CAN-2021 (Gr.E) Côte d'Ivoire - Algérie : impératif de gagner    Affaire du groupe Amenhyd: 4 ans de prison ferme pour Sellal et 5 ans à l'encontre de Necib    Côte d'Ivoire - Algérie: le Sud-africain de Freitas Gomes à la place du Gambien Gassama au sifflet    Armée sahraouie : nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans les secteurs Houza et Aousserd    Travaux publics : publication prochaine d'une deuxième partie des cahiers de charges types    Salon international du bâtiment à Annaba: 80 opérateurs exposent leurs produits    Covid-19 : mise en garde contre l'idée que le variant Omicron est bénin    Kamel Nasri lance les travaux de dédoublement du tronçon de la RN 01 Djelfa-Laghouat    Dans un discours au siège du MDN: Les mises en garde de Tebboune    Le crime économique organisé, une menace pour la sécurité mondiale    Commerce: Le ministre demande aux boulangers de «patienter»    Groupe D : Egypte-Soudan, aujourd'hui à 20h00: Victoire obligatoire pour les «Pharaons»    Groupe D : Guinée-Bissau - Nigeria, aujourd'hui à 20h00 - L'outsider sans complexes    Football - Ligue 2: Le RCK champion d'hiver, l'ASMO en chute libre    Quid des nouvelles villes en Algérie ?    A l'exception des plénières déjà programmées: Les activités de l'APN reportées à cause du Covid    Oran: Quatre morts dans la chute d'un monte-charge    Sommes-nous vaccinés contre le vaccin ?    Benfreha: Une dizaine de constructions illicites démolies    Tlemcen: Une stèle pour Benaouda Benzerdjeb    L'éternelle nuit religieuse : l'Horloge bloquée sur minuit    Luis Suarez, un cas difficile à gérer    Umtiti blessé au pied et opéré    L'heure des calculs pour les Verts    Onze morts dans des raids au Yémen    Des critiques aux reproches    Le baril affole le marché    Des Américains en prospection à Oran    Incontournable marché libyen    Panique dans les lycées    Une hausse inquiétante    L'heure est grave    «Le spectre de l'achat des voix plane»    Sept nouveaux manifestants anti-putsch tués    Les facteurs d'une Renaissance nationale    Didouche Mourad revisité à Aghribs    La semaine du film documentaire    L'application de certaines dispositions de la loi relative au chahid et au moudjahid, après enrichissement des textes    Chanegriha : La rencontre avec le président Tebboune au siège du MDN revêt une "symbolique particulière"    Le statu quo !    Le Conseil présidentiel en faveur de la tenue des élections    "L'ACTIVITE SYNDICALE EST VITALE POUR LA SOCIETE"    Trois morts suite à une attaque par drone    Croissance de 8,1% en 2021, au plus haut depuis une décennie    Le pôle de formation ouvre ses portes à la presse    M. Lamamra reçu par le Président égyptien Abdelfattah Al-Sissi    Privilèges, affectations et contrariétés !    Une histoire entre colons    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La caution d'un «pacte»
Alger pose ses conditions pour un retour à la normale des relations avec Paris
Publié dans L'Expression le 28 - 11 - 2021

Après 2 mois de brouille diplomatique,une éclaircie semble succéder au tumulte des relations entre l'Algérie et la France. Interrogé par les journaliste sur cette crise diplomatique, le président Abdelmadjid Tebboune n'a pas exclu «un retour à la normale», mais en guise de mode d'emploi il a posé une condition sine qua non, selon laquelle ces relations doivent se faire sur une base d'«égal à égal». « Il faut bien que ces relations reviennent à la normale, à condition que l'autre partie (la France) les conçoive sur une base d'égal à égal, sans provocation», a déclaré le chef de l'Etat estimant que quelles que soient les motivations du président français, il y a un seuil à ne pas franchir. «Nous sommes d'accord pour qu'on traite l'un avec l'autre, pour ne pas nuire aux intérêts de chaque partie, mais nous n'accepterons pas qu'on nous impose quoi que ce soit», a tranché Abdelmadjid Tebboune. Cette relative accalmie fait suite à une série de déclarations et tentatives d'apaisement exprimées par les plus hautes autorités françaises après des propos du président Emmanuel Macron, rapportés le 2 octobre dernier, par le quotidien français Le Monde, accusant le système «politico-militaire» algérien d'entretenir une «rente mémorielle». Selon
Le Monde, Macron s'est même interrogé sur «l'existence d' une nation algérienne avant la colonisation française».
Le 10 octobre dernier, la Présidence française a fait savoir qu'Emmanuel Macron «regrette les polémiques et les malentendus» avec l'Algérie et assure avoir «le plus grand respect pour la nation algérienne» et «son histoire». Des propos salués par le chef de la diplomatie algérienne. Ramtane Lamamra a noté que ces déclarations «manifestant du respect» envers l'Algérie.
«Infâme et déshonorant»
Au sujet des provocations répétées par le royaume du Maroc contre l'Algérie, le président de la République, s'est dit triste qu'un ministre de l'entité sioniste menace un pays arabe (l'Algérie) à partir d'un autre pays arabe (le Maroc), qualifiant cet acte «infâme et déshonorant». Il a souligné que c'est la première fois depuis 1948 qu'un ministre de cette entité visite un pays arabe et y profère des menaces à l'encontre d'un autre pays arabe. «Un tel acte entache d'opprobre le pays hôte», a dénoncé Tebboune. Lors d'une visite effectuée en août dernier au Maroc, le ministre des Affaires étrangères de l'entité sioniste s'en était pris à l'Algérie, qualifiant
«de préoccupant, son rôle dans la région».
Pour Abdelmadjid Tebboune, la diplomatie algérienne sera «une vitrine» reflétant l'image de l'Algérie et les efforts déployés à tous les niveaux.
Le président Tebboune a relevé que «les médias, notamment occidentaux, ne véhiculent pas les points positifs que connaît l'Algérie, mais focalisent plutôt sur le négatif». «De nombreuses parties à l'intérieur et à l'extérieur ignorent que l'Algérie a un immense réseau routier, et plus de 75 barrages construits ainsi que d'autres en cours de réalisation. Beaucoup ignorent que 12 millions d'élèves poursuivent leurs études, pris en charge par le budget de l'Etat, et que nous avons plus de 100 centres universitaires et quelque 12 écoles supérieures».Et d'ajouter que «l'on ne rapporte que du négatif sur l'Algérie, à l'instar des informations sur l'arrestation ou l'emprisonnement de certaines personnes». «Comparée aux autres pays de la région, l'Algérie a réalisé des acquis importants», a assuré le président Tebboune qui a regretté
le black-out médiatique concernant l'évolution positive qu'a connue l'Algérie.
La ligue arabe vitrifiée
Enfin, le dernier dossier brûlant abordé par le chef de l'Etat avec la presse a concerné le prochain sommet arabe prévu le 22 mars 2022 à Alger qu'il souhaite rassembleur. «L'Algérie est un Etat qui rassemble les belligérants», a-t-il dit en allusion à la participation de la Syrie à ce sommet. «Nos relations sont d'abord méditerranéennes, maghrébines et arabes. Nous entretenons de bonnes relations avec l'ensemble des pays musulmans, hormis ceux qui nous sont hostiles. L'Algérie n'a de haine pour aucun pays», a plaidé le président de la République. Evoquant la réforme de la Ligue arabe, Tebboune a fait savoir que «toutes les organisations ont changé, sauf la Ligue arabe» qui reste figée depuis 1948.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.