Campagne référendaire : le projet d'amendement constitutionnel consacre l'avènement de l'Algérie nouvelle    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    Des peines allégées pour Ouyahia et Youcef Yousfi    Un texte réglementaire pour fusionner les services du cadastre et de la conservation foncière    Le port de Skikda renforcé    Le conflit persiste au sein de la CNR    7,9 milliards de DA de créances à récupérer    La liberté dans le respect de l'autre    Macron et l'arabe    Rashford encore bourreau du PSG, Barça et Juve déjà lancés    Le grand bond en arrière, Tuchel contesté    L'AC Milan et Tottenham de retour    Séisme de Mila: les listes préliminaires des concernés par l'indemnisation élaborées    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    On vous le dit    L'école de la vie    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    COA : Journée Sports et médias ce samedi    Mustapha Benfodil . Journaliste, écrivain : «Je dédie mon prix à Khaled Drareni et à tous les détenus d'opinion et politiques»    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Les aliments à ne jamais mélanger avec des sodas    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    La peur au ventre    Musulmans de France, tous coupables ?    Communication et impérialisme    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: Plus de 5.000 hospitalisations en huit mois    Réalisées sur les abords d'un oued asséché: Démolition de constructions illicites à Aïn El Turck    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    Procès de manifestants: Des libérations, des condamnations et des reports    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Djerad donne le coup d'envoi à partir de Batna    Le bilan poursuit sa hausse en Algérie    Règlement de comptes au FLN    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    "La langue maternelle est une langue naturelle que rien ne peut effacer"    Professeur décapité en France: La confrérie alawyya condamne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un ramassis de clichés et de mensonges
Sur m6, un douumentaire sur l'Algérie enflamme les réseaux sociaux
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 09 - 2020

Pauvres, sans avenir et malmenés par une société islamiste : les mêmes clichés sur l'Algérie, véhiculés cette fois-ci par l'émission Enquête exclusive, ont de nouveau provoqué de vives réactions dans le pays "Aux yeux de la loi, elles [les femmes] sont mineures à vie.
Pauvres, sans avenir et malmenés par une société islamiste : les mêmes clichés sur l'Algérie, véhiculés cette fois-ci par l'émission Enquête exclusive, ont de nouveau provoqué de vives réactions dans le pays "Aux yeux de la loi, elles [les femmes] sont mineures à vie.
Il leur est interdit de voyager ou de travailler sans l'aval d'un tuteur, leur père, leur frère ou leur mari." Dix minutes après le début du documentaire Algérie, le pays de toutes les révoltes, diffusé dimanche soir dans l'émission Enquête Exclusive sur M6, les réseaux sociaux se déchaînaient. Car si les femmes ne sont, en effet, au regard de la loi, pas les égales des hommes, l'Algérie n'est pas l'Arabie saoudite et elles peuvent se déplacer et travailler librement. Ainsi plusieurs Algériens se sont indignés face à un reportage qui falsifie les vérités. C'est le cas de Houda qui écrit : "J'ai regardé enquête exclusive sur M6, je suis scandalisée d'entendre, d'après l'auteur du reportage, que les femmes en Algérie ont besoin d'autorisation et d'un tuteur pour voyager ou travailler, comment peut-on dire une chose pareille, Bernard de la Villardiere devrait mieux s'informer et faire des recherches à ce sujet avant de raconter n'importe quoi ! Pourquoi ce point de vue imposé délibérément ?". La journaliste en culturel et fondatrice du site Vyniculture, Yasmine Bouchene, a été scandalisé : "J'ai 30 ans. Je ne suis pas mariée, personne ne m'obligera à l'être. Je suis entrepreneure. Je vis à Alger mais voyage dans tout le pays (là par exemple, j'écris d'Oran!) et je vois mes potes, mecs ou meufs, partout.
QUEL RAMASSIS DE BULLSHIT." Sur Instagram, la Youtubeuse Nour a même publié une "mise au point" pour dénoncer une instrumentalisation de ses propos. Avant même la diffusion du documentaire, sa présentation sur les applications de programmes télé et la bande-annonce avaient déjà provoqué la polémique. "Depuis février 2019, les Algériens sont étouffés par un système autoritaire et corrompu... [Une] danseuse comédienne souhaite vivre comme une Occidentale sans se soucier du regard des autres. D'autres veulent que l'Algérie devienne un Etat islamique", peut-on lire sur le pitch de l'émission. "Pourquoi résumer le peuple algérien en deux blocs expressément séparés. N'est-ce pas trop simpliste et réducteur, ce type de raccourcis, plaçant d'un côté les - progressistes occidentalisés - et de l'autre les militants d'un Islam politique - 'importé d'ailleurs - ?", s'interroge le site DzairDaily. Le documentaire a été à la hauteur des craintes des internautes, insistant sur, d'un côté, les jeunes filles voilées soumises à la loi de "ce pays musulman très conservateur, cette société très patriarcale, ce pays dirigé par des hommes, cette société très machiste", et de l'autre, les hommes et femmes cherchant la mixité et l'alcool dans "les rares boîtes de nuit d'Alger" où les scènes ont été tournées en caméra cachée.
