Tizi Ouzou : Une rencontre du FFS perturbée par des militants contestataires    Formation sur la fabrication de fromages au profit de la femme rurale    Zetchi: «On continue de travailler dans la sérénité et le calme»    Des milliers de citoyens ont marché hier à Bouira : « Nous irons jusqu'au bout »    Les prochaines consultations électorales, une opportunité pour l'édification d'institutions fortes en Algérie    Repentez-vous, avant qu'il ne soit trop tard !    Béjaïa : Le mouvement reprend ses repères    FATria: Salah Ouanes réélu pour un deuxième mandat    Des spécialistes mettent en garde contre la prévalence croissante de l'obésité au sein de la société    Coronavirus: 187 nouveaux cas, 152 guérisons et 5 décès    Saisie de plus d'un quintal de cannabis    Le Baiser et la morsure aux éditions Casbah :Yasmina Khadra se livre et délivre    Assassinat de Ali Tounsi: Chouaïb Oultache condamné à la prison à perpétuité    Boukadoum: nécessité de renforcer le dialogue et la concertation avec l'UE    Affaires religieuses: la question de la prière des Tarawih "en cours d'examen"    Manchester City: Mahrez lance les hostilités avant le derby contre Man U !    Référendum d'autodétermination: la cause sahraouie s'appuie à une base "juridique solide"    Zones d'ombre: les programmes de développement dénotent d'une approche visionnaire    Un journaliste marocain appelle à un procès contre le régime marocain pour grave violation des droits de l'Homme    La pensée de Feraoun victime de la censure des autorités coloniales    OPEP+: maintien des volumes, l'Arabie saoudite prolonge ses coupes, la Russie et le Kazakhstan épargnés    Bayern Munich: une offre de 45 M€ pour Koulibaly ?    RND: nécessité de renforcer le front interne pour l'édification de l'Algérie nouvelle    Annaba: une délégation sahraouie pour évoquer l'évolution de la situation au Sahara occidental    Festival du court-métrage d'Imedghassen: les meilleures œuvres primées    Terrorisme et déchéance de la nationalité    Les Etats-Unis ne retrouveront pas le plein emploi en 2021    Les Etats-Unis déterminés à résoudre la crise au Yémen    L'accident d'hélicoptère est survenu à cause du « mauvais temps »    Levées d'alertes au tsunami après des évacuations massives à travers le Pacifique    Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Le Front Polisario invite la Minurso à l'impartialité    Le Comité scientifique préconise une démarche spécifique    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    Améliorer d'abord les conditions de vie    La victoire ou l'élimination    Mouassa s'en va déjà    Tebboune reçoit les présidents de trois partis politiques    Vers un maintien des niveaux de production    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    La mafia du foncier dénoncée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Perte de 131.000 postes d'emploi
Impact de la pandémie sanitaire sur le marché du travail
Publié dans Le Midi Libre le 21 - 01 - 2021

La pandémie du Covid-19 a bouleversé le monde du travail. Elle a eu des impacts spectaculaires sur l'emploi, les moyens de subsistance et le bien-être des travailleurs etde leurs familles, ainsi que sur les entreprises, en particulier les petites et moyennes entreprises.
La pandémie du Covid-19 a bouleversé le monde du travail. Elle a eu des impacts spectaculaires sur l'emploi, les moyens de subsistance et le bien-être des travailleurs etde leurs familles, ainsi que sur les entreprises, en particulier les petites et moyennes entreprises.
La reprise de l'activité économique ne permettrait pas d'absorber rapidement les pertes d'emplois enregistrées durant l'année 2020 qui s'élève à 131.000 si l'on se base sur les chiffres avancés par le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, El Hachemi Djaâboub devant les membres de la commission de la santé, des affaires sociales, du travail et de la solidarité nationale au Conseil de la nation.
