Appel au prochain sommet africain à annuler la décision d'adhésion de l'entité sioniste à l'UA    Ronaldo mécontent contre un site qui a sous estimé sa valeur marchande    CAN 2021 : Les Comores consternés par les sanctions de la CAF    Deux militaires tombent au champ d'honneur sur la bande frontalière Hassi Tiririne à In Guezzam    Coronavirus: 1870 nouveaux cas,1055 guérisons et 6 décès    Championnat d'Algérie de jeux d'échecs: Benamar Sihem et Alaeddine Boularnes sacrés    L'Equipe, un quotidien sportif sous influence de la perfidie marocaine    Recueillement à la mémoire de Benhamouda à l'occasion du 25e anniversaire de son assassinat    Sommet ouest-africain pour évoquer la crise au Burkina Faso    Coupe du monde des clubs : un trio d'arbitre algériens retenu pour le rendez-vous des Emirats arabes unis    Drogue: plus de 6.700 toxicomanes pris en charge durant le 1er semestre 2021    Secousse tellurique de magnitude 3,7 à Médéa    Ces deux pistes qui font réfléchir Mehdi Zerkane    Cour d'Alger : Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Education: la suspension des cours prolongée jusqu'au 5 février prochain    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Une politique difficile à mettre en œuvre    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Quand les plans de l'AEP font défaut    Un casse-tête chinois    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    L'Algérie envoie une troisième cargaison d'aides humanitaires au Mali    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Des enjeux plus grands qu'un sommet    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Jungle/Pub sur Internet ?    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    «Le pays est toujours ciblé»    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Président Tebboune s'exprime
Subventions, Israël, France, allocation chômage...
Publié dans Le Midi Libre le 28 - 11 - 2021

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a annoncé vendredi soir que le code communal connaîtra un changement radical afin d'accorder de plus larges prérogatives aux élus.
Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a annoncé vendredi soir que le code communal connaîtra un changement radical afin d'accorder de plus larges prérogatives aux élus.
I ntervenant lors d'une entrevue avec des représentants de la presse nationale diffusée vendredi, Tebboune a indiqué qu'"il est t emps que l'Etat renonce à certaines prérogatives centrales en les attribuant aux élus locaux", annonçant l'ouverture, début 2022, d'ateliers pour la révision des codes communa l e t de wi l aya. Il s'agit par cette démarche, a expliqué le chef de l'Etat, d'"opérer un changement radical dans la gestion des communes, principale cellule de la nouvelle République". L'objectif de la révision de ces textes est de conférer davantage de p rérogatives aux élu s locaux et les doter de mécanismes financiers leur permettant d'honorer les engagements pris devant les citoyens, a ajouté le président de la République.
Tebboune révèle les raisons de son limogeage en 2017
Par ailleurs, Tebboune a annoncé la création d'une inspection générale qui sera mise sous tutelle de la présidence de la République afin de contrôler l'activité des responsables. "Notre objectif, c'est de parvenir à la création d'une inspection générale rattachée à la présidence de la République et dont le rôle consiste à contrôler le travail et les activités des responsables", a affirmé Tebboune, précisant que cette inspection sera appelée à effectuer des visites inopinées. À une question sur l'existence de cette inspection au niveau du Premier ministère en 2017, le chef de l'Etat a fait savoir que c'est à cause de cette inspection qu'il a été mis fin à ses fonctions de premier ministre. Selon lui, l'organisation de cette inspection n'est pas facile, ce qui nécessitera la promulgation de textes de loi. "Si demain, des inspecteurs de cette structure se déplaceront dan s u ne wila ya , ils auront à rencontrer et discuter avec les citoyens pour s'enquérir de ce qui a été entrepris et réalisé afin d'assurer le suivi de l'application des décisions", a-t-il dit. Le Président a ainsi relevé que "des citoyens se sont plaints de la non application des décisions prises par le gouvernement qui applique le programme du président de la République", citant entreautres la prime du Covid-19 destinée aux personnels exerçant dans le secteur médical, allant de l'ambulancier au médecin en passant par l'infirmier, qui n'a pas été per çu e dans c ertains ét ab l i sseme nts. "C'est à cause de cela que j'ai mis fin aux fonctions de plusieurs walis et ministres. Celui qui n'applique pas les décisions du gouvernement doit partir", a-t-il affirmé.
