Où est passé l'esprit du partenariat Euromed ?    Commémoration du 14e anniversaire de la mort d'Arafat, les Palestiniens œuvrent pour l'unité    La conférence de presse de Medouar en points    Suspicion de 16 cas de rougeole durant les 72 dernières heures à Merouana    SENATORIALES A ORAN : Duel entre deux candidats au parti FLN    Droit, Ethique, Morale….    BATNA : 16 cas de rougeole dépistés en 72 heures    GARE MARITIME DE MOSTAGANEM : Une personne arrêtée avec plus de 12 000 euros    à J-6 de Togo-Algérie Belmadi dévoile une liste de 25 joueurs, une première pour Chita et Meziane    L'Algérien Walid Bidani passe à côté    La JSS sur le podium, nul renversant dans le derby CSC-DRBT    Un restaurant pour abriter un congrès !    Le Qatar balayé par de violents orages et de fortes pluies    Baisse importante des réserves de change    Mise en place d'une matrice nationale des niveaux de compétences    Plus de 120 foyers branchés au gaz naturel    300 greffes sont réalisées annuellement en Algérie    Béatification : de quoi parle-t-on ?    Essor d'une police des livres    5 354 logements cherchent terrains    USM Harrach: L'urgence de l'ouverture du capital financier    Air Algérie: Protesta des mécaniciens de la maintenance    Ce qu'illustre la passe d'armes entre Macron et Trump    Chambre des arts et des métiers: Sortie d'une nouvelle promotion de 128 artisans    Ouyahia, un «joker»    MC Alger: Mehdi Benaldjia en renfort    Le Consul général de France, à Oran, rend hommage aux combattants: «175.000 Algériens morts et disparus pendant la 1re Guerre mondiale»    Les opérateurs économiques appelés à adhérer au système de l'emploi    En littérature et dans la réalité    «L'Algérie vue par les orientalistes russes»    Pas de disparités entre homme et femme    Basés en Syrie : Comment rendre les S-300 invincibles face à Israël ?    L'Algérie participe à la conférence de Palerme sur la Libye    Signature d'un contrat avec la firme-Conseil américaine    Le bilan de l'attaque d'un hôtel àMogadiscio s'alourdit à 39 morts    Inquiètes de la Chine : Les Bourses européennes terminent la semaine en baisse    Etats-Unis : La Fed maintient les taux en l'état mais promet d'autres hausses    Les Algériens font plus d'enfants que leurs voisins    Le chef de la DCSA remplacé    Le cauchemar prend fin    Les grands producteurs de pétrole à Abou Dhabi pour une éventuelle réduction de la production    Défaite des Algériennes face à la Côte d'Ivoire    Trois Algériens dans le Top 30    Sahara occidental : Des eurodéputés dénoncent la partialité du rapport de Patricia Lalonde    Centenaire de l'armistice : Ouyahia participe à Paris à la cérémonie de commémoration    Décès : Le journaliste Merzak Meneceur n'est plus    «Comment parler de soutien à un 5e mandat sans que le Président le demande ?»    Syndicalisme, le tournant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une manifestation qui manque de souffle
3e édition de la musique andalouse de Miliana
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 04 - 2008

Quand bien même elle regorge de jeunes talents, Miliana ne dispose, comble de l'ironie, ni d'hôtel pouvant accueillir les convives ni d'espace d'expression culturelle pour les cinq associations musicales andalouses et les deux brillantes formations théâtrales.
Quand bien même elle regorge de jeunes talents, Miliana ne dispose, comble de l'ironie, ni d'hôtel pouvant accueillir les convives ni d'espace d'expression culturelle pour les cinq associations musicales andalouses et les deux brillantes formations théâtrales.
La 3e édition nationale de la musique andalouse de Miliana qui a eu lieu du 16 au 18 avril, a convié le public à suivre le répertoire de formations musicales dont le nombre a été restreint cette année, au regard de la faible logistique et le manque d'infrastructure de base dont souffre la ville du mont du Zaccar, fief, rompu, pourtant, à l'art du verbe lyrique ciselé des cheikhs Ben M'saib, Ben Triqui, Ben Sahla et autres Kaddour El Alami et El Maghraoui. La ville du refondateur Ziri Ibn Menad Sanhadji – en 972 – domine joliment les plaines du Chelif. Mais elle manque de souffle. Quand bien même elle regorge de jeunes talents, Miliana ne dispose, comble de l'ironie, ni d'hôtel pouvant accueillir les convives ni d'espace d'expression culturelle pour les cinq associations musicales andalouses et les deux brillantes formations théâtrales ‘'Mahfoud Touahri'' et ‘'Praxis'', dont les responsables, faut-il préciser, ne ménagent aucun effort pour donner un regain de vitalité à la région après tant d'années de disette culturelle. Excepté le nouveau théâtre de la commune – un odéon –, inauguré en 2006, ‘'aucune infrastructure culturelle digne du nom du saint patron de la ville, Sid-Ahmed Benyoucef, ne figure dans le plan de développement de la commune'', tiennent à souligner les initiateurs de la manifestation qui font contre mauvaise fortune bon cœur. Avec des moyens dérisoires récoltés par-ci par-là et quelques maigres subsides accordés par la direction de la culture de wilaya, les organisateurs s'attellent à donner fière allure à leur cité, à l'image du Dr Youcef Azaizia qui œuvre, depuis 1999, en sa qualité de président de l'association Ziria el Andaloussia, à la préservation du patrimoine zyriabien. ‘'Il faut sortir la ville de la torpeur qu'elle a connue lors de la dernière décennie et renouer avec les artistes'', raconte-t-il dans le coquet espace dit ex-‘'Pointe des blagueurs'' (actuellement lieu baptisé Place Ali-Amar, ce fidaï et chahid connu sous le nom de Ali la pointe).
