemble des ressources si la situation venait à s'amplifier rapidement. "On a vu que ces démarches-là pour les pays qui les mettent en place aujourd'hui pour le Covid-19 réagissent beaucoup mieux que les pays qui n'ont pas ces plans en place et qui peinent à contrôler l'épidémie", a-t-il ajouté
C'est là l'avis du professeur en épidémiologie Mohamed Belhocine, expert international ayant collaboré avec l'OMS dans la lutte contre le virus Ebola, membre du comité scientifique relevant du ministère de la Santé pour le suivi du Covid-19. Le professeur Belhocine est en effet formel : "Le confinement total reste la béquille essentielle pour le contrôle de l'épidémie" du Covid-19. "Il n'y aucune autre solution médicale.
Pour l'instant, nous n'avons pas de vaccin, pas de traitement, et quand bien même nous aurions un traitement - certes, nous avons beaucoup d'espoir avec le traitement de l'hydroxychloroquine -, et que ce traitement serait efficace à 100 %, rappelons-nous que l'hydroxychloroquine n'est pas un chewinggum et on ne peut pas la donner à tout le monde", a-t-il expliqué, hier, lors de son passage sur les ondes de la Chaîne 3 de la Radio nationale. Selon le professeur Belhocine, "on compte aujourd'hui plus de personnes qui n'ont aucun symptôme qui sont contagieux au Covid-19 que de gens qui sont symptomatiques ou qui ont des formes graves"
(selon lui, la seconde catégorie représente -5 % des personnes infectées). Par conséquent, a-t-il insisté, "la solution médicamenteuse n'est pas la seule solution. Ellel'est pour les personnes qui sont hospitalisées qui présentent des symptômes et qu'on espère pouvoir sauver. Mais si l'on veut casser la chaîne de transmission du virus, il faut être simplement loin les uns des autres parce que ce virus se transmet d'individu à individu. Et la meilleure façon d'être loin les uns des autres c'est de rester chez soi". Selon le professeur Belhocine, le confinement partiel peut "réussir mais ne réduit que partiellement les risques de propagation du virus". Cependant, Pr Belhocineaffirme que le "confinement total ne peut être réussi que si l'on garantit une batterie d'éléments que sont la continuité des services publics et la vie des foyers". "Lors du Sras à Hong- Kong, ce sont les autorités qui se sont chargées d'apporter un couffin à chaque foyer", a-t-il rappelé.
Et pour bien réussir cette mission, l'épidémiologiste préconise une organisation de "type militaire avec des adresses bien connues et des endroits bien ciblés", même s'il reconnait que c'est difficile à mettre en place. "Le masque pour tous" Le professeur Belhocine a insisté sur les règles d'hygiène en confinement (lavage fréquent des mains) mais aussi sur le port du masque lorsque l'on sort. L'épidémiologiste prône le masque pour tous, affirmant que les recommandations des institutions internationales, commel'OMS ou le Centre de contrôle des maladies aux Etats-Unis (CDC d'Atlanta), sont provisoires et évoluent. "La directive initiale était que les masques devaient être pour les personnels de santé – ce qui est absolument indispensable – et pour les malades qui ont des symptômes pour qu'ils ne contaminent pas les autres en toussant ou en éternuant. Il semble bien que depuis 2 ou 3 jours, la situation change puisque ces mêmes institutions recommandent maintenant des masques pour tout le monde. On peut en confectionner à la maison par soi-même pour se protéger et protéger lesautres", a-t-il détaillé.
Ayant travaillé pendant plusieurs années au sein de l'OMS sur l'épidémie d'Ebola, le professeur Belhocine estime que beaucoup de leçons peuvent être tirées de cette expérience mais aussi de l'épidémie du SRAS. Selon lui, c'est grâce au confinement total de la population que l'épidémie du Sras a pu être contenue. Mais, a-t-il souligné, "c'est avec Ebola qu'on a bien vu que la sécurité sanitaire est un élément extrêmement important, qu'il fallaitque les pays aient des plans de préparation et de lutte contre les urgences" sanitaires, notamment un système de surveillance pour détecter l'alerte précoce et organiser une riposte rapide, et éventuellement monter en cadence pour mobiliser l'ensemble des ressources si la situation venait à s'amplifier rapidement. "On a vu que ces démarches-là pour les pays qui les mettent en place aujourd'hui pour le Covid-19 réagissent beaucoup mieux que les pays qui n'ont pas ces plans en place et qui peinent à contrôler l'épidémie", a-t-il ajouté


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.