Libye: réunion du Forum de dialogue politique le 28 juin en Suisse    La SEAAL annonce une suspension dans plusieurs communes d'Alger    Coupe de la CAF: la JSK s'impose en déplacement face à Coton Sport    Euro 2020 : Le Pays de Galles rejoint l'Italie dans le groupe A    Le rôle de l'Algérie dans le soutien aux réfugiés sahraouis mis en avant    Baccalauréat: les candidats libres à Blida, une volonté à toutes épreuves pour réussir    Coronavirus: 342 nouveaux cas, 235 guérisons et 7 décès ces dernières 24 heures en Algérie    Covid-19 : Reconduction des mesures de confinement dans 14 wilayas pour 21 jours à partir de lundi    Angleterre - Kane : "Deux matchs difficiles pour moi"    «Le boycott a bénéficié aux anciens appareils»    Qui succédera à Djerad ?    Ligue 1 algérienne : La JSS redevient dauphin, et met la pression sur l'ESS    APLS: Nouvelles attaques contre les retranchements des soldats de l'occupation marocaine    Cap sur le sixième congrès    Boumerdes: instructions pour livrer prochainement 25 puits    Remèdes à base de gingembre pour prendre soin de sa santé cutanée    Les Pasdaran du net !    Mohammed Khadda toujours à l'affiche    Ligue 2 (21e journée): le HBCL au tournoi des play-offs, le RCA s'en approche    Le Rassemblement "El-Hisn El-Matine" lance une initiative de soutien au président de la République dans le prochain parlement    L'ultraconservateur Raïssi, nouveau maître de Téhéran    Le mirage de la paix    Six individus placés sous contrôle judiciaire à Biskra    Trompeuse stabilité !    Un match qui intéresse Belmadi et Bougherra    OUNAS INTERESSE BESIKTAS    Le public renoue avec les spectacles de musique    ...SORTIR ...    Décès de Mohamed Benkhedda : Blida perd son notable    Mascara: De nouveaux projets réceptionnés    Etudiants et personnes âgées: La dispense des frais de confinement toujours en vigueur    Cap Blanc: Un terrain de 10 hectares pour une station de dessalement    L'ancien ministre Tahar Khaoua placé en détention    Le ministère de l'Intérieur fixe les conditions de restitution: Du nouveau pour les véhicules saisis    Béthioua et Sidi Benyebka: Réception de 1.500 logements avant la fin du mois    Le MSP avance masqué    Nouvelle dynamique commerciale    «Notre force est dans notre diversité»    L'université proche du monde économique    Du nouveau pour les propriétaires    Un accord «urgent» avec le FMI nécessaire, selon Josep Borrell    Les Etats-Unis réduisent leur présence militaire au Moyen-Orient    Les Français appelés aux urnes, aujourd'hui    Exploitation artisanale des mines d'amessmessa    Le mouvement El-Islah maintient le cap    L'Arav convoque le directeur de la chaîne «El-Hayat TV»    Doria Tillier maîtresse de cérémonie de la 74e édition    «Archéologie du corps colonisé»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mouvance islamiste dans l'œil du cyclone en France
Professeur décapité en région parisienne
Publié dans Liberté le 20 - 10 - 2020

Les autorités françaises ont lancé hier une vaste opération policière contre la mouvance islamiste, après la décapitation vendredi d'un professeur d'histoire-géographie victime d'une "fatwa", selon le ministre de l'Intérieur, pour avoir montré à ses élèves des caricatures de Mahomet.
Dans le viseur : "des dizaines d'individus" qui n'ont pas un "lien forcément avec l'enquête" mais auxquels le gouvernement a "manifestement envie de faire passer un message : (...) pas une minute de répit pour les ennemis de la République", a dit le ministre, Gérald Darmanin, à la radio Europe 1.
Selon une source proche du dossier, il s'agit de personnes connues des services de renseignements pour des prêches radicaux et des messages de haine sur les réseaux sociaux. Depuis l'assassinat de Samuel Paty, qui enseignait à Conflans Sainte-Honorine, à l'ouest de Paris, les enquêteurs ont aussi placé 11 personnes en garde à vue, et "plus de 80 enquêtes" ont été ouvertes contre "tous ceux qui de façon apologique ont expliqué d'une manière ou d'une autre que ce professeur l'avait bien cherché", a indiqué
M. Darmanin. Les enquêteurs antiterroristes cherchent notamment à établir si le meurtrier, un Russe tchétchène de 18 ans, a bénéficié de complicité. Ce dernier, Abdoullakh Anzorov, né à Moscou, a été tué de neuf balles par la police.
Son acte a provoqué un électrochoc en France. Dimanche, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté pour défendre la liberté d'expression et dire non à "l'obscurantisme", tandis que le président Emmanuel Macron réunissait un conseil de défense, durant lequel il a martelé : "La peur va changer de camp" ; "les islamistes ne doivent pas pouvoir dormir tranquilles dans notre pays", selon le palais présidentiel de l'Elysée.
À l'issue de 2h30 de réunion avec le Premier ministre Jean Castex, cinq ministres ainsi que le procureur antiterroriste Jean-François Richard, le chef de l'Etat a annoncé un "plan d'action" contre "les structures, associations ou personnes proches des milieux radicalisés" et qui propagent des appels à la haine. Selon M. Darmanin, 51 structures associatives "verront toute la semaine un certain nombre de visites des services de l'Etat et plusieurs d'entre elles (...) se verront dissoudre en Conseil des ministres".
Le ministre veut notamment dissoudre le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) – "un certain nombre d'éléments nous permettent de penser que c'est un ennemi de la République" – et l'association humanitaire Baraka City, fondée par des musulmans au profil salafiste.
La ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, Marlène Schiappa, a, elle, réuni lundi les patrons de la police et de la gendarmerie pour étudier de nouvelles dispositions contre "le cyber-islamisme", tandis que le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti convoquait en urgence les procureurs généraux.
Le ministre de l'Intérieur a par ailleurs accusé le père d'une collégienne de Conflans Saint-Honorine et un militant islamiste radical, Abdelhakim Sefrioui, d'avoir "manifestement lancé une fatwa" contre M. Paty pour avoir montré en classe des caricatures de Mahomet. Les deux hommes qui avaient lancé une campagne de mobilisation pour dénoncer l'initiative du professeur font partie des onze gardés à vue dans l'enquête sur cet attentat.

R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.