Le procès en appel d'Ould Abbas et Said Barkat reporté    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès d'Abdelkader Zoukh au 8 décembre    COMMUNIQUE DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES : Le rôle néocolonial du Parlement européen dénoncé    HABITAT : L'AADL lance une dernière opération de choix du site    Campagne de lancement de la culture de colza    Les eaux souterraines comme alternative    Zelfani limogé    Un groupe de laboratoires offre le PCR à 8 900 DA    ORAN : Opération de réhabilitation de la voie publique    Lueur d'espoir dans les hôpitaux    L'APN participe au Caire à une réunion du Bureau du Parlement arabe    Industrie photovoltaïque : les capacités de production nationales portées prochainement à 450 MWc    Ligue 1 : la JS Saoura et l'ES Sétif affichent déjà leurs ambitions    Sidati: le parti pris aveugle de la France retarde et complique la tâche de la Minurso    Deux syndicats appellent à la réouverture des frontières    Non, je préfère me taire...    Le Chabab à la conquête de l'Afrique    Bonne opération pour le Mouloudia    Guardiola fixe les nouvelles règles à Riyad Mahrez    Maradona, l'homme de la métamorphose    Le Mossad, Israël et la démocratie à géométrie vachement variable !    Castex attendu à Alger    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    Recettes naturelles pour foncer la couleur de vos cheveux    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    La demande d'appel de Johnny Depp rejetée    L'Opep+ examine les différentes options    Large mobilisation en France    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    Les candidatures des groupes armés rejetées    21 décès et 1 044 nouveaux cas    Aribi termine meilleur buteur    L'héritage    Covid-19 et pouvoirs de police : quelles limites ?    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    Visa For Music, l'art de la résilience    Intégration de la musique de l'Ahaggar dans l'organologie universelle    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    Tiaret : 2322 logements attribués    Mostaganem : Les établissements scolaires manquent de moyens anti-Covid    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    Comment maintenir un bon flux sanguin ?    LE DECOMPTE DES MORTS    L'asymétrie des idioties    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    Droits de l'homme en Algérie: des partis et des organisations nationales condamnent le contenu de la résolution du PE    L'impuissance de la communauté internationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Djerad inaugure la 1re Conférence nationale sur l'oeuvre de Malek Bennabi
Publié dans Le Midi Libre le 28 - 10 - 2020

La première Conférence nationale sur l'oeuvre du penseur Malek Bennabi, intitulée, "à l'écoute d'un témoin du siècle", a été inaugurée mardi à Alger, par le Premier ministre Abdelaziz Djerad, accompagné de la ministre de la Culture et des Arts, Malika Bendouda.
La première Conférence nationale sur l'oeuvre du penseur Malek Bennabi, intitulée, "à l'écoute d'un témoin du siècle", a été inaugurée mardi à Alger, par le Premier ministre Abdelaziz Djerad, accompagné de la ministre de la Culture et des Arts, Malika Bendouda.
Organisée les 27 et 28 octobre à la Bibliothèque nationale d'El Hamma, cet événement-hommage s'est ouvert par la visite du Premier ministre, d'une exposition retraçant le parcours intellectuel de Malek Bennabi à travers ses ouvrages et ses essais, avant de baptiser la salle rouge de la Bibliothèque nationale du nom de cet illustre penseur. Lors de son allocution, le Premier ministre a d'abord regretté que la pensée de Malek Bennabi "ne figure pas dans les programmes de nos écoles et universités comme c'est toujours le cas pour tous les grands penseurs de ce monde".
Affirmant que pour sa part, il avait découvert l'existence d'un «éminent penseur algérien» grâce "aux penseurs orientaux de l'époque", Abdelaziz Djerad a rappelé à l'assistance le souvenir d'avoir alors "entamé des recherches", qui, poursuit-il, lui avaient permis de découvrir la "pensée universelle et le génie de l'homme". La connaissance de Malek Bennabi de la géopolitique à travers deux ouvrages sur "l'idée du Commonwealth" et l'"Afroasiatisme", sa vision du futur sur le "choc des civilisations" et la "fin de l'histoire", ont été rappelées par le Premier ministre, qui a conclut par la "nécessité d'intégrer la pensée de Malek Bennabi dans les programmes de nos écoles et universités". Malika Bendouda avait, auparavant, commencé son intervention par faire remarquer que "la pensée était ce qui restait du penseur, une fois disparu" , ajoutant que Malek Bennabi avait pu "arriver à la substance", parce qu'il s'était posé des questions "radicales", cultivant ainsi "le doute pour ouvrir le champ à la connaissance". Rappelant queMalek Bennabi avait durant toute son existence, "pris en charge sa société", la ministre de la Culture a souligné la grande ouverture du penseur sur plusieurs champs de réflexion, sciences, histoire, géographie, économie, concluant qu'il convenait de remédier à "nos manquements à l'égard de cet homme pluriel et universel".
