Marches de soutien à la tenue de l'élection présidentielle dans l'Est du pays    Pétrole: le panier de l'OPEP se maintient à plus de 62 dollars    Charfi: "tous les moyens techniques et humains mobilisés pour assurer le bon déroulement de la campagne électorale"    Algérie - Zambie, ce soir à 20h00 : Un match spécial pour Belkebla !    USMA : L'USMA accueillera le WAC à Tchaker !    MCA 0 - JSK 3 : Les Canaris étrillent les Mouloudéens !    Para-athlétisme/Mondiaux-2019 (200m T51): médaille de bronze pour l'Algérien Berrahal    Algérie-France: le rôle de la diplomatie parlementaire dans la promotion de la coopération bilatérale souligné    12 morts dans un attentat à la voiture piégée à Kaboul    Les peuples veulent se libérer du communautarisme religieux    L'ex-directeur de l'Ecole de police réhabilité    «Il n'y aura plus de seul maître à bord»    T'as du crédit sous le capot ?    Regain de manifestations dans la capitale et le sud du pays    Entraînement spécifique pour Slimani    Le wali de Tizi Ouzou chassé par la population à Boubhir    Deux corps de Subsahariens rejetés par la mer    2 trafiquants de psychotropes arrêtés    Développer des approches scientifiques de protection des vestiges submergés    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Magic System et des artistes ivoiriens chantent la paix    Les poèmes de feu Othmane Loucif, «une transposition artistique de situations vécues»    Bolivie : affrontements à La Paz au premier jour de la présidente par intérim    La consommation de l'huile d'olive ne dépasse pas le 1,5 kg/an par personne en Algérie"    Rassemblements et marches «pro-élection» perturbés à Annaba, Laghouat et Tindouf : Une précampagne sous tension    Béjaïa : Vers une grève à l'université    Le 10e Festival international de danse contemporaine prend fin à Alger    Destitution de Trump : Début des premières auditions    Recyclage des matériaux de construction : Défis de solidité et de durabilité    Coupe de la CAF (phase de Poules) : Le Paradou débutera contre San Pedro    «Il est possible de battre l'Algérie»    Wilaya de Bouira : Conditions de scolarité intenables    Ténès: Le diabète mobilise    Le sixième candidat    Institut Cervantès d'Oran: Un concours de dessins et une exposition au programme samedi    Un plan d'action pour définir les entraves    L'agriculture dans la wilaya contribue à hauteur de 3% à l'économie nationale    MARCHES FINANCIERS La BCE a acheté près de 3 milliards d'euros d'obligations d'entreprise en une semaine    5 morts et 2 blessés en 24 heures    Pas de changement de calendrier    Appels à l'arrêt immédiat des agressions israéliennes sur Ghaza après la mort de 18 Palestiniens    Tunisie : Rached Ghannouchi ne sera pas Premier ministre    Equipe nationale : les nouveaux prêts à relever le défi    Des morts dans des manifestations anti-Condé    L'ONM appelle à la libération de Bouragaâ    Acquittement pour 5 prévenus    Tiaret : La finale du concours de chant "Sawt El Waïd" aura lieu jeudi prochain    Trois courts-métrages à l'écran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une manifestation qui manque de souffle
3e édition de la musique andalouse de Miliana
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 04 - 2008

Quand bien même elle regorge de jeunes talents, Miliana ne dispose, comble de l'ironie, ni d'hôtel pouvant accueillir les convives ni d'espace d'expression culturelle pour les cinq associations musicales andalouses et les deux brillantes formations théâtrales.
Quand bien même elle regorge de jeunes talents, Miliana ne dispose, comble de l'ironie, ni d'hôtel pouvant accueillir les convives ni d'espace d'expression culturelle pour les cinq associations musicales andalouses et les deux brillantes formations théâtrales.
La 3e édition nationale de la musique andalouse de Miliana qui a eu lieu du 16 au 18 avril, a convié le public à suivre le répertoire de formations musicales dont le nombre a été restreint cette année, au regard de la faible logistique et le manque d'infrastructure de base dont souffre la ville du mont du Zaccar, fief, rompu, pourtant, à l'art du verbe lyrique ciselé des cheikhs Ben M'saib, Ben Triqui, Ben Sahla et autres Kaddour El Alami et El Maghraoui. La ville du refondateur Ziri Ibn Menad Sanhadji – en 972 – domine joliment les plaines du Chelif. Mais elle manque de souffle. Quand bien même elle regorge de jeunes talents, Miliana ne dispose, comble de l'ironie, ni d'hôtel pouvant accueillir les convives ni d'espace d'expression culturelle pour les cinq associations musicales andalouses et les deux brillantes formations théâtrales ‘'Mahfoud Touahri'' et ‘'Praxis'', dont les responsables, faut-il préciser, ne ménagent aucun effort pour donner un regain de vitalité à la région après tant d'années de disette culturelle. Excepté le nouveau théâtre de la commune – un odéon –, inauguré en 2006, ‘'aucune infrastructure culturelle digne du nom du saint patron de la ville, Sid-Ahmed Benyoucef, ne figure dans le plan de développement de la commune'', tiennent à souligner les initiateurs de la manifestation qui font contre mauvaise fortune bon cœur. Avec des moyens dérisoires récoltés par-ci par-là et quelques maigres subsides accordés par la direction de la culture de wilaya, les organisateurs s'attellent à donner fière allure à leur cité, à l'image du Dr Youcef Azaizia qui œuvre, depuis 1999, en sa qualité de président de l'association Ziria el Andaloussia, à la préservation du patrimoine zyriabien. ‘'Il faut sortir la ville de la torpeur qu'elle a connue lors de la dernière décennie et renouer avec les artistes'', raconte-t-il dans le coquet espace dit ex-‘'Pointe des blagueurs'' (actuellement lieu baptisé Place Ali-Amar, ce fidaï et chahid connu sous le nom de Ali la pointe).
