Rivière asséchée !    Le Grand Sud, cette Algérie utile    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    Envoi de troupes de l'ANP au Sahel: Le démenti de l'ambassade de France    Football - Ligue 1: De belles affiches au programme    Ligue 2 - Groupe Est: Choc à Tadjenanet, retrouvailles à El-Eulma    ASM Oran: La volte-face de Kamel Mouassa !    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Macron reconnaît: Ali Boumendjel «torturé puis assassiné» par l'armée française    El quinqui de ma grand-mère et l'antonomase    Les explications de Cevital    163 nouveaux cas, 147 guérisons et 5 décès en 24 heures    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    Le leader en péril à Biskra    Les présidents de trois partis reçus par le chef de l'Etat    Les facteurs déterminants du cours des hydrocarbures    L'Algérie entame sa véritable course dans le processus de l'émergence    Les Soudanais autorisés à entrer en Algérie    Suspension des vols charters entre Alger et l'aéroport chinois Chengdu    RCR-USMBA délocalisé au stade de Chlef    «Mon plus grand soutien, c'est l'Armée !»    Enregistrement audio de chansons et musiques    La France reconnaît que son armée a assassiné Ali Boumendjel    Le court métrage algérien «Mania» primé    La RASD, un combat séculaire, une volonté populaire pour une défaite Inéluctable du colonialisme    Djerad: mettre en place des plateformes en ligne pour les demandes d'exercice d'activité socio-économiques    Beldjoud préside la cérémonie d'installation du wali d'El Meghaier    Le Maroc doit rendre des comptes concernant l'occupation illégale des territoires sahraouis    M. Chitour évoque les opportunités de coopération et de partenariat avec l'ambassadeur d'Espagne en Algérie    Coronavirus: 163 nouveaux cas, 147 guérisons et 5 décès    Prétendu engagement militaire de l'Algérie dans le Sahel: l'ambassade de France dément des propos attribués à Macron    Le lion change de look    Actuculte    L'Allemagne reconnaît le droit du Sahara occidental à l'indépendance    Zones d'ombre: le programme du président de la République sera concrétisé    Radiothérapie : de nouveaux centres prochainement à travers plusieurs wilayas    Indispensable neutralité    Marche des étudiants à Alger    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    La défense réclame la présence des accusés    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    Relaxe pour le maire d'Afir    10.000 logements à la clé    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le coup de gueule du Pr Ryad Mahyaoui
Publié dans Le Midi Libre le 02 - 07 - 2020

Le Pr Ryad Mahyaoui, invité hier sur les ondes de la radio a poussé un coup de gueule contre la désinvolture des citoyens qui continuent d'être dans "le déni absolu", face aux dangers de la pandémie du coronavirus.
Le Pr Ryad Mahyaoui, invité hier sur les ondes de la radio a poussé un coup de gueule contre la désinvolture des citoyens qui continuent d'être dans "le déni absolu", face aux dangers de la pandémie du coronavirus.
"Les derniers chiffres sont inquiétants ont est passé du simple au double, de 100 cas positifs, on n'est passé cette semaine à plus de 300 cas", déplore-il en expliquant qu' "on n'est pas dans une deuxième vague, mans juste dans la continuité de la première vague". Le Pr Ryad Mahyaoui fait part de son inquiétude de voir tous les efforts fournis par les citoyens et l'Etat remis totalement en cause, en raison du comportement des citoyens qui ne respectent pas les mesures barrières. "En l'espace de 4 mois les algériens sont devenus des experts en virologie, immunologie, mais il s'agit surtout pour eux de respecter les mesures préventive", peste-t-il en écartant pas du tout le possibilité retour au confinement, à la fermeture d'entreprises, des commerces, des transports...
Le membre du Comité scientifique pose aussi la problématique des enquêtes épidémiologiques qui butte sur le refus de certains patients de déclarer qu'ils sont porteurs du virus par pudeur, par tabou. "Si nous ne disposons pas des informations on ne peut pas conduire des enquêtes épidémiologique pour identifier les cluster et couper la chaîne des contaminations", dit-il en préconisant une circulation de l'information. Le Pr Mahyaoui assume volontairement son "alarmisme' en le justifiant par la nécessité de provoquer u n déclic chez les citoyens, exhortés de "se protéger pour protéger les autres".
"Les derniers chiffres sont inquiétants ont est passé du simple au double, de 100 cas positifs, on n'est passé cette semaine à plus de 300 cas", déplore-il en expliquant qu' "on n'est pas dans une deuxième vague, mans juste dans la continuité de la première vague". Le Pr Ryad Mahyaoui fait part de son inquiétude de voir tous les efforts fournis par les citoyens et l'Etat remis totalement en cause, en raison du comportement des citoyens qui ne respectent pas les mesures barrières. "En l'espace de 4 mois les algériens sont devenus des experts en virologie, immunologie, mais il s'agit surtout pour eux de respecter les mesures préventive", peste-t-il en écartant pas du tout le possibilité retour au confinement, à la fermeture d'entreprises, des commerces, des transports...
Le membre du Comité scientifique pose aussi la problématique des enquêtes épidémiologiques qui butte sur le refus de certains patients de déclarer qu'ils sont porteurs du virus par pudeur, par tabou. "Si nous ne disposons pas des informations on ne peut pas conduire des enquêtes épidémiologique pour identifier les cluster et couper la chaîne des contaminations", dit-il en préconisant une circulation de l'information. Le Pr Mahyaoui assume volontairement son "alarmisme' en le justifiant par la nécessité de provoquer u n déclic chez les citoyens, exhortés de "se protéger pour protéger les autres".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.