Le Dinar poursuit sa dégringolade    Une pénurie de 300 médicaments en Algérie    L'Algérie remet les pendules à l'heure    La France face à ses contradictions    L'Intersyndicale monte au créneau    Le nombre reste au-dessus de la barre des 1.000 cas    Schalke : Bentaleb indiscipliné à cause de ses origines selon un ex international allemand    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée marocaine    Le PA rejette la résolution du PE sur la situation des droits de l'Homme en Algérie    Covid-19: Djerad préside un conseil interministériel consacré à l'évaluation de la situation épidémiologique    Cavani fait gagner Manchester United face à Southampton    Sahara occidental : l'ONEC réitère son soutien à la lutte du peuple sahraoui    AADL 2 : plus de 63.000 souscripteurs dans 33 wilayas ont fait le choix du site    Elevage : un nouveau dispositif d'approvisionnement d'aliments de bétail    Plus de peur que de mal pour Aribi    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur d'Italie en Algérie    Electricité: l'ouverture du réseau national aux producteurs indépendants du solaire recommandée    L'APN prend part à un workshop régional sur le rôle des Parlements arabes dans la protection des droits des personnes âgées    Jeux olympiques et paralympiques: versement de subventions financières à neuf athlètes    Zelfani limogé    Le Mouloudia aurait pu faire mieux    Campagne de lancement de la culture de colza    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès d'Abdelkader Zoukh au 8 décembre    Le procès en appel d'Ould Abbas et Said Barkat reporté    ORAN : Opération de réhabilitation de la voie publique    Ligue 1 : la JS Saoura et l'ES Sétif affichent déjà leurs ambitions    Non, je préfère me taire...    Le Chabab à la conquête de l'Afrique    Maradona, l'homme de la métamorphose    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    Grippe, Covid-19... Bientôt un vaccin à base de plantes ?    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    La demande d'appel de Johnny Depp rejetée    Covid-19 et pouvoirs de police : quelles limites ?    21 décès et 1 044 nouveaux cas    Large mobilisation en France    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    L'Opep+ examine les différentes options    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    Visa For Music, l'art de la résilience    Intégration de la musique de l'Ahaggar dans l'organologie universelle    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    Tiaret : 2322 logements attribués    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    LE DECOMPTE DES MORTS    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    L'impuissance de la communauté internationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mouvance islamiste dans l'œil du cyclone en France
Professeur décapité en région parisienne
Publié dans Liberté le 20 - 10 - 2020

Les autorités françaises ont lancé hier une vaste opération policière contre la mouvance islamiste, après la décapitation vendredi d'un professeur d'histoire-géographie victime d'une "fatwa", selon le ministre de l'Intérieur, pour avoir montré à ses élèves des caricatures de Mahomet.
Dans le viseur : "des dizaines d'individus" qui n'ont pas un "lien forcément avec l'enquête" mais auxquels le gouvernement a "manifestement envie de faire passer un message : (...) pas une minute de répit pour les ennemis de la République", a dit le ministre, Gérald Darmanin, à la radio Europe 1.
Selon une source proche du dossier, il s'agit de personnes connues des services de renseignements pour des prêches radicaux et des messages de haine sur les réseaux sociaux. Depuis l'assassinat de Samuel Paty, qui enseignait à Conflans Sainte-Honorine, à l'ouest de Paris, les enquêteurs ont aussi placé 11 personnes en garde à vue, et "plus de 80 enquêtes" ont été ouvertes contre "tous ceux qui de façon apologique ont expliqué d'une manière ou d'une autre que ce professeur l'avait bien cherché", a indiqué
M. Darmanin. Les enquêteurs antiterroristes cherchent notamment à établir si le meurtrier, un Russe tchétchène de 18 ans, a bénéficié de complicité. Ce dernier, Abdoullakh Anzorov, né à Moscou, a été tué de neuf balles par la police.
Son acte a provoqué un électrochoc en France. Dimanche, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté pour défendre la liberté d'expression et dire non à "l'obscurantisme", tandis que le président Emmanuel Macron réunissait un conseil de défense, durant lequel il a martelé : "La peur va changer de camp" ; "les islamistes ne doivent pas pouvoir dormir tranquilles dans notre pays", selon le palais présidentiel de l'Elysée.
À l'issue de 2h30 de réunion avec le Premier ministre Jean Castex, cinq ministres ainsi que le procureur antiterroriste Jean-François Richard, le chef de l'Etat a annoncé un "plan d'action" contre "les structures, associations ou personnes proches des milieux radicalisés" et qui propagent des appels à la haine. Selon M. Darmanin, 51 structures associatives "verront toute la semaine un certain nombre de visites des services de l'Etat et plusieurs d'entre elles (...) se verront dissoudre en Conseil des ministres".
Le ministre veut notamment dissoudre le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) – "un certain nombre d'éléments nous permettent de penser que c'est un ennemi de la République" – et l'association humanitaire Baraka City, fondée par des musulmans au profil salafiste.
La ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, Marlène Schiappa, a, elle, réuni lundi les patrons de la police et de la gendarmerie pour étudier de nouvelles dispositions contre "le cyber-islamisme", tandis que le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti convoquait en urgence les procureurs généraux.
Le ministre de l'Intérieur a par ailleurs accusé le père d'une collégienne de Conflans Saint-Honorine et un militant islamiste radical, Abdelhakim Sefrioui, d'avoir "manifestement lancé une fatwa" contre M. Paty pour avoir montré en classe des caricatures de Mahomet. Les deux hommes qui avaient lancé une campagne de mobilisation pour dénoncer l'initiative du professeur font partie des onze gardés à vue dans l'enquête sur cet attentat.

R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.