Alger-Centre : Coupures d'eau dans plusieurs quartiers    Milan : Pioli est désolé, mais...    Nice : Boudaoui titulaire face à Rennes. Atal encore absent    Real : Un accord de principe trouvé avec Sergio Ramos ?    [Vidéo] Des milliers de manifestants dans Les rues d'Alger    Encore un corps repêché à El Tarf    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    L'avocat de Blida libéré hier    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    Ould Kaddour dans le collimateur    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Sans diagnostic point de remède !    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les petites bourses à rude épreuve
Hausse des prix des produits alimentaires
Publié dans Le Midi Libre le 24 - 01 - 2021

Les pouvoirs publics ont promis, récemment, aux Algériens la garantie de la disponibilité des produits en quantité suffisante lors du mois sacré, la garantie de la continuité du réseau de distribution et la prémunition contre sa rupture ainsi que le contrôle contre la spéculation, surtout s'agissant des produits les plus prisés durant le Ramadhan.
Les pouvoirs publics ont promis, récemment, aux Algériens la garantie de la disponibilité des produits en quantité suffisante lors du mois sacré, la garantie de la continuité du réseau de distribution et la prémunition contre sa rupture ainsi que le contrôle contre la spéculation, surtout s'agissant des produits les plus prisés durant le Ramadhan.
Ce qu'oublient malheureusement ces derniers, c'est que les Algériens ne vivent pas seulement durant ce mois sacré. La question qui mérite d'être posée est : qu'en estil pour le reste de l'année ? Sachant que la vie quotidienne de la majorité des Algériens ne cesse de se dégrader, subissant de plein fouet les conséquences de la crise économique et sanitaire et même celle des commerçants sans foi ni loi. Le topo est partout le même. Les citoyens ne savent même plus à quel saint se vouer. Ainsi, la seule victime reste le pauvre consommateur, le dindon de la farce de cette anarchie commerciale. En dépit de l'assurance totale affichée par les autorités concernées, les prix des denrées alimentaires continuent d'augmenter partout et sur tous les marchés à travers le territoire national.
En effet, les prix des différents produits alimentaires de large consommation ont connu, ces derniers jours, une forte hausse, les augmentations touchent la quasi-totalité des produits. Les fruits, les légumes et les viandes ne dérogent pas à larègle. Cette situation reflète sans doute l'ampleur du marasme dans lequel se trouve le citoyen algérien. Le ministre du Commerce, Kamel Rezig, quant à lui, a justifié cette hausse des prixde certains produits alimentaires par l'augmentation des cours mondiaux, la hausse des coûts logistiques et la baisse du dinar. En revanche, il a assuré que les prix des produits de première nécessité subventionnés par l'état, à l'instar du lait, la semoule, n'ont pas conn d'augmentation, notamment grâce à la surveillance quotidienne des services du ministère. Le service minimum quoi.
Ce qu'oublient malheureusement ces derniers, c'est que les Algériens ne vivent pas seulement durant ce mois sacré. La question qui mérite d'être posée est : qu'en estil pour le reste de l'année ? Sachant que la vie quotidienne de la majorité des Algériens ne cesse de se dégrader, subissant de plein fouet les conséquences de la crise économique et sanitaire et même celle des commerçants sans foi ni loi. Le topo est partout le même. Les citoyens ne savent même plus à quel saint se vouer. Ainsi, la seule victime reste le pauvre consommateur, le dindon de la farce de cette anarchie commerciale. En dépit de l'assurance totale affichée par les autorités concernées, les prix des denrées alimentaires continuent d'augmenter partout et sur tous les marchés à travers le territoire national.
En effet, les prix des différents produits alimentaires de large consommation ont connu, ces derniers jours, une forte hausse, les augmentations touchent la quasi-totalité des produits. Les fruits, les légumes et les viandes ne dérogent pas à larègle. Cette situation reflète sans doute l'ampleur du marasme dans lequel se trouve le citoyen algérien. Le ministre du Commerce, Kamel Rezig, quant à lui, a justifié cette hausse des prixde certains produits alimentaires par l'augmentation des cours mondiaux, la hausse des coûts logistiques et la baisse du dinar. En revanche, il a assuré que les prix des produits de première nécessité subventionnés par l'état, à l'instar du lait, la semoule, n'ont pas conn d'augmentation, notamment grâce à la surveillance quotidienne des services du ministère. Le service minimum quoi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.