Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des prix défiant toute concurrence
Editions OPU
Publié dans Le Midi Libre le 05 - 12 - 2007

L'Office des Publications universitaires existe depuis bientôt 35 ans. Il a matérialisé les mutations de l'Université algérienne dès la première réforme de l'enseignement supérieur en 1972 avec l'action de feu Mohamed Seddik Benyahia, alors ministre en charge du portefeuille. Installé au cœur de la ville de Ben Aknoun, l'OPU est idéalement situé dans une agglomération qui compte plusieurs universités et établissements d'enseignement : on pourrait dire que c'est un des fleurons de cette Cité du Savoir !
Comment fonctionne actuellement l'OPU ? Totalement dédié à l'édition, la distribution du livre scientifique et technique, de sciences juridiques, économiques, de sociologie et des autres disciplines qui s'intéressent à l'humain, sans oublier les sciences médicales, cette institution perdure pour deux raisons : une demande en augmentation constante, celle des étudiants et une conception de la post-graduation de visée professorale qui intègre les publications des enseignants dans leur évaluation.
De tout temps, les étudiants ont exigé des polycopiés pour soutenir le cours dispensé par le professeur e prix extrêmement bas de ce cours était de plus contrebalancé par la disponibilité du livre universitaire à des prix défiant toute concurrence, car ce prix était soutenu par l'Etat.
Aujourd'hui encore, le prix le plus élevé d'un manuel publié par l'OPU reste dans des marges très abordables, autant dire soutenu dans la mesure où le professeur algérien est payé selon un barème quasi symbolique. En nouveauté, il perçoit 20% des 15% de ses droits d'auteurs sur un prix de vente hors taxe : soit à peu près 30.000 DA pour un livre vendu 200 DA. C'est aussi de cette façon que les enseignants participent à la diffusion de la science et des connaissances rationnelles.
Depuis sa création, l'OPU a édité plus de 4.500 documents scientifiques ! C'est une performance remarquable d'autant plus que les travaux mis sur le marché doivent répondre à des critères scientifiques et de mise à jour dans des domaines qui «mutent» de plus en plus vite : les universitaires et le grand public savent que les choses changent et se transforment à très grande vitesse.
Cette vitesse est en soi un facteur de nécessaire mise à niveau et d'entrée dans l'Economie du Savoir sans quoi les retards accumulés sont définitifs.
Pour qu'un livre soit édité par l'OPU, il faut que le conseil scientifique de l'université ou de l'institut, le centre de recherche, le Laboratoire accordent l'imprimatur. Ce n'est pas un Collège de scientifiques au sein de l'institution éditrice qui élit ou rejette avec motif à l'appui tel ou tel opuscule. Il s'est trouvé par le passé des plagiaires qui n'ont jamais été épinglés…
Une fois édité, le livre est distribué par l'OPU sur tout le territoire national, à travers les établissements universitaires et les librairies de l'OPU.
Notons que les traductions d'ouvrages se développent en même temps que la pratique de la co-édition met à la portée des étudiants et de tous les publics des travaux qui resteraient inabordables en devises étrangères.
Parmi les livres édités en 2007, on relève : «L'Etat rentier en crise», de Rachid Bendib qui propose des éléments pour une économie politique de la transition. Le Professeur Abdelwahab Rezig a étudié «L'Accumulation coloniale en Algérie durant l'entre deux guerres» ; Fouad Bouguetta traite de «Société de l'information transition démocratique et développement Algérie» ; Ghali Gharbi publie «Etudes historiques de l'Etat Ottoman et de l'Orient arabe 1288-1916 ; Bélimane Abdelkader «Fondements rationnels de la politique». L. O.
L'Office des Publications universitaires existe depuis bientôt 35 ans. Il a matérialisé les mutations de l'Université algérienne dès la première réforme de l'enseignement supérieur en 1972 avec l'action de feu Mohamed Seddik Benyahia, alors ministre en charge du portefeuille. Installé au cœur de la ville de Ben Aknoun, l'OPU est idéalement situé dans une agglomération qui compte plusieurs universités et établissements d'enseignement : on pourrait dire que c'est un des fleurons de cette Cité du Savoir !
Comment fonctionne actuellement l'OPU ? Totalement dédié à l'édition, la distribution du livre scientifique et technique, de sciences juridiques, économiques, de sociologie et des autres disciplines qui s'intéressent à l'humain, sans oublier les sciences médicales, cette institution perdure pour deux raisons : une demande en augmentation constante, celle des étudiants et une conception de la post-graduation de visée professorale qui intègre les publications des enseignants dans leur évaluation.
De tout temps, les étudiants ont exigé des polycopiés pour soutenir le cours dispensé par le professeur e prix extrêmement bas de ce cours était de plus contrebalancé par la disponibilité du livre universitaire à des prix défiant toute concurrence, car ce prix était soutenu par l'Etat.
Aujourd'hui encore, le prix le plus élevé d'un manuel publié par l'OPU reste dans des marges très abordables, autant dire soutenu dans la mesure où le professeur algérien est payé selon un barème quasi symbolique. En nouveauté, il perçoit 20% des 15% de ses droits d'auteurs sur un prix de vente hors taxe : soit à peu près 30.000 DA pour un livre vendu 200 DA. C'est aussi de cette façon que les enseignants participent à la diffusion de la science et des connaissances rationnelles.
Depuis sa création, l'OPU a édité plus de 4.500 documents scientifiques ! C'est une performance remarquable d'autant plus que les travaux mis sur le marché doivent répondre à des critères scientifiques et de mise à jour dans des domaines qui «mutent» de plus en plus vite : les universitaires et le grand public savent que les choses changent et se transforment à très grande vitesse.
Cette vitesse est en soi un facteur de nécessaire mise à niveau et d'entrée dans l'Economie du Savoir sans quoi les retards accumulés sont définitifs.
Pour qu'un livre soit édité par l'OPU, il faut que le conseil scientifique de l'université ou de l'institut, le centre de recherche, le Laboratoire accordent l'imprimatur. Ce n'est pas un Collège de scientifiques au sein de l'institution éditrice qui élit ou rejette avec motif à l'appui tel ou tel opuscule. Il s'est trouvé par le passé des plagiaires qui n'ont jamais été épinglés…
Une fois édité, le livre est distribué par l'OPU sur tout le territoire national, à travers les établissements universitaires et les librairies de l'OPU.
Notons que les traductions d'ouvrages se développent en même temps que la pratique de la co-édition met à la portée des étudiants et de tous les publics des travaux qui resteraient inabordables en devises étrangères.
Parmi les livres édités en 2007, on relève : «L'Etat rentier en crise», de Rachid Bendib qui propose des éléments pour une économie politique de la transition. Le Professeur Abdelwahab Rezig a étudié «L'Accumulation coloniale en Algérie durant l'entre deux guerres» ; Fouad Bouguetta traite de «Société de l'information transition démocratique et développement Algérie» ; Ghali Gharbi publie «Etudes historiques de l'Etat Ottoman et de l'Orient arabe 1288-1916 ; Bélimane Abdelkader «Fondements rationnels de la politique». L. O.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.