Ainsi, l'espace de trois jours, les concerts n'ont pas manqué de drainer un grand nombre de mélomanes qui ont savouré les mélodies andalouses proposées lors du premier jour, par l'ensemble zorna de Miliana et la troupe Errachidia de Mascara (la seule formation invitée). La soliste vocale Kamela Nour a enchaîné la deuxième soirée en égrenant un pan de diwan dans les genres haouzi et ‘aroubi, avant de laisser place aux benjamins de l'association de la ville hôte, Ziria el andaloussia qui ont enchanté les convives d'un nouba ghrib suivie de la pièce bacharaf dans le mode dîl. Dans un beau final, l'Ensemble national algérien de musique andalousienne (Enema), dirigé par l'ethnomusilogue Rachid Guerbas, a clôturé en apothéose la dernière soirée de la 3e édition. Réunissant des musiciens issus des trois écoles, Alger (çan'a), Tlemcen (gharnati) et Constantine (malouf), l'orchestre tente depuis quatre années de se détacher du dogmatisme et de l'assimilation conventionnelle d'un seul modèle de référence. Avant d'entamer la nouba sika, Rachid Guerbas, qui a créé de nombreuses compositions, a tenu à donner un avant-gôut à l'assistance, à travers un survol initiatique concernant la lecture rythmique des strophes de chghalate. Une manière d'inviter l'auditoire à s'imprégner des belles ‘'volutes'' que les 25 musiciens des trois écoles régionales ont magistralement interprétés dans une cohérence d'enchaînements
rythmiques.
La 3e édition nationale de la musique andalouse de Miliana qui a eu lieu du 16 au 18 avril, a convié le public à suivre le répertoire de formations musicales dont le nombre a été restreint cette année, au regard de la faible logistique et le manque d'infrastructure de base dont souffre la ville du mont du Zaccar, fief, rompu, pourtant, à l'art du verbe lyrique ciselé des cheikhs Ben M'saib, Ben Triqui, Ben Sahla et autres Kaddour El Alami et El Maghraoui. La ville du refondateur Ziri Ibn Menad Sanhadji – en 972 – domine joliment les plaines du Chelif. Mais elle manque de souffle. Quand bien même elle regorge de jeunes talents, Miliana ne dispose, comble de l'ironie, ni d'hôtel pouvant accueillir les convives ni d'espace d'expression culturelle pour les cinq associations musicales andalouses et les deux brillantes formations théâtrales ‘'Mahfoud Touahri'' et ‘'Praxis'', dont les responsables, faut-il préciser, ne ménagent aucun effort pour donner un regain de vitalité à la région après tant d'années de disette culturelle. Excepté le nouveau théâtre de la commune – un odéon –, inauguré en 2006, ‘'aucune infrastructure culturelle digne du nom du saint patron de la ville, Sid-Ahmed Benyoucef, ne figure dans le plan de développement de la commune'', tiennent à souligner les initiateurs de la manifestation qui font contre mauvaise fortune bon cœur. Avec des moyens dérisoires récoltés par-ci par-là et quelques maigres subsides accordés par la direction de la culture de wilaya, les organisateurs s'attellent à donner fière allure à leur cité, à l'image du Dr Youcef Azaizia qui œuvre, depuis 1999, en sa qualité de président de l'association Ziria el Andaloussia, à la préservation du patrimoine zyriabien. ‘'Il faut sortir la ville de la torpeur qu'elle a connue lors de la dernière décennie et renouer avec les artistes'', raconte-t-il dans le coquet espace dit ex-‘'Pointe des blagueurs'' (actuellement lieu baptisé Place Ali-Amar, ce fidaï et chahid connu sous le nom de Ali la pointe).
Ainsi, l'espace de trois jours, les concerts n'ont pas manqué de drainer un grand nombre de mélomanes qui ont savouré les mélodies andalouses proposées lors du premier jour, par l'ensemble zorna de Miliana et la troupe Errachidia de Mascara (la seule formation invitée). La soliste vocale Kamela Nour a enchaîné la deuxième soirée en égrenant un pan de diwan dans les genres haouzi et ‘aroubi, avant de laisser place aux benjamins de l'association de la ville hôte, Ziria el andaloussia qui ont enchanté les convives d'un nouba ghrib suivie de la pièce bacharaf dans le mode dîl. Dans un beau final, l'Ensemble national algérien de musique andalousienne (Enema), dirigé par l'ethnomusilogue Rachid Guerbas, a clôturé en apothéose la dernière soirée de la 3e édition. Réunissant des musiciens issus des trois écoles, Alger (çan'a), Tlemcen (gharnati) et Constantine (malouf), l'orchestre tente depuis quatre années de se détacher du dogmatisme et de l'assimilation conventionnelle d'un seul modèle de référence. Avant d'entamer la nouba sika, Rachid Guerbas, qui a créé de nombreuses compositions, a tenu à donner un avant-gôut à l'assistance, à travers un survol initiatique concernant la lecture rythmique des strophes de chghalate. Une manière d'inviter l'auditoire à s'imprégner des belles ‘'volutes'' que les 25 musiciens des trois écoles régionales ont magistralement interprétés dans une cohérence d'enchaînements
rythmiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.