Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une manifestation qui manque de souffle
3e édition de la musique andalouse de Miliana
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 04 - 2008

Quand bien même elle regorge de jeunes talents, Miliana ne dispose, comble de l'ironie, ni d'hôtel pouvant accueillir les convives ni d'espace d'expression culturelle pour les cinq associations musicales andalouses et les deux brillantes formations théâtrales.
Quand bien même elle regorge de jeunes talents, Miliana ne dispose, comble de l'ironie, ni d'hôtel pouvant accueillir les convives ni d'espace d'expression culturelle pour les cinq associations musicales andalouses et les deux brillantes formations théâtrales.
La 3e édition nationale de la musique andalouse de Miliana qui a eu lieu du 16 au 18 avril, a convié le public à suivre le répertoire de formations musicales dont le nombre a été restreint cette année, au regard de la faible logistique et le manque d'infrastructure de base dont souffre la ville du mont du Zaccar, fief, rompu, pourtant, à l'art du verbe lyrique ciselé des cheikhs Ben M'saib, Ben Triqui, Ben Sahla et autres Kaddour El Alami et El Maghraoui. La ville du refondateur Ziri Ibn Menad Sanhadji – en 972 – domine joliment les plaines du Chelif. Mais elle manque de souffle. Quand bien même elle regorge de jeunes talents, Miliana ne dispose, comble de l'ironie, ni d'hôtel pouvant accueillir les convives ni d'espace d'expression culturelle pour les cinq associations musicales andalouses et les deux brillantes formations théâtrales ‘'Mahfoud Touahri'' et ‘'Praxis'', dont les responsables, faut-il préciser, ne ménagent aucun effort pour donner un regain de vitalité à la région après tant d'années de disette culturelle. Excepté le nouveau théâtre de la commune – un odéon –, inauguré en 2006, ‘'aucune infrastructure culturelle digne du nom du saint patron de la ville, Sid-Ahmed Benyoucef, ne figure dans le plan de développement de la commune'', tiennent à souligner les initiateurs de la manifestation qui font contre mauvaise fortune bon cœur. Avec des moyens dérisoires récoltés par-ci par-là et quelques maigres subsides accordés par la direction de la culture de wilaya, les organisateurs s'attellent à donner fière allure à leur cité, à l'image du Dr Youcef Azaizia qui œuvre, depuis 1999, en sa qualité de président de l'association Ziria el Andaloussia, à la préservation du patrimoine zyriabien. ‘'Il faut sortir la ville de la torpeur qu'elle a connue lors de la dernière décennie et renouer avec les artistes'', raconte-t-il dans le coquet espace dit ex-‘'Pointe des blagueurs'' (actuellement lieu baptisé Place Ali-Amar, ce fidaï et chahid connu sous le nom de Ali la pointe).
Ainsi, l'espace de trois jours, les concerts n'ont pas manqué de drainer un grand nombre de mélomanes qui ont savouré les mélodies andalouses proposées lors du premier jour, par l'ensemble zorna de Miliana et la troupe Errachidia de Mascara (la seule formation invitée). La soliste vocale Kamela Nour a enchaîné la deuxième soirée en égrenant un pan de diwan dans les genres haouzi et ‘aroubi, avant de laisser place aux benjamins de l'association de la ville hôte, Ziria el andaloussia qui ont enchanté les convives d'un nouba ghrib suivie de la pièce bacharaf dans le mode dîl. Dans un beau final, l'Ensemble national algérien de musique andalousienne (Enema), dirigé par l'ethnomusilogue Rachid Guerbas, a clôturé en apothéose la dernière soirée de la 3e édition. Réunissant des musiciens issus des trois écoles, Alger (çan'a), Tlemcen (gharnati) et Constantine (malouf), l'orchestre tente depuis quatre années de se détacher du dogmatisme et de l'assimilation conventionnelle d'un seul modèle de référence. Avant d'entamer la nouba sika, Rachid Guerbas, qui a créé de nombreuses compositions, a tenu à donner un avant-gôut à l'assistance, à travers un survol initiatique concernant la lecture rythmique des strophes de chghalate. Une manière d'inviter l'auditoire à s'imprégner des belles ‘'volutes'' que les 25 musiciens des trois écoles régionales ont magistralement interprétés dans une cohérence d'enchaînements
rythmiques.
