Mondial de Handball: l'Algérie s'incline face au Portugal (26-19)    Milan AC : C'est officiel pour Mandzukic    Brahim Laâlami reste en prison    Dalila Touat condamnée à 18 mois de prison ferme    Relaxe pour les hirakistes d'Oran    Le verdict en appel de trois activistes renvoyé au 25 janvier    Situation kafkaïenne des souscripteurs    Hausse des prix des pâtes alimentaires : Certains opérateurs pointés du doigt    Les raisons de la pénurie    Instruction aux walis    Importation des véhicules neufs : Qu'est-ce qui retarde la délivrance des agréments provisoires ?    Signature d'une convention de partenariat avec l'Inapi    La décision de Trump en cours d'examen par le staff de Biden    "Biden ne fera pas de bouleversements exceptionnels"    Des dizaines de victimes au Darfour-Sud    Le président Touadéra officiellement réélu en Centrafrique    La mouture de la commission Laraba favorise les partis de l'ancienne majorité : Les écueils aux changements maintenus    Chanegriha supervise l'exercice tactique «Al-Hazm 2021»    L'Algérie s'impose face à la Libye    La FAF a-t-elle enfreint le décret exécutif 15-73 ?    Des soucis pour Dumas    «L'acquisition de plusieurs vaccins est une bonne décision»    Sit-in de protestation des étudiants de 3e année de médecine    Secteur de l'éducation à Béjaïa : Entre grands besoins et sept nouveaux projets notifiés    Affichage d'une liste provisoire des bénéficiaires de 1 146 logements    Opération «les trottoirs pour les piétons»    Les prestations suspendues jusqu'au 8 février    Rêver à perdre la raison !    L'artiste Reche Safia honorée par les siens    L'IFA lance son premier appel à projets cinématographiques 2021    Les principes de base pour une alimentation équilibrée    Donald Trump : La fin de son mandat lui coûte une fortune    Kamala Harris, une vice-présidente historique    Joe Biden : Le «rassembleur» à l'épreuve d'une Amérique meurtrie    Les technologies embarquées bousculent la mécanique d'autrefois    Edition amazighe à Béjaïa : L'APW offre 11 000 livres pour les établissements scolaires    Ineffable Art et Culture, le magazine culturel digital 100 % algérien : Figourra, un concept « brosseur » de portraits    OM Arzew: Le CSA, ou la source des problèmes    Mostaganem: Saisie de boissons alcoolisées, une arrestation    Le procès en appel du DG d'Ennahar reporté au 1er février    TRUMP ET LES DEMONS DE LA GUERRE DE SECESSION    Projet de révision de la loi électorale: Le candidat à la présidentielle doit déposer une garantie financière    La solidarité ne va qu'aux nécessiteux    MC Alger: L'appétit vient en mangeant    Dossier mémoriel Algérie-France: Le rapport Stora remis demain à l'Elysée    Lettre à une jeune étudiante    Restauration de la mosquée du Pacha: Lancement des travaux le mois de mai prochain    259 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Projet de révision de la Constitution : Jil Jadid appelle à retirer le sigle FLN de la scène politique
Publié dans El Watan le 30 - 08 - 2020

L e parti Jil Jadid rend publique sa contribution pour le projet de révision de la Constitution dont le référendum est fixé pour le 1er novembre prochain. Le parti de Soufiane Djilali appelle d'emblée à «une rupture psychologique» avec «le retrait définitif du sigle du FLN de la scène politique».
«Ce sigle appartient à la nation et à la mémoire collective. Il est cité tant dans le préambule de la Constitution que dans l'hymne national», précise ce parti qui affiche sa préférence pour un «régime semi-présidentiel». Pour cette formation, le choix de la nature du régime politique doit obéir à des conditions socio-historiques.
Et il se trouve que les conditions socio-historiques de l'Algérie ne sont assurément pas que celles du Royaume-Uni qui dispose d'un régime parlementaire ou des Etats-Unis d'Amérique qui ont un système présidentiel. «L'Algérie, de par son histoire ancienne, ses structures anthropologiques et surtout de par son passé récent, ne pourrait fonctionner selon un modèle parlementaire.
