Automobile : L'octroi des premiers agréments reporté    Real - Perez : "La lettre de Zidane ? Il ne l'a pas écrite. Ce n'est pas lui"    Real : Florentino Perez évoque le cas Raphaël Varane    Espagne : Morata ne supporte plus cette situation    L'engagement de l'Algérie à faire face aux défis sécuritaires réitéré    Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    L'usage de la langue anglaise renforcé    Mechichi campe sur ses positions    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    Peu de communication, beaucoup de spéculation    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    Le contrat de Lavagne sera prolongé    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les mises en garde de l'Armée
Contestation sociale
Publié dans Le Midi Libre le 06 - 05 - 2021

La multiplication des mouvements de grève et de protestation observés ces derniers jours sur la scène nationale vise à provoquer la rue et à généraliser le chaos afin de faire échec aux prochaines élections législatives.
La multiplication des mouvements de grève et de protestation observés ces derniers jours sur la scène nationale vise à provoquer la rue et à généraliser le chaos afin de faire échec aux prochaines élections législatives.
C'est ce qu'a estimé la revue El Djeïch dans un article publié dans son dernier numéro. "A l'approche de ce rendez-vous important (...), la scène nationale observe un nombre d'évènements suspects qui versent dans leur ensemble dans la tentative d'entraver ce processus démocratique national", est-il écrit dans cet article intitulé "Des grèves fomentées et suspectes: la sécurité nationale, une ligne rouge". L'auteur de cet article relève, à ce titre, "plusieurs indicateurs qui prouvent que ce qui est en train de se produire s'inscrit dans le cadre des tentatives vaines et désespérées de déstabiliser la sécurité nationale, en embrasant la rue, en suscitant la colère dupeuple, en poussant à davantage de congestion pour que la situation finisse par exploser, dans l'espoir d'entraver les prochaines échéances électorales". Selon lui, les élections législatives prévues le 12 juin "dérangent les opposants au changement et les partisans de la contre-révolution qui ont l'habitude de façonner un Parlement sur mesure, utilisant l'argent sale en vue de bénéficier de l'immunité parlementaire et de la protection de leurs intérêts au lieu de servir le peuple qui les a élu".
Il a fait, dans ce contexte, deux constats : "le premier est que les opposants au changement ont puisé toutes leurs capacités et espoirs de revenir sur la scène politique", alors que dans le second, il relève "l'exploitation des problèmes professionnels des travailleurs pour cracher leur venin", dénonçant des "méthodes basses". Pour l'auteur de cet article, "les grèves qui ont poussé comme des champignons, dernièrement, en sont la meilleure preuve". "L'appel à organiser des manifestations et mener des grèves dans plusieurs secteurs à la fois, à l'approche des élections, laisse poser plusieurs questions sur le timing de ces grèves et la revendication des droits professionnels légitimes !", s'est-il interrogé, rappelant que le président de la République a déjà "affirmé la nécessité de remédier aux lacunes enregistrées dans l'ensemble des secteurs, et la nécessité de les traiter progressivement". Néanmoins, a-t-il poursuivi "l'entêtement de certains à tenir des grèves à un moment suspect est la meilleure preuve que ceci ne peut s'inscrire que dans une tentative à semer le trouble pour réaliser des objectifs et des intérêts qui ne vont pas dans le sens de l'amélioration de la situation professionnelle et des droits des travailleurs". "Tout ceci se déroule à un moment où notre pays est confronté à des menaces criminelles orchestrées par des mouvements terroristes et racistes ayant déclaré leur haine envers l'Algérie", a-t-il ajouté. Rappelant que "la grève est un droit légitime garanti par la Constitution" et même "renforcé par l'avènement de l'Algérie nouvelle qui permet les rassemblements et la manifestation, conformément à l'article 52",
l'auteur de cet article met en garde, néanmoins, contre "toute exploitation irrationnelle et autoritaire de ce droit" et qui peut conduire à de grands dérapages qu'il est impossible d'ignorer". Il a soutenu, à ce propos, que "lorsque la pratique de ce droit s'oppose aux intérêts suprêmes de l'Etat ou entrave les intérêts des citoyens se pose la problématique de la légitimité de la pratique de ce droit par la force de la loi". Il a plaidé, dans ce contexte, pour que "lecitoyen ne soit pas pris en otage par ces manipulateurs qui tentent de négocier en profitant de ses revendications", soulignant que "les hautes autorités de l'Etat représentées par le président de la République ont été précurseurs dans le traitement de manière réelle et objective des problèmes et des préoccupations des citoyens".