La 3e édition nationale de la musique andalouse de Miliana qui a eu lieu du 16 au 18 avril, a convié le public à suivre le répertoire de formations musicales dont le nombre a été restreint cette année, au regard de la faible logistique et le manque d'infrastructure de base dont souffre la ville du mont du Zaccar, fief, rompu, pourtant, à l'art du verbe lyrique ciselé des cheikhs Ben M'saib, Ben Triqui, Ben Sahla et autres Kaddour El Alami et El Maghraoui. La ville du refondateur Ziri Ibn Menad Sanhadji – en 972 – domine joliment les plaines du Chelif. Mais elle manque de souffle. Quand bien même elle regorge de jeunes talents, Miliana ne dispose, comble de l'ironie, ni d'hôtel pouvant accueillir les convives ni d'espace d'expression culturelle pour les cinq associations musicales andalouses et les deux brillantes formations théâtrales ‘'Mahfoud Touahri'' et ‘'Praxis'', dont les responsables, faut-il préciser, ne ménagent aucun effort pour donner un regain de vitalité à la région après tant d'années de disette culturelle. Excepté le nouveau théâtre de la commune – un odéon –, inauguré en 2006, ‘'aucune infrastructure culturelle digne du nom du saint patron de la ville, Sid-Ahmed Benyoucef, ne figure dans le plan de développement de la commune'', tiennent à souligner les initiateurs de la manifestation qui font contre mauvaise fortune bon cœur. Avec des moyens dérisoires récoltés par-ci par-là et quelques maigres subsides accordés par la direction de la culture de wilaya, les organisateurs s'attellent à donner fière allure à leur cité, à l'image du Dr Youcef Azaizia qui œuvre, depuis 1999, en sa qualité de président de l'association Ziria el Andaloussia, à la préservation du patrimoine zyriabien. ‘'Il faut sortir la ville de la torpeur qu'elle a connue lors de la dernière décennie et renouer avec les artistes'', raconte-t-il dans le coquet espace dit ex-‘'Pointe des blagueurs'' (actuellement lieu baptisé Place Ali-Amar, ce fidaï et chahid connu sous le nom de Ali la pointe).
Ainsi, l'espace de trois jours, les concerts n'ont pas manqué de drainer un grand nombre de mélomanes qui ont savouré les mélodies andalouses proposées lors du premier jour, par l'ensemble zorna de Miliana et la troupe Errachidia de Mascara (la seule formation invitée). La soliste vocale Kamela Nour a enchaîné la deuxième soirée en égrenant un pan de diwan dans les genres haouzi et ‘aroubi, avant de laisser place aux benjamins de l'association de la ville hôte, Ziria el andaloussia qui ont enchanté les convives d'un nouba ghrib suivie de la pièce bacharaf dans le mode dîl. Dans un beau final, l'Ensemble national algérien de musique andalousienne (Enema), dirigé par l'ethnomusilogue Rachid Guerbas, a clôturé en apothéose la dernière soirée de la 3e édition. Réunissant des musiciens issus des trois écoles, Alger (çan'a), Tlemcen (gharnati) et Constantine (malouf), l'orchestre tente depuis quatre années de se détacher du dogmatisme et de l'assimilation conventionnelle d'un seul modèle de référence. Avant d'entamer la nouba sika, Rachid Guerbas, qui a créé de nombreuses compositions, a tenu à donner un avant-gôut à l'assistance, à travers un survol initiatique concernant la lecture rythmique des strophes de chghalate. Une manière d'inviter l'auditoire à s'imprégner des belles ‘'volutes'' que les 25 musiciens des trois écoles régionales ont magistralement interprétés dans une cohérence d'enchaînements
rythmiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.