Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    La part des problèmes et celle des priorités !    Les mains de l'intérieur !    27 migrants morts    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Zakaria Draoui fait son come-back    Pas de compensations financières pour les agriculteurs    Effondrement total de 3 habitations et d'autres lézardées    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    La soif à quelques kilomètres du barrage de Boussiaba    Amar Chouaki, nouveau directeur général    Mouad Hadded s'engage pour deux saisons    L'ES Sétif saisit la présidence de la République    Hodeifa Arfi, 2e recrue    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Plus de 17 000 consultations effectuées à l'EHU d'Oran    L'alimentation en eau potable perturbée    L'université de Skikda adopte un protocole sanitaire    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    19 morts et 53 000 sinistrés    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    Le président Michel Aoun évoque «la négligence» ou «un missile»    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Judo : Mustapha Moussa nous a quittés    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    El Tarf: Trois pistolets automatiques et des munitions saisis    El Tarf: Deux morts par noyade    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Algérie-France: L'écriture d'une histoire commune, mission «non souhaitable»    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    NOUVEAU CHEF D'ETAT-MAJOR DE LA GN : Le général Yahia Ali Oulhadj installé dans ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le coup de gueule du Pr Ryad Mahyaoui
Publié dans Le Midi Libre le 02 - 07 - 2020

Le Pr Ryad Mahyaoui, invité hier sur les ondes de la radio a poussé un coup de gueule contre la désinvolture des citoyens qui continuent d'être dans "le déni absolu", face aux dangers de la pandémie du coronavirus.
Le Pr Ryad Mahyaoui, invité hier sur les ondes de la radio a poussé un coup de gueule contre la désinvolture des citoyens qui continuent d'être dans "le déni absolu", face aux dangers de la pandémie du coronavirus.
"Les derniers chiffres sont inquiétants ont est passé du simple au double, de 100 cas positifs, on n'est passé cette semaine à plus de 300 cas", déplore-il en expliquant qu' "on n'est pas dans une deuxième vague, mans juste dans la continuité de la première vague". Le Pr Ryad Mahyaoui fait part de son inquiétude de voir tous les efforts fournis par les citoyens et l'Etat remis totalement en cause, en raison du comportement des citoyens qui ne respectent pas les mesures barrières. "En l'espace de 4 mois les algériens sont devenus des experts en virologie, immunologie, mais il s'agit surtout pour eux de respecter les mesures préventive", peste-t-il en écartant pas du tout le possibilité retour au confinement, à la fermeture d'entreprises, des commerces, des transports...
Le membre du Comité scientifique pose aussi la problématique des enquêtes épidémiologiques qui butte sur le refus de certains patients de déclarer qu'ils sont porteurs du virus par pudeur, par tabou. "Si nous ne disposons pas des informations on ne peut pas conduire des enquêtes épidémiologique pour identifier les cluster et couper la chaîne des contaminations", dit-il en préconisant une circulation de l'information. Le Pr Mahyaoui assume volontairement son "alarmisme' en le justifiant par la nécessité de provoquer u n déclic chez les citoyens, exhortés de "se protéger pour protéger les autres".
"Les derniers chiffres sont inquiétants ont est passé du simple au double, de 100 cas positifs, on n'est passé cette semaine à plus de 300 cas", déplore-il en expliquant qu' "on n'est pas dans une deuxième vague, mans juste dans la continuité de la première vague". Le Pr Ryad Mahyaoui fait part de son inquiétude de voir tous les efforts fournis par les citoyens et l'Etat remis totalement en cause, en raison du comportement des citoyens qui ne respectent pas les mesures barrières. "En l'espace de 4 mois les algériens sont devenus des experts en virologie, immunologie, mais il s'agit surtout pour eux de respecter les mesures préventive", peste-t-il en écartant pas du tout le possibilité retour au confinement, à la fermeture d'entreprises, des commerces, des transports...
Le membre du Comité scientifique pose aussi la problématique des enquêtes épidémiologiques qui butte sur le refus de certains patients de déclarer qu'ils sont porteurs du virus par pudeur, par tabou. "Si nous ne disposons pas des informations on ne peut pas conduire des enquêtes épidémiologique pour identifier les cluster et couper la chaîne des contaminations", dit-il en préconisant une circulation de l'information. Le Pr Mahyaoui assume volontairement son "alarmisme' en le justifiant par la nécessité de provoquer u n déclic chez les citoyens, exhortés de "se protéger pour protéger les autres".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.