Abdallah Djaballah appelle au boycott des produits français    Trois anciens walis dans la tourmente    Les délires d'un haineux    Le Mouloudia se neutralise en amical avec les U20 (3-3)    Anthar Yahia satisfait des conditions du stage à Mostaganem    Tebboune en autoconfinement pour cinq jours    Benbouzid ne cache plus ses inquiétudes    Plusieurs projets de raccordement au gaz et à l'électricité    Bordj Bou Arréridj : La SDE revient à la charge    Le projet de l'amendement constitutionnel "un défi dicté par les aspirations du peuple''    ONU: le traité interdisant les armes nucléaires pourra entrer en vigueur dans 90 jours    Le projet accorde un "privilège constitutionnel" aux communes manquant de sources de financement    Convalescence    PSG: Mahrez ouvre la porte à Leonardo !    Suivre les consignes ou se tirer !    Samir Karim Chaouche nouveau président    GEST-IMMO (AADL) : Prestataire de service ou coquille vide ?    L'Algérie réitère son soutien "inconditionnel" à la cause palestinienne    Regagner sa position    Un fléau à Mostaganem    La Révolution, série française et uchronique prévue sur Netflix    Le retour de la vieille garde prétorienne    Petit vampire de Joann Sfar, de la BD au grand écran    Le Royal Opera House : Vente d'un tableau de Hockney pour survivre à la pandémie    Bibliothèque principale de lecture publique «Assia Djebar» à Tipasa : «Nous remercions Mme Sebbah Saâdia pour avoir fait aimer le livre à nos enfants»    Naissance d'un comité de soutien à Mohamed Tadjadit    Le projet d'amendement constitutionnel accorde une bonne place aux jeunes dans l'Algérie nouvelle    10 décès et 250 nouveaux cas    Ni détecteur de température ni gel désinfectant    Exercice de simulation d'un séisme    Novembre qui rassemble, Novembre qui divise    Les correspondants de presse déplorent la rétention de l'information    L'élection présidentielle anticipée fixée au 10 janvier    L'Ethiopie dénonce des "menaces belliqueuses" de Trump    Le Soudan se rapproche d'Israël    La passion retrouvée    Les conséquences de la consommation des farines raffinées    Le foncier industriel sous la loupe    Importations: La menace de trop pour la filière pomme de terre    USM Blida: Entre les exigences du public et la réalité    Et l'ennui naquit à l'université !    L'ambassadeur de France en Algérie au « Le Quotidien d'Oran »: «Pour l'Algérie et la France, les défis sont communs»    Nouveaux bacheliers: Début des préinscriptions    L'ISSUE DES BRAVADES    Dernière ligne droite du mercato estival    Le MSP pointe du doigt Macron    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les avis des partis et des personnalités
Révision constitutionnelle
Publié dans Le Midi Libre le 28 - 09 - 2020

La campagne électorale pour le référendum sur le projet de révision constitutionnelle, prévu le dimanche 1er novembre 2020, débutera le 8 octobre prochain.
La campagne électorale pour le référendum sur le projet de révision constitutionnelle, prévu le dimanche 1er novembre 2020, débutera le 8 octobre prochain.
Voici les principales positions des partis et des personnalités nationales favorables à cette révision.
Abdelaziz Bélaïd
Abdelaziz Belaïd, président du Front El Mostakbel, a appelé les algériens à participer au référendum. "Le Front El- Moustakbal appelle à la mobilisation et à l'entraide pour éviter l'abstention électorale, et à une forte participation au référendum ur la révision de la Constitution, auquel s'est engagé le président de la République, Abdelmadjid Tebboune", a-til déclaré lors d'une conférence de presse soulignant les "aspects positifs", que comporte le projet "en faveur du changement et de l'édification de la deuxième République". Il a plaidé pour une meilleure explication du projet à l'opinion publique, "d'autant que plusieurs parties prennent des positions négatives sans consulter la teneur de ce nouveau projet qui prévoit pour la première fois des articles garantissant les droits et libertés et consacrant l'Etat de droit, dont l'annulation de l'autorisation pour la tenue des rassemblements pacifiques".
Ammar Belhimer
Ammar Belhimer, ministre de la Communication et Porte-parole du gouvernement, a salué le débat sur le projet de révision constitutionnelle qui "dénote la conscience du peuple qui suit de près le sujet de la Constitution de tous les côtés". "Le débat d'idées démocratique est en soi une évolution salutaire", a-t-il déclaré au site Almayadeen.net. Le dernier mot, a-t-il ajouté, reviendra au peuple. "La présentation du projet de révision constitutionnelle devant le Parlement était une obligation procédurale, conformément à la Constitution en vigueur dans un contexte institutionnel et le respect de la légitimité. L'Algérie nouvelle ne pourra qu'écouter la voix du peuple, et les autorités sont également au service du peuple", a-t-il soutenu.
