Abdelmadjid Tebboune installe la Commission nationale chargée du projet de révision du code électoral    Pôle universitaire de Laghouat : Benziane inaugure plusieurs infrastructures scientifiques    Installation du nouveau président du tribunal administratif    Plus de 747 000 dossiers régularisés    Tebboune bannit les lettres de dénonciation anonymes    L'Ansej en mission de sensibilisation    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Genèse d'un rebondissement des contaminations    Belatoui nommé adjoint de Casoni    Seuls 13 joueurs maintenus    Oukal (MCA) 12e recrue estivale    «L'algérianisation», priorité de Belhimer    Sauvetage de 19 harragas près des îles Habibas    Plus de 80 ha de chêne vert consumés près de Tikjda    Benbouzid s'engage à y remédier    Abdelmadjid Merdaci n'est plus    3 animateurs des cafés littéraires interpellés puis relâchés    Epidémie : annulation de la Fiac 2020, principal rendez-vous du monde de l'art à Paris    Office national des droits d'auteur (ONDA) : Transparence dans la gestion    La tension monte au sein de l'Opep+    Fin de calvaire pour les souscripteurs AADL    Les préinscriptions électroniques débutent demain    Ce que prévoit le projet de rénovation    Le recrutement d'Abdelhafid fait jaser    "Je suis soulagé !"    CRB : Aïboud contrôlé positif à la Covid-19    Egypte : Belaïli en route vers Al Ahly du Caire    Salon de l'agriculture et des industries agroalimentaires : La Safex reprend ses activités    Marches à Djaâfra et à Ras El-Oued    Abdelaziz Medjahed installé à la tête de l'Inesg    Sept morts dans deux attaques    Les protestataires décident de bloquer les RN9 et 12    3300 habitations démolies en six ans par Israël    Erdogan prêt à rencontrer le Premier ministre grec    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Somalie : Accord pour des élections en 2021    Pour la solidarité avec le peuple algérien et la libération des détenus du Hirak    L'auteur Youcef Laichi Mimoun grand lauréat    "Confilmés", la résistance par l'image    Evénement musical. La rentrée en Nouba : Lila Borsali se digitalise    Agression et trouble à l'ordre public, les auteurs sous mandat de dépôt    Une stratégie de promotion du recyclage en cours de développement: Près de 2 tonnes de déchets en plastique collectées par jour par les CET    Tlemcen: L'APW au cœur d'une polémique    L'INFORMEL    Bouira: Examens de rattrapage: plus de 600 étudiants concernés    Décès de l'historien Abdelmadjid Merdaci: Goudjil présente ses condoléances    Les 4 samedis    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une manifestation qui manque de souffle
3e édition de la musique andalouse de Miliana
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 04 - 2008

Quand bien même elle regorge de jeunes talents, Miliana ne dispose, comble de l'ironie, ni d'hôtel pouvant accueillir les convives ni d'espace d'expression culturelle pour les cinq associations musicales andalouses et les deux brillantes formations théâtrales.
Quand bien même elle regorge de jeunes talents, Miliana ne dispose, comble de l'ironie, ni d'hôtel pouvant accueillir les convives ni d'espace d'expression culturelle pour les cinq associations musicales andalouses et les deux brillantes formations théâtrales.
La 3e édition nationale de la musique andalouse de Miliana qui a eu lieu du 16 au 18 avril, a convié le public à suivre le répertoire de formations musicales dont le nombre a été restreint cette année, au regard de la faible logistique et le manque d'infrastructure de base dont souffre la ville du mont du Zaccar, fief, rompu, pourtant, à l'art du verbe lyrique ciselé des cheikhs Ben M'saib, Ben Triqui, Ben Sahla et autres Kaddour El Alami et El Maghraoui. La ville du refondateur Ziri Ibn Menad Sanhadji – en 972 – domine joliment les plaines du Chelif. Mais elle manque de souffle. Quand bien même elle regorge de jeunes talents, Miliana ne dispose, comble de l'ironie, ni d'hôtel pouvant accueillir les convives ni d'espace d'expression culturelle pour les cinq associations musicales andalouses et les deux brillantes formations théâtrales ‘'Mahfoud Touahri'' et ‘'Praxis'', dont les responsables, faut-il préciser, ne ménagent aucun effort pour donner un regain de vitalité à la région après tant d'années de disette culturelle. Excepté le nouveau théâtre de la commune – un odéon –, inauguré en 2006, ‘'aucune infrastructure culturelle digne du nom du saint patron de la ville, Sid-Ahmed Benyoucef, ne figure dans le plan de développement de la commune'', tiennent à souligner les initiateurs de la manifestation qui font contre mauvaise fortune bon cœur. Avec des moyens dérisoires récoltés par-ci par-là et quelques maigres subsides accordés par la direction de la culture de wilaya, les organisateurs s'attellent à donner fière allure à leur cité, à l'image du Dr Youcef Azaizia qui œuvre, depuis 1999, en sa qualité de président de l'association Ziria el Andaloussia, à la préservation du patrimoine zyriabien. ‘'Il faut sortir la ville de la torpeur qu'elle a connue lors de la dernière décennie et renouer avec les artistes'', raconte-t-il dans le coquet espace dit ex-‘'Pointe des blagueurs'' (actuellement lieu baptisé Place Ali-Amar, ce fidaï et chahid connu sous le nom de Ali la pointe).