Tandis que le dispositif d'aide à l'insertion professionnelle a montré ses limites. Comme par bien d'autres aspects s'agissant de cette pandémie, ces problèmes touchent de manière disproportionnée les personnes qui se trouvaient déjà dans une situation précaire et qui sont le moins en mesure de supporter ce choc. En effet, le ministre a révélé que les offres d'emploi sont passées de 43.700 offres en2019 à 30.600 en 2020, soit une baisse de 30 % (131.000 emplois perdus), tandis que les offres étaient concentrées dans les secteurs de la construction, des services et de l'industrie, dont 80 % de ces offres provenaient du secteur privé. Mais il n'en demeure pas moins que le chômage est en hausse d'autant que le nombre de recrutés est passé de "335.311 en 2019 à 230.621en 2020, soit une baisse de 31 %", a-t-il précisé. Il en est de même du dispositif d'aide à l'insertion professionnelle devant permettre l'insertion de 365.000 jeunes au cours des trois années 2019, 2020 et 2021.
Selon le ministre, "seuls 35.906 jeunes ont été intégrés dans le monde du travail au 31 décembre 2020, soit 24 % du total du premier lot estimé à 149.634, et 9 % du nombre global des contractuels". Un retard attribué par le ministre à la non-libération des postes suspendus et à la désignation des postes budgétaires, en plus de la saturation des effectifs de certains organismeset entreprises.Pour y remédier, le ministre du Travail soutient que la "question de l'emploi est principalement liée aux investissementscréateurs de richesse, en particulier dans la construction, les travaux publics, l'irrigation, ainsi que l'agriculture, le tourisme et les services". Pour ce faire, une forte impulsion du rythme des investissements directs nationaux et étrangers est plus que nécessaire, plaide le ministre, qui appelle à "la simplification des procédures administratives et les modes de financement en accordant des privilèges fiscaux et douaniers attractifs". Ces pertes d'emplois, résultats de la situation économique et épidémique, n'ont pas été sans conséquences sur le système de sécurité sociale confronté, selon le ministre, à un déficit ressenti dans toutes ses filiales.
La reprise de l'activité économique ne permettrait pas d'absorber rapidement les pertes d'emplois enregistrées durant l'année 2020 qui s'élève à 131.000 si l'on se base sur les chiffres avancés par le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, El Hachemi Djaâboub devant les membres de la commission de la santé, des affaires sociales, du travail et de la solidarité nationale au Conseil de la nation.
Tandis que le dispositif d'aide à l'insertion professionnelle a montré ses limites. Comme par bien d'autres aspects s'agissant de cette pandémie, ces problèmes touchent de manière disproportionnée les personnes qui se trouvaient déjà dans une situation précaire et qui sont le moins en mesure de supporter ce choc. En effet, le ministre a révélé que les offres d'emploi sont passées de 43.700 offres en2019 à 30.600 en 2020, soit une baisse de 30 % (131.000 emplois perdus), tandis que les offres étaient concentrées dans les secteurs de la construction, des services et de l'industrie, dont 80 % de ces offres provenaient du secteur privé. Mais il n'en demeure pas moins que le chômage est en hausse d'autant que le nombre de recrutés est passé de "335.311 en 2019 à 230.621en 2020, soit une baisse de 31 %", a-t-il précisé. Il en est de même du dispositif d'aide à l'insertion professionnelle devant permettre l'insertion de 365.000 jeunes au cours des trois années 2019, 2020 et 2021.
Selon le ministre, "seuls 35.906 jeunes ont été intégrés dans le monde du travail au 31 décembre 2020, soit 24 % du total du premier lot estimé à 149.634, et 9 % du nombre global des contractuels". Un retard attribué par le ministre à la non-libération des postes suspendus et à la désignation des postes budgétaires, en plus de la saturation des effectifs de certains organismeset entreprises.Pour y remédier, le ministre du Travail soutient que la "question de l'emploi est principalement liée aux investissementscréateurs de richesse, en particulier dans la construction, les travaux publics, l'irrigation, ainsi que l'agriculture, le tourisme et les services". Pour ce faire, une forte impulsion du rythme des investissements directs nationaux et étrangers est plus que nécessaire, plaide le ministre, qui appelle à "la simplification des procédures administratives et les modes de financement en accordant des privilèges fiscaux et douaniers attractifs". Ces pertes d'emplois, résultats de la situation économique et épidémique, n'ont pas été sans conséquences sur le système de sécurité sociale confronté, selon le ministre, à un déficit ressenti dans toutes ses filiales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.