Visite de Benny Gantz au Maroc : "Un déshonneur"
Abdelmadjid Tebboune a affirmé qu'il est triste qu'un ministre de "l'entité sioniste menace un pays arabe (l'Algérie) à partir d'un autre pays arabe (le Maroc)", qualifiant cet acte d'"infâme et déshonorant". "C'est la première depuis 1948 qu'un ministre de cette entité visite un pays arabe et y profère des menaces à l'encontre d'un autre pays arabe. Un tel acte entache d'opprobre le pays hôte", a déploré le Président Tebboune.
"Maintien du caractère social démocratique de l'Etat"
Sur un autre registre , le Président Tebboune a affirmé que l'Etat ne renoncerait point à son caractère social. "Les aides sociales en Algérie se poursuivront car le maintien du caractère social démocratique de l'Etat répond à un devoir de fidélité au serment des vaillants chouh ada et à la Proclamation du 1er Novembre 1954", a indiqué Abdelmadjid Tebboune qui a affirmé que la "révision de l'aide sociale passera par un débat national élargi", assurant que la levée des subventions sociales concernera seulement un tiers des citoyens parmi ceux ayant des revenus très élevés. "La révision de l'aide sociale doit passer par un débat national", a promis le Président Tebboune. Et d'ajouter : "Les m écanismes de cette révision ne sont pas encore arrêtés ni encore ses modalités, ses objectifs et les concernés. Chaque remaniement ministériel est effectué sur la base des résultats réalisés sur le terrain" À une question de savoir si le dernier remaniement ministériel répond à cette logique, Tebboune a répondu par l'affirmative : "Oui, c'est 100 % cela", so ulign an t que ch aque remanieme nt ministériel est effectué sur la base des résultats réalisés sur le terrain. Il a indiqué qu'à l'issue des réunions de Conseil des ministres, des décisions sont prises dans le souci d'améliorer la situation sociale des citoyens, mais ces derniers sont déçus quand ils se rendent compte de la non application de ces décisions. À cet effet, il a cité l'exemple de la création d'une école supérieure pour sourdsmuets, dont la décision a été prise il y a plus de cinq ou six mois, mais, a-t-il déploré, "à ce jour rien n'a été entrepris dans ce sens. J'en ai fait la remarque au ministre concené", a-t-il indiqué, relevant qu'il y a "beaucoup d'exemples similaires". "La levée des subventions sociales concernera seulement un tiers des citoyens"
" La levée des subv entions sociales
co ncerner a seulement un tier s des citoyens parmi ceux ayant des revenus très élevés", a souligné Tebboune. Et de faire remarquer que cette réforme nécessite un certain niveau de numérisation et des statistiques précises sur les revenus en vue de classer les catégories pauvres, moyennes et riches, or ces statistiques actuellement ne sont pas minutieuses à ce sujet. Les "syndicats seront associés à ce débat national sur la révision de l'aide sociale consacrée par la loi de finances 2022", a fait savoir le président Tebboune. Interrogé sur l'échec des précédentes tentatives de réforme de la politique de subvention, Tebboune a imputé cet échec à la "grande improvisa tion qui marquait cette démarc he dans le passé".
Le montant de l'allocation
chômage sera "proche du SNMG" Il a déploré les débats dominant la scène médiatique au sujet de la révision de la politique sociale du pays, qui, a-t-il dit, "ont peut-être exploité un dérapage verbal d'un ou plusieurs responsables", affirmant qu' i l était e nc ore tôt pour débattre de ce sujet. Abordant la question de l'allocation chômage, le Président Tebboune indique que les chômeurs bonifieront "d'un salaire en attendant d'obtenir un poste de travail", en précisant que le montant de cette a l l oc atio n " ser a proche du Salaire nationa l mini mum garanti (SNMG)".
