Boumerdès : 4 harragas meurent noyés en mer et 9 autres disparus    Juventus: Simeone encense "l'animal" Ronaldo    EN : Une dernière étape avant d'officialiser le match face à la Colombie    Rassemblement aujourd'hui devant le siège du parti    «Le circuit de distribution doit être assaini»    Des administrateurs pour Sovac et Global Group    Craintes d'un nouveau conflit armé dans le Golfe    Les raisons d'un bouleversement politique    "C'est toute la classe politique qui vient d'être sanctionnée"    Hyundai i10 2020 Changement et modernisation    Malgré les arrestations et le dispositif sécuritaire : Les étudiants en force    Marche et grève générale le 24 septembre    L'entraîneur de Horoya AC évoque le match retour    Rebiai et Bouhalfaya libérés, Koudri et Moussaoui appelés    Les campus toujours au rendez-vous    6 blessés et 2 intoxiqués suite à une explosion de gaz    Appel aux bénéficiaires de logements à libérer leurs habitations précaires    ACTUCULT    Une vingtaine d'artistes participent à la manifestation    sortir ...sortir ...sortir ...    Les super héros des Comics et Marvel débarquent à Alger    Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Le MSP dénonce les interpellations et hésite sur la présidentielle    Le rétablissement de la production saoudienne sera difficile    Sous le signe de la solidarité avec les détenus    Echos de campus    Le CSA menacé de paralysie    Un grand cinéaste s'en est allé    157 kg de viande rouge et 62 kg d'abats impropres à la consommation saisis    Mascara: Plus de 10 millions en fausse monnaie saisis    Ligue des champions d'Europe: Paris et Madrid pôles d'attraction    Alger, Constantine: Samir Belarbi et trois manifestants en détention provisoire    Au cours des derniers mois: Près de 50.000 registres de commerce supprimés par leurs propriétaires    Révision de la règle 51/49: Des assurances sur les domaines de souveraineté    FAF - AG extraordinaire: Le nouveau système de compétition validé    Pour s'enquérir des dysfonctionnements du secteur de l'Education: Une commission d'inspection du ministère de l'Intérieur sur le terrain    Les Rohingyas vivent sous la menace d'un «génocide»    Les quatre représentants algériens affichent une belle forme    Libre en juin, Cavani divise en interne    L'UA demande des efforts concertés aux pays africains pour assurer une gouvernance efficace des migrations    L'envoyé de l'ONU attire l'attention sur le risque d'une escalade militaire    Des instructions fermes quant au respect des délais d'avancement des travaux    Les plus lus et les plus traduits au monde    Youcef Meziani n'est plus    Election présidentielle: Un des chantiers prioritaires du futur président de la République, redonner confiance    Professions de promoteur et d'agent immobilier: Les agréments délivrés par les walis    Grâce à la rationalisation des importations des céréales : L'Algérie a économisé plus d'un milliard de dollars    Rabehi défend le gouvernement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dans la tourmente du combat
Publié dans Le Midi Libre le 06 - 11 - 2007

Djamila Amrane a écrit «Femmes au combat», en mémoire des années de feu. Elle dit : «Ayant personnellement, pris part à la guerre de Libération nationale, j'ai gardé en mémoire l'image de toutes ces militantes que j'ai connues pendant la bataille d'Alger, au maquis et dans les prisons. Et il m'a paru d'une injustice profonde que l'histoire de ces sept années de guerre s'écrivent en faisant abstraction d'une moitié du peuple algérien… les femmes. C'est cette moitié, oubliée des historiens, acteurs, écrivains, que j'ai essayé de faire vivre.»
Deux mille femmes ont participé en tant que moudjahidate sur tous les théâtres d'opération : bataille d'Alger, maquis, prenant leur part des servitudes qui sont celles du djoundi en campagne ; 20% ont été tuées. Elles ont, par leur engagement, fait plus pour l'émancipation de toutes que toutes les lois qui les ont consacrés. Leur entrée dans la lutte a changé la vision de l'avenir. Leur sacrifice a ému et sublimé la lutte pour la liberté de tout le peuple algérien, dans le monde entier.
Djamila Bouhired, Djamila Boupacha, Djamila Bouazza, Zohra Drif, Ourida Meddad, Hassiba Ben Bouali, Louisette et Malika Ighilahriz, Fatima Benosmane-Zekkal, Ouardia Hadj Makhlouf, Fatma Talbi, Isa Dehilès, Ouisa Hablal, Nefissa Lalliam-Hamoud, Abbassia Fodhil, Raymonde Peschard, Aouicha Hadj Hamou, Khedidja Chelabi, Yamina Cherrad, Fatma Zohra Benyahia, Mimi Nachet Ben Mohamed, Zoubida Bekkadour, Jacqueline Guerroudj, Djoher Akrour, Baya Hocine, Nadia Jeanne Belkhodja, Yvette Bacri, Y. Moatti, Annie Steiner, Zohra Hamdad, Eliane Gautron, Chafika M ; Malika Mefti, Denise Walbert, Fatma Zekkal, Yamina Gritli, Fatima Bedj Mouhoub, Fatima dite Aouicha, Hanifa Abdelhadri, Meriem Boubekeur, Goucem Madani, Zohra Hamidou, Zoulikha Hchach, ont fait la «une» des journaux.
