Appel au prochain sommet africain à annuler la décision d'adhésion de l'entité sioniste à l'UA    Ronaldo mécontent contre un site qui a sous estimé sa valeur marchande    CAN 2021 : Les Comores consternés par les sanctions de la CAF    Deux militaires tombent au champ d'honneur sur la bande frontalière Hassi Tiririne à In Guezzam    Coronavirus: 1870 nouveaux cas,1055 guérisons et 6 décès    Championnat d'Algérie de jeux d'échecs: Benamar Sihem et Alaeddine Boularnes sacrés    L'Equipe, un quotidien sportif sous influence de la perfidie marocaine    Recueillement à la mémoire de Benhamouda à l'occasion du 25e anniversaire de son assassinat    Sommet ouest-africain pour évoquer la crise au Burkina Faso    Coupe du monde des clubs : un trio d'arbitre algériens retenu pour le rendez-vous des Emirats arabes unis    Drogue: plus de 6.700 toxicomanes pris en charge durant le 1er semestre 2021    Secousse tellurique de magnitude 3,7 à Médéa    Ces deux pistes qui font réfléchir Mehdi Zerkane    Cour d'Alger : Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Education: la suspension des cours prolongée jusqu'au 5 février prochain    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Une politique difficile à mettre en œuvre    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Quand les plans de l'AEP font défaut    Un casse-tête chinois    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    L'Algérie envoie une troisième cargaison d'aides humanitaires au Mali    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Des enjeux plus grands qu'un sommet    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Jungle/Pub sur Internet ?    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    «Le pays est toujours ciblé»    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un comité provisoire pour les communes sans candidat
Elections locales
Publié dans Le Midi Libre le 28 - 11 - 2021

Le Président Abdelmadjid Tebboune a annoncé que la procédure légale sera mise en application dans les communes où les élections locales n'ont pas eu lieu.
Le Président Abdelmadjid Tebboune a annoncé que la procédure légale sera mise en application dans les communes où les élections locales n'ont pas eu lieu.
La "loi est très claire. Un comité provisoire est installé dans les communes où les élections des assemblées n'ont pas eu lieu en attendant que les conditions soient favorables pour l'organisation d'un nouveau scrutin au niveau local. Le nombre de communes où il n'y a pas de listes de candidatures est faible, à peine 8 ou 9 communes sur les 1.541 que compte le pays. Au maximum 40 communes sont touchées", a déclaré, hier samedi 27 novembre, le Président Abdelmadjid Tebboune, lors d'un point de presse, à côté de l'école Ahmed- Aroua de Staouéli, à l'ouest d'Alger, où il a voté avec sa famille au milieu de matinée. Le chef de l'état a annoncé la préparation d'une nouvelle loi prévoyant des dispositions pénales pour les auteurs d'actes d'agression sur les institutions et établissements de l'état (fermeture, blocage, pressions sur les électeurs, détournement de voix, etc). "On ne peut rien faire pour ceux qui nagent à contre-courant"
On ne "peut rien faire pour ceux qui nagent à contre-courant. Nous sommes du côté de la majorité du peuple. Le consensus sur une politique n'existe dans aucun pays y compris l'Algérie. Aujourd'hui, le consensus suscite des doutes. Chacun a ses idées. L'Algérie tend vers sa stabilité avec son économie et avec la véritable démocratie, pas la démocratie d'une bande, la démocratie-slogan qui sert de faire passer d'autres choses", at- il dit. Il a qualifié de minorité ceux qui sont hostiles au processus électoral. "Nous les respectons. L'opposition politique et intellectuelle est respectée, autorisée. L'essentiel est de ne pas recourir à la violence et à des actes aux conséquences désastreuses", a-t-il prévenu. Il a estimé que la citoyenneté est un apprentissage. "La citoyenneté n'est pas innée.
