Ligue Europa: les premiers résultats de la soirée    Sahara occidental : une parlementaire européenne n'exclut pas "une guerre sanglante" face à la passivité de l'UE    Lavrov appelle à la reprise des négociations entre le Maroc et le Front Polisario    Le nouveau système informatique pour la conformité des produits importés n'affecte pas les mesures de contrôle actuelles    FC Barcelone: La sortie surréaliste du Barça sur l'avenir de Messi !    Handicapés: lancement de la plate-forme numérique "La solidarité nationale à l'écoute"    Le capitaine Benzema ne réussit pas au Real Madrid    Construction automobile: le traitement des dossiers se déroule selon le cahier des charges    Polisario: L'élargissement du mandat de la Minurso, un impératif compte tenu les derniers développements    Réassurance: la CCR augmente son capital à 25 milliards DA    Défilé d'anciens ministres au tribunal de Sidi-M'hamed    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    À l'aune de l'économie de la connaissance    Dans l'attente des 6 000 logements AADL    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Le cas de Koukpo et Ngombo réglé    L'EN fin prête    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    Du nouveau pour la petite enfance    Que faire ?    Même la précarité choisit ses victimes !    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Programme    Damerdji "favorable" à un retour limité du public    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    "Pour une conférence nationale inclusive"    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    L'EHU 1er-Novembre prend en charge 70% des malades    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Alliance Assurances lance en exclusivité le premier produit dédié aux startup    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    Une vie de combat    Quand Yasmina sauve Mohamed !    HENRI TEISSIER, l'archevêque au grand cœur    Une absence et des interrogations    J'irai me plaindre à mon député !    Violation du protocole sanitaire et non-respect du confinement: 12.237 infractions enregistrées du 5 novembre au 1er décembre    Ras El Aïn: Relogement de 1.000 familles le 1er trimestre 2021    Le Parlement européen ou l'agenda du chaos !    L'onde et l'escargot    Retour sur la présence de Henri Teissier à Tlemcen: Le président de « Dar Es-Salam » de Birouana n'est plus    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    Le professeur Benbouzid met les points sur les "i"    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La chaine française M6 désormais interdite d'opérer en Algérie
Publié dans Algérie Presse Service le 21 - 09 - 2020

Le ministère de la Communication a annoncé lundi sa décision de "ne plus autoriser" la chaine française de télévision "M6" à opérer en Algérie après la diffusion dimanche soir par cette chaine d'un documentaire "portant un regard biaisé sur le Hirak", réalisé par une équipe munie d'une "fausse autorisation de tournage".
"Ce précédent nous conduit à décider de ne plus autoriser M6 à opérer en Algérie, sous quelle que forme que ce soit", a indiqué le ministère dans un communiqué.Selon la même source, "une journaliste franco-algérienne a assuré la réalisation du film, avec l'aide d'un +fixeur algérien+, munis d'une fausse autorisation de tournage".
"Une infraction au demeurant sévèrement sanctionnée qui restera inscrite au compte indélébile de ses auteurs qui auront à répondre aux poursuites prévues par l'article 216 du Code pénal algérien pour +faux en écriture authentique ou publique+", précise le ministère.
"Force est de constater qu'à l'approche de chaque rendez-vous électoral, crucial pour l'Algérie et son avenir, des médias français s'adonnent à la réalisation et la diffusion de reportages filmés et autres produits journalistiques, dans le vil but de tenter de démotiver le peuple algérien, notamment sa jeunesse", déplore la même source.
Le ministère a relevé, à ce titre, qu'il "n'est pas fortuit que ces médias, outillés pour exécuter un agenda visant à ternir l'image de l'Algérie et à fissurer la confiance indéfectible établie entre le peuple algérien et ses institutions, agissent de concert et à différents niveaux et supports".Le ministère de la Communication a rappelé, dans ce contexte, que la rédaction de la chaine française M6 avait introduit, le 6 mars 2020, une demande d'accréditation de presse pour les membres de l'équipe de l'émission "Enquête Exclusive", en vue du tournage d'un documentaire sur "la valorisation de l'essor économique et touristique de la ville d'Oran, ainsi que le multiculturalisme qui fait la richesse de notre pays".
"Cette demande a reçu une suite défavorable des services des ministères de la Communication et des Affaires étrangères", a-t-il souligné, relevant qu"au final, l'équipe a produit un tout autre documentaire diffusé hier 20 septembre 2020 à 23h10 (heure française) sous le titre: +Algérie, le Pays des Révoltes+, portant un regard biaisé sur le Hirak".
"D'une durée de 75 minutes, ce film documentaire réalisé par le dénommé Dahmane Ziane, traite du +Hirak+ et de la jeunesse algérienne, à partir de témoignages de trois jeunes algériens sur l'avenir dans leur pays", rappelle-t-on.
"Selon le synopsis dudit documentaire, il est également question de relater le +désespoir+ de certains Algériens, qui n'envisagent qu'une option : fuir le pays. Un pays où +filmer est très difficile+, subodore le producteur-présentateur Bernard De la Villardière", a-t-on ajouté.
Selon le ministère de la Communication, "ce dernier a reconnu avoir eu recours à l'usage +de caméras discrètes+ avant de souligner le choix +de nombreux journalistes anonymes+ ayant travaillé pour ce qu'il prétend être une +enquête+".
"Au final, censé dévoiler +la banqueroute du régime algérien+, le produit est une somme de trois témoignages insipides puisant dans les clichés les plus réducteurs : d'abord, celui de Noor, une youtubeuse qui +rêve de liberté en vivant des conseils de maquillage qu'elle donne aux femmes+.
Ensuite, Nardjes qui, elle, a décidé de vivre à l'occidentale dans un pays jugé +ultraconservateur+. Enfin, Ayoub qui +rêve de voir un Etat islamique naître en Algérie et s'est engagé à cette fin en politique", a-t-il ajouté.
La ministère a fait savoir, à ce propos, que "les principaux concernés ont pris contact avec le Conseil supérieur de l'audiovisuel français (CSA) et ont saisi les services de l'ambassade de France en Algérie, afin de porter plainte pour avoir été manipulés, hors de tout professionnalisme, de toute déontologie et de toute morale".
"Dans une mise au point publiée aujourd'hui sur les réseaux sociaux, Noor déplore +le manque de professionnalisme+ de la chaine et +regrette vraiment d'avoir participé au reportage+", a-t-on indiqué, soulignant que celle-ci "rapporte avoir été contactéepar un journaliste algérien pour un reportage traitant de +l'émancipation de la femme algérienne+ et qu'elle était +loin d'imaginer qu'elle allait être utilisée, elle et son mari, pour donner une mauvaise image des femmes et des hommes de notre pays+".
"Un tournage clandestin supposé révéler +la face cachée+ de notre pays s'est avéré être une somme d'anecdotes sans profondeur et sans rapport avec la réalité socio-économique (en amélioration constante) et politique (d'ouverture démocratique)", conclut le ministère de la Communication.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.