C'est ce qu'a estimé la revue El Djeïch dans un article publié dans son dernier numéro. "A l'approche de ce rendez-vous important (...), la scène nationale observe un nombre d'évènements suspects qui versent dans leur ensemble dans la tentative d'entraver ce processus démocratique national", est-il écrit dans cet article intitulé "Des grèves fomentées et suspectes: la sécurité nationale, une ligne rouge". L'auteur de cet article relève, à ce titre, "plusieurs indicateurs qui prouvent que ce qui est en train de se produire s'inscrit dans le cadre des tentatives vaines et désespérées de déstabiliser la sécurité nationale, en embrasant la rue, en suscitant la colère dupeuple, en poussant à davantage de congestion pour que la situation finisse par exploser, dans l'espoir d'entraver les prochaines échéances électorales". Selon lui, les élections législatives prévues le 12 juin "dérangent les opposants au changement et les partisans de la contre-révolution qui ont l'habitude de façonner un Parlement sur mesure, utilisant l'argent sale en vue de bénéficier de l'immunité parlementaire et de la protection de leurs intérêts au lieu de servir le peuple qui les a élu".
Il a fait, dans ce contexte, deux constats : "le premier est que les opposants au changement ont puisé toutes leurs capacités et espoirs de revenir sur la scène politique", alors que dans le second, il relève "l'exploitation des problèmes professionnels des travailleurs pour cracher leur venin", dénonçant des "méthodes basses". Pour l'auteur de cet article, "les grèves qui ont poussé comme des champignons, dernièrement, en sont la meilleure preuve". "L'appel à organiser des manifestations et mener des grèves dans plusieurs secteurs à la fois, à l'approche des élections, laisse poser plusieurs questions sur le timing de ces grèves et la revendication des droits professionnels légitimes !", s'est-il interrogé, rappelant que le président de la République a déjà "affirmé la nécessité de remédier aux lacunes enregistrées dans l'ensemble des secteurs, et la nécessité de les traiter progressivement". Néanmoins, a-t-il poursuivi "l'entêtement de certains à tenir des grèves à un moment suspect est la meilleure preuve que ceci ne peut s'inscrire que dans une tentative à semer le trouble pour réaliser des objectifs et des intérêts qui ne vont pas dans le sens de l'amélioration de la situation professionnelle et des droits des travailleurs". "Tout ceci se déroule à un moment où notre pays est confronté à des menaces criminelles orchestrées par des mouvements terroristes et racistes ayant déclaré leur haine envers l'Algérie", a-t-il ajouté. Rappelant que "la grève est un droit légitime garanti par la Constitution" et même "renforcé par l'avènement de l'Algérie nouvelle qui permet les rassemblements et la manifestation, conformément à l'article 52",
l'auteur de cet article met en garde, néanmoins, contre "toute exploitation irrationnelle et autoritaire de ce droit" et qui peut conduire à de grands dérapages qu'il est impossible d'ignorer". Il a soutenu, à ce propos, que "lorsque la pratique de ce droit s'oppose aux intérêts suprêmes de l'Etat ou entrave les intérêts des citoyens se pose la problématique de la légitimité de la pratique de ce droit par la force de la loi". Il a plaidé, dans ce contexte, pour que "lecitoyen ne soit pas pris en otage par ces manipulateurs qui tentent de négocier en profitant de ses revendications", soulignant que "les hautes autorités de l'Etat représentées par le président de la République ont été précurseurs dans le traitement de manière réelle et objective des problèmes et des préoccupations des citoyens".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.