PRESIDENTIELLE : Mihoubi dépose son dossier aujourd'hui    TRIBUNAL MILITAIRE DE BLIDA : Le général Mehena Djebbar incarcéré    Bouregaa refuse de répondre au juge !    DES CHANTIERS DE LOGEMENTS A L'ARRET A ORAN : Des entreprises étrangères réclament 160 milliards à l'OPGI    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Rabehi met en garde contre les "fake news"    Tottenham: Pochettino réagit aux critiques    FC Barcelone: Umtiti se blesse à l'entraînement    COUR D'APPEL D'ORAN : 5 ans de prison requis contre 04 passeurs de harraga    Les étudiants soutiennent les détenus d'opinion    Manifestation à Kinshasa contre la corruption    Les messages émouvants des étudiants aux détenus d'opinion    Gica lance la production à Aïn El-Kebira    Islam Slimani dans l'équipe-type de la 10e journée    La LFP avance à pas de tortue !    Choc de mal classés à Mohammadia    Maya    La trêve turco-américaine expire ce soir    Plus de 2 300 interventions chirurgicales effectuées    Election des nouveaux représentants    Synapse de Noureddine Zerrouki au Festival du court-métrage de Nouakchott    Lancement du centenaire de la naissance de Mohammed Dib en février prochain    Le HCA présent avec une vingtaine d'ouvrages    "Dans mon film, je partage les émotions vécues avec les migrants"    Les nouveautés au Sila    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce mardi    Forêts : Lancement d'une vaste campagne de reboisement    Belgaid et Cap Falcon: Deux morts et quatre blessés dans des accidents de la route    Tlemcen: Des foyers qui «boudent» le gaz naturel    Que peut apporter la diaspora pour le pays ?    Alger: Le procès de deux détenus du Hirak s'ouvre aujourd'hui    Bouira: Grève des enseignants du primaire    Tirage au sort pour le choix des blocs et des étages: Attribution prochaine de 300 logements sociaux à Boutlelis    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Commerce - Djellab appelle le partenaire américain à contribuer à l'accroissement du volume d'exportations de l'Algérie hors hydrocarbures    L'accord sur le Brexit validé par les 27 Etats membres    Adrar : atelier de travail sur la valorisation économique de l'arganier    Boumerdes : Une femme à la tête de la ligue de football de la wilaya de Boumerdes    Côte d'Ivoire: "bilan satisfaisant" de la commercialisation de l'anacarde    Investissements : Le pouvoir politique défunt d'essence totalitaire, a toujours bloqué les initiatives    Médias: Célébration de la Journée nationale de la presse ce mardi    Où la ruée vers la vente d'or physique mènera les bourses occidentales ?    Mila: Tayeb Zitouni " La préservation des cimetières des chouhada, fait partie de l'intérêt pour l'Histoire"    Festival national de poésie féminine : Le patrimoine constantinois à l'honneur    Littérature chinoise: Des illustrations de la littérature classiques chinoise lancées à la Foire du livre de Francfort    Saâdani nargue le gouvernement    Jean-Pierre Fabre désigné candidat de l'ANC à la présidentielle 2020    Mazda : nouveau teaser de son futur véhicule électrique    La nouvelle Opel Corsa n'aura pas de version sportive OPC    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une manifestation qui manque de souffle
3e édition de la musique andalouse de Miliana
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 04 - 2008

Quand bien même elle regorge de jeunes talents, Miliana ne dispose, comble de l'ironie, ni d'hôtel pouvant accueillir les convives ni d'espace d'expression culturelle pour les cinq associations musicales andalouses et les deux brillantes formations théâtrales.
Quand bien même elle regorge de jeunes talents, Miliana ne dispose, comble de l'ironie, ni d'hôtel pouvant accueillir les convives ni d'espace d'expression culturelle pour les cinq associations musicales andalouses et les deux brillantes formations théâtrales.
La 3e édition nationale de la musique andalouse de Miliana qui a eu lieu du 16 au 18 avril, a convié le public à suivre le répertoire de formations musicales dont le nombre a été restreint cette année, au regard de la faible logistique et le manque d'infrastructure de base dont souffre la ville du mont du Zaccar, fief, rompu, pourtant, à l'art du verbe lyrique ciselé des cheikhs Ben M'saib, Ben Triqui, Ben Sahla et autres Kaddour El Alami et El Maghraoui. La ville du refondateur Ziri Ibn Menad Sanhadji – en 972 – domine joliment les plaines du Chelif. Mais elle manque de souffle. Quand bien même elle regorge de jeunes talents, Miliana ne dispose, comble de l'ironie, ni d'hôtel pouvant accueillir les convives ni d'espace d'expression culturelle pour les cinq associations musicales andalouses et les deux brillantes formations théâtrales ‘'Mahfoud Touahri'' et ‘'Praxis'', dont les responsables, faut-il préciser, ne ménagent aucun effort pour donner un regain de vitalité à la région après tant d'années de disette culturelle. Excepté le nouveau théâtre de la commune – un odéon –, inauguré en 2006, ‘'aucune infrastructure culturelle digne du nom du saint patron de la ville, Sid-Ahmed Benyoucef, ne figure dans le plan de développement de la commune'', tiennent à souligner les initiateurs de la manifestation qui font contre mauvaise fortune bon cœur. Avec des moyens dérisoires récoltés par-ci par-là et quelques maigres subsides accordés par la direction de la culture de wilaya, les organisateurs s'attellent à donner fière allure à leur cité, à l'image du Dr Youcef Azaizia qui œuvre, depuis 1999, en sa qualité de président de l'association Ziria el Andaloussia, à la préservation du patrimoine zyriabien. ‘'Il faut sortir la ville de la torpeur qu'elle a connue lors de la dernière décennie et renouer avec les artistes'', raconte-t-il dans le coquet espace dit ex-‘'Pointe des blagueurs'' (actuellement lieu baptisé Place Ali-Amar, ce fidaï et chahid connu sous le nom de Ali la pointe).