"L'année 2022 sera destinée aux réformes structurelles en économie"
Enchaînant dans le même ordre d'idées, le chef de l'Etat indique que les réformes votées interviendront l'année prochaine. "L'anné e 2 022 ser a destinée au x réformes structurelles en économie", a fait savoir le Président Tebboune. Il a, dans le même contexte, lancé un appel aux hommes d'affaires algériens, à venir investir dans leur pays.
Sommet arabe d'Alger : l'Algérie pour la participation de la Syrie
Abdelmadjid Tebboune a affirmé que "l'Algérie est un Etat qui rassemble les belligérants", allusion faite à la participation de la Syrie au prochain Sommet arabe prévu le 22 mars 2022 à Alger, ajoutant que cette rencontre devrait être unificatrice. "Lorsque nous organisons un sommet arabe, il faut qu'il soit rassembleur. La Syrie est censée y participer", a souligné le Président Tebboune lors de son entrevue périodique avec des responsables de médias nationaux, diffusée vendredi soir, souhaitant que "ce sommet puisse constituer un nouveau départ pour un monde arabe déchiré", a-t-il poursuivi. "L'Algérie n'applaudit pas la discorde et la division entre les pays arabes, c'est un Etat qui fédère les belligérants en Afrique, dans le monde arabe et même en Europe etdans les Balkans", a mis en avant le Président Tebboune. Evoquant la réforme de la Ligue arabe, le président de la République a fait s avoir que "cette dernière n' a pas changé depuis 1948. Toutes les organisations ont changé sauf la Ligue arabe", a déclaré le chef de l'Etat, rappelant dans ce sens l'Organisation des nations unies (O NU) ap pelé e aupa ravant l a S ociété d es n ati ons (SDN) ou bien l'Union africaine (UA), ex-Organisation de l'un ité a frica ine (OUA) , régies actuellement par des règlements intérieurs efficients. "Nos relations sont d'abord méditerranéennes, maghrébines et arabes. Nous entretenons de bonnes re lations ave c l'ensem ble d es pa ys musulmans, hormis ceux qui nous sont hostiles. L'Algérie n'a de haine pour aucun pays", a dit le président de la République.
Algérie - France : Tebboune veut une relation d'égal à égal
Le retour à la normale des relations algéro-françaises ne se fera que sur la base d'un traitement d'"égal à égal", a affirmé Abdelmadjid Tebboune. "Le retour à la normale des relations algéro-françaises est inéluctable, mais à des conditions. L'autre partie doit comprendre que le traitement d'égal à égal n'est nullement une provocation, mais plutôt un garant de la souveraineté d'un pays, arrachée au prix de 5.630.000 de martyrs tombés au champs d'honneur e ntre 1830 e t 19 62", a indiqué le Président Tebboune. "Les relations entre les deux pays doivent désormais obéir à un traitement d'égal à égal...L'Algérie ne tolérera aucun diktat", a affirmé le Président Tebboune qui a souligné que "l'établissement de relations avec la France ne sera pas sy
I ntervenant lors d'une entrevue avec des représentants de la presse nationale diffusée vendredi, Tebboune a indiqué qu'"il est t emps que l'Etat renonce à certaines prérogatives centrales en les attribuant aux élus locaux", annonçant l'ouverture, début 2022, d'ateliers pour la révision des codes communa l e t de wi l aya. Il s'agit par cette démarche, a expliqué le chef de l'Etat, d'"opérer un changement radical dans la gestion des communes, principale cellule de la nouvelle République". L'objectif de la révision de ces textes est de conférer davantage de p rérogatives aux élu s locaux et les doter de mécanismes financiers leur permettant d'honorer les engagements pris devant les citoyens, a ajouté le président de la République.