Ainsi, l'espace de trois jours, les concerts n'ont pas manqué de drainer un grand nombre de mélomanes qui ont savouré les mélodies andalouses proposées lors du premier jour, par l'ensemble zorna de Miliana et la troupe Errachidia de Mascara (la seule formation invitée). La soliste vocale Kamela Nour a enchaîné la deuxième soirée en égrenant un pan de diwan dans les genres haouzi et ‘aroubi, avant de laisser place aux benjamins de l'association de la ville hôte, Ziria el andaloussia qui ont enchanté les convives d'un nouba ghrib suivie de la pièce bacharaf dans le mode dîl. Dans un beau final, l'Ensemble national algérien de musique andalousienne (Enema), dirigé par l'ethnomusilogue Rachid Guerbas, a clôturé en apothéose la dernière soirée de la 3e édition. Réunissant des musiciens issus des trois écoles, Alger (çan'a), Tlemcen (gharnati) et Constantine (malouf), l'orchestre tente depuis quatre années de se détacher du dogmatisme et de l'assimilation conventionnelle d'un seul modèle de référence. Avant d'entamer la nouba sika, Rachid Guerbas, qui a créé de nombreuses compositions, a tenu à donner un avant-gôut à l'assistance, à travers un survol initiatique concernant la lecture rythmique des strophes de chghalate. Une manière d'inviter l'auditoire à s'imprégner des belles ‘'volutes'' que les 25 musiciens des trois écoles régionales ont magistralement interprétés dans une cohérence d'enchaînements
rythmiques.
La 3e édition nationale de la musique andalouse de Miliana qui a eu lieu du 16 au 18 avril, a convié le public à suivre le répertoire de formations musicales dont le nombre a été restreint cette année, au regard de la faible logistique et le manque d'infrastructure de base dont souffre la ville du mont du Zaccar, fief, rompu, pourtant, à l'art du verbe lyrique ciselé des cheikhs Ben M'saib, Ben Triqui, Ben Sahla et autres Kaddour El Alami et El Maghraoui. La ville du refondateur Ziri Ibn Menad Sanhadji – en 972 – domine joliment les plaines du Chelif. Mais elle manque de souffle. Quand bien même elle regorge de jeunes talents, Miliana ne dispose, comble de l'ironie, ni d'hôtel pouvant accueillir les convives ni d'espace d'expression culturelle pour les cinq associations musicales andalouses et les deux brillantes formations théâtrales ‘'Mahfoud Touahri'' et ‘'Praxis'', dont les responsables, faut-il préciser, ne ménagent aucun effort pour donner un regain de vitalité à la région après tant d'années de disette culturelle. Excepté le nouveau théâtre de la commune – un odéon –, inauguré en 2006, ‘'aucune infrastructure culturelle digne du nom du saint patron de la ville, Sid-Ahmed Benyoucef, ne figure dans le plan de développement de la commune'', tiennent à souligner les initiateurs de la manifestation qui font contre mauvaise fortune bon cœur. Avec des moyens dérisoires récoltés par-ci par-là et quelques maigres subsides accordés par la direction de la culture de wilaya, les organisateurs s'attellent à donner fière allure à leur cité, à l'image du Dr Youcef Azaizia qui œuvre, depuis 1999, en sa qualité de président de l'association Ziria el Andaloussia, à la préservation du patrimoine zyriabien. ‘'Il faut sortir la ville de la torpeur qu'elle a connue lors de la dernière décennie et renouer avec les artistes'', raconte-t-il dans le coquet espace dit ex-‘'Pointe des blagueurs'' (actuellement lieu baptisé Place Ali-Amar, ce fidaï et chahid connu sous le nom de Ali la pointe).
Ainsi, l'espace de trois jours, les concerts n'ont pas manqué de drainer un grand nombre de mélomanes qui ont savouré les mélodies andalouses proposées lors du premier jour, par l'ensemble zorna de Miliana et la troupe Errachidia de Mascara (la seule formation invitée). La soliste vocale Kamela Nour a enchaîné la deuxième soirée en égrenant un pan de diwan dans les genres haouzi et ‘aroubi, avant de laisser place aux benjamins de l'association de la ville hôte, Ziria el andaloussia qui ont enchanté les convives d'un nouba ghrib suivie de la pièce bacharaf dans le mode dîl. Dans un beau final, l'Ensemble national algérien de musique andalousienne (Enema), dirigé par l'ethnomusilogue Rachid Guerbas, a clôturé en apothéose la dernière soirée de la 3e édition. Réunissant des musiciens issus des trois écoles, Alger (çan'a), Tlemcen (gharnati) et Constantine (malouf), l'orchestre tente depuis quatre années de se détacher du dogmatisme et de l'assimilation conventionnelle d'un seul modèle de référence. Avant d'entamer la nouba sika, Rachid Guerbas, qui a créé de nombreuses compositions, a tenu à donner un avant-gôut à l'assistance, à travers un survol initiatique concernant la lecture rythmique des strophes de chghalate. Une manière d'inviter l'auditoire à s'imprégner des belles ‘'volutes'' que les 25 musiciens des trois écoles régionales ont magistralement interprétés dans une cohérence d'enchaînements
rythmiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.