Bouzid Lazhari
Bouzid Lazhari, président du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH),a qualifié de "saut qualitatif", le contenu de la révision constitutionnelle en matière des droits et des libertés. Un projet qui,selon lui, consacre les revendications du Hirak. "Il y a un renforcement de certains droits et libertés, comme la liberté de circulation en dehors du territoire national, la liberté de la presse, y compris la presse électronique, la consolidation du devoir de l'Etat envers les catégories vulnérables, l'adoption de la simple déclaration au lieu de l'autorisation pour garantir le droit aux manifestations pacifiques et à la création des associations", a-t-il détaillé dans une déclaration à l'APS. Il a précisé que le projet de révision constitutionnelle a mis en place les moyens et les mécanismes, pour assurer l'exercice des libertés et des droits soulignant "l'orientation de la nouvelle Constitution vers la consécration de l'indépendance totale du pouvoir judiciaire et l'institution d'une Cour constitutionnelle".
Soufiane Djillali
Soufiane Djillali, président de Jil Jadid, a déclaré que le projet de révision constitutionnelle est meilleur que la Constitution de 2016. "C'est une Constitution qui répond aux besoins d'une étape et est non définitive. Dans cinq ou dix ans, la loi fondamentale du pays va devoir être, encore une fois, revue par de simples amendements. Celle-ci peut, toutefois, permettre la mise en place des fondements d'un véritable Etat de droit à condition de la mettre sérieusement en application. La nouvelle Constitution apporte des éléments pour reconstruire un régime politique qui doit être cohérent avec la phase actuelle", a-t-il déclaré dans une interview à Horizons. Il a parlé d'avancées constatées dans le chapitre relatif aux droits. "Le plus important reste à mettre en place les lois qui organiseront ces droits sans les restreindre", a-t-il prévenu. Des propositions de Jil Jadid ont été, selon lui, prises en compte comme la création d'une Cour constitutionnelle, l'indépendance de la justice et la constitutionnalisation du Hirak (dans le préambule).
El Islah
Le mouvement El Islah a appelé à voter "oui" pour le projet de révision constitutionnelle lors du référendum du 1er novembre, car "il consacre l'Etat des droits et des libertés et les institutions légales dans le cadre d'un large consensus national". "Ce projet jette réellement les bases d'une Algérie nouvelle", a estimé le parti qui a appelé les algériens à faire du rendez-vous électoral « une réussite ». El Islah a évoqué l'importance de « renforcer le front interne et de placer les intérêts du pays et de la Nation au dessus de toute autre considération ».
FLN
Le secrétaire général du FLN, Abou El Fadhl Baji, a appelé hier les militants de son parti à voter "Oui" pour le projet de révision de la Constitution, à l'occasion du référendum du 1er novembre prochain. Lors d'une réunion tenue au Centre international des Conférences, avec les responsables de wilayas du parti, Badji a mis en avant dans son intervention "les articles du texte qui consacrent plus les droits de l'Homme, les libertés individuelles et collectives ainsi que l'indépendance de la Justice"' Poursuivant son propos, Baji ajoute que
"le nouveau projet pose les fondements d'une nouvelle république, érige la loi en norme et soumet l'accès au pouvoir à l'urne transparente", ajoutant que "le parti va mobiliser ses structures locales et nationales pour prendre part à la campagne d'explication du texte e à l'effort pédagogique pour le rendre lisible aux citoyens" Par ailleurs, le chef du FLN a promis de mener une croisade contre les personnes qui ont investi les structures du parti en utilisant l'argent sal, un propos qui fait écho au discours du président de la République avec lequel le chef du FLN tient à être raccord sur toute la ligne.
Nazih Berramdane
Nazih Berramdane, conseiller du président de la République chargé du mouvement associatif et de la communauté algérienne à l'étranger, a déclaré que le projet de révision constitutionnelle consacre "le rôle des associations dans la construction de la société, selon une vision future de l'Algérie nouvelle". Il a évoqué les propositions contenues dans le projet de créer l'Observatoire national de la société civile et la Haute autorité de transparence, de prévention et de lutte contre la corruption. "Cela permet d'associer la société civile dans la lutte contre ce phénomène", a-t-il noté.
Voici les principales positions des partis et des personnalités nationales favorables à cette révision.
Abdelaziz Bélaïd
Abdelaziz Belaïd, président du Front El Mostakbel, a appelé les algériens à participer au référendum. "Le Front El- Moustakbal appelle à la mobilisation et à l'entraide pour éviter l'abstention électorale, et à une forte participation au référendum ur la révision de la Constitution, auquel s'est engagé le président de la République, Abdelmadjid Tebboune", a-til déclaré lors d'une conférence de presse soulignant les "aspects positifs", que comporte le projet "en faveur du changement et de l'édification de la deuxième République". Il a plaidé pour une meilleure explication du projet à l'opinion publique, "d'autant que plusieurs parties prennent des positions négatives sans consulter la teneur de ce nouveau projet qui prévoit pour la première fois des articles garantissant les droits et libertés et consacrant l'Etat de droit, dont l'annulation de l'autorisation pour la tenue des rassemblements pacifiques".
