Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    Liverpool: l'hommage de Klopp à Maradona    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Entre avancées et entraves    «Nous avons un groupe homogène»    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le MSP pointe du doigt Macron
Haine envers l'islam et les musulmans
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 10 - 2020

Le Mouvement de la société pour la paix (MSP) aouvertement accusé le Président français Emmanuel Macron de porter atteinte à l'islam. "Le Président françaiscontinue d'offenser les musulmans et d'agresser le Prophète Mohammed".
Le Mouvement de la société pour la paix (MSP) aouvertement accusé le Président français Emmanuel Macron de porter atteinte à l'islam. "Le Président françaiscontinue d'offenser les musulmans et d'agresser le Prophète Mohammed".
C'est "une agression claire contre chaque musulman sur cette terre. C'est un comportement qui exprime une profonde haine envers l'Islam et les musulmans. Persister dans cette offense systématique est une attitude non conforme à l'éthique, contraire aux normes politiques et diplomatiques, et qui risque d'attiser les haines et les conflits entre nations et civilisations", écrit le MSP, dans un communiqué signé par son président Abderrazak Makri, rendu public à Alger, ce samedi 24 octobre 2020.
"Chaque musulman connaissant sa religion condamne le terrorisme quel que soitsa forme ou ses raisons. L'assassinat de l'enseignant français est condamnable et répréhensible en dépit de l'acte criminel qu'il a commis en portant atteinte au prophète de l'Islam. Nul doute qu'une minorité de musulmans exploite le culte musulman dans son orientation violente, ce qui est contraire de la charia islamique tolérante. Cela concerne d'autres religions aussi", ajoute le parti islamiste. Selon lui, le terrorisme "en tant que fléau destructeur est devenu une industrie planifiée utilisée par les puissances coloniales pour justifier ses agressions sur les peupleset ses actes de pillage. C'est devenu aussi un moyen utilisé par les dirigeants défaillants pour justifier leur incapacité à régler les problèmes de leurs peuples et leurs pays, couvrir leur échec et propager la peur à des fins électoralistes de bas étage", ajoute le MSP qui reproche aux dirigeants des pays islamiques, "soumis aux puissances coloniales, de ne pas défendre les valeurs sacrées de leurs peuples par craintes de perdre leurs trônes et privilèges".
"Tous les musulmans du monde doivent défendre le Prophète de l'Islam"
Le MSP considère que l'argument de la liberté d'expression n'est pas recevable pour justifier la publication des caricaturessur le Prophète Mohamed dans les médias français. "Aucune critique, quelle que soit la forme, n'est tolérée à propos de la version officielle sur la Shoah, des comportements racistes du sionisme et des crimes d'Israël" note-t-il. Le MSP appelle les autorités algériennes, "à leur tête la présidence de la République, à dénoncer les déclarations du Président français et prendre une position diplomatique, politique et économique convenable par respect au serment fait de respecter et de glorifier la religion musulmane et en considérant que l'Islam est religion d'Etat". Le parti appelle aussi toutes les institutions religieuses, les organisations, associations, imams et prédicateurs de prendre "une position ferme contre les comportements du Président français" et faire des programmes pour rappeler le parcours du Prophète de l'Islam.
Il exhorte les partis, les personnalités nationales et les organisations de défense des droits humains de condamner "l'agression systématique" contre l'Islam. "Les musulmans de France et les représentants des communautés musulmanes doivent résister aux déformations intérieure et extérieure. Ils doivent refléter une image lumineuse du message mahométan, êtrenles meilleurs ambassadeurs de l'Islam civilisationnel et tolérant sans extrémisme, inaction ou injustice. Tous les musulmans du monde doivent, au niveau officiel ou populaire, défendre le Prophète de l'islam et répondre d'une manière pacifique auPrésident français et à tous ceux qui profanent nos croyances sacrées et notre Prophète. La réponse doit se faire sur les plans politique, économique et culturel ou dans le cadre d'alliances internationales", propose le MSP.
"Terroriser l'islamisme"
Ces dernières semaines, le Président français a multiplié les déclarations sur l'Islam et sur le radicalisme religieux surtout après la décapitation de l'enseignant Samuel Paty le vendredi 16 octobre à Conflans- Sainte-Honorine dans les Yvelines par un extrémiste originaire de Tchétchénie Abdoullakh Anzorov. Un meurtre qui a suscité une vague d'émoi et d'indignation en France.