Djamila Amrane dit leur héroisme naturel, rejoignant en cela les grandes figures de la résistance à l'occupation, comme Fadhma N'soumer.
Stoïcisme, dévouement, abnégation dans l'action, esprit de sacrifice, initiative, ingéniosité, courage et détermination ont ébranlé leurs ennemis et donné du courage à ceux qui croyaient ne pas pouvoir y arriver.
Djamila Amrane raconte que Zoulikha Hchach a tué un soldat français pour protéger son fils qui veut rejoindre ses frères d'armes et d'espérance ! Et Fatma Bedj Hammoud qui, demandant des nouvelles de sa première fille, apprend sa mort «en martyre» ; elle demande où est sa deuxième fille, en sachant la réponse : «Elle est morte en martyre.» Il en sera également de même pour son fils adoptif, mort en martyr ; elle ne dit rien, elle s'isole pour pleurer en silence.
Et cette force de caractère qui transforme la douleur en youyou de fierté, celle d'avoir «donné» son enfant à la révolution et le perdre.
Djamila Amrane a témoigné. A l'un de ses tortionnaires elle a posé cette question : comment pouvez-vous soutenir le regard de vos enfants ?
Et les jeunes Algériens d'aujourd'hui sauront-ils les immenses sacrifices des hommes et des femmes qui ont reconquis la liberté ?
Djamila Amrane a écrit «Femmes au combat», en mémoire des années de feu. Elle dit : «Ayant personnellement, pris part à la guerre de Libération nationale, j'ai gardé en mémoire l'image de toutes ces militantes que j'ai connues pendant la bataille d'Alger, au maquis et dans les prisons. Et il m'a paru d'une injustice profonde que l'histoire de ces sept années de guerre s'écrivent en faisant abstraction d'une moitié du peuple algérien… les femmes. C'est cette moitié, oubliée des historiens, acteurs, écrivains, que j'ai essayé de faire vivre.»
Deux mille femmes ont participé en tant que moudjahidate sur tous les théâtres d'opération : bataille d'Alger, maquis, prenant leur part des servitudes qui sont celles du djoundi en campagne ; 20% ont été tuées. Elles ont, par leur engagement, fait plus pour l'émancipation de toutes que toutes les lois qui les ont consacrés. Leur entrée dans la lutte a changé la vision de l'avenir. Leur sacrifice a ému et sublimé la lutte pour la liberté de tout le peuple algérien, dans le monde entier.
Djamila Bouhired, Djamila Boupacha, Djamila Bouazza, Zohra Drif, Ourida Meddad, Hassiba Ben Bouali, Louisette et Malika Ighilahriz, Fatima Benosmane-Zekkal, Ouardia Hadj Makhlouf, Fatma Talbi, Isa Dehilès, Ouisa Hablal, Nefissa Lalliam-Hamoud, Abbassia Fodhil, Raymonde Peschard, Aouicha Hadj Hamou, Khedidja Chelabi, Yamina Cherrad, Fatma Zohra Benyahia, Mimi Nachet Ben Mohamed, Zoubida Bekkadour, Jacqueline Guerroudj, Djoher Akrour, Baya Hocine, Nadia Jeanne Belkhodja, Yvette Bacri, Y. Moatti, Annie Steiner, Zohra Hamdad, Eliane Gautron, Chafika M ; Malika Mefti, Denise Walbert, Fatma Zekkal, Yamina Gritli, Fatima Bedj Mouhoub, Fatima dite Aouicha, Hanifa Abdelhadri, Meriem Boubekeur, Goucem Madani, Zohra Hamidou, Zoulikha Hchach, ont fait la «une» des journaux.
Djamila Amrane dit leur héroisme naturel, rejoignant en cela les grandes figures de la résistance à l'occupation, comme Fadhma N'soumer.
Stoïcisme, dévouement, abnégation dans l'action, esprit de sacrifice, initiative, ingéniosité, courage et détermination ont ébranlé leurs ennemis et donné du courage à ceux qui croyaient ne pas pouvoir y arriver.
Djamila Amrane raconte que Zoulikha Hchach a tué un soldat français pour protéger son fils qui veut rejoindre ses frères d'armes et d'espérance ! Et Fatma Bedj Hammoud qui, demandant des nouvelles de sa première fille, apprend sa mort «en martyre» ; elle demande où est sa deuxième fille, en sachant la réponse : «Elle est morte en martyre.» Il en sera également de même pour son fils adoptif, mort en martyr ; elle ne dit rien, elle s'isole pour pleurer en silence.
Et cette force de caractère qui transforme la douleur en youyou de fierté, celle d'avoir «donné» son enfant à la révolution et le perdre.
Djamila Amrane a témoigné. A l'un de ses tortionnaires elle a posé cette question : comment pouvez-vous soutenir le regard de vos enfants ?
Et les jeunes Algériens d'aujourd'hui sauront-ils les immenses sacrifices des hommes et des femmes qui ont reconquis la liberté ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.