L'amitié entre l'Algérie et la Hongrie pourra être mieux exploitée    Une exposition collective d'arts plastiques inaugurée à Alger    Coronavirus: la majorité des cas positifs à la PCR ont moins de 50 ans    Le Président Tebboune préside jeudi une séance de travail consacrée à l'examen de l'évolution de la situation sanitaire    L'Algérie s'inquiète de la persistance des déplacements forcés dans le monde    Zones d'ombre: plus de 1,7 milliard de DA pour la réalisation de programmes de développement à Rouiba    NAAMA : Saisie de près de 10 quintaux de kif traité    CONFINEMENT PARTIEL A SETIF : Le ministre du commerce donne des instructions d'urgence    Le parquet requiert 16 ans de prison pour Tahkout, 15 ans pour Sellal et Ouyahia    Le président Tebboune instruit le Gouvernement d'entamer l'exploitation de 2 grands gisements de fer et de zinc    LE WALI DE TIARET RASSURE : ‘'5000 logements seront livrés le 1er Novembre prochain''    DILAPIDATION DU FONCIER A ORAN : Le procès de l'ex directeur de l'agence foncière reporté    "Le procès d'Ali Ghediri est encore loin et nous espérons la liberté provisoire"    Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    Le président Tebboune reçoit l'ambassadrice de Suède en Algérie    L'Algérie constitue "un point d'appui" dans la perspective de renforcer les relations du Chili avec l'Afrique    Bensebaïni nommé pour le titre de joueur de la saison    Le CHAN-2022 se jouera en été    «Rien ne va plus»    «Les revendications politiques occultées»    Visite du ministre de l'Industrie    «Notre économie fonctionne à un niveau sous optimal»    L'évolution et les perspectives du marché à l'ordre du jour    Laskri annonce son boycott du congrès    Le MSP pour un régime parlementaire    Saisie de 4 090 comprimés psychotropes    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    Pourquoi une nouvelle république pour l'Algérie d'aujourd'hui ?    Un cycle cinématographique «Des classiques avec toi»    Le musée du Louvre rouvre, mais l'affluence est pour plus tard    Deux PME préparent leur introduction    Thon rouge : L'Algérie a pêché la totalité de son quota pour 2020    Oran : Distribution de 5000 ouvrages aux bibliothèques communales    Lancement d'un service de prêt sur réservation    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Erigées sur le domaine public: Démolition de trois constructions illicites à Sidi El Houari    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Bi-nationalisme    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Colère des souscripteurs AADL à Médéa    Abderazak Makri, toujours dans la surenchère sur la question de l'identité    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Epopée d'un pays en construction    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les commerçants réclament la réouverture de leurs magasins
Confinement en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 01 - 06 - 2020

Après trois mois de confinement sanitaire imposé par la pandémie de coronavirus Covid-19, le rasle- bol des commerçants algériens semble avoir atteint son paroxysme.
Après trois mois de confinement sanitaire imposé par la pandémie de coronavirus Covid-19, le rasle- bol des commerçants algériens semble avoir atteint son paroxysme.
La parenthèse de la reprise des activités artisanales, le 26 avril dernier, a été vite refermée, accentuant ainsi le désarroi des commerçants soumis à des charges incompressibles. Les commerçants du célèbre marché Dubaï d'El Eulma, dans la wilaya de Sétif, ont bloqué, hier samedi, la circulation automobile pour attirer l'attention des pouvoirs publics sur leur situation financière et réclamer la réouverture de leurs commerces. À Béjaia, des dizaines de commerçants ont organisé, ce dimanche, un rassemblement de protestation devant le siège de la wilaya pour réclamer la réouverture de leurs commerces, selon une vidéo publiée sur la page Facebook de Bejaia, soit l'Observateur.
"Les commerçants n'ont plus de quoi vivre"
Les commerçants de Tizi-Ouzou, euxaussi, exhortent les autorités à trouver des solutions urgentes à leur situation difficile. "Depuis le début du confinement, plusieurs commerçants et artisans qui ont fermé leurs commerces nous ont saisis, pour nous informer qu'ils sont pénalisés par cette situation, surtout qu'ils doivent faire face aux différentes charges comme le paiement du loyer, des impôts et les cotisations de la CASNOS", alerte Sami Djebbar, coordinateur de l'Union nationale des commerçants et artisans algériens (UGCAA) de la wilaya de Tizi-Ouzou, dans une lettre adressée ce dimanche au wali. Selon M. Djebbar, des commerçants se trouvent sans source de revenus depuis la fermeture des commerces. L'UGCAA sollicite l'intervention du wali, "afin de trouver des solutions à cette situation difficile dans laquelle se trouvent les commerçants et artisans de la wilaya". "Après trois mois de confinement, les commerçants n'ont plus de quoi vivre", se plaint M. Djebbar contacté ce matin par TSA.
