"Les revendications du Hirak populaire authentique atisfaites, pour la plupart"    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    La défense réclame la présence des accusés    Relaxe pour le maire d'Afir    Alliance Assurances se dote d'un nouveau siège régional à Blida    Le Siol d'Alger revient après plusieurs reports    Déstockage d'importantes quantités    Le poulet coûtera désormais cher !    Le débit Internet 2 Mbs passe à 4 Mbs    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    Sanhadji soutient le maintien des frontières fermées    Le M.A.R.W. appelle à accomplir Salat El Istisqa samedi prochain    Macron reconnait la torture et l'assassinat d'Ali Boumendjel par l'armée coloniale    La 2A devient GIG-Algeria    Une Fédération pour les énergies renouvelables    Une femme égorgée à son domicile    Fin de cabale pour les cambrioleurs de la poste de Bouhamza    10.000 logements à la clé    Bétonnage tous azimuts des terres agricoles    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    Digital Gate International Film Festival: le court métrage algérien "Mania" primé    Les clubs algériens dans la tourmente    Le CRB dos au mur    ONU: le Polisario dénonce la description "ambiguë" et "incohérente" de la situation au Sahara occidental    PM Lesotho: "Nous poursuivrons la lutte pour libérer le peuple sahraoui du colonialisme"    Beldjoud préside l'installation du wali de Timimoune    Coronavirus: 175 nouveaux cas, 143 guérisons et 4 décès    Bechar: enregistrement audio de chansons et musiques du patrimoine Korandji    FC Barcelone: Griezmann serait bien sur les tablettes de Man U    Quinze associations font front commun contre la normalisation    Le Président Tebboune appelle au changement des mentalités et met en garde contre la contrerévolution    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Un corps sans vie retrouvé au bord d'une falaise de la plage Cap Rousseau    Le CRB, le MCA, l'ESS et la JSK exempts du tour préliminaire    Mahious passera sur le billard    Le principal opposant retire sa candidature    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    "Les œuvres inachevées sont celles qui aboutissent le mieux"    Du verbiage et des actes    Ce nuage rouge sang entre l'Algérie et la France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Je ne céderai jamais à la pression de la rue"
Cherif Mellal, président de la JSK
Publié dans Liberté le 16 - 01 - 2021

La JS Kabylie continue de vaciller dans une zone de turbulences, qui ne sert certainement pas l'intérêt du club kabyle et qui déteint sur son image de marque.
Après les accusations portées sur la gestion du club professionnel par quelques actionnaires de la SSPA tels que Yazid Yarichène et Rachid Azouaou, des "ultras" de la JSK ont même appelé à une marche de protestation pour aujourd'hui à Tizi Ouzou, mais le président Cherif Mellal a profité d'un long entretien, jeudi soir sur le plateau de la chaîne satellitaire Berbère Télévision, pour défendre son bilan et rejeter toutes les accusations portées contre lui, tout en désignant du doigt les personnes qu'il qualifie de "perturbatrices" et de "déstabilisatrices".
D'emblée, Cherif Mellal a rappelé qu'il avait décidé de prendre les destinées de la JSK en 2017 pour venir au secours d'un club qui était à la dérive et tenter de relever de gros défis, lui qui dira : "Cela n'a pas été facile d'entrer dans les rouages du club, mais j'ai réussi à prendre tant bien que mal les destinées de la JSK pour la sauver de la relégation, tout en disputant une finale de Coupe d'Algérie lors de la première saison, puis nous avons raté le titre de champion d'Algérie d'un cheveu la saison d'après, alors que l'année passée le championnat de Ligue 1 n'est pas allé à son terme, puisqu'il fut arrêté à mi-chemin à cause de la pandémie, alors que la JSK était classée en 4e position, ce qui nous a permis d'assurer une seconde qualification consécutive en compétition africaine et ce, après une longue traversée du désert." Mellal dira encore : "Je suis venu avec un projet ambitieux et un nouveau mode de gestion qui dérangent certaines personnes malintentionnées et qui menacent de gros intérêts personnels", tout en précisant : "Après le départ de l'ancien président du club (ndlr, Hannachi), il y eut le passage assuré par Sadmi, relayé par un directoire, qui n'ont pas tenu longtemps, puis j'ai pris les destinées du club que j'ai trouvé pratiquement dans la rue et avec des dettes qui se chiffraient par milliards, mais j'ai tenu le coup et j'ai résisté à toutes sortes de déstabilisation et de diffamation car j'ai une grande force de caractère."
À propos de la valse des entraîneurs qui lui est reprochée par ses opposants, Mellal avoue : "J'ai beaucoup investi sur le Tunisien Zelfani qui est un entraîneur jeune, compétent et travailleur, mais malheureusement son dossier a été rejeté du fait qu'il ne possède pas de licence CAF/A, puis j'ai fait appel à mon ami Bouzidi pour assurer l'intérim en attendant de recruter un entraîneur étranger pour prendre la relève, et maintenant que Lavagne a signé un contrat d'une saison, j'espère qu'il accomplira un bon travail pour rester le plus longtemps possible au service du club." Concernant l'argent décrié des transferts de Chetti et de Boukhanchouche en Tunisie, Mellal affirme : "La comptabilité de la JSK est transparente, et ces rentrées d'argent figurent clairement dans nos livres comptables."
À l'occasion, Mellal s'est attaqué frontalement à deux actionnaires du club, en l'occurrence Malik Azlef, qu'il considère comme "le grand manipulateur du club", et Yazid Yarichène, qu'il défie de "présenter un projet d'envergure et de prendre en charge toutes les dettes du club dans un délai de quinze jours", ce qui promet certainement d'autres réactions de ces derniers.
Tout en s'étalant sur de nombreux autres sujets tels que la construction du futur centre de formation d'Oued Aïssi, le nouveau stade olympique de Boukhalfa, la formation des jeunes talents et l'apport précieux de nombreux sponsors en cette période difficile, Cherif Mellal conclut : "Quoi que l'on dise, la JSK se porte bien. Qu'on nous laisse travailler sereinement pour aller de l'avant car, de toute façon, je ne suis pas près de céder à la pression de la rue et je ne suis pas lâche pour abandonner le club face à autant d'adversités."
Mohamed HAOUCHINE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.