Tebboune révèle les raisons de son limogeage en 2017
Par ailleurs, Tebboune a annoncé la création d'une inspection générale qui sera mise sous tutelle de la présidence de la République afin de contrôler l'activité des responsables. "Notre objectif, c'est de parvenir à la création d'une inspection générale rattachée à la présidence de la République et dont le rôle consiste à contrôler le travail et les activités des responsables", a affirmé Tebboune, précisant que cette inspection sera appelée à effectuer des visites inopinées. À une question sur l'existence de cette inspection au niveau du Premier ministère en 2017, le chef de l'Etat a fait savoir que c'est à cause de cette inspection qu'il a été mis fin à ses fonctions de premier ministre. Selon lui, l'organisation de cette inspection n'est pas facile, ce qui nécessitera la promulgation de textes de loi. "Si demain, des inspecteurs de cette structure se déplaceront dan s u ne wila ya , ils auront à rencontrer et discuter avec les citoyens pour s'enquérir de ce qui a été entrepris et réalisé afin d'assurer le suivi de l'application des décisions", a-t-il dit. Le Président a ainsi relevé que "des citoyens se sont plaints de la non application des décisions prises par le gouvernement qui applique le programme du président de la République", citant entreautres la prime du Covid-19 destinée aux personnels exerçant dans le secteur médical, allant de l'ambulancier au médecin en passant par l'infirmier, qui n'a pas été per çu e dans c ertains ét ab l i sseme nts. "C'est à cause de cela que j'ai mis fin aux fonctions de plusieurs walis et ministres. Celui qui n'applique pas les décisions du gouvernement doit partir", a-t-il affirmé.
Visite de Benny Gantz au Maroc : "Un déshonneur"
Abdelmadjid Tebboune a affirmé qu'il est triste qu'un ministre de "l'entité sioniste menace un pays arabe (l'Algérie) à partir d'un autre pays arabe (le Maroc)", qualifiant cet acte d'"infâme et déshonorant". "C'est la première depuis 1948 qu'un ministre de cette entité visite un pays arabe et y profère des menaces à l'encontre d'un autre pays arabe. Un tel acte entache d'opprobre le pays hôte", a déploré le Président Tebboune.
"Maintien du caractère social démocratique de l'Etat"
Sur un autre registre , le Président Tebboune a affirmé que l'Etat ne renoncerait point à son caractère social. "Les aides sociales en Algérie se poursuivront car le maintien du caractère social démocratique de l'Etat répond à un devoir de fidélité au serment des vaillants chouh ada et à la Proclamation du 1er Novembre 1954", a indiqué Abdelmadjid Tebboune qui a affirmé que la "révision de l'aide sociale passera par un débat national élargi", assurant que la levée des subventions sociales concernera seulement un tiers des citoyens parmi ceux ayant des revenus très élevés. "La révision de l'aide sociale doit passer par un débat national", a promis le Président Tebboune. Et d'ajouter : "Les m écanismes de cette révision ne sont pas encore arrêtés ni encore ses modalités, ses objectifs et les concernés. Chaque remaniement ministériel est effectué sur la base des résultats réalisés sur le terrain" À une question de savoir si le dernier remaniement ministériel répond à cette logique, Tebboune a répondu par l'affirmative : "Oui, c'est 100 % cela", so ulign an t que ch aque remanieme nt ministériel est effectué sur la base des résultats réalisés sur le terrain. Il a indiqué qu'à l'issue des réunions de Conseil des ministres, des décisions sont prises dans le souci d'améliorer la situation sociale des citoyens, mais ces derniers sont déçus quand ils se rendent compte de la non application de ces décisions. À cet effet, il a cité l'exemple de la création d'une école supérieure pour sourdsmuets, dont la décision a été prise il y a plus de cinq ou six mois, mais, a-t-il déploré, "à ce jour rien n'a été entrepris dans ce sens. J'en ai fait la remarque au ministre concené", a-t-il indiqué, relevant qu'il y a "beaucoup d'exemples similaires". "La levée des subventions sociales concernera seulement un tiers des citoyens"
" La levée des subv entions sociales
co ncerner a seulement un tier s des citoyens parmi ceux ayant des revenus très élevés", a souligné Tebboune. Et de faire remarquer que cette réforme nécessite un certain niveau de numérisation et des statistiques précises sur les revenus en vue de classer les catégories pauvres, moyennes et riches, or ces statistiques actuellement ne sont pas minutieuses à ce sujet. Les "syndicats seront associés à ce débat national sur la révision de l'aide sociale consacrée par la loi de finances 2022", a fait savoir le président Tebboune. Interrogé sur l'échec des précédentes tentatives de réforme de la politique de subvention, Tebboune a imputé cet échec à la "grande improvisa tion qui marquait cette démarc he dans le passé".
