Les femmes-mères travailleuses entre le four et le moulin    1 500 milliards de DA hors circuit    Pas d'impacts de la crise financière    Pour l'annulation des poursuites judiciaires    Varsovie attend des excuses d'Israël    Le sénateur démocrate Bernie Sanders annonce sa candidature pour 2020    Pauvre Finkielkraut    Le Gambien Bakary Gassama au sifflet    Feghouli et Bennacer dans le Onze type africain de la semaine    Les présidents de l'ASAM et l'O Médéa suspendus    Le plan de Benghabrit pour faire face à la grève    Violences contre les femmes et trafic de drogue en hausse    Gâteau renversé aux agrumes    La « main étrangère » au service du régime illégitime d'Alger durant la « sale guerre ».    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Liberté de la presse : Le Maroc renoue avec les méthodes de barbouzes    Aïn El Hammam : Un commerce informel encombrant    Boufarik : 32 Omras octroyées par l'association Ennour    Opposition unie, un rêve ?    Tiaret: Un réseau de vol de véhicules démantelé    EN - La liste des joueurs à retenir: Un casse-tête pour Belmadi    Ligue 2 - Probabilités de relégation: Le temps de la calculette est arrivé !    UMA et sociétés civiles: «Laisser le règlement du problème du Sahara Occidental aux Nations unies»    Le vendredi de tous les dangers    Boumerdès: Un véhicule de transport de fonds attaqué, 15 milliards volés    Le mot du Chahid à ces gens-là...    Sebaâ et Haniched renforcent la DTS    Les acteurs politiques face aux risques de dérapages    «L'assiette destinée au centre de formation du club est prête»    Trois médailles, dont une en or, pour l'Algérie    Le développement de l'Afrique, un enjeu géostratégique au XXIe siècle»    Avec Ooredoo, suivez votre consommation d'eau sur votre mobile grâce au nouveau service exclusif «SEAAL Mobile»    Comment renforcer les capacités des bureaux d'hygiène    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    La Ligue arabe condamne les prélèvements par l'occupant israélien sur les revenus d'impôts palestiniens    Retour des «djihadistes», un vrai casse-tête pour les autorités françaises    Où est le programme ?    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    Exportation de 860.000 œufs vers la Libye    Influence de la cuisine orientale sur la cuisine européenne du Moyen-âge    Bedoui dénonce des tentatives de "gâcher" l'élection    Formation professionnelle : Réception de 40 nouveaux établissements pour la rentrée de février    17 personnes décédées et 1.242 autres blessées en une semaine    Déclaration de politique générale : M. Ouyahia la présentera lundi prochain devant l'APN    Augmentation de la bourse et suppression des réfectoires    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dans la tourmente du combat
Publié dans Le Midi Libre le 06 - 11 - 2007

Djamila Amrane a écrit «Femmes au combat», en mémoire des années de feu. Elle dit : «Ayant personnellement, pris part à la guerre de Libération nationale, j'ai gardé en mémoire l'image de toutes ces militantes que j'ai connues pendant la bataille d'Alger, au maquis et dans les prisons. Et il m'a paru d'une injustice profonde que l'histoire de ces sept années de guerre s'écrivent en faisant abstraction d'une moitié du peuple algérien… les femmes. C'est cette moitié, oubliée des historiens, acteurs, écrivains, que j'ai essayé de faire vivre.»
Deux mille femmes ont participé en tant que moudjahidate sur tous les théâtres d'opération : bataille d'Alger, maquis, prenant leur part des servitudes qui sont celles du djoundi en campagne ; 20% ont été tuées. Elles ont, par leur engagement, fait plus pour l'émancipation de toutes que toutes les lois qui les ont consacrés. Leur entrée dans la lutte a changé la vision de l'avenir. Leur sacrifice a ému et sublimé la lutte pour la liberté de tout le peuple algérien, dans le monde entier.
Djamila Bouhired, Djamila Boupacha, Djamila Bouazza, Zohra Drif, Ourida Meddad, Hassiba Ben Bouali, Louisette et Malika Ighilahriz, Fatima Benosmane-Zekkal, Ouardia Hadj Makhlouf, Fatma Talbi, Isa Dehilès, Ouisa Hablal, Nefissa Lalliam-Hamoud, Abbassia Fodhil, Raymonde Peschard, Aouicha Hadj Hamou, Khedidja Chelabi, Yamina Cherrad, Fatma Zohra Benyahia, Mimi Nachet Ben Mohamed, Zoubida Bekkadour, Jacqueline Guerroudj, Djoher Akrour, Baya Hocine, Nadia Jeanne Belkhodja, Yvette Bacri, Y. Moatti, Annie Steiner, Zohra Hamdad, Eliane Gautron, Chafika M ; Malika Mefti, Denise Walbert, Fatma Zekkal, Yamina Gritli, Fatima Bedj Mouhoub, Fatima dite Aouicha, Hanifa Abdelhadri, Meriem Boubekeur, Goucem Madani, Zohra Hamidou, Zoulikha Hchach, ont fait la «une» des journaux.
