Le décès de Abdelhakim Meziani est une "grande perte" pour la culture algérienne    Man United : Solskjaer ne boude pas son plaisir après l'arrivée de Sancho    Bayern : Un cador européen suit Goretzka    Pegasus: Le Gouvernement sahraoui condamne un "acte criminel" contraire au droit international    Décès de l'ancien ministre de l'Industrie Mahmoud Khoudri    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Tottenham : C'est officiel pour Heung-min Son    Coronavirus: 1350 nouveaux cas, 812 guérisons et 18 décès    Foot / Représentants algériens en compétitions interclubs : le Bureau fédéral tranchera le 29 juillet    "L'oeuvre de Dieu, la part du diable"    USTO-MB: 3.500 places pédagogiques pour les nouveaux bacheliers    Décès du journaliste Mohamed Alouane à l'âge de 79 ans    Espionnage marocain contre des responsables algériens: l'Algérie exprime sa profonde préoccupation    Canicule: des températures de 44 degrés sur des wilayas de l'Ouest et du Centre du pays    Crise en Libye : Lamamra s'entretient avec Jan Kubis des derniers développements du processus politique    Décès à 72 ans du journaliste et homme de culture Abdelhakim Meziani    L'homme de théâtre Abdelmalek Boussahel n'est plus    BAC 2021: un taux de réussite national de 61,17 %, une moyenne d'admission à 9,5/20    Aïd El-Adha : la permanence des commerçants respectée à 100%    Une tradition ressuscitée dans les villages d'Aïn Zaouïa    L'Epwgcet en appelle au civisme des citoyens    KAMEL BOUGDAL TIRE SA REVERENCE    UNE FOULE NOMBREUSE SALUE UN MILITANT POLITIQUE ENGAGE    Sonatrach se dote d'un code d'éthique D. R.    Le ministre de la Santé limogé en plein rebond épidémique    «Intelligence et lutte contre la cybercriminalité»    Le variant Delta menace la demande    L'Algérie appelée à consolider ses capacités de production    Maroc, la grande kechfa !    Un calendrier pour concrétiser les accords stratégiques    Enfin un plan B ?    La rentrée scolaire se prépare déjà    La LFP attend un «signe»...    La LFP interpellée sur les dates des matchs en retard    Nourredine Saâdi n'est plus    Sortie de Money le nouveau single d'Ayoub Medjahed    Allô Alger    Mali : Ouverture d'une enquête après la tentative d'assassinat du président    El Hawma au théâtre : Un spectacle qui veut bousculer les vieilles habitudes    Une commission pour plancher sur le cadre juridique    L'eau pour tout le monde    Le Conseil constitutionnel s'indigne    Une nouvelle dynamique à l'export    Des drones pour reboiser les forêts ?    Le programme LPL relancé dans 15 wilayas    Un monument de la presse sportive s'en va    L'actrice Pilar Bardem est décédée à 82 ans    «L'Algérien n'est pas mis en cause...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le professeur Benbouzid met les points sur les "i"
Vaccination contre la covid-19
Publié dans Le Midi Libre le 03 - 12 - 2020

L'Algérie n'a pas encore fixé de date pour le début de la campagne de vaccination contre la Covid-19, a assuréhier le ministre de la Santé, le professeur Abderrahmane Benbouzid.I
L'Algérie n'a pas encore fixé de date pour le début de la campagne de vaccination contre la Covid-19, a assuréhier le ministre de la Santé, le professeur Abderrahmane Benbouzid.I
Nous "n'avons pris aucune décision", sur les questions de l'achat et du début de la campagne de vaccination, a assuré le professeur Benbouzid sur les ondes de la Radio nationale. "Il a été dit que le vaccin sera disponible en janvier. Pourquoi ?", se demande-t-il, en allusion aux déclarations du docteur Mohamed Bekkat Berkani qui a avancé la date pour le début de la campagne de vaccination. "Nous n'avons encore rien déclaré et nous n'avons pas encore entamé les démarches pour l'acquisition du vaccin et le lancement de la campagne de vaccination", tranche le ministre.
"Aucun pays ne le fera en janvier. Comment parler de l'Algérie alors que les autres pays (le ministre fait référence aux pays développés, NDLR) n'ont pasannoncé de date ?", s'est-il emporté. "Des pays qui ont fait leurs précommandesn'ont pas avancé la date du mois de janvier alors que nous sommes en décembre", fait observer le professeur Benbouzid qui appelle à ne pas induire en erreur la population et à faire preuve de retenue. D'autant que, ajoute-t-il, ce type "d'annonces engage forcément la responsabilité du ministre et celle du gouvernement".
Interrogation autour de la gratuité du vaccin anti-Covid
Le ministre a également tancé le docteur Bekkat Berkani sur la supposée gratuité du vaccin promise par le membre du comité scientifique. "Il n'y a aucun communiqué émanant du Comité scientifique" sur lagratuité du vaccin anti-Covid en Algérie, se démarque le ministre qui préside le comité de suivi de l'épidémie. "En tant que président du comité, je ne peux pas avancer que le vaccin sera gratuit, mais je le souhaite", a-t-il précisé. "Nous souhaitons qu'il (le vaccin) sera gratuit mais celui qui dit qu'il le sera doit assumer sa responsabilité",
a-t-il corrigé. L'occasion pour le ministre de prévenir"que personne n'a le droit de parler au nom du Comité scientifique de suivi de l'épidémie de laCovid. Chaque membre du comité doit parler en son nom". Interrogé si l'Algérie a fait son choix pourle type de vaccin ou le fournisseur, le ministre de la Santé a répondu par la négative. Mais pour le professeur Benbouzid l'hypothèse d'un seul vaccin est écartée. Selon lui, aucun pays ne disposera d'un seul vaccin, rappelant que la France en aura pour trois vaccins différents pour une précommande totalisant 45 millions de doses. "Aucun laboratoire ne peut lui fournir une telle quantité", martèle le professeur Benbouzid d'où le recours par les Français à trois fournisseurs. Le ministre a rappelé qu'environ 200 laboratoires se sont lancés dans la fabrication des vaccins dont les plus avancés sont ceux développés par Pfizer-BioNtech, Moderna, AstraZeneca, et des laboratoires chinois et russes.