Le reste du documentaire est à l'avenant. Si certains sujets de société problématiques sont abordés, comme la question du chômage, de l'absence de perspective ou des difficultésd'accès au logement, c'est toujours d'un point de vue misérabiliste qui, pour les internautes en colère, ne correspond pas à la réalité. La caméra entre ainsi dans l'appartement plutôt spartiate d'un ingénieur que la voix off décrit comme un "trois pièces plutôt confortable pour l'Algérie", comme si tous les logements étaient aussi dénudés. Mais cette façon d'aborder l'Algérie n'est pas nouvelle. "Depuis l'Indépendance, les médias français font des reportages sur le mal-être de la jeunesse algérienne", peut-on lire dans les commentaires. Le dernier tollé remonte au printemps : en mai 2020, Algérie, mon amour, un documentaire sur le vaste mouvement populaire contre le cinquième mandat d'Abdelaziz Bouteflika, diffusé sur France 5, avait agacé les autorités au point que l'ambassadeur d'Algérie à Paris avait été rappelé pour consultations au sujet "des dépassements médiatiques récurrents".
Il leur est interdit de voyager ou de travailler sans l'aval d'un tuteur, leur père, leur frère ou leur mari." Dix minutes après le début du documentaire Algérie, le pays de toutes les révoltes, diffusé dimanche soir dans l'émission Enquête Exclusive sur M6, les réseaux sociaux se déchaînaient. Car si les femmes ne sont, en effet, au regard de la loi, pas les égales des hommes, l'Algérie n'est pas l'Arabie saoudite et elles peuvent se déplacer et travailler librement. Ainsi plusieurs Algériens se sont indignés face à un reportage qui falsifie les vérités. C'est le cas de Houda qui écrit : "J'ai regardé enquête exclusive sur M6, je suis scandalisée d'entendre, d'après l'auteur du reportage, que les femmes en Algérie ont besoin d'autorisation et d'un tuteur pour voyager ou travailler, comment peut-on dire une chose pareille, Bernard de la Villardiere devrait mieux s'informer et faire des recherches à ce sujet avant de raconter n'importe quoi ! Pourquoi ce point de vue imposé délibérément ?". La journaliste en culturel et fondatrice du site Vyniculture, Yasmine Bouchene, a été scandalisé : "J'ai 30 ans. Je ne suis pas mariée, personne ne m'obligera à l'être. Je suis entrepreneure. Je vis à Alger mais voyage dans tout le pays (là par exemple, j'écris d'Oran!) et je vois mes potes, mecs ou meufs, partout.
QUEL RAMASSIS DE BULLSHIT." Sur Instagram, la Youtubeuse Nour a même publié une "mise au point" pour dénoncer une instrumentalisation de ses propos. Avant même la diffusion du documentaire, sa présentation sur les applications de programmes télé et la bande-annonce avaient déjà provoqué la polémique. "Depuis février 2019, les Algériens sont étouffés par un système autoritaire et corrompu... [Une] danseuse comédienne souhaite vivre comme une Occidentale sans se soucier du regard des autres. D'autres veulent que l'Algérie devienne un Etat islamique", peut-on lire sur le pitch de l'émission. "Pourquoi résumer le peuple algérien en deux blocs expressément séparés. N'est-ce pas trop simpliste et réducteur, ce type de raccourcis, plaçant d'un côté les - progressistes occidentalisés - et de l'autre les militants d'un Islam politique - 'importé d'ailleurs - ?", s'interroge le site DzairDaily. Le documentaire a été à la hauteur des craintes des internautes, insistant sur, d'un côté, les jeunes filles voilées soumises à la loi de "ce pays musulman très conservateur, cette société très patriarcale, ce pays dirigé par des hommes, cette société très machiste", et de l'autre, les hommes et femmes cherchant la mixité et l'alcool dans "les rares boîtes de nuit d'Alger" où les scènes ont été tournées en caméra cachée.
Le reste du documentaire est à l'avenant. Si certains sujets de société problématiques sont abordés, comme la question du chômage, de l'absence de perspective ou des difficultésd'accès au logement, c'est toujours d'un point de vue misérabiliste qui, pour les internautes en colère, ne correspond pas à la réalité. La caméra entre ainsi dans l'appartement plutôt spartiate d'un ingénieur que la voix off décrit comme un "trois pièces plutôt confortable pour l'Algérie", comme si tous les logements étaient aussi dénudés. Mais cette façon d'aborder l'Algérie n'est pas nouvelle. "Depuis l'Indépendance, les médias français font des reportages sur le mal-être de la jeunesse algérienne", peut-on lire dans les commentaires. Le dernier tollé remonte au printemps : en mai 2020, Algérie, mon amour, un documentaire sur le vaste mouvement populaire contre le cinquième mandat d'Abdelaziz Bouteflika, diffusé sur France 5, avait agacé les autorités au point que l'ambassadeur d'Algérie à Paris avait été rappelé pour consultations au sujet "des dépassements médiatiques récurrents".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.