Plusieurs conférences sont prévues durant ces deux jours, autour de différentes thématiques traitées par ce penseur analyste et visionnaire, animées par des chercheurs académiciens et universitaires, spécialistes de la pensée de Malek Bennabi. La première Conférence nationale sur l'oeuvre du penseur Malek Bennabi entre dans le cadre des célébrations du patrimoine de ce penseur au legs considérable qui contribue encore au rayonnement des esprits, qui se tiennent depuis lundi et jusqu'au 31 du mois en cours à travers toutes les wilayas du pays. Malek Bennabi (1905-1973), figure parmi les penseurs éminents dans le monde musulman du 20e siècle. Il s'est spécialisé dans les concepts des "problèmes de la civilisation", "les questions de la colonisation", "la culture", "la pensée islamique", "les conditions de la renaissance" et est connu pour son célèbre concept "colonisabilité".
Malek Bennabi compte à son actif plus d'une trentaine d'ouvrages en langues arabe et française dont "Le phénomène coranique" (1946), "Les conditions de la renaissance" (1948), "Idée D'un Commonwealth Islamique" (1958), "Leproblème de la culture" (1959) et "Le problème des idées dans le monde musulman" (1970). Jusqu'à aujourd'hui, ses idées font l'objet d'études dans différentes universités à travers le monde.
Organisée les 27 et 28 octobre à la Bibliothèque nationale d'El Hamma, cet événement-hommage s'est ouvert par la visite du Premier ministre, d'une exposition retraçant le parcours intellectuel de Malek Bennabi à travers ses ouvrages et ses essais, avant de baptiser la salle rouge de la Bibliothèque nationale du nom de cet illustre penseur. Lors de son allocution, le Premier ministre a d'abord regretté que la pensée de Malek Bennabi "ne figure pas dans les programmes de nos écoles et universités comme c'est toujours le cas pour tous les grands penseurs de ce monde".
Affirmant que pour sa part, il avait découvert l'existence d'un «éminent penseur algérien» grâce "aux penseurs orientaux de l'époque", Abdelaziz Djerad a rappelé à l'assistance le souvenir d'avoir alors "entamé des recherches", qui, poursuit-il, lui avaient permis de découvrir la "pensée universelle et le génie de l'homme". La connaissance de Malek Bennabi de la géopolitique à travers deux ouvrages sur "l'idée du Commonwealth" et l'"Afroasiatisme", sa vision du futur sur le "choc des civilisations" et la "fin de l'histoire", ont été rappelées par le Premier ministre, qui a conclut par la "nécessité d'intégrer la pensée de Malek Bennabi dans les programmes de nos écoles et universités". Malika Bendouda avait, auparavant, commencé son intervention par faire remarquer que "la pensée était ce qui restait du penseur, une fois disparu" , ajoutant que Malek Bennabi avait pu "arriver à la substance", parce qu'il s'était posé des questions "radicales", cultivant ainsi "le doute pour ouvrir le champ à la connaissance". Rappelant queMalek Bennabi avait durant toute son existence, "pris en charge sa société", la ministre de la Culture a souligné la grande ouverture du penseur sur plusieurs champs de réflexion, sciences, histoire, géographie, économie, concluant qu'il convenait de remédier à "nos manquements à l'égard de cet homme pluriel et universel".
Plusieurs conférences sont prévues durant ces deux jours, autour de différentes thématiques traitées par ce penseur analyste et visionnaire, animées par des chercheurs académiciens et universitaires, spécialistes de la pensée de Malek Bennabi. La première Conférence nationale sur l'oeuvre du penseur Malek Bennabi entre dans le cadre des célébrations du patrimoine de ce penseur au legs considérable qui contribue encore au rayonnement des esprits, qui se tiennent depuis lundi et jusqu'au 31 du mois en cours à travers toutes les wilayas du pays. Malek Bennabi (1905-1973), figure parmi les penseurs éminents dans le monde musulman du 20e siècle. Il s'est spécialisé dans les concepts des "problèmes de la civilisation", "les questions de la colonisation", "la culture", "la pensée islamique", "les conditions de la renaissance" et est connu pour son célèbre concept "colonisabilité".
Malek Bennabi compte à son actif plus d'une trentaine d'ouvrages en langues arabe et française dont "Le phénomène coranique" (1946), "Les conditions de la renaissance" (1948), "Idée D'un Commonwealth Islamique" (1958), "Leproblème de la culture" (1959) et "Le problème des idées dans le monde musulman" (1970). Jusqu'à aujourd'hui, ses idées font l'objet d'études dans différentes universités à travers le monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.