À bout de ressources et devant l'incertitude qui caractérise leur situation,les commerçants de Tizi-Ouzou se disent prêts à rouvrir, "quelles qu'en soient les conséquences". Laisser les restaurants rouvrir pour vendre des sandwichs à emporter, permettre aux transporteurs de reprendre leur activité tout en limitant le nombre de personnes à transporter avec obligation du port de la bavette, etc., sont autant de pistes de réflexion, que M. Djebbar propose pour la reprise des activités commerciales. Le coordinateur de l'UGCAA-Tizi- Ouzou décline la responsabilité des commerçants dans l'échec de la reprise des activités commerciales et artisanales, avant que les autorités n'en reviennent dessus après avoir constaté le non-respect des mesures sanitaire, pointant du doigt, à la fois les citoyens de ne pas avoir pris en considération les
consignes de préventionet les commerçants ne pas les avoir fait respecter. "Lescommerçants ont fait ce qu'ils devaient faire à l'inférieur de leurs commerces, alors que les dépassements se sont produits à l'extérieur. Il n'est pas responsable de ce qui se passe à l'extérieur. Il n'est pas censé faire le gendarme !", s'offusque M. Djebbar. Le président de l'Association des commerçants et artisans algériens (ANCA), Hadj Tahar Boulenouar, interrogé par TSA, fait un constat semblable mais annonce que "d'ici la fin de la semaine en cours il y aura du nouveau". Des contacts ont été entrepris avec notamment le ministère du Commerce, pour envisager la possibilité de réouverture des commerces.
"Notre souhait c'est qu'il y ait l'ouverture de toutes les activités économiques : artisanats, commerces, services, etc... On pourrait commencer par les commerces d'habillement et de chaussures, mais aussi les commerces d'ameublement et d'électroménager. On pense aussi aux salons de coiffure et pourquoi pas les cafetiers à la condition qu'ils ne mettent pas de chaises à l'intérieur et de servir du café dans des gobelets, et les restaurateurs quipourraient également procéder à la vente deplats à emporter tout en respectant les consignes de port de la bavette avantd'entrer au magasin ainsi que la limitation du nombre de clients autorisés à y accéder, etc...", propose M. Boulenouar.
La parenthèse de la reprise des activités artisanales, le 26 avril dernier, a été vite refermée, accentuant ainsi le désarroi des commerçants soumis à des charges incompressibles. Les commerçants du célèbre marché Dubaï d'El Eulma, dans la wilaya de Sétif, ont bloqué, hier samedi, la circulation automobile pour attirer l'attention des pouvoirs publics sur leur situation financière et réclamer la réouverture de leurs commerces. À Béjaia, des dizaines de commerçants ont organisé, ce dimanche, un rassemblement de protestation devant le siège de la wilaya pour réclamer la réouverture de leurs commerces, selon une vidéo publiée sur la page Facebook de Bejaia, soit l'Observateur.
"Les commerçants n'ont plus de quoi vivre"
Les commerçants de Tizi-Ouzou, euxaussi, exhortent les autorités à trouver des solutions urgentes à leur situation difficile. "Depuis le début du confinement, plusieurs commerçants et artisans qui ont fermé leurs commerces nous ont saisis, pour nous informer qu'ils sont pénalisés par cette situation, surtout qu'ils doivent faire face aux différentes charges comme le paiement du loyer, des impôts et les cotisations de la CASNOS", alerte Sami Djebbar, coordinateur de l'Union nationale des commerçants et artisans algériens (UGCAA) de la wilaya de Tizi-Ouzou, dans une lettre adressée ce dimanche au wali. Selon M. Djebbar, des commerçants se trouvent sans source de revenus depuis la fermeture des commerces. L'UGCAA sollicite l'intervention du wali, "afin de trouver des solutions à cette situation difficile dans laquelle se trouvent les commerçants et artisans de la wilaya". "Après trois mois de confinement, les commerçants n'ont plus de quoi vivre", se plaint M. Djebbar contacté ce matin par TSA.
À bout de ressources et devant l'incertitude qui caractérise leur situation,les commerçants de Tizi-Ouzou se disent prêts à rouvrir, "quelles qu'en soient les conséquences". Laisser les restaurants rouvrir pour vendre des sandwichs à emporter, permettre aux transporteurs de reprendre leur activité tout en limitant le nombre de personnes à transporter avec obligation du port de la bavette, etc., sont autant de pistes de réflexion, que M. Djebbar propose pour la reprise des activités commerciales. Le coordinateur de l'UGCAA-Tizi- Ouzou décline la responsabilité des commerçants dans l'échec de la reprise des activités commerciales et artisanales, avant que les autorités n'en reviennent dessus après avoir constaté le non-respect des mesures sanitaire, pointant du doigt, à la fois les citoyens de ne pas avoir pris en considération les
consignes de préventionet les commerçants ne pas les avoir fait respecter. "Lescommerçants ont fait ce qu'ils devaient faire à l'inférieur de leurs commerces, alors que les dépassements se sont produits à l'extérieur. Il n'est pas responsable de ce qui se passe à l'extérieur. Il n'est pas censé faire le gendarme !", s'offusque M. Djebbar. Le président de l'Association des commerçants et artisans algériens (ANCA), Hadj Tahar Boulenouar, interrogé par TSA, fait un constat semblable mais annonce que "d'ici la fin de la semaine en cours il y aura du nouveau". Des contacts ont été entrepris avec notamment le ministère du Commerce, pour envisager la possibilité de réouverture des commerces.
"Notre souhait c'est qu'il y ait l'ouverture de toutes les activités économiques : artisanats, commerces, services, etc... On pourrait commencer par les commerces d'habillement et de chaussures, mais aussi les commerces d'ameublement et d'électroménager. On pense aussi aux salons de coiffure et pourquoi pas les cafetiers à la condition qu'ils ne mettent pas de chaises à l'intérieur et de servir du café dans des gobelets, et les restaurateurs quipourraient également procéder à la vente deplats à emporter tout en respectant les consignes de port de la bavette avantd'entrer au magasin ainsi que la limitation du nombre de clients autorisés à y accéder, etc...", propose M. Boulenouar.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.