Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    Sahara occidental: une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Manchester United: l'inquiétude de Solskjaer    Assassinat de Ali Tounsi: la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    Covid-19: six nouveaux cas du variant britannique découverts en Algérie    Les acquis de la cause sahraouie poussent le Maroc à des décisions "irresponsables"    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Rupture des relations avec l'ambassade d'Allemagne à Rabat: la correspondance de Bourita trahit une réaction émotive de la diplomatie marocaine    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Le Président Tebboune reçoit les dirigeants de trois partis politiques    L'ambassade de France s'explique    Tebboune : la menace technocratique    Démantèlement d'un réseau activant à Tipasa    Huiles de table - Communiqué de Cevital    La victoire ou l'élimination    Mouassa s'en va déjà    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    Mahrez, étincelant    Améliorer d'abord les conditions de vie    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    "Les élections ne sont pas une priorité"    Beldjoud préside l'installation du wali    Hirak, l'heure des clarifications    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    La disette de Suarez inquiète    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    Les Palestiniens veulent une enquête «urgente»    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    La mafia du foncier dénoncée    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    Varane, signature imminente?    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mellal lâché par ses proches collaborateurs
Championnat de ligue 1, js Kabylie
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 01 - 2021

Le président de la JS Kabylie, Cherif Mellal, se retrouve dans une situation pas très confortable. En conflit avec certains actionnaires du club dont Malik Azlef, membre le plus influent de la direction, il ne sait désormais plus à quel saint se vouer
Le président de la JS Kabylie, Cherif Mellal, se retrouve dans une situation pas très confortable. En conflit avec certains actionnaires du club dont Malik Azlef, membre le plus influent de la direction, il ne sait désormais plus à quel saint se vouer
Lâché par ses proches collaborateurs, l'actuel président de la JSK se retrouve dans de beaux draps. Conscient de cette situation inconfortable, Mellal affirme que "Malik Azlef est le mal de la JS Kabylie et est le seul responsable de toute cette zizanie". Et d'ajouter, "Je ne suis pas éternel. Mais si un jour je pars, je dois me rassurer que la JSK est entre de bonnes mains", dira-t-il. Une déclaration parmi d'autres qui n'ont fait qu'accentuer un conflit profond avec d'autres actionnaires, déjà aux aguets, à l'instar de Yazid Yarichene. Mellal est en train de régler carrément ses comptes avec certains actionnaires qui réclament son départ. "Le mal de la JSK réside à l'extérieur.
A l'intérieur, les choses fonctionnent à merveille", a indiqué le président de la JSK. L'ancien vice-président, Malik Azlef, avoue qu'il n'a jamais soutenu Mellal par le passé. "Moi je ne soutient jamais des personnes. J'avais juste déclaré que je suis satisfait de sa gestion financière. Le président Mellal avait bien débuté avant de lâcher prise par la suite. Tout comme les années précédentes, l'instabilité existe toujours et à tous les niveaux", a-t-il indiqué, tout en appelant l'actuel président à démissionner de son poste. "Il n'a pas pu tenir ses promesses et la manière avec laquelle il gère le club est catastrophique", a lâché Azlef, qui annonce désormais son soutien à Yazid Yarichene qui a exprimé son souhait de prendre en mains le club, si bien évidemment Mellal accepte de démissionner. "Comme je l'ai déjà dit à maintes reprises, je suis très intéressé à l'idée de prendre la JS Kabylie. Mais à unecondition, ma venue au club doit se faire avant le mercato.
Je ne veux pas prendre des risques avec un tel effectif. Moi je ne veux surtout pas donner de fausses promesses aux supporters. Je suis prêt à redonner au club ses lettres d'or", a indiqué Yarichene, l'un des actionnaires du club. De leur côté, les inconditionnels des Jaune et Vert ne veulent plus rester les bras croisés devant une telle situation et décident de passer à l'action. Ils devaient organiser, hier, une marche pour exiger le départ de Chérif Mellal. Dans des déclarations rendues publiques sur les réseaux sociaux, les supporters ont motivé leur action par leur "ras-le-bol face à la situation catastrophique" que vit la JSK et demandé le épart de l'actuelle direction.
Lâché par ses proches collaborateurs, l'actuel président de la JSK se retrouve dans de beaux draps. Conscient de cette situation inconfortable, Mellal affirme que "Malik Azlef est le mal de la JS Kabylie et est le seul responsable de toute cette zizanie". Et d'ajouter, "Je ne suis pas éternel. Mais si un jour je pars, je dois me rassurer que la JSK est entre de bonnes mains", dira-t-il. Une déclaration parmi d'autres qui n'ont fait qu'accentuer un conflit profond avec d'autres actionnaires, déjà aux aguets, à l'instar de Yazid Yarichene. Mellal est en train de régler carrément ses comptes avec certains actionnaires qui réclament son départ. "Le mal de la JSK réside à l'extérieur.
A l'intérieur, les choses fonctionnent à merveille", a indiqué le président de la JSK. L'ancien vice-président, Malik Azlef, avoue qu'il n'a jamais soutenu Mellal par le passé. "Moi je ne soutient jamais des personnes. J'avais juste déclaré que je suis satisfait de sa gestion financière. Le président Mellal avait bien débuté avant de lâcher prise par la suite. Tout comme les années précédentes, l'instabilité existe toujours et à tous les niveaux", a-t-il indiqué, tout en appelant l'actuel président à démissionner de son poste. "Il n'a pas pu tenir ses promesses et la manière avec laquelle il gère le club est catastrophique", a lâché Azlef, qui annonce désormais son soutien à Yazid Yarichene qui a exprimé son souhait de prendre en mains le club, si bien évidemment Mellal accepte de démissionner. "Comme je l'ai déjà dit à maintes reprises, je suis très intéressé à l'idée de prendre la JS Kabylie. Mais à unecondition, ma venue au club doit se faire avant le mercato.
Je ne veux pas prendre des risques avec un tel effectif. Moi je ne veux surtout pas donner de fausses promesses aux supporters. Je suis prêt à redonner au club ses lettres d'or", a indiqué Yarichene, l'un des actionnaires du club. De leur côté, les inconditionnels des Jaune et Vert ne veulent plus rester les bras croisés devant une telle situation et décident de passer à l'action. Ils devaient organiser, hier, une marche pour exiger le départ de Chérif Mellal. Dans des déclarations rendues publiques sur les réseaux sociaux, les supporters ont motivé leur action par leur "ras-le-bol face à la situation catastrophique" que vit la JSK et demandé le épart de l'actuelle direction.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.