Non pas que les Algériens seraient moins démocrates, mais tout simplement parce que le parlementarisme n'émane pas de notre culture. Le parlementarisme a été d'abord l'expression de la démocratie dans des Etats monarchiques», explique Jil Jadid qui refuse ainsi le mimétisme aveugle. Ainsi, pour ce parti, le régime présidentiel de type américain n'est pas le mieux indiqué pour notre pays.
«Il est donc inutile de bouleverser le schéma auquel s'est habitué le peuple algérien. Le régime semi-présidentiel est celui qui semble le mieux adapté à son tempérament. Il est naturel pour lui qu'un homme puisse représenter la nation. Notre culture nous prédispose à déléguer notre confiance à un homme qui représente le peuple. Cependant, il faut introduire des contre-pouvoirs sérieux à l'institution présidentielle et libérer par ailleurs des marges de pouvoir au profit d'autres institutions», souligne Jil Jadid pour qui «il serait imprudent de laisser le loisir à un homme, quel qu'il soit, d'user de tous les pouvoirs qui lui sont conférés par l'actuelle Constitution amendée en 2016».
Pour garantir l'équilibre des pouvoirs, Jil Jadid estime que le président de la République, élu par le peuple, doit être «le garant du fonctionnement normal des institutions de la République». Comme il doit pouvoir engager les réformes de fond et sur le long terme et conduire la politique extérieure. En raison de cette lourde charge, Jil Jadid considère impératif qu'il y ait un chef de gouvernement, lui-même responsable face au Parlement, pour gérer l'Exécutif. Le parti de Soufiane Djilali est contre le poste de Vice-Président proposé dans la première mouture soumise à l'appréciation des partis et de la société civile. «Un Exécutif à deux pôles (Présidence et Chefferie du gouvernement) répond à des impératifs et à une logique politique.
Tensions inutiles
Par contre, «un troisième pôle (Vice-Président), pourrait créer des tensions inutiles et des empiètements de prérogatives entraînant plus de confusion que de solutions», estime cette formation qui plaide pour que le Parlement retrouve toute sa crédibilité pour assumer pleinement ses fonctions, à travers des élections libres et transparentes. «Les élus parlementaires doivent avoir le droit de saisine pour amorcer la mise en œuvre des dispositions constitutionnelles en cas de suspicion de vacance du pouvoir», assure Jil Jadid qui évoque dans ce sillage la justice qui «devra être libérée et en même temps protégée contre toute intrusion politique et contre toute déviance interne, son indépendance ne signifiant aucunement sa ‘‘privatisation''».
La Cour constitutionnelle doit pouvoir saisir le Haut Conseil de Sécurité ainsi que la Haute Cour de justice en cas de non-observance de la Constitution par le président de la République. Une procédure en déchéance du président de la République devrait pouvoir être enclenchée de concert entre ces trois institutions en cas de maladie invalidante ou de conduite pouvant remettre en cause la paix civile ou l'unité du pays.
S'agissant du pouvoir judiciaire, Jil Jadid estime que la séparation entre l'Exécutif (ministère de la Justice) et le Conseil Supérieur de la Magistrature est un premier pas vers un meilleur équilibre des pouvoirs. Mais il devra être renforcé par d'autres mesures à l'avenir. Evoquant le pouvoir sécuritaire devenu une réalité dans le monde d'aujourd'hui, le parti de Soufiane Djilali suggère ainsi que la future Constitution «réserve des pouvoirs institutionnalisés renforcés à un Haut Conseil de Sécurité dont la composante et les prérogatives seraient formellement explicitées dans la Constitution, avec des hommes de carrière, de compétence et de sagesse». Jil Jadid reste convaincu que «la réussite des réformes dépendra plus d'un esprit à insuffler à la nation qu'à des changements de la lettre de la Constitution ou de celle des autres lois».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.