Le ministre de la Santé pose le problème relatif à la méfiance de la population visà- vis des futurs vaccins, et dit appréhender la réaction de la population. Un écueil de taille se pose tout de même et relatif à la méfiance d'une majorité d'Algériens quant à se faire vacciner. Le ministre fait référence à un sondage réalisé par la chaîne publique francophone Canal Algérie révélant que 88 % des Algériens refuseraient la vaccination. Une donne qui va peser sur le choix des quantités que l'Algérie va acheter, indique Benbouzid. À cet effet, le Comité scientifique Covid-19 devait se tenir ce mercredi 2 décembre sous la présidence du ministre de la Santé, à l'effet de réaliser des simulations concernant les quantités à acquérir et de prendre toutes les dispositions de sorte à avoir une première quantité et sécuriserl'achat d'autres lots de vaccin. Il assure néanmoins que l'Algérie ne va acquérir que les vaccins pré-qualifiés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), étant membre du mécanisme Covax qui rassemble plus de 180 pays qui garantit que tous les pays auront accès au vaccin.
Nous "n'avons pris aucune décision", sur les questions de l'achat et du début de la campagne de vaccination, a assuré le professeur Benbouzid sur les ondes de la Radio nationale. "Il a été dit que le vaccin sera disponible en janvier. Pourquoi ?", se demande-t-il, en allusion aux déclarations du docteur Mohamed Bekkat Berkani qui a avancé la date pour le début de la campagne de vaccination. "Nous n'avons encore rien déclaré et nous n'avons pas encore entamé les démarches pour l'acquisition du vaccin et le lancement de la campagne de vaccination", tranche le ministre.
"Aucun pays ne le fera en janvier. Comment parler de l'Algérie alors que les autres pays (le ministre fait référence aux pays développés, NDLR) n'ont pasannoncé de date ?", s'est-il emporté. "Des pays qui ont fait leurs précommandesn'ont pas avancé la date du mois de janvier alors que nous sommes en décembre", fait observer le professeur Benbouzid qui appelle à ne pas induire en erreur la population et à faire preuve de retenue. D'autant que, ajoute-t-il, ce type "d'annonces engage forcément la responsabilité du ministre et celle du gouvernement".
Interrogation autour de la gratuité du vaccin anti-Covid
Le ministre a également tancé le docteur Bekkat Berkani sur la supposée gratuité du vaccin promise par le membre du comité scientifique. "Il n'y a aucun communiqué émanant du Comité scientifique" sur lagratuité du vaccin anti-Covid en Algérie, se démarque le ministre qui préside le comité de suivi de l'épidémie. "En tant que président du comité, je ne peux pas avancer que le vaccin sera gratuit, mais je le souhaite", a-t-il précisé. "Nous souhaitons qu'il (le vaccin) sera gratuit mais celui qui dit qu'il le sera doit assumer sa responsabilité",
a-t-il corrigé. L'occasion pour le ministre de prévenir"que personne n'a le droit de parler au nom du Comité scientifique de suivi de l'épidémie de laCovid. Chaque membre du comité doit parler en son nom". Interrogé si l'Algérie a fait son choix pourle type de vaccin ou le fournisseur, le ministre de la Santé a répondu par la négative. Mais pour le professeur Benbouzid l'hypothèse d'un seul vaccin est écartée. Selon lui, aucun pays ne disposera d'un seul vaccin, rappelant que la France en aura pour trois vaccins différents pour une précommande totalisant 45 millions de doses. "Aucun laboratoire ne peut lui fournir une telle quantité", martèle le professeur Benbouzid d'où le recours par les Français à trois fournisseurs. Le ministre a rappelé qu'environ 200 laboratoires se sont lancés dans la fabrication des vaccins dont les plus avancés sont ceux développés par Pfizer-BioNtech, Moderna, AstraZeneca, et des laboratoires chinois et russes.
Le ministre de la Santé pose le problème relatif à la méfiance de la population visà- vis des futurs vaccins, et dit appréhender la réaction de la population. Un écueil de taille se pose tout de même et relatif à la méfiance d'une majorité d'Algériens quant à se faire vacciner. Le ministre fait référence à un sondage réalisé par la chaîne publique francophone Canal Algérie révélant que 88 % des Algériens refuseraient la vaccination. Une donne qui va peser sur le choix des quantités que l'Algérie va acheter, indique Benbouzid. À cet effet, le Comité scientifique Covid-19 devait se tenir ce mercredi 2 décembre sous la présidence du ministre de la Santé, à l'effet de réaliser des simulations concernant les quantités à acquérir et de prendre toutes les dispositions de sorte à avoir une première quantité et sécuriserl'achat d'autres lots de vaccin. Il assure néanmoins que l'Algérie ne va acquérir que les vaccins pré-qualifiés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), étant membre du mécanisme Covax qui rassemble plus de 180 pays qui garantit que tous les pays auront accès au vaccin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.