Ainsi, l'espace de trois jours, les concerts n'ont pas manqué de drainer un grand nombre de mélomanes qui ont savouré les mélodies andalouses proposées lors du premier jour, par l'ensemble zorna de Miliana et la troupe Errachidia de Mascara (la seule formation invitée). La soliste vocale Kamela Nour a enchaîné la deuxième soirée en égrenant un pan de diwan dans les genres haouzi et ‘aroubi, avant de laisser place aux benjamins de l'association de la ville hôte, Ziria el andaloussia qui ont enchanté les convives d'un nouba ghrib suivie de la pièce bacharaf dans le mode dîl. Dans un beau final, l'Ensemble national algérien de musique andalousienne (Enema), dirigé par l'ethnomusilogue Rachid Guerbas, a clôturé en apothéose la dernière soirée de la 3e édition. Réunissant des musiciens issus des trois écoles, Alger (çan'a), Tlemcen (gharnati) et Constantine (malouf), l'orchestre tente depuis quatre années de se détacher du dogmatisme et de l'assimilation conventionnelle d'un seul modèle de référence. Avant d'entamer la nouba sika, Rachid Guerbas, qui a créé de nombreuses compositions, a tenu à donner un avant-gôut à l'assistance, à travers un survol initiatique concernant la lecture rythmique des strophes de chghalate. Une manière d'inviter l'auditoire à s'imprégner des belles ‘'volutes'' que les 25 musiciens des trois écoles régionales ont magistralement interprétés dans une cohérence d'enchaînements
rythmiques.
La 3e édition nationale de la musique andalouse de Miliana qui a eu lieu du 16 au 18 avril, a convié le public à suivre le répertoire de formations musicales dont le nombre a été restreint cette année, au regard de la faible logistique et le manque d'infrastructure de base dont souffre la ville du mont du Zaccar, fief, rompu, pourtant, à l'art du verbe lyrique ciselé des cheikhs Ben M'saib, Ben Triqui, Ben Sahla et autres Kaddour El Alami et El Maghraoui. La ville du refondateur Ziri Ibn Menad Sanhadji – en 972 – domine joliment les plaines du Chelif. Mais elle manque de souffle. Quand bien même elle regorge de jeunes talents, Miliana ne dispose, comble de l'ironie, ni d'hôtel pouvant accueillir les convives ni d'espace d'expression culturelle pour les cinq associations musicales andalouses et les deux brillantes formations théâtrales ‘'Mahfoud Touahri'' et ‘'Praxis'', dont les responsables, faut-il préciser, ne ménagent aucun effort pour donner un regain de vitalité à la région après tant d'années de disette culturelle. Excepté le nouveau théâtre de la commune – un odéon –, inauguré en 2006, ‘'aucune infrastructure culturelle digne du nom du saint patron de la ville, Sid-Ahmed Benyoucef, ne figure dans le plan de développement de la commune'', tiennent à souligner les initiateurs de la manifestation qui font contre mauvaise fortune bon cœur. Avec des moyens dérisoires récoltés par-ci par-là et quelques maigres subsides accordés par la direction de la culture de wilaya, les organisateurs s'attellent à donner fière allure à leur cité, à l'image du Dr Youcef Azaizia qui œuvre, depuis 1999, en sa qualité de président de l'association Ziria el Andaloussia, à la préservation du patrimoine zyriabien. ‘'Il faut sortir la ville de la torpeur qu'elle a connue lors de la dernière décennie et renouer avec les artistes'', raconte-t-il dans le coquet espace dit ex-‘'Pointe des blagueurs'' (actuellement lieu baptisé Place Ali-Amar, ce fidaï et chahid connu sous le nom de Ali la pointe).
Ainsi, l'espace de trois jours, les concerts n'ont pas manqué de drainer un grand nombre de mélomanes qui ont savouré les mélodies andalouses proposées lors du premier jour, par l'ensemble zorna de Miliana et la troupe Errachidia de Mascara (la seule formation invitée). La soliste vocale Kamela Nour a enchaîné la deuxième soirée en égrenant un pan de diwan dans les genres haouzi et ‘aroubi, avant de laisser place aux benjamins de l'association de la ville hôte, Ziria el andaloussia qui ont enchanté les convives d'un nouba ghrib suivie de la pièce bacharaf dans le mode dîl. Dans un beau final, l'Ensemble national algérien de musique andalousienne (Enema), dirigé par l'ethnomusilogue Rachid Guerbas, a clôturé en apothéose la dernière soirée de la 3e édition. Réunissant des musiciens issus des trois écoles, Alger (çan'a), Tlemcen (gharnati) et Constantine (malouf), l'orchestre tente depuis quatre années de se détacher du dogmatisme et de l'assimilation conventionnelle d'un seul modèle de référence. Avant d'entamer la nouba sika, Rachid Guerbas, qui a créé de nombreuses compositions, a tenu à donner un avant-gôut à l'assistance, à travers un survol initiatique concernant la lecture rythmique des strophes de chghalate. Une manière d'inviter l'auditoire à s'imprégner des belles ‘'volutes'' que les 25 musiciens des trois écoles régionales ont magistralement interprétés dans une cohérence d'enchaînements
rythmiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.