Djamila Amrane dit leur héroisme naturel, rejoignant en cela les grandes figures de la résistance à l'occupation, comme Fadhma N'soumer.
Stoïcisme, dévouement, abnégation dans l'action, esprit de sacrifice, initiative, ingéniosité, courage et détermination ont ébranlé leurs ennemis et donné du courage à ceux qui croyaient ne pas pouvoir y arriver.
Djamila Amrane raconte que Zoulikha Hchach a tué un soldat français pour protéger son fils qui veut rejoindre ses frères d'armes et d'espérance ! Et Fatma Bedj Hammoud qui, demandant des nouvelles de sa première fille, apprend sa mort «en martyre» ; elle demande où est sa deuxième fille, en sachant la réponse : «Elle est morte en martyre.» Il en sera également de même pour son fils adoptif, mort en martyr ; elle ne dit rien, elle s'isole pour pleurer en silence.
Et cette force de caractère qui transforme la douleur en youyou de fierté, celle d'avoir «donné» son enfant à la révolution et le perdre.
Djamila Amrane a témoigné. A l'un de ses tortionnaires elle a posé cette question : comment pouvez-vous soutenir le regard de vos enfants ?
Et les jeunes Algériens d'aujourd'hui sauront-ils les immenses sacrifices des hommes et des femmes qui ont reconquis la liberté ?
Djamila Amrane a écrit «Femmes au combat», en mémoire des années de feu. Elle dit : «Ayant personnellement, pris part à la guerre de Libération nationale, j'ai gardé en mémoire l'image de toutes ces militantes que j'ai connues pendant la bataille d'Alger, au maquis et dans les prisons. Et il m'a paru d'une injustice profonde que l'histoire de ces sept années de guerre s'écrivent en faisant abstraction d'une moitié du peuple algérien… les femmes. C'est cette moitié, oubliée des historiens, acteurs, écrivains, que j'ai essayé de faire vivre.»
Deux mille femmes ont participé en tant que moudjahidate sur tous les théâtres d'opération : bataille d'Alger, maquis, prenant leur part des servitudes qui sont celles du djoundi en campagne ; 20% ont été tuées. Elles ont, par leur engagement, fait plus pour l'émancipation de toutes que toutes les lois qui les ont consacrés. Leur entrée dans la lutte a changé la vision de l'avenir. Leur sacrifice a ému et sublimé la lutte pour la liberté de tout le peuple algérien, dans le monde entier.
Djamila Bouhired, Djamila Boupacha, Djamila Bouazza, Zohra Drif, Ourida Meddad, Hassiba Ben Bouali, Louisette et Malika Ighilahriz, Fatima Benosmane-Zekkal, Ouardia Hadj Makhlouf, Fatma Talbi, Isa Dehilès, Ouisa Hablal, Nefissa Lalliam-Hamoud, Abbassia Fodhil, Raymonde Peschard, Aouicha Hadj Hamou, Khedidja Chelabi, Yamina Cherrad, Fatma Zohra Benyahia, Mimi Nachet Ben Mohamed, Zoubida Bekkadour, Jacqueline Guerroudj, Djoher Akrour, Baya Hocine, Nadia Jeanne Belkhodja, Yvette Bacri, Y. Moatti, Annie Steiner, Zohra Hamdad, Eliane Gautron, Chafika M ; Malika Mefti, Denise Walbert, Fatma Zekkal, Yamina Gritli, Fatima Bedj Mouhoub, Fatima dite Aouicha, Hanifa Abdelhadri, Meriem Boubekeur, Goucem Madani, Zohra Hamidou, Zoulikha Hchach, ont fait la «une» des journaux.
Djamila Amrane dit leur héroisme naturel, rejoignant en cela les grandes figures de la résistance à l'occupation, comme Fadhma N'soumer.
Stoïcisme, dévouement, abnégation dans l'action, esprit de sacrifice, initiative, ingéniosité, courage et détermination ont ébranlé leurs ennemis et donné du courage à ceux qui croyaient ne pas pouvoir y arriver.
Djamila Amrane raconte que Zoulikha Hchach a tué un soldat français pour protéger son fils qui veut rejoindre ses frères d'armes et d'espérance ! Et Fatma Bedj Hammoud qui, demandant des nouvelles de sa première fille, apprend sa mort «en martyre» ; elle demande où est sa deuxième fille, en sachant la réponse : «Elle est morte en martyre.» Il en sera également de même pour son fils adoptif, mort en martyr ; elle ne dit rien, elle s'isole pour pleurer en silence.
Et cette force de caractère qui transforme la douleur en youyou de fierté, celle d'avoir «donné» son enfant à la révolution et le perdre.
Djamila Amrane a témoigné. A l'un de ses tortionnaires elle a posé cette question : comment pouvez-vous soutenir le regard de vos enfants ?
Et les jeunes Algériens d'aujourd'hui sauront-ils les immenses sacrifices des hommes et des femmes qui ont reconquis la liberté ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.