Le Président Tebboune renouvelle la reconnaissance de la nation à l'ANP pour ses sacrifices    Benbouzid: 25 à 30% des cas confirmés de la Covid-19 sont d'origine familiale    Sahel: la France annonce une nouvelle force sur fond de doutes sur son efficacité    Président Tebboune: rapatriement vendredi des restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire    Coronavirus: 385 nouveaux cas, 302 guérisons et 8 décès durant les dernières 24h    Benlarbi et Hamitouche remis en liberté provisoire    JM Oran-2022 : "Aucune restriction sur le budget du COJM"    Epuration de tous les dossiers inhérents aux médicaments fabriqués localement    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    L'empire Haddad s'écroule    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Clubs et LFP mis devant le fait accompli !    Le procès de Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Karim Tabbou sera-t-il libéré ?    «Les quinze prochains jours seront cruciaux»    Les hôtels et les cités U à la rescousse    Installation des colonnes mobiles pour la lutte contre les feux de forêt    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Ali Laskri se rallie à l'option du congrès extraordinaire    Le schiste américain dans le rouge    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    Communiqué de l'AJSA    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    Du sens du patriotisme en Algérie    La mère des batailles    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    Vu à Tizi Ouzou    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Les retombées de la crise sanitaire en débat    Un mort et des blessés dans les manifestations de mardi    Plus de 200 corps exhumés en trois semaines en Libye    L'épreuve    L'infrangible lien...    Répression contre l'opposition à Hong Kong    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ce que prépare le gouvernement...
Déconfinement" pour les restaurants et commerces
Publié dans Le Midi Libre le 02 - 06 - 2020

L'Algérie se prépare pour le déconfinement. Un responsable au sein du ministère du Commerce a donné des pistes ce lundi sur les dispositions que les autorités envisagent de mettre en place dans le cadre du déconfinement.
L'Algérie se prépare pour le déconfinement. Un responsable au sein du ministère du Commerce a donné des pistes ce lundi sur les dispositions que les autorités envisagent de mettre en place dans le cadre du déconfinement.
Ces préparatifs permettront la reprise des activités économiques dans les meilleures conditions pour éviter une recrudescence de la propagation de l'épidémie du coronavirus. Quelque "150.000 commerçants et artisanspourraient être autorisés à reprendre leurs activités, dans un premier temps, notamment dans la restauration, les salons de coiffure et l'habillement", selon le même responsable.
"L'idée au niveau du ministère c'est d'aller peut-être vers une activité en termes de gestion de l'espace commercial, d'aller au moins vers 50% d'une manière graduelle pour aller peut-être en fonction de l'évolution de cette épidémie", a indiqué Abderrahmane Benhazil, directeur généraldu contrôle économique et de la répression des fraudes au ministère du Commerce, dans un entretien accordé à la Radio nationale francophone. "Quand on parle de 50 %, c'est pas 50 % de l'activité elle-même en termes de production. C'est beaucoup plus 50 % en termes de gestion de l'espace commercial", a expliqué M. Benhazil. "Si on prend le cas par exemple d'un restaurant, au lieu d'utiliser la totalité de l'espace qu'il utilisait avant la pandémie, il faudrait qu'il aille vers les 50 %, a détaillé le responsable, ajoutant que "si un restaurant fait usage habituellement de 90 tables, il ne fait que 45". "Nous sommes dans une situation avec des lendemains qu'il faut gérer de la manière la plus sûre et certaine", a affirmé le DG du contrôle économique et de la répression des fraudes au ministère du Commerce. "Le déconfinement devrait prendre en charge les éléments à la fois social et économique", a-t-il ajouté.
Le responsable au sein du ministère du Commerce a également fait savoir que son département a ciblé "une dizaine d'activitésà titre d'échantillonnage" dans le cadre d'un déconfinement partiel ou total. "Nous avons ciblé pour un déconfinement partiel ou total une dizaine d'activités à titre d'échantillonnage", a indiquéAbderrahmane Benhazil, citant notamment "la restauration collective, individuelle, tout ce qui est fast-food, certaines activités de services telles que les salons de coiffure, les vendeurs de cosmétique" ou encore "l'habillement". "Mais dans tout ça il y a des paramètres à prendre en charge", a souligné M. Benhazil, mettant l'accent sur "l'aspect sanitaire et sécuritaire sur le plan de prévention que devra prendre chaque commerçant, en termes soit de se doter de couloirs de décontamination ou paillasses de décontamination, le port obligatoire de bavettes et pour certaines activités le port de gants", a-t-il affirmé.
Le ministère du Commerce planche sur la levée progressive des restrictions
Devant la levée de boucliers de commerçants, mécontents de devoir cesser leurs activités par suite de l'apparition de la pandémie du Covid -19, les pouvoirs publics envisagent actuellement de lever certaines des restrictions décidées à l'encontre de certains de ces derniers, et, par contrecoup, satisfaire ainsi les citoyens faisant habituellement appel à leurs services. Le directeur général du contrôle économique et de la répression des fraudes au ministère du Commerce, sans signaler le moment où cette mesure entrera en application, indique que ce dernier examine les conditions dans lesquelles
pourrait s'effectuer une reprise sécurisée des activités économiques, celle notamment de la grande distribution, des services et de vente au détail. Intervenant, hier, à l'émission l'Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio algérienne, Abderrahmane Bendadi, expliqueque cette reprise allait se faire au coup par coup, en amenant les commerçants à assurer une stricte gestion sanitaire des espaces habituellement réservés à leurs activités. Parmi les activités sujettes à ces autorisations de reprise susceptibles de toucher, à un premier stade, quelque 150.000 commerçants et artisans, dont un très grand nombre s'est retrouvé sans sources de revenus, celui-ci cite notamment celles de la restauration collective, des salons de coiffure et de l'habillement.