Ainsi, l'espace de trois jours, les concerts n'ont pas manqué de drainer un grand nombre de mélomanes qui ont savouré les mélodies andalouses proposées lors du premier jour, par l'ensemble zorna de Miliana et la troupe Errachidia de Mascara (la seule formation invitée). La soliste vocale Kamela Nour a enchaîné la deuxième soirée en égrenant un pan de diwan dans les genres haouzi et ‘aroubi, avant de laisser place aux benjamins de l'association de la ville hôte, Ziria el andaloussia qui ont enchanté les convives d'un nouba ghrib suivie de la pièce bacharaf dans le mode dîl. Dans un beau final, l'Ensemble national algérien de musique andalousienne (Enema), dirigé par l'ethnomusilogue Rachid Guerbas, a clôturé en apothéose la dernière soirée de la 3e édition. Réunissant des musiciens issus des trois écoles, Alger (çan'a), Tlemcen (gharnati) et Constantine (malouf), l'orchestre tente depuis quatre années de se détacher du dogmatisme et de l'assimilation conventionnelle d'un seul modèle de référence. Avant d'entamer la nouba sika, Rachid Guerbas, qui a créé de nombreuses compositions, a tenu à donner un avant-gôut à l'assistance, à travers un survol initiatique concernant la lecture rythmique des strophes de chghalate. Une manière d'inviter l'auditoire à s'imprégner des belles ‘'volutes'' que les 25 musiciens des trois écoles régionales ont magistralement interprétés dans une cohérence d'enchaînements
rythmiques.
La 3e édition nationale de la musique andalouse de Miliana qui a eu lieu du 16 au 18 avril, a convié le public à suivre le répertoire de formations musicales dont le nombre a été restreint cette année, au regard de la faible logistique et le manque d'infrastructure de base dont souffre la ville du mont du Zaccar, fief, rompu, pourtant, à l'art du verbe lyrique ciselé des cheikhs Ben M'saib, Ben Triqui, Ben Sahla et autres Kaddour El Alami et El Maghraoui. La ville du refondateur Ziri Ibn Menad Sanhadji – en 972 – domine joliment les plaines du Chelif. Mais elle manque de souffle. Quand bien même elle regorge de jeunes talents, Miliana ne dispose, comble de l'ironie, ni d'hôtel pouvant accueillir les convives ni d'espace d'expression culturelle pour les cinq associations musicales andalouses et les deux brillantes formations théâtrales ‘'Mahfoud Touahri'' et ‘'Praxis'', dont les responsables, faut-il préciser, ne ménagent aucun effort pour donner un regain de vitalité à la région après tant d'années de disette culturelle. Excepté le nouveau théâtre de la commune – un odéon –, inauguré en 2006, ‘'aucune infrastructure culturelle digne du nom du saint patron de la ville, Sid-Ahmed Benyoucef, ne figure dans le plan de développement de la commune'', tiennent à souligner les initiateurs de la manifestation qui font contre mauvaise fortune bon cœur. Avec des moyens dérisoires récoltés par-ci par-là et quelques maigres subsides accordés par la direction de la culture de wilaya, les organisateurs s'attellent à donner fière allure à leur cité, à l'image du Dr Youcef Azaizia qui œuvre, depuis 1999, en sa qualité de président de l'association Ziria el Andaloussia, à la préservation du patrimoine zyriabien. ‘'Il faut sortir la ville de la torpeur qu'elle a connue lors de la dernière décennie et renouer avec les artistes'', raconte-t-il dans le coquet espace dit ex-‘'Pointe des blagueurs'' (actuellement lieu baptisé Place Ali-Amar, ce fidaï et chahid connu sous le nom de Ali la pointe).
Ainsi, l'espace de trois jours, les concerts n'ont pas manqué de drainer un grand nombre de mélomanes qui ont savouré les mélodies andalouses proposées lors du premier jour, par l'ensemble zorna de Miliana et la troupe Errachidia de Mascara (la seule formation invitée). La soliste vocale Kamela Nour a enchaîné la deuxième soirée en égrenant un pan de diwan dans les genres haouzi et ‘aroubi, avant de laisser place aux benjamins de l'association de la ville hôte, Ziria el andaloussia qui ont enchanté les convives d'un nouba ghrib suivie de la pièce bacharaf dans le mode dîl. Dans un beau final, l'Ensemble national algérien de musique andalousienne (Enema), dirigé par l'ethnomusilogue Rachid Guerbas, a clôturé en apothéose la dernière soirée de la 3e édition. Réunissant des musiciens issus des trois écoles, Alger (çan'a), Tlemcen (gharnati) et Constantine (malouf), l'orchestre tente depuis quatre années de se détacher du dogmatisme et de l'assimilation conventionnelle d'un seul modèle de référence. Avant d'entamer la nouba sika, Rachid Guerbas, qui a créé de nombreuses compositions, a tenu à donner un avant-gôut à l'assistance, à travers un survol initiatique concernant la lecture rythmique des strophes de chghalate. Une manière d'inviter l'auditoire à s'imprégner des belles ‘'volutes'' que les 25 musiciens des trois écoles régionales ont magistralement interprétés dans une cohérence d'enchaînements
rythmiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.