Le montant de l'allocation
chômage sera "proche du SNMG" Il a déploré les débats dominant la scène médiatique au sujet de la révision de la politique sociale du pays, qui, a-t-il dit, "ont peut-être exploité un dérapage verbal d'un ou plusieurs responsables", affirmant qu' i l était e nc ore tôt pour débattre de ce sujet. Abordant la question de l'allocation chômage, le Président Tebboune indique que les chômeurs bonifieront "d'un salaire en attendant d'obtenir un poste de travail", en précisant que le montant de cette a l l oc atio n " ser a proche du Salaire nationa l mini mum garanti (SNMG)".
"L'année 2022 sera destinée aux réformes structurelles en économie"
Enchaînant dans le même ordre d'idées, le chef de l'Etat indique que les réformes votées interviendront l'année prochaine. "L'anné e 2 022 ser a destinée au x réformes structurelles en économie", a fait savoir le Président Tebboune. Il a, dans le même contexte, lancé un appel aux hommes d'affaires algériens, à venir investir dans leur pays.
Sommet arabe d'Alger : l'Algérie pour la participation de la Syrie
Abdelmadjid Tebboune a affirmé que "l'Algérie est un Etat qui rassemble les belligérants", allusion faite à la participation de la Syrie au prochain Sommet arabe prévu le 22 mars 2022 à Alger, ajoutant que cette rencontre devrait être unificatrice. "Lorsque nous organisons un sommet arabe, il faut qu'il soit rassembleur. La Syrie est censée y participer", a souligné le Président Tebboune lors de son entrevue périodique avec des responsables de médias nationaux, diffusée vendredi soir, souhaitant que "ce sommet puisse constituer un nouveau départ pour un monde arabe déchiré", a-t-il poursuivi. "L'Algérie n'applaudit pas la discorde et la division entre les pays arabes, c'est un Etat qui fédère les belligérants en Afrique, dans le monde arabe et même en Europe etdans les Balkans", a mis en avant le Président Tebboune. Evoquant la réforme de la Ligue arabe, le président de la République a fait s avoir que "cette dernière n' a pas changé depuis 1948. Toutes les organisations ont changé sauf la Ligue arabe", a déclaré le chef de l'Etat, rappelant dans ce sens l'Organisation des nations unies (O NU) ap pelé e aupa ravant l a S ociété d es n ati ons (SDN) ou bien l'Union africaine (UA), ex-Organisation de l'un ité a frica ine (OUA) , régies actuellement par des règlements intérieurs efficients. "Nos relations sont d'abord méditerranéennes, maghrébines et arabes. Nous entretenons de bonnes re lations ave c l'ensem ble d es pa ys musulmans, hormis ceux qui nous sont hostiles. L'Algérie n'a de haine pour aucun pays", a dit le président de la République.
Algérie - France : Tebboune veut une relation d'égal à égal
Le retour à la normale des relations algéro-françaises ne se fera que sur la base d'un traitement d'"égal à égal", a affirmé Abdelmadjid Tebboune. "Le retour à la normale des relations algéro-françaises est inéluctable, mais à des conditions. L'autre partie doit comprendre que le traitement d'égal à égal n'est nullement une provocation, mais plutôt un garant de la souveraineté d'un pays, arrachée au prix de 5.630.000 de martyrs tombés au champs d'honneur e ntre 1830 e t 19 62", a indiqué le Président Tebboune. "Les relations entre les deux pays doivent désormais obéir à un traitement d'égal à égal...L'Algérie ne tolérera aucun diktat", a affirmé le Président Tebboune qui a souligné que "l'établissement de relations avec la France ne sera pas sy


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.