Dans un cours sur la liberté d'expression, l'enseignant a montré à ses élèves des caricatures du Prophète Mohamed déjà publiées par Charlie-Hebdo, ce qui a provoqué la réaction de parents d'élèves. Macron a appelé à "terroriser l'islamisme". Dans un autre discours sur "le séparatisme", le chef d'Etat français a soutenu que "l'Islam est en crise dans le monde. C'est une crise profonde qui est liée à des tensions entre des fondamentalismes, des projets religieux et politiques qui, on le voit dans toutes les régions du monde, conduisent à un durcissement y compris dans les pays où l'islam est la religionmajoritaire", a-t-il déclaré le 2 octobre 2020.
C'est "une agression claire contre chaque musulman sur cette terre. C'est un comportement qui exprime une profonde haine envers l'Islam et les musulmans. Persister dans cette offense systématique est une attitude non conforme à l'éthique, contraire aux normes politiques et diplomatiques, et qui risque d'attiser les haines et les conflits entre nations et civilisations", écrit le MSP, dans un communiqué signé par son président Abderrazak Makri, rendu public à Alger, ce samedi 24 octobre 2020.
"Chaque musulman connaissant sa religion condamne le terrorisme quel que soitsa forme ou ses raisons. L'assassinat de l'enseignant français est condamnable et répréhensible en dépit de l'acte criminel qu'il a commis en portant atteinte au prophète de l'Islam. Nul doute qu'une minorité de musulmans exploite le culte musulman dans son orientation violente, ce qui est contraire de la charia islamique tolérante. Cela concerne d'autres religions aussi", ajoute le parti islamiste. Selon lui, le terrorisme "en tant que fléau destructeur est devenu une industrie planifiée utilisée par les puissances coloniales pour justifier ses agressions sur les peupleset ses actes de pillage. C'est devenu aussi un moyen utilisé par les dirigeants défaillants pour justifier leur incapacité à régler les problèmes de leurs peuples et leurs pays, couvrir leur échec et propager la peur à des fins électoralistes de bas étage", ajoute le MSP qui reproche aux dirigeants des pays islamiques, "soumis aux puissances coloniales, de ne pas défendre les valeurs sacrées de leurs peuples par craintes de perdre leurs trônes et privilèges".
"Tous les musulmans du monde doivent défendre le Prophète de l'Islam"
Le MSP considère que l'argument de la liberté d'expression n'est pas recevable pour justifier la publication des caricaturessur le Prophète Mohamed dans les médias français. "Aucune critique, quelle que soit la forme, n'est tolérée à propos de la version officielle sur la Shoah, des comportements racistes du sionisme et des crimes d'Israël" note-t-il. Le MSP appelle les autorités algériennes, "à leur tête la présidence de la République, à dénoncer les déclarations du Président français et prendre une position diplomatique, politique et économique convenable par respect au serment fait de respecter et de glorifier la religion musulmane et en considérant que l'Islam est religion d'Etat". Le parti appelle aussi toutes les institutions religieuses, les organisations, associations, imams et prédicateurs de prendre "une position ferme contre les comportements du Président français" et faire des programmes pour rappeler le parcours du Prophète de l'Islam.
Il exhorte les partis, les personnalités nationales et les organisations de défense des droits humains de condamner "l'agression systématique" contre l'Islam. "Les musulmans de France et les représentants des communautés musulmanes doivent résister aux déformations intérieure et extérieure. Ils doivent refléter une image lumineuse du message mahométan, êtrenles meilleurs ambassadeurs de l'Islam civilisationnel et tolérant sans extrémisme, inaction ou injustice. Tous les musulmans du monde doivent, au niveau officiel ou populaire, défendre le Prophète de l'islam et répondre d'une manière pacifique auPrésident français et à tous ceux qui profanent nos croyances sacrées et notre Prophète. La réponse doit se faire sur les plans politique, économique et culturel ou dans le cadre d'alliances internationales", propose le MSP.
"Terroriser l'islamisme"
Ces dernières semaines, le Président français a multiplié les déclarations sur l'Islam et sur le radicalisme religieux surtout après la décapitation de l'enseignant Samuel Paty le vendredi 16 octobre à Conflans- Sainte-Honorine dans les Yvelines par un extrémiste originaire de Tchétchénie Abdoullakh Anzorov. Un meurtre qui a suscité une vague d'émoi et d'indignation en France.
Dans un cours sur la liberté d'expression, l'enseignant a montré à ses élèves des caricatures du Prophète Mohamed déjà publiées par Charlie-Hebdo, ce qui a provoqué la réaction de parents d'élèves. Macron a appelé à "terroriser l'islamisme". Dans un autre discours sur "le séparatisme", le chef d'Etat français a soutenu que "l'Islam est en crise dans le monde. C'est une crise profonde qui est liée à des tensions entre des fondamentalismes, des projets religieux et politiques qui, on le voit dans toutes les régions du monde, conduisent à un durcissement y compris dans les pays où l'islam est la religionmajoritaire", a-t-il déclaré le 2 octobre 2020.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.