«Non c'est non !»    «Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    Si Boutef m'était conté    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    Ouverture «courant 2019» de trois antennes du CRMA    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des moudjahidate reviennent sur leur engagement
Au CCA de Paris
Publié dans El Watan le 09 - 03 - 2009

Femmes dans les luttes et femmes comme enjeux des luttes ». A l'appui d'un film d'une jeune réalisatrice, Alexandra Dols, Moudjahidate, une rencontre-débat autour et avec des moudjahidate, a été organisée samedi après-midi par le centre culturel algérien à Paris.
« Quelles sont les spécificités des engagements de ces femmes dans cette lutte anticolonialiste ? De quelle manière les questions liées à l'émancipation des femmes ont-elles été instrumentalisées, par qui et comment ? » Tels ont été les thèmes qui devaient nourrir le débat auquel ont pris part Djamila Amrane, historienne et moudjahida, une ancienne infirmière de la Wilaya III, Baya Outata, et d'autres moudjahidate. En présence de la réalisatrice du film et d'une universitaire, Karima Ramdani, chargée de cours et membre du Centre d'études féminines et du Labo genre du Cnrs qui a fait une communication sur l'émancipation des femmes algériennes avant 1954. Effleurées, ces questions restent encore ouvertes, bien que Djamila Amrane ait apporté de précieux éléments de réponse dans son travail de recherche. Les moudjahidate racontent leur engagement, les conditions dans lesquelles elles se sont retrouvées à transporter des documents, des armes démontées, des bombes, à prendre le maquis où elles ont été majoritairement infirmières ; les rapports avec les frères, la vie dans les prisons. « La guerre éclate, elle envahit tout le territoire algérien, les femmes se retrouvent face à une situation où elles peuvent agir, et elles agissent ». « J'étais une gamine, j'avais 17 ans, j'assistais à des réunions où on discutait des objectifs à atteindre. Je me sentais prête à militer, mais je n'étais pas formée, j'étais encore une enfant », dit Djamila Amrane, née Danielle Minne. Zohra Drif : « Ils cherchaient des personnes efficaces, on s'est manifestées ». Le FLN avait demandé aux infirmières de rejoindre le maquis.
Toute la promotion de 1956 de l'école d'infirmières d'Alger avait répondu à l'appel. Dans les maquis et les zones rurales le travail des infirmières allait au-delà des soins, elles avaient un rôle plus large, elles s'occupaient des problèmes familiaux du village, racontent Baya Outata et Baya Laribi, toutes deux infirmières. Autre chapitre, autres souvenirs. C'est Djamila Amrane qui parle : « Le quartier femmes, à Barberousse, où se trouvait la seule guillotine d'Algérie, était près de l'entrée. Elles entendaient tout. Toute la prison accompagnait celui qui allait à la guillotine par des youyous et des chants patriotiques. » Et elle ajoute que toutes les anciennes détenues, dont elle a recueilli les témoignages, disent que c'est leur plus mauvais souvenir, « moi j'y ai échappé, j'étais emprisonnée à Constantine, puis à Pau ». Quant à la question douloureuse de la torture, les moudjahidate n'en parlent pas, relève l'historienne Djamila Amrane. « Aucune des sœurs (qu'elle a interviewées) ne voulait en parler ». Sur les rapports avec les militants hommes, « je n'ai pas vu de mépris à l'égard des femmes. Souvent ces femmes avaient un niveau d'instruction plus élevé que celui de leurs compagnons. Dans le groupe de Zohra Drif, c'était la plus lettrée, elle était en deuxième année de droit. Elle avait rédigé des articles pour El Moudjahid ». « La fraternité estompait les différences que la société imposait entre l'homme et la femme », souligne Djamila Amrane. Elle évoque une « solidarité profonde entre détenus, entre militants, entre population et combattants. »
Le régionalisme, les préjugés entre villes et régions entretenus par la puissance coloniale disparaissaient, témoignent les moudjahidate. « Notre force, c'était cette unité profonde qui était dans tout le peuple », dit Zohra Drif. Djamila Amrane : « C'est en prison qu'on a le plus parlé de la condition des femmes. Certaines évoquaient déjà le code de la famille et la nécessité de fonder des associations. » « Ce n'était pas notre objectif immédiat, on le repoussait à après l'indépendance…. On avait montré qu'on était égales. » « Il nous avait semblé que les relations qu'on avait avec nos frères de combat seraient les mêmes à l'indépendance. » « Au maquis, on risquait la mort à tout moment, on était confrontés à des problèmes énormes. On ne discute pas des problèmes comme en temps de paix ». Et à un autre moment, de rappeler qu'à la fin de la guerre qui avait duré sept ans et demi, il restait peu de moudjahidine vivants, épuisés par des conditions de vie difficiles dans les maquis. Le pouvoir a été pris par les dirigeants de l'extérieur, appuyés par une nouvelle armée, l'armée des frontières. La suite on la connaît. Et de la salle, une autre moudjahida, Zoulikha Bekadour d'ajouter : « Ce qui nous intéressait, c'était la libération de notre pays… On n'a pas fait une révolution mais une guerre de libération ». « Nous commençons maintenant à parler. C'était la clandestinité. Nous avons joué le rôle qu'ont joué les femmes françaises pendant la résistance. Dans un contexte de solidarité ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.