L'Etat attaché à la moralisation de l'action politique    "Les Douanes doivent contribuer à la lutte contre la corruption"    "Un travailleur a besoin d'un salaire de 75.000 dinars    "On voit le bateau couler et on ne fait rien"    Alain Portes décide de poursuivre son aventure avec l'Algérie    243 nouveaux cas positifs et 5 décès en 24 heures    "Une dérobade historiquement indigne"    Ligne ferroviaire Saïda-Tiaret-Tissemsilt : Le projet sera-t-il livré cette année ?    Belmadi s'exprime sur l'avenir de Guardiola avec Man City    Inter Milan-Milan AC : Les compositions probables    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 10ème journée    Aït Ali rencontre les représentants de la filière    La patrie d'Armstrong et la dignité des peuples : un challenge existentiel    L'Afrique du Sud appelle Biden à annuler la décision de Trump    Rome attend du Caire une collaboration "complète"    Revoilà les manifestations du pain au Soudan    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Charfi répond aux «petits» partis    Huit activistes condamnés à 10 000 DA d'amende    Le ministre de l'Enseignement supérieur chahuté par les étudiants    Report du procès en appel de Zoukh au 6 février    Leknaoui à la rescousse    Isla de retour, forfait de Rebiai    Attar insiste sur le développement de la pétrochimie    La rue assaillie par les mécontents    Faible mobilisation des travailleurs    Un mort et trois blessés    La première session du Cnes «nouveau» se tiendra en février    "Le rapport Stora est loin de la réalité"    Des gargotes pour les haltes solitaires    Lupin ou la consécration des séries télévisées européennes    Dans un mur de la chapelle, le message attendait depuis 165 ans    Mesures à l'encontre des coupables    Mémoires sur le mouvement syndical algérien    Des figures historiques oubliées par l'école de la République    Jean-Philippe Ould Aoudia : Mémoire, vérité et réconciliation    CNAS Alger : Appel à la déclaration annuelle des salaires (DAS 2020)    Le monde en bref...    Paroles d'un porte-parole    MO Béjaïa : L'ère Karouf a commencé    Culture : Le sociologue Liess Boukraa s'est éteint    Examens nationaux: Près de 2 millions d'élèves inscrits via la plateforme du ministère de l'Education    Des histoires à raconter    Football - Ligue 1: Duels des extrêmes à Tlemcen et Alger    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    Constantine: 20 policiers morts du Covid-19 dans la région Est    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    La justice se déjuge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le professeur Benbouzid met les points sur les "i"
Vaccination contre la covid-19
Publié dans Le Midi Libre le 03 - 12 - 2020

L'Algérie n'a pas encore fixé de date pour le début de la campagne de vaccination contre la Covid-19, a assuréhier le ministre de la Santé, le professeur Abderrahmane Benbouzid.I
L'Algérie n'a pas encore fixé de date pour le début de la campagne de vaccination contre la Covid-19, a assuréhier le ministre de la Santé, le professeur Abderrahmane Benbouzid.I
Nous "n'avons pris aucune décision", sur les questions de l'achat et du début de la campagne de vaccination, a assuré le professeur Benbouzid sur les ondes de la Radio nationale. "Il a été dit que le vaccin sera disponible en janvier. Pourquoi ?", se demande-t-il, en allusion aux déclarations du docteur Mohamed Bekkat Berkani qui a avancé la date pour le début de la campagne de vaccination. "Nous n'avons encore rien déclaré et nous n'avons pas encore entamé les démarches pour l'acquisition du vaccin et le lancement de la campagne de vaccination", tranche le ministre.
"Aucun pays ne le fera en janvier. Comment parler de l'Algérie alors que les autres pays (le ministre fait référence aux pays développés, NDLR) n'ont pasannoncé de date ?", s'est-il emporté. "Des pays qui ont fait leurs précommandesn'ont pas avancé la date du mois de janvier alors que nous sommes en décembre", fait observer le professeur Benbouzid qui appelle à ne pas induire en erreur la population et à faire preuve de retenue. D'autant que, ajoute-t-il, ce type "d'annonces engage forcément la responsabilité du ministre et celle du gouvernement".
Interrogation autour de la gratuité du vaccin anti-Covid
Le ministre a également tancé le docteur Bekkat Berkani sur la supposée gratuité du vaccin promise par le membre du comité scientifique. "Il n'y a aucun communiqué émanant du Comité scientifique" sur lagratuité du vaccin anti-Covid en Algérie, se démarque le ministre qui préside le comité de suivi de l'épidémie. "En tant que président du comité, je ne peux pas avancer que le vaccin sera gratuit, mais je le souhaite", a-t-il précisé. "Nous souhaitons qu'il (le vaccin) sera gratuit mais celui qui dit qu'il le sera doit assumer sa responsabilité",
a-t-il corrigé. L'occasion pour le ministre de prévenir"que personne n'a le droit de parler au nom du Comité scientifique de suivi de l'épidémie de laCovid. Chaque membre du comité doit parler en son nom". Interrogé si l'Algérie a fait son choix pourle type de vaccin ou le fournisseur, le ministre de la Santé a répondu par la négative. Mais pour le professeur Benbouzid l'hypothèse d'un seul vaccin est écartée. Selon lui, aucun pays ne disposera d'un seul vaccin, rappelant que la France en aura pour trois vaccins différents pour une précommande totalisant 45 millions de doses. "Aucun laboratoire ne peut lui fournir une telle quantité", martèle le professeur Benbouzid d'où le recours par les Français à trois fournisseurs. Le ministre a rappelé qu'environ 200 laboratoires se sont lancés dans la fabrication des vaccins dont les plus avancés sont ceux développés par Pfizer-BioNtech, Moderna, AstraZeneca, et des laboratoires chinois et russes.