Ammar Belhimer
Ammar Belhimer, ministre de la Communication et Porte-parole du gouvernement, a salué le débat sur le projet de révision constitutionnelle qui "dénote la conscience du peuple qui suit de près le sujet de la Constitution de tous les côtés". "Le débat d'idées démocratique est en soi une évolution salutaire", a-t-il déclaré au site Almayadeen.net. Le dernier mot, a-t-il ajouté, reviendra au peuple. "La présentation du projet de révision constitutionnelle devant le Parlement était une obligation procédurale, conformément à la Constitution en vigueur dans un contexte institutionnel et le respect de la légitimité. L'Algérie nouvelle ne pourra qu'écouter la voix du peuple, et les autorités sont également au service du peuple", a-t-il soutenu.
Bouzid Lazhari
Bouzid Lazhari, président du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH),a qualifié de "saut qualitatif", le contenu de la révision constitutionnelle en matière des droits et des libertés. Un projet qui,selon lui, consacre les revendications du Hirak. "Il y a un renforcement de certains droits et libertés, comme la liberté de circulation en dehors du territoire national, la liberté de la presse, y compris la presse électronique, la consolidation du devoir de l'Etat envers les catégories vulnérables, l'adoption de la simple déclaration au lieu de l'autorisation pour garantir le droit aux manifestations pacifiques et à la création des associations", a-t-il détaillé dans une déclaration à l'APS. Il a précisé que le projet de révision constitutionnelle a mis en place les moyens et les mécanismes, pour assurer l'exercice des libertés et des droits soulignant "l'orientation de la nouvelle Constitution vers la consécration de l'indépendance totale du pouvoir judiciaire et l'institution d'une Cour constitutionnelle".
Soufiane Djillali
Soufiane Djillali, président de Jil Jadid, a déclaré que le projet de révision constitutionnelle est meilleur que la Constitution de 2016. "C'est une Constitution qui répond aux besoins d'une étape et est non définitive. Dans cinq ou dix ans, la loi fondamentale du pays va devoir être, encore une fois, revue par de simples amendements. Celle-ci peut, toutefois, permettre la mise en place des fondements d'un véritable Etat de droit à condition de la mettre sérieusement en application. La nouvelle Constitution apporte des éléments pour reconstruire un régime politique qui doit être cohérent avec la phase actuelle", a-t-il déclaré dans une interview à Horizons. Il a parlé d'avancées constatées dans le chapitre relatif aux droits. "Le plus important reste à mettre en place les lois qui organiseront ces droits sans les restreindre", a-t-il prévenu. Des propositions de Jil Jadid ont été, selon lui, prises en compte comme la création d'une Cour constitutionnelle, l'indépendance de la justice et la constitutionnalisation du Hirak (dans le préambule).
El Islah
Le mouvement El Islah a appelé à voter "oui" pour le projet de révision constitutionnelle lors du référendum du 1er novembre, car "il consacre l'Etat des droits et des libertés et les institutions légales dans le cadre d'un large consensus national". "Ce projet jette réellement les bases d'une Algérie nouvelle", a estimé le parti qui a appelé les algériens à faire du rendez-vous électoral « une réussite ». El Islah a évoqué l'importance de « renforcer le front interne et de placer les intérêts du pays et de la Nation au dessus de toute autre considération ».
FLN
Le secrétaire général du FLN, Abou El Fadhl Baji, a appelé hier les militants de son parti à voter "Oui" pour le projet de révision de la Constitution, à l'occasion du référendum du 1er novembre prochain. Lors d'une réunion tenue au Centre international des Conférences, avec les responsables de wilayas du parti, Badji a mis en avant dans son intervention "les articles du texte qui consacrent plus les droits de l'Homme, les libertés individuelles et collectives ainsi que l'indépendance de la Justice"' Poursuivant son propos, Baji ajoute que
"le nouveau projet pose les fondements d'une nouvelle république, érige la loi en norme et soumet l'accès au pouvoir à l'urne transparente", ajoutant que "le parti va mobiliser ses structures locales et nationales pour prendre part à la campagne d'explication du texte e à l'effort pédagogique pour le rendre lisible aux citoyens" Par ailleurs, le chef du FLN a promis de mener une croisade contre les personnes qui ont investi les structures du parti en utilisant l'argent sal, un propos qui fait écho au discours du président de la République avec lequel le chef du FLN tient à être raccord sur toute la ligne.
Nazih Berramdane
Nazih Berramdane, conseiller du président de la République chargé du mouvement associatif et de la communauté algérienne à l'étranger, a déclaré que le projet de révision constitutionnelle consacre "le rôle des associations dans la construction de la société, selon une vision future de l'Algérie nouvelle". Il a évoqué les propositions contenues dans le projet de créer l'Observatoire national de la société civile et la Haute autorité de transparence, de prévention et de lutte contre la corruption. "Cela permet d'associer la société civile dans la lutte contre ce phénomène", a-t-il noté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.