Real Madrid: Benzema savoure sa bonne forme    Un membre du PNC appréhendé par les services de sécurité de l'aéroport de Paris Orly    Niger - Algérie décalé au 12 octobre    Le grand gaspillage    Les islamistes marocains doutent de la régularité du scrutin    Incursion de près de 50 colons israéliens dans la mosquée d'El-Aqsa    Libération de 10 élèves enlevés en juillet dernier    Le procès en appel reporté au 10 octobre prochain    Un hommage a minima    Le MJS fixe un ultimatum au 30 septembre    L'aventure africaine débutera au Maroc    Trois morts et trois blessés sur la route    Mise en échec d'une tentative d'émigration clandestine    La saignée continue    Ouramdane Ahitous, le dernier forgeron d'Ihitoussen    La stèle du colonel Ali Mellah inaugurée à M'kira    Tayeb Thaâlibi inhumé au cimetière de Garidi à Alger    Reprise aujourd'hui avec Aït Djoudi    Delort et Boudaoui buteurs    Paris accuse, Washington et Canberra justifient    11 500 quintaux de lentilles et pois chiches pour lutter contre la spéculation    L'ANIE ignore les réserves des partis    Prise en charge psychologique des élèves    Vers une augmentation des tarifs    Prime de scolarité pour 61 000 élèves    Noureddine Bedoui inculpé    «L'économie nationale est dans une situation de précarité»    Trois joueurs de l'effectif de la saison écoulée retenus    Deux nouveautés chez Barzakh    Les dates officiellement fixées    Dos au mur    Des revendications en suspens: Les paramédicaux n'écartent pas le recours à la grève    Bouteflika et compassion religieuse    Mémoire indissociable    Benabderrahmane chez les sénateurs    Le remède miracle    Dites-le droit!    Le FFS est un rempart pour la patrie    «Une figure majeure de l'Algérie contemporaine»    L'épineux problème de Béjaïa    La campagne des locales sera virtuelle    L'hommage de Ramtane Lamamra    Nouvelles manifestations contre le pass sanitaire    Lamamra participe à la 76e session    Une forte baisse enregistrée    «Se battre pour défendre le film qu'on aime!»    Un concours de l'UE ouvert aux journalistes et aux artistes    Un écrivain pluriel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une autre manoeuvre du roi du Maroc
Discours de Mohamed VI
Publié dans Le Midi Libre le 02 - 08 - 2021

Le roi du Maroc, Mohamed VI a, dans un discours, appelé la réouverture des frontières avec l'Algérie. Comme il a assuré son voisin de l'Est sur ses bonnes intentions en soutenant vouloir bâtir des relations saines avec l'Algérie.
Le roi du Maroc, Mohamed VI a, dans un discours, appelé la réouverture des frontières avec l'Algérie. Comme il a assuré son voisin de l'Est sur ses bonnes intentions en soutenant vouloir bâtir des relations saines avec l'Algérie.
Mohamed VI souffle le chaud et le froid car ce discours, prononcé avant-hier à l'occasion de la Fête du trône, intervient dans un contexte de crise dans les relations entre les deux pay suite aux propos tenus par le représentant du royaume marocain auprès de l'ONU et dans lesquels il a ouvertement appelé à l'indépendance de la Kabylie. Dans son discours de ce samedi M6 a indiqué en direction de l'Algérie que "ce qui vous touche nous touche, pour nous, la sécurité et la stabilité de l'Algérie, ainsi que la tranquillité de son peuple,
font partie de la sécurité et de la stabilité du Maroc et vice versa" a-t-il encore ajouté. Ce changement de ton à l'égard de l'Algérie laisse perplexe plus d'un observateur tant il y a juste deux semaines le discours du Maroc était très hostile. En effet lors d'une réunion virtuelle des pays non-alignés qui a eu lieu à New York les 13 et 14 juillet, Omar Hilale, l'ambassadeur du Maroc auprès de l'ONU, a soumis aux pays membres une note dans laquelle il estime, que "le peuple kabyle mérite plus que tout autre de jouir pleinement de son droit à l'autodétermination". Une position qui a, on s'en doute bien outré l'Algérie. Alger a alors décidé de rappeler en consultation son ambassadeur à Rabat tout en demandant à Rabat de s'expliquer sur cette attitude similaire à une véritable déclaration de guerre. Pour l'heure le Maroc n'a pas daigné présenter la moindre explication se murant dans un silence qui en dit long sur ses mauvaises intentions et sur ses calculs froids.