Le ministre de la Santé pose le problème relatif à la méfiance de la population visà- vis des futurs vaccins, et dit appréhender la réaction de la population. Un écueil de taille se pose tout de même et relatif à la méfiance d'une majorité d'Algériens quant à se faire vacciner. Le ministre fait référence à un sondage réalisé par la chaîne publique francophone Canal Algérie révélant que 88 % des Algériens refuseraient la vaccination. Une donne qui va peser sur le choix des quantités que l'Algérie va acheter, indique Benbouzid. À cet effet, le Comité scientifique Covid-19 devait se tenir ce mercredi 2 décembre sous la présidence du ministre de la Santé, à l'effet de réaliser des simulations concernant les quantités à acquérir et de prendre toutes les dispositions de sorte à avoir une première quantité et sécuriserl'achat d'autres lots de vaccin. Il assure néanmoins que l'Algérie ne va acquérir que les vaccins pré-qualifiés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), étant membre du mécanisme Covax qui rassemble plus de 180 pays qui garantit que tous les pays auront accès au vaccin.
Nous "n'avons pris aucune décision", sur les questions de l'achat et du début de la campagne de vaccination, a assuré le professeur Benbouzid sur les ondes de la Radio nationale. "Il a été dit que le vaccin sera disponible en janvier. Pourquoi ?", se demande-t-il, en allusion aux déclarations du docteur Mohamed Bekkat Berkani qui a avancé la date pour le début de la campagne de vaccination. "Nous n'avons encore rien déclaré et nous n'avons pas encore entamé les démarches pour l'acquisition du vaccin et le lancement de la campagne de vaccination", tranche le ministre.
"Aucun pays ne le fera en janvier. Comment parler de l'Algérie alors que les autres pays (le ministre fait référence aux pays développés, NDLR) n'ont pasannoncé de date ?", s'est-il emporté. "Des pays qui ont fait leurs précommandesn'ont pas avancé la date du mois de janvier alors que nous sommes en décembre", fait observer le professeur Benbouzid qui appelle à ne pas induire en erreur la population et à faire preuve de retenue. D'autant que, ajoute-t-il, ce type "d'annonces engage forcément la responsabilité du ministre et celle du gouvernement".
Interrogation autour de la gratuité du vaccin anti-Covid
Le ministre a également tancé le docteur Bekkat Berkani sur la supposée gratuité du vaccin promise par le membre du comité scientifique. "Il n'y a aucun communiqué émanant du Comité scientifique" sur lagratuité du vaccin anti-Covid en Algérie, se démarque le ministre qui préside le comité de suivi de l'épidémie. "En tant que président du comité, je ne peux pas avancer que le vaccin sera gratuit, mais je le souhaite", a-t-il précisé. "Nous souhaitons qu'il (le vaccin) sera gratuit mais celui qui dit qu'il le sera doit assumer sa responsabilité",
a-t-il corrigé. L'occasion pour le ministre de prévenir"que personne n'a le droit de parler au nom du Comité scientifique de suivi de l'épidémie de laCovid. Chaque membre du comité doit parler en son nom". Interrogé si l'Algérie a fait son choix pourle type de vaccin ou le fournisseur, le ministre de la Santé a répondu par la négative. Mais pour le professeur Benbouzid l'hypothèse d'un seul vaccin est écartée. Selon lui, aucun pays ne disposera d'un seul vaccin, rappelant que la France en aura pour trois vaccins différents pour une précommande totalisant 45 millions de doses. "Aucun laboratoire ne peut lui fournir une telle quantité", martèle le professeur Benbouzid d'où le recours par les Français à trois fournisseurs. Le ministre a rappelé qu'environ 200 laboratoires se sont lancés dans la fabrication des vaccins dont les plus avancés sont ceux développés par Pfizer-BioNtech, Moderna, AstraZeneca, et des laboratoires chinois et russes.
Le ministre de la Santé pose le problème relatif à la méfiance de la population visà- vis des futurs vaccins, et dit appréhender la réaction de la population. Un écueil de taille se pose tout de même et relatif à la méfiance d'une majorité d'Algériens quant à se faire vacciner. Le ministre fait référence à un sondage réalisé par la chaîne publique francophone Canal Algérie révélant que 88 % des Algériens refuseraient la vaccination. Une donne qui va peser sur le choix des quantités que l'Algérie va acheter, indique Benbouzid. À cet effet, le Comité scientifique Covid-19 devait se tenir ce mercredi 2 décembre sous la présidence du ministre de la Santé, à l'effet de réaliser des simulations concernant les quantités à acquérir et de prendre toutes les dispositions de sorte à avoir une première quantité et sécuriserl'achat d'autres lots de vaccin. Il assure néanmoins que l'Algérie ne va acquérir que les vaccins pré-qualifiés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), étant membre du mécanisme Covax qui rassemble plus de 180 pays qui garantit que tous les pays auront accès au vaccin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.