Aujourd'hui, il s'agit de choisir des gestionnaires au niveau local. Les citoyens doivent venir voter. Le vote est un droit et un devoir, mais nous ne pouvons pas le rendre obligatoire. Je crois que la participation sera plus forte aux élections locales car cela concerne le citoyen directement", a-t-il noté. Tebboune a observé que son précédent propos sur les élections législatives de juin 2021 où il avait affirmé : "le taux de participation n'est pas important" a été mal interprété : "Nous sommes en quête d'institutions légitimes sans aucun soupçon. Aujourd'hui, personne ne peut parler de fraude ou de détournement de voix. Nous avons réalisé ce résultat. Personne ne peut dire que l'élection de l'APN a été marquée par un trafic électoral. C'est un point essentiel. J'espère que nous allons continuer..." Il a relevé que les assemblées locales doivent être gérées par les jeunes diplômés. "Plus de place pour des personnes au niveau d'instruction limité. Et, puis personne n'est né expérimenté. Les jeunes auront de l'expérience dans un court laps de temps parce qu'ils sont aptes à bien comprendre les lois de gestion et d'organisation", a-t-il plaidé.
La "loi est très claire. Un comité provisoire est installé dans les communes où les élections des assemblées n'ont pas eu lieu en attendant que les conditions soient favorables pour l'organisation d'un nouveau scrutin au niveau local. Le nombre de communes où il n'y a pas de listes de candidatures est faible, à peine 8 ou 9 communes sur les 1.541 que compte le pays. Au maximum 40 communes sont touchées", a déclaré, hier samedi 27 novembre, le Président Abdelmadjid Tebboune, lors d'un point de presse, à côté de l'école Ahmed- Aroua de Staouéli, à l'ouest d'Alger, où il a voté avec sa famille au milieu de matinée. Le chef de l'état a annoncé la préparation d'une nouvelle loi prévoyant des dispositions pénales pour les auteurs d'actes d'agression sur les institutions et établissements de l'état (fermeture, blocage, pressions sur les électeurs, détournement de voix, etc). "On ne peut rien faire pour ceux qui nagent à contre-courant"
On ne "peut rien faire pour ceux qui nagent à contre-courant. Nous sommes du côté de la majorité du peuple. Le consensus sur une politique n'existe dans aucun pays y compris l'Algérie. Aujourd'hui, le consensus suscite des doutes. Chacun a ses idées. L'Algérie tend vers sa stabilité avec son économie et avec la véritable démocratie, pas la démocratie d'une bande, la démocratie-slogan qui sert de faire passer d'autres choses", at- il dit. Il a qualifié de minorité ceux qui sont hostiles au processus électoral. "Nous les respectons. L'opposition politique et intellectuelle est respectée, autorisée. L'essentiel est de ne pas recourir à la violence et à des actes aux conséquences désastreuses", a-t-il prévenu. Il a estimé que la citoyenneté est un apprentissage. "La citoyenneté n'est pas innée.
Aujourd'hui, il s'agit de choisir des gestionnaires au niveau local. Les citoyens doivent venir voter. Le vote est un droit et un devoir, mais nous ne pouvons pas le rendre obligatoire. Je crois que la participation sera plus forte aux élections locales car cela concerne le citoyen directement", a-t-il noté. Tebboune a observé que son précédent propos sur les élections législatives de juin 2021 où il avait affirmé : "le taux de participation n'est pas important" a été mal interprété : "Nous sommes en quête d'institutions légitimes sans aucun soupçon. Aujourd'hui, personne ne peut parler de fraude ou de détournement de voix. Nous avons réalisé ce résultat. Personne ne peut dire que l'élection de l'APN a été marquée par un trafic électoral. C'est un point essentiel. J'espère que nous allons continuer..." Il a relevé que les assemblées locales doivent être gérées par les jeunes diplômés. "Plus de place pour des personnes au niveau d'instruction limité. Et, puis personne n'est né expérimenté. Les jeunes auront de l'expérience dans un court laps de temps parce qu'ils sont aptes à bien comprendre les lois de gestion et d'organisation", a-t-il plaidé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.