Donc c'est dans ce contexte de tension dans les relations entre les deux pays que le roi du Maroc a discouru avant-hier en tenant de tels propos. Or la réalité est tout autre car aucun observateur averti n'accorde le moindre crédit à ce discours qui sonne faux. Mohamed VI cherche certainement à mettre l'Algérie dans la gêne vis-à-vis de la communauté internationale en se présentant dans la peau de celui qui tend la main à son voisin. Mais cette stratégie n'a aucune chance d'aboutir tant le Maroc est habitué à ces manoeuvres épisodiques. Ce d'autant que le scandale du logiciel espion, Pegasus, utilisé par les services secrets marocains pour espionner non seulement des responsables algériens mais aussi ceux d'autres pays, dont la France, continue de susciter des réactions d'indignation dans le monde entier. Par ailleurs le roi du Maroc est revenu sur la question des frontières fermées, pour rappel, depuis 1994.
"La fermeture des frontières est non seulement incompatible avec le droit naturel mais aussi avec le principe juridique authentique inscrit dans les accords internationaux, dont le traité de Marrakech instituant l'Union du Maghreb arabe (UMA), qui prévoit la liberté de circulation des personnes, des services, des biens et des capitaux entre ses pays", dira M6. Et d'ajouter, "Je l'ai exprimé clairement, depuis 2008, et je l'ai réitéré à plusieurs reprises, à diverses occasions". L'Algérie n'a pas été contre la réouverture des frontières mais a toujours soutenu que cette question devrait s'inscrire dans u cadre global de normalisation de l'ensemble des relations entre les deux pays. Ce que refuse catégoriquement le Maroc qui affectionne plutôt la politique sournoise de l'entretien de la tension avec l'Algérie.
Mohamed VI souffle le chaud et le froid car ce discours, prononcé avant-hier à l'occasion de la Fête du trône, intervient dans un contexte de crise dans les relations entre les deux pay suite aux propos tenus par le représentant du royaume marocain auprès de l'ONU et dans lesquels il a ouvertement appelé à l'indépendance de la Kabylie. Dans son discours de ce samedi M6 a indiqué en direction de l'Algérie que "ce qui vous touche nous touche, pour nous, la sécurité et la stabilité de l'Algérie, ainsi que la tranquillité de son peuple,
font partie de la sécurité et de la stabilité du Maroc et vice versa" a-t-il encore ajouté. Ce changement de ton à l'égard de l'Algérie laisse perplexe plus d'un observateur tant il y a juste deux semaines le discours du Maroc était très hostile. En effet lors d'une réunion virtuelle des pays non-alignés qui a eu lieu à New York les 13 et 14 juillet, Omar Hilale, l'ambassadeur du Maroc auprès de l'ONU, a soumis aux pays membres une note dans laquelle il estime, que "le peuple kabyle mérite plus que tout autre de jouir pleinement de son droit à l'autodétermination". Une position qui a, on s'en doute bien outré l'Algérie. Alger a alors décidé de rappeler en consultation son ambassadeur à Rabat tout en demandant à Rabat de s'expliquer sur cette attitude similaire à une véritable déclaration de guerre. Pour l'heure le Maroc n'a pas daigné présenter la moindre explication se murant dans un silence qui en dit long sur ses mauvaises intentions et sur ses calculs froids.
Donc c'est dans ce contexte de tension dans les relations entre les deux pays que le roi du Maroc a discouru avant-hier en tenant de tels propos. Or la réalité est tout autre car aucun observateur averti n'accorde le moindre crédit à ce discours qui sonne faux. Mohamed VI cherche certainement à mettre l'Algérie dans la gêne vis-à-vis de la communauté internationale en se présentant dans la peau de celui qui tend la main à son voisin. Mais cette stratégie n'a aucune chance d'aboutir tant le Maroc est habitué à ces manoeuvres épisodiques. Ce d'autant que le scandale du logiciel espion, Pegasus, utilisé par les services secrets marocains pour espionner non seulement des responsables algériens mais aussi ceux d'autres pays, dont la France, continue de susciter des réactions d'indignation dans le monde entier. Par ailleurs le roi du Maroc est revenu sur la question des frontières fermées, pour rappel, depuis 1994.
"La fermeture des frontières est non seulement incompatible avec le droit naturel mais aussi avec le principe juridique authentique inscrit dans les accords internationaux, dont le traité de Marrakech instituant l'Union du Maghreb arabe (UMA), qui prévoit la liberté de circulation des personnes, des services, des biens et des capitaux entre ses pays", dira M6. Et d'ajouter, "Je l'ai exprimé clairement, depuis 2008, et je l'ai réitéré à plusieurs reprises, à diverses occasions". L'Algérie n'a pas été contre la réouverture des frontières mais a toujours soutenu que cette question devrait s'inscrire dans u cadre global de normalisation de l'ensemble des relations entre les deux pays. Ce que refuse catégoriquement le Maroc qui affectionne plutôt la politique sournoise de l'entretien de la tension avec l'Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.