Le représentant du ministère du Commerce annonce, par ailleurs, la pose de nouvelles mesures tendant à instituer un plus large contrôle sanitaire des produits alimentaires importés ou fabriqués localement. Notant que ces aspects sont déjà assurés par le départementcommercial du ministère, "en termes d'analyse de ceux appelés à être mis sur le marché de la consommation", Abderrahmane Benhadi précise que l'idée tend à mettre sur pieds un vaste réseau national de laboratoires de contrôle, armés des plus récentes technologies. Ce dernier fait également état de l'étude en cours d'un projet de création d'une Agence nationale de sécurité alimentaire, expliquant que celle-ci sera destinée à servir d'instrument d'appui à l'évaluation de "tous les risques sanitaires", ainsi que de recherche scientifique de certains produits "émergents", la technologie alimentaire et les types de fraudes "évoluant, déclare-t-il, de jour en jour".
Ces préparatifs permettront la reprise des activités économiques dans les meilleures conditions pour éviter une recrudescence de la propagation de l'épidémie du coronavirus. Quelque "150.000 commerçants et artisanspourraient être autorisés à reprendre leurs activités, dans un premier temps, notamment dans la restauration, les salons de coiffure et l'habillement", selon le même responsable.
"L'idée au niveau du ministère c'est d'aller peut-être vers une activité en termes de gestion de l'espace commercial, d'aller au moins vers 50% d'une manière graduelle pour aller peut-être en fonction de l'évolution de cette épidémie", a indiqué Abderrahmane Benhazil, directeur généraldu contrôle économique et de la répression des fraudes au ministère du Commerce, dans un entretien accordé à la Radio nationale francophone. "Quand on parle de 50 %, c'est pas 50 % de l'activité elle-même en termes de production. C'est beaucoup plus 50 % en termes de gestion de l'espace commercial", a expliqué M. Benhazil. "Si on prend le cas par exemple d'un restaurant, au lieu d'utiliser la totalité de l'espace qu'il utilisait avant la pandémie, il faudrait qu'il aille vers les 50 %, a détaillé le responsable, ajoutant que "si un restaurant fait usage habituellement de 90 tables, il ne fait que 45". "Nous sommes dans une situation avec des lendemains qu'il faut gérer de la manière la plus sûre et certaine", a affirmé le DG du contrôle économique et de la répression des fraudes au ministère du Commerce. "Le déconfinement devrait prendre en charge les éléments à la fois social et économique", a-t-il ajouté.
Le responsable au sein du ministère du Commerce a également fait savoir que son département a ciblé "une dizaine d'activitésà titre d'échantillonnage" dans le cadre d'un déconfinement partiel ou total. "Nous avons ciblé pour un déconfinement partiel ou total une dizaine d'activités à titre d'échantillonnage", a indiquéAbderrahmane Benhazil, citant notamment "la restauration collective, individuelle, tout ce qui est fast-food, certaines activités de services telles que les salons de coiffure, les vendeurs de cosmétique" ou encore "l'habillement". "Mais dans tout ça il y a des paramètres à prendre en charge", a souligné M. Benhazil, mettant l'accent sur "l'aspect sanitaire et sécuritaire sur le plan de prévention que devra prendre chaque commerçant, en termes soit de se doter de couloirs de décontamination ou paillasses de décontamination, le port obligatoire de bavettes et pour certaines activités le port de gants", a-t-il affirmé.
Le ministère du Commerce planche sur la levée progressive des restrictions
Devant la levée de boucliers de commerçants, mécontents de devoir cesser leurs activités par suite de l'apparition de la pandémie du Covid -19, les pouvoirs publics envisagent actuellement de lever certaines des restrictions décidées à l'encontre de certains de ces derniers, et, par contrecoup, satisfaire ainsi les citoyens faisant habituellement appel à leurs services. Le directeur général du contrôle économique et de la répression des fraudes au ministère du Commerce, sans signaler le moment où cette mesure entrera en application, indique que ce dernier examine les conditions dans lesquelles
pourrait s'effectuer une reprise sécurisée des activités économiques, celle notamment de la grande distribution, des services et de vente au détail. Intervenant, hier, à l'émission l'Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la Radio algérienne, Abderrahmane Bendadi, expliqueque cette reprise allait se faire au coup par coup, en amenant les commerçants à assurer une stricte gestion sanitaire des espaces habituellement réservés à leurs activités. Parmi les activités sujettes à ces autorisations de reprise susceptibles de toucher, à un premier stade, quelque 150.000 commerçants et artisans, dont un très grand nombre s'est retrouvé sans sources de revenus, celui-ci cite notamment celles de la restauration collective, des salons de coiffure et de l'habillement.
Le représentant du ministère du Commerce annonce, par ailleurs, la pose de nouvelles mesures tendant à instituer un plus large contrôle sanitaire des produits alimentaires importés ou fabriqués localement. Notant que ces aspects sont déjà assurés par le départementcommercial du ministère, "en termes d'analyse de ceux appelés à être mis sur le marché de la consommation", Abderrahmane Benhadi précise que l'idée tend à mettre sur pieds un vaste réseau national de laboratoires de contrôle, armés des plus récentes technologies. Ce dernier fait également état de l'étude en cours d'un projet de création d'une Agence nationale de sécurité alimentaire, expliquant que celle-ci sera destinée à servir d'instrument d'appui à l'évaluation de "tous les risques sanitaires", ainsi que de recherche scientifique de certains produits "émergents", la technologie alimentaire et les types de fraudes "évoluant, déclare-t-il, de jour en jour".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.