Rachid Nekkaz sort de l'isolement    Un activiste du Hirak arrêté    Les pharmaciens saisissent Tebboune    L'ANBT et le "faux communiqué"    "Il faut revoir l'architecture du financement de l'économie"    Si ça va au ralenti, c'est à cause de lui !    Le suspense perdure    Ben Selmane accusé de tentative d'assassinat    Un siècle, ça suffit !    Quatre avions d'aides décollent d'Alger vers Beyrouth    Un siècle de foot et de lutte    Plus qu'un journal, une école de formation    Ciccolini et son staff s'expriment sur leurs ambitions    Mandi reprendra demain    Ouverture tous azimuts !    Tremblement de terre d'une magnitude de 4,3 degrés près de Sidi Ghiles    Baisse des hospitalisations à partir du 25 juillet    Le saviez-vous... ?    Installation d'une commission d'évaluation des dégâts    Le meurtrier de Djabanet-Lihoud placé sous mandat de dépôt    ...CULTURE EN BREF ...    Guéri de la Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout    L'histoire de la gauche en Algérie, du PCA au Mouvement social    Vers une exploitation optimale des sites archéologiques et des musées    MCA : Aymen Rahmani met fin au suspense    Lésion méniscale pour Boudaoui    Association La Radieuse : Hommage à Saïd Amara    Chlef : Un meilleur éclairage pour le centre-ville    En prévision de sa réouverture : Protocole sanitaire pour les visiteurs du jardin d'essai    Acheminement d'une cargaison d'aides humanitaires au profit du peuple sahraoui    Parution. Amel Et Ses Sœurs de Leila Souidi : Hommage à vingt femmes algériennes d'exception    Constantine: Deux morts et quatre blessés dans une collision    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    La réunion périodique présidée par Tebboune    Le stockage des produits dangereux est interdit depuis 45 ans    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    Après le choc, la colère !    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'aveu du Pr Benbouzid
Lutte contre le coronavirus en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 12 - 07 - 2020

Le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, a reconnu, hier, qu'il y a un "problème d'incoordination" dans l'approvisionnement des structures de santé, en moyens de protection anti-Covid.
Le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, a reconnu, hier, qu'il y a un "problème d'incoordination" dans l'approvisionnement des structures de santé, en moyens de protection anti-Covid.
L'aveu du Pr Benbouzid vient en écho aux nombreuses réclamations émanant des personnels soignants qui font état régulièrement de manques en moyens de protection (masques, surblouses...). "Les moyens existent. Ce qui pose problème c'est une espèce d'incoordination. L'Algérie est un grand pays. Il y a des réclamations pour des moyens qui parfois arrivent quelque temps après", a déclaré le Pr Benbouzid en visite, ce samedi 11 juillet, à la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH). Le Pr Benbouzid qualifie de "légitime" les réclamations des professionnels de la santé. "Je peux vous assurer que nous avons les moyens. Nous avons juste un petit manque en surblouses.
Je viens de demander à la directrice générale (de la PCH) d'envoyer en urgence des surblouses là où il y a de la demande. Il y a des wilayas qui sont relativement calmes", a indiqué le Pr Benbouzid dans une déclaration à la presse. Il en appelle à la "solidarité nationale" entre wilayas. Autrement dit, lorsqu'une wilaya n'est pas dans un état de besoin urgent, qu'elle accepte de desservir une autre wilaya qui l'est davantage. Le ministre de la Santé indique avoir instruit la DG de la PCH, afin de voir "ce qui entrave les livraisons des moyens de protection" et d'y remédier. "Je le répète : la production nationale est prioritaire à la condition qu'elle puisse satisfaire la demande. Sinon, il n'y a aucun problème, comme on l'a fait au début, de recourir à l'importation", précise le Pr Benbouzid. "Nous souhaitons que les combinaisons et les surblouses arrivent rapidement au moins aux unités qui ont un besoin pressant", a-t-il insisté.
"Nous ferons tout pour que les médecins puissent disposer des moyens de protection"
Le ministre de la Santé s'est aussi exprimé sur les efforts, mais aussi le risque de contamination chez les personnels soignants. "Nous ferons tout pour que les médecins qui sont au front puissent disposer des moyens de protection et bénéficier de toutes les conditions d'exercice, qu'ils puissent exercer dans de bonnes conditions et pour qu'ils aient de moments de repos", s'engage le ministre. Le Pr Benbouzid reconnaît la difficulté de l'exercice sur le terrain des personnels soignants. "Il faut aller sur place pour se rendre compte de ce qu'ils font. Quand un praticien est mis dans un box où il reçoit des malades dont il sait que parmi eux certains sont positifs au Covid-19, quels que soient les moyensde protection dont dispose le médecin, il est toujours soumis au risque", explique-til.
"La preuve, nous avons presque 2 000 professionnels de la santé qui sont infectés par le Covid-19 et plus de 30 sont décédés. Chaque jour il y a des décès parmi le personnel soignant du fait qu'il est le plus exposé", reconnaît le ministre. "Plus le contact est grand et fréquent, long dans le temps et dans un espace fermé, plus il y a de risque", fait remarquer Benbouzid. Il estime qu'il y a " des maladresses", danscertains comportements parmi les praticiens de la santé qui les rendent vulnérables face au Covid-19. "Lorsque vous êtes dans une structure où vous avez un afflux de malades qui viennent, vous perdez parfois la connaissance des mesures les plus élémentaires de protection", fait observer le ministre. "Nous ne cessons de dire notre considération envers l'ensemble du corps de la santé et tous ceux qui les assistent aussi (protection civile, ministère de l'Intérieur et les personnels administratifs)et qui ont cette tâche de faire face au Covid", conclut Pr Benbouzid.
L'aveu du Pr Benbouzid vient en écho aux nombreuses réclamations émanant des personnels soignants qui font état régulièrement de manques en moyens de protection (masques, surblouses...). "Les moyens existent. Ce qui pose problème c'est une espèce d'incoordination. L'Algérie est un grand pays. Il y a des réclamations pour des moyens qui parfois arrivent quelque temps après", a déclaré le Pr Benbouzid en visite, ce samedi 11 juillet, à la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH). Le Pr Benbouzid qualifie de "légitime" les réclamations des professionnels de la santé. "Je peux vous assurer que nous avons les moyens. Nous avons juste un petit manque en surblouses.
Je viens de demander à la directrice générale (de la PCH) d'envoyer en urgence des surblouses là où il y a de la demande. Il y a des wilayas qui sont relativement calmes", a indiqué le Pr Benbouzid dans une déclaration à la presse. Il en appelle à la "solidarité nationale" entre wilayas. Autrement dit, lorsqu'une wilaya n'est pas dans un état de besoin urgent, qu'elle accepte de desservir une autre wilaya qui l'est davantage. Le ministre de la Santé indique avoir instruit la DG de la PCH, afin de voir "ce qui entrave les livraisons des moyens de protection" et d'y remédier. "Je le répète : la production nationale est prioritaire à la condition qu'elle puisse satisfaire la demande. Sinon, il n'y a aucun problème, comme on l'a fait au début, de recourir à l'importation", précise le Pr Benbouzid. "Nous souhaitons que les combinaisons et les surblouses arrivent rapidement au moins aux unités qui ont un besoin pressant", a-t-il insisté.
"Nous ferons tout pour que les médecins puissent disposer des moyens de protection"
Le ministre de la Santé s'est aussi exprimé sur les efforts, mais aussi le risque de contamination chez les personnels soignants. "Nous ferons tout pour que les médecins qui sont au front puissent disposer des moyens de protection et bénéficier de toutes les conditions d'exercice, qu'ils puissent exercer dans de bonnes conditions et pour qu'ils aient de moments de repos", s'engage le ministre. Le Pr Benbouzid reconnaît la difficulté de l'exercice sur le terrain des personnels soignants. "Il faut aller sur place pour se rendre compte de ce qu'ils font. Quand un praticien est mis dans un box où il reçoit des malades dont il sait que parmi eux certains sont positifs au Covid-19, quels que soient les moyensde protection dont dispose le médecin, il est toujours soumis au risque", explique-til.
"La preuve, nous avons presque 2 000 professionnels de la santé qui sont infectés par le Covid-19 et plus de 30 sont décédés. Chaque jour il y a des décès parmi le personnel soignant du fait qu'il est le plus exposé", reconnaît le ministre. "Plus le contact est grand et fréquent, long dans le temps et dans un espace fermé, plus il y a de risque", fait remarquer Benbouzid. Il estime qu'il y a " des maladresses", danscertains comportements parmi les praticiens de la santé qui les rendent vulnérables face au Covid-19. "Lorsque vous êtes dans une structure où vous avez un afflux de malades qui viennent, vous perdez parfois la connaissance des mesures les plus élémentaires de protection", fait observer le ministre. "Nous ne cessons de dire notre considération envers l'ensemble du corps de la santé et tous ceux qui les assistent aussi (protection civile, ministère de l'Intérieur et les personnels administratifs)et qui ont cette tâche de faire face au Covid